Principe (philosophie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Principe.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Un principe est une source, un fondement, une vérité première d'idées ou d'autres choses. On parle ainsi de l'âme comme principe de vie. Selon les Définitions du pseudo-Platon, le principe est la « cause première de ce qui est », tandis que pour Théophraste, il s’agit d’un « axiome du raisonnement probable »[1].

Histoire du concept[modifier | modifier le code]

Les philosophes présocratiques s’étaient donné pour tâche de connaître le principe de toute chose, l’arkhè, principe premier. Ils entendaient par là l’étude de ce qui était le fondement de l’existence de l’ensemble des réalités empiriquement observables. Selon les pythagoriciens - surtout Philolaos au Ve siècle av. J.-C. - les grands principes sont la Limite et l'Illimité.[réf. nécessaire]

Le principe le plus élevé, selon Platon, est l'Un, identique au Bien et au dieu[2]. Le Bien est la source de toute existence et de toute connaissance, il est lui-même supérieur à l'essence [3]. C'est la lumière qui éclaire les Idées et permet à l'âme de les contempler[4]. C'est le principe, au-delà de toute hypothèse, qui fonde en certitude toute science[5]. Sa beauté est au-dessus de toute expression[6]. Ce n’est qu’à partir de la Métaphysique d’Aristote que le terme de principe entre dans la terminologie philosophique. Les principes sont les causes premières. Selon Aristote, « la philosophie est la science des principes », dont la connaissance forme la sagesse. Pour Théophraste, le principe est à la fois association et, pour ainsi dire, union intime entre eux des éléments intelligibles et des éléments physiques[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Thionville, De la théorie des lieux communs dans les Topiques d'Aristote,‎ , « Alexandre d'Aphrodise », p. 91.
  2. Platon, La République [détail des éditions] [lire en ligne], 509b, 526e, 597b.
  3. La République, 509b.
  4. La République, 508d-e, 509a.
  5. La République, 511b, 533c.
  6. La République, 509a.
  7. Théophraste, Métaphysique, Livre I, 9-10.