Jean Biès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Biès, (1933 - 2014) né à Bordeaux , est un essayiste français de la mouvance traditionaliste. Ses travaux portent sur la jonction de la philosophie orientale et occidentale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Biès est né à Bordeaux en 1933, il a passé une grande partie de son enfance et de son adolescence à Alger. Il a fait des études classiques à l'Université d'Alger avant de poursuivre ses études à la Sorbonne. Après sa thèse de doctorat ès lettres (1965) intitulée Littérature française et pensée hindoue [1], qui reçut le Prix d'Asie de l'Académie des sciences d'outre-mer[2], il obtient un doctorat d'État en 1972[3] et commence une carrière d'enseignant ; parmi ses étudiants François Bayrou[4].

En découvrant les écrits de René Guénon en 1951, Biès découvre la pensée traditionnelle et l'existence d'enseignements initiatiques, à propos desquels il publie plusieurs articles et études[5]. Cela a eu une grande influence sur ses croyances et ses écrits et il a continué à rencontrer plusieurs membres éminents de l'école traditionaliste, y compris Frithjof Schuon[2].

Ses ouvrages sont des essais théoriques, des récits d'expériences vécues et des témoignages. Sa démarche se situe « au carrefour de la recherche littéraire et de la métaphysique[5] ». Il fait partie du comité de rédaction de la revue Connaissance des religions.

Après la perte de son épouse, il se suicide en janvier 2014 [6],[7].

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Littérature française et pensée hindoue des origines à 1950, Ed. Klincksieck, Prix littéraire de l'Asie en 1975
  • Mont Athos, Paris, Albin Michel, 1963. (Itinéraires)
  • Les Églises des monts, Le Jas-du-Revest-Saint-Martin, R. Morel, 1967. (Itinéraires)
  • Empédocle d'Agrigente. Essai sur la philosophie présocratique, Paris, Éditions traditionnelles, 1969.(Essais) [9]
  • Connaissance de l'amour, Paris, Éditions Points et Contrepoints, 1970. (Poésie) Grand prix de Poésie de la Société des Poètes français.
  • René Daumal, Pierre Seghers, 1967/1973. (Essais)
  • Littérature française et Pensée hindoue, C. Klincksieck, 1973. Prix de l'Asie, de l'Académie des Sciences d'Outre-mer. (Essais)
  • Extases buissonnières, La Revue moderne, 1975. (Poésie)
  • Premières saveurs, La Revue moderne, 1978. (Poésie)
  • Les pourpres de l'esprit, La Revue moderne, 1979. (Poésie)
  • L'Inde ici et maintenant, Devry-livres, 1979. (Itinéraires)
  • Dialogues avec des Chercheurs de vérité, Retz, 1979. (Essais)
  • Athos - Voyage à la Sainte Montagne, Devry-livres, 1980. (Itinéraires)
  • Passeport pour des temps nouveaux, Dervy-livres, 1982. (Essais)
  • Les chansons du vêtu de vent, Saint-Germain-des-Prés, 1983. (Poésie)
  • Retour à l'Essentiel, Devry-livres, 1986. (Essais)
  • Art, Gnose et Alchimie, Le Courrier du Livre, 1987.(Essais)
  • Trois tragédies de jeunesse, Raymond Crès, 1989. (Poésie)
  • L'initiatrice, Éditions Jacqueline Renard, 1990. (Autobiographie)
  • La porte de l'appartement des femmes, Éditions Jacqueline Renard, 1991.
  • Voies de sages, douze maîtres spirituels témoignent de leur vérité, Paris, 1996[10].
  • Les grands initiés du XXe siècle. Trente voies pratiques de réalisation, Paris, le Grand livre du mois, 1998.
  • Les alchimistes, Paris, Kiron, P. Lebaud, 2000.
  • Retour à l'essentiel. Quelle spiritualité pour l'homme d'aujourd'hui ?, L'Âge d'Homme, « Delphica », 2004. (Essais)[11]
  • Le Livre des jours, Journal spirituel 1950 - 2007, Editions Hozhoni- Octobre 2014 - Parution posthume [12].
  • Le deuil blanc : Journal d'un accompagnant, Au delà d’Alzheimer et de l’amour, Hozhoni Editions, septembre 2015, (posthume) (ISBN 978-2372410168).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]