La Place royale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Place Royale)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour la pièce de théâtre, voir La Place Royale ou l'Amoureux extravagant.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Place Royale.

La Place royale
Image illustrative de l’article La Place royale
Logo de La Place Royale.

Pays France
Langue Français
Genre Ésotérisme
Spiritualisme
Tradition
Fondateur Henry Montaigu
Date de fondation 1982
Date du dernier numéro 1998

Directeur de publication Henry Montaigu (1982-1991)
Frédéric Luz (1991-1998)
ISSN 0754-0892
Site web reocities.com/Paris/7265

La Place Royale est une revue française ayant existé de 1982 à 1998, et une maison d'édition depuis 1986.

Revue[modifier | modifier le code]

La revue est fondée en 1982 fondé par Henry Montaigu[1].

Éditée par la Société de presse 987[2], elle est dirigée de 1991 à 1998 par Frédéric Luz (qui dirige également la maison d'édition éponyme). Elle a aussi possédé, à l'instigation de Gérard Wetzel, une antenne sur Nancy[3].

Elle se présente comme une revue de « combat pour la France », ayant pour objet « la vocation spirituelle de la France[4] ». La Place Royale ne se présente pas comme une revue engagée politiquement bien que son fondateur fût favorable à certaines idées royalistes[5],[6],[7].

Elle propose des contributions sur la Tradition[8] au sens de René Guénon[9], les symboles, le christianisme[10], l'ésotérisme, la spiritualité[9]. Une Lettre de La Place Royale paraît aussi jusqu'en 1988[11].

Le dernier numéro de la revue paraît en 1998[11].

Contributeurs[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Collaborateur de La Place Royale.

Maison d'édition[modifier | modifier le code]

La Place Royale est aussi depuis 1986 une maison d'édition dirigée par Frédéric Luz. Elle a publié une vingtaine d'ouvrages consacrés à l'histoire et à la spiritualité dans les collections « D'azur et d'or »[12], « Les Calenders »[13], « Contradictions »[14] et « Recouvrance : études, essais, méditations »[15].

Quelques auteurs publiés : Philippe Barthelet[16], Jean Borella[17], Christian Charrière, François-René de Chateaubriand[18], Hésiode[19], Joseph-Charles Mardrus, Philippe de Saint Robert[20], Frithjof Schuon[21], Gustave Thibon[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Gissey, « Henry Montaigu : Sur le chemin des crêtes », Symbole,‎ (lire en ligne)
  2. (ISSN 0754-0892).
  3. Fleutot et Louis 1989, p. 178.
  4. D'après la présentation de Montaigu, disponible sur le site de la revue
  5. François-Marin Fleutot et Patrick Louis, Les Royalistes, enquête sur les amis du Roi aujourd'hui, Paris, Albin Michel, , 245 p. (ISBN 2226035435), p. 115, 116, 117, 118
  6. Patrick Louis, Histoire des royalistes de la libération à nos jours, Paris, Jacques Grancher, , p. 173,174
  7. Warren, Raoul de, 1905-, Les prétendants au trône de France, L'Herne, (ISBN 2851972812, OCLC 22661091, lire en ligne), p. 87, 297
  8. Jean Hani, Le monde à l'envers. Essai critique sur la civilisation moderne, Paris, L'Age d'homme, , p. 181
  9. a et b David Bisson, René Guénon, une politique de l'esprit, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, , 527 p. (ISBN 9782363710581), p. 483, 484
  10. Éric Vatré, La droite du père, enquête sur la tradition catholique aujourd'hui, Paris, Guy Trédaniel, , p. 241
  11. a et b notice BnF no FRBNF34399804.
  12. notice BnF no FRBNF34272304.
  13. notice BnF no FRBNF37328118.
  14. notice BnF no FRBNF34252411.
  15. notice BnF no FRBNF34249291.
  16. a et b (SUDOC 060716517).
  17. (SUDOC 078407729).
  18. (SUDOC 021139210).
  19. (SUDOC 193466678).
  20. (SUDOC 001447416).
  21. notice BnF no FRBNF35852216.

Liens externes[modifier | modifier le code]