Campagne du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Campagne du Nord
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte du front du nord (mars-septembre 1937)

Informations générales
Date au
Lieu nord de l'Espagne
Issue Victoire franquiste décisive
Belligérants
Républicains République espagnole
Eusko Gudarostea Eusko Gudarostea
Nationalistes Camp nationaliste
Italie Italie
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Francisco Llano de la Encomienda
José García Vayas
Emilio Mola
José Solchaga
Ettore Bastico
Forces en présence
entre 30 000 et 40 000 gudaris basques
plusieurs milliers de miliciens anarchistes
40 000 soldats nationalistes
60 000 soldats italiens du Corpo Truppe Voluntarie
Pertes
inconnues inconnues

Guerre d'Espagne

La campagne du Nord désigne la campagne de la Guerre d'Espagne durant laquelle les forces nationalistes repoussèrent les troupes républicaines et occupèrent la zone républicaine du nord. Elle s'étala entre les mois de juin et . Elle comprend plusieurs batailles majeures, à commencer par celle de Bilbao, au mois de juin 1937, qui provoqua la perte totale et définitive du Pays basque. Les bombardements de Guernica et de Durango peuvent également être considérés comme des étapes importantes de cette campagne. La bataille de Santander provoqua la perte de la Cantabrie, puis celle d'El Mazuco des Asturies.

Contexte[modifier | modifier le code]

Conditions stratégiques[modifier | modifier le code]

Dès le déclenchement du coup d'État, le , les nationalistes avaient porté leurs efforts sur les régions au nord de l'Espagne, lançant une des plus vastes campagnes du début de la guerre, la campagne du Guipúzcoa. Les opérations militaires s'étaient ralenties à la fin du mois de septembre, après que les franquistes eurent conquis les villes d'Oviedo, d'Irún et de San Sebastián. Ils avaient alors isolé les zones restées fidèles à la République à savoir la majeure partie des provinces de Biscaye, de Santander et des Asturies : ils avaient effectivement conquis la partie orientale de la Biscaye, coupant les républicains d'un accès à la frontière française par où auraient pu aisément transiter des armes.

Les nationalistes avaient plusieurs intérêts dans la conquête de ce réduit républicain au nord de l'Espagne :

  • la production industrielle de Biscaye et les ressources naturelles des Asturies étaient d'importance stratégique pour la poursuite de la guerre ;
  • la disparition d'un front, qui permettaient aux forces nationalistes de se tourner vers un ennemi unique.

Mais il était également évident qu'une telle conquête nécessitait la mobilisation de ressources importantes, tant humaines que matérielles. La décision de conquérir le nord ne fut donc véritablement prise que lorsque Franco se rendit compte, après la bataille de Madrid, que la prise de la capitale espagnole serait trop difficile.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

C'est le général Mola qui fut chargé du commandement au début des opérations, le 31 mars 1937. Cependant il mourut dans un accident d'avion, le et fut remplacé par José Solchaga. Les nationalistes se jetèrent dans la bataille avec les 40 000 hommes de la 61e division de Navarre du général Solchaga, soutenus par les 60 000 volontaires des forces italiennes du général Ettore Bastico.

Face à lui se trouvaient les hommes du général républicain Francisco Llano de la Encomienda, à la tête d'environ 50 000 soldats et miliciens.

Déroulement de la campagne[modifier | modifier le code]

Les opérations comprennent plusieurs opérations successives ou concomitantes :

  • début des opérations en Biscaye, le , par le bombardement de Durango ;
  • bombardement de Guernica, le  ;
  • bataille de Bilbao, du 11 au  : la chute de Bilbao, capitale du Guipúzcoa, provoqua la perte totale et définitive de la région ;
  • bataille de Santander, du 14 août au 1er septembre 1937 : la chute de la ville provoqua la perte de la Cantabrie ;
  • bataille d'El Mazuco, du 6 au  : la défaite des républicains permit aux franquistes d'entrer dans les Asturies, dernier réduit républicain, et d'avancer jusqu'à Gijón ;
  • bataille de Gijón, du 10 au  : la chute de la ville provoqua la chute finale des Asturies.
  • fin des opérations, le 22 octobre. C'est alors que commença le lent travail de réduction, par la terreur le plus souvent, des derniers foyers républicains.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Journal de la guerre civile sur le site de la Cucaracha [1]
  • (es) Almirante Cervera [2]

Sources[modifier | modifier le code]