Jean Biès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Biès (né à Bordeaux en 1933, décédé à Paris le 11 janvier 2014) est un essayiste français de la mouvance traditionaliste.

Il découvre dès 1951 l'enseignement de René Guénon, et la pensée traditionnelle à propos desquels il publient plusieurs articles et études[1].

Il a consacré sa thèse de doctorat d'État sur les relations entre la littérature française et la pensée hindoue[1].

Ses ouvrages sont des essais théoriques, des récits d'expériences vécues et des témoignages. Sa démarche se situe « au carrefour de la recherche littéraire et de la métaphysique[1] ». Il fait partie du comité de rédaction de la revue Connaissance des religions.

Publications (liste incomplète)[modifier | modifier le code]

  • Mont Athos, Paris, Albin Michel, 1963.
  • Les Églises des monts, Le Jas-du-Revest-Saint-Martin, R. Morel, 1967.
  • Empédocle d'Agrigente. Essai sur la philosophie présocratique, Paris, Éditions traditionnelles, 1969.
  • Connaissance de l'amour, Paris, Éditions Points et contrepoints, 1970.
  • Les grands initiés du XXe siècle. Trente voies pratiques de réalisation, Paris, le Grand livre du mois, 1998.
  • Les alchimistes, Paris, Kiron, P. Lebaud, 2000.
  • Retour à l'essentiel. Quelle spiritualité pour l'homme d'aujourd'hui ?, L'Âge d'Homme, « Delphica », 2004.
  • Le Livre des jours, Journal spirituel 1950 - 2007, Editions Hozhoni- Octobre 2014 - Parution posthume


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Notice biographique de l'éditeur, dans Jean Biès, Retour à l'essentiel. Quelle spiritualité pour l'homme d'aujourd'hui ?, L'Âge d'Homme, « Delphica », 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]