Red Cloud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Red Cloud
Red Cloud.JPG
Portrait de Red Cloud
Fonctions
Chef d'État
-
Chef de tribu (en)
Oglalas
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Maȟpíya LútaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Maȟpíya Lúta
Surnom
Chief Red Cloud
Nationalité
Domicile
Activité
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Conjoint
Pretty Owl
Enfants
Jack Red Cloud (d)
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Conflit
Partenaire
Lieu de détention
Distinction

Red Cloud (en lakota: Maȟpíya Lúta en français Nuage rouge), né en 1822 près de l'actuelle North Platte (Nebraska)[1] et mort le à Pine Ridge (Dakota du Sud), est un chef sioux.

Chef des Amérindiens sioux Oglalas, il ne le devient que par sa bravoure et sa témérité, n'étant pas lui-même fils de chef. Il gagne de nombreuses batailles et incite de nombreux chefs sioux à faire de même pendant la « guerre de Red Cloud » qu’il dirige de 1866 à 1868, guerre qui vise le retrait des forces armées de la piste Bozeman, la piste du Montana qui traverse le territoire sioux. Par le traité de Fort Laramie en 1868, il obtient l’abandon des forts militaires le long de la piste Bozeman ainsi que des garanties territoriales sur une réserve de 240 000 km2 (comprenant la partie occidentale du Sud-Dakota, le nord du Wyoming et l’est du Montana). En 1876 et 1889, les Sioux furent cependant forcés de concéder la plus grande partie de ce territoire.

Red Cloud ne prendra part ni aux affrontements de 1876, ni à ceux de 1890-1891. Il meurt à 87 ans dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Il est inhumé dans cette réserve.

Premières années[modifier | modifier le code]

Red Cloud est né près de la Platte, près de l'actuelle ville de North Platte dans le Nebraska[1]. Sa mère, Walks As She Thinks, était une Oglalas Lakota et son père, Lone Man, était un chef Lakota Brûlé. Ces deux nations faisaient partie des sept nations Lakotas.

Red Cloud posant avec Julius Meyer (1851-1909), interprète de langues amérindiennes, en compagnie de plusieurs chefs indiens ("Young" Sitting Bull des Oglallas, Swift Bear et Spotted Tail) à Omaha (1875)[2],[3].

Du fait du caractère matrilinéaire de la culture Lakota, Red Cloud a grandi dans le clan de sa mère. Il a été éduqué par son oncle maternel Old Chief Smoke (1774–1864)[1], qui a joué un rôle majeur dans l'éducation et le développement de Red Cloud.

Dès son jeune âge, Red Cloud a été amené à combattre les nations voisines des Pawnees et des Crows, ce qui a renforcé son expérience des guerres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Red Cloud Makhpiya-Luta », (consulté le ).
  2. « The Pioneer Meyer Brothers of Omaha, Nebraska, 1866+ – JMAW – Jewish Museum of the American West », sur www.jmaw.org (consulté le )
  3. (en-US) hersh, « The Jewish Trader called “One Tongue” by Native Americans - Aish.com Modern, Featured, History », sur Aish.com, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bob Drury et Tom Clavin, Sur la terre des Sioux : Red Cloud, une légende américaine, coll. Terre indienne, Albin Michel, 2015.
  • David Cornut, Little Big Horn, autopsie d’une bataille légendaire, Parçay-sur-Vienne, Anovi, 2006 (deux chapitres sur la guerre de Red Cloud en 1867 et sur les négociations de 1876).
  • (en) James C. Olson, Red Cloud and the Sioux problem, Lincoln, University of Nebraska Press, , 375 p. (OCLC 728240, lire en ligne).
  • (en) Charles Wesley Allen et Red Cloud, Autobiography of Red Cloud : war leader of the Oglalas, Helena, Montana Historical Society Press, , 220 p. (OCLC 36066135, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]