Fossar de la Pedrera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Fossar de la Pedrera (en français : Fosse de la Carrière) est un site de Montjuïc, à Barcelone, utilisé par le régime franquiste pour enfouir les corps des milliers de Républicains fusillés à la suite de la répression nationaliste dans la ville.

Devenu mémorial au retour de la démocratie, le lieu abrite depuis 1985 la dépouille du président catalan Lluís Companys, livré par la Gestapo depuis la France et exécuté le 15 octobre 1940 près du château de Montjuïc situé en surplomb.

Haut-lieu de la mémoire de la guerre d'Espagne et de la République, le Fossar de la Pedrera accueille aujourd'hui de nombreuses cérémonies commémoratives[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Fossar de la Pedrera

La carrière Moragas est située sur le versant sud de la montagne de Montjuïc, donnant sur le quartier de la Zone Franche de Barcelone.

Le site est connu sous le nom de « Fossar de la Pedrera ».

Il jouxte le cimetière de Montjuïc créé en 1883, et pendant des années, cette carrière tient lieu de fosse commune pour la ville de Barcelone,

Les corps des indigents, des personnes sans familles et des individus non identifiées y sont alors enterrés.

Guerre d'Espagne et répression franquiste[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre d'Espagne (1936-1939), les corps des victimes des bombardements aériens sur Barcelone sont ensevelis au Fossar de la Pedrera[2].

En 1939, à la fin de la guerre et à l'arrivée au pouvoir des nationalistes, Barcelone fait l'objet d'une répression sanglante. Toute la société civile est menacée. De 1939 à 1952, les membres des partis, syndicats, associations et organisations républicaines sont pourchassés. Une fois arrêtées, les victimes sont envoyées à la prison Model, dans l'Eixample, où leur condamnation à mort, ratifiée par le Caudillo, est prononcée. Les condamnés sont ensuite transférés au Camp de la Bota, à la limite municipale de Barcelone et de Sant Adrià de Besòs (district de Sant Martí), où les exécutions ont généralement lieu[3].

Pour enterrer rapidement les dépouilles des fusillés, le nouveau régime utilise le Fossar de la Pedrera. Dès leur arrivée sur le site, interdit au public, les corps des victimes, placés dans des caisses en bois, sont enfouis dans la fosse via une rampe, puis recouverts de chaux et de terre afin d'accélérer leur décomposition.

Vue aérienne du Fossar de la Pedrera.

Après 1953, le régime franquiste est installé. Le Fossar de la Pedrera est plus au moins abandonné, restant néanmoins, en quelques occasions, la fosse commune des Services Funéraires de la mairie de Barcelone pour les corps non identifiés.

Lieu de mémoire[modifier | modifier le code]

Monument aux Sacrifiés pour la Liberté en Catalogne. Réplique de La Pietat, de Ferran Ventura.

La première cérémonie mémorielle a lieu en 1976, quelque temps après la mort du dictateur qui interdisait tout accès au site.

Plus aucune inhumation n'est alors permise, grâce à l'action des associations mémorielles comme l'Associació Pro-Memòria als Immolats per la Llibertat de Catalunya. S'ensuit alors le processus de création d'un lieu de mémoire, comme celui du Mémorial de la France combattante, créé par le général de Gaulle au Mont-Valérien, colline parisienne où les nazis fusillaient les résistants français durant l'Occupation.

Œuvre de l'architecte catalane Beth Galí, le mémorial est constitué d'un ensemble de colonnes portant les noms des victimes, autour d'une grande zone végétalisée.

Le mausolée de Lluís Companys, entouré d'eau, se situe près de la falaise[4].

Les messages de l'entrée sont rédigés par l'écrivaine Maria Aurèlia Capmany, rappelant toutes les victimes de la répression.

L’œuvre In Memoriam[5], constituée dix pierres sculptées par l'artiste Leonard Glaser[6], symbolisent les camps de concentration et d'extermination nazis : Mauthausen, Bergen-Belsen, Buchenwald, Belzec, Sobibor, Dachau, Treblinka, Majdanek et Auschwitz, en mémoire des victimes de la Shoah durant la Seconde Guerre mondiale.

Le site accueille également une réplique de la sculpture La Pietat, de Ferran Ventura, dont l'original est situé dans l'enceinte du Parlement de Catalogne[7].

Le mémorial du Fossar de la Pedrera et le mausolée du président Companys sont inaugurés officiellement le 27 octobre 1985[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]