Bataille de Santander

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Santander
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte du front du nord (mars-septembre 1937).
Informations générales
Date au
Lieu province de Cantabrie, Espagne
Issue Victoire franquiste décisive
Belligérants
Flag of Spain (1931–1939).svg République espagnole Bandera del bando nacional 1936-1938.svg Camp nationaliste
Flag of Italy (1861-1946).svg Corpo Truppe Voluntarie
Commandants
Mariano Gámir Ulibarri
Adolfo Prada Vaquero
José García Vayas
Fidel Dávila Arrondo
José Solchaga
Rafael García Valiño
Camilo Alonso Vega
Ettore Bastico
Forces en présence
80 000 soldats et miliciens 90 000 soldats
126 pièces d'artillerie
220 avions
Pertes
80 000 morts, blessés et prisonniers 30 000 morts, blessés et prisonniers
486 soldats italiens tueés
1546 disparus

Guerre d'Espagne

Coordonnées 43° 27′ nord, 3° 48′ ouest

La bataille de Santander fait partie des batailles du front du Nord qui opposèrent, durant la guerre d'Espagne les forces républicaines et les insurgés nationalistes. Elle se déroula en Cantabrie entre le 14 août et le 1er septembre 1937. Elle se solda par l'occupation de la Cantabrie et la destruction quasi complète de l'armée républicaine du Nord.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après la chute de Bilbao le 16 juin, les nationalistes décident de poursuivre leur offensive dans le Nord et occupent la province de Cantabrie.

Combats[modifier | modifier le code]

L'Armée Nationaliste du Nord comptait 90000 hommes (dont 25000 Italiens), dirigés par le général Fidel Dávila Arrondo. La force italienne, dirigée par le général Ettore Bastico, comprenait la division Littorio de Bergonzoli, la division Black Flames de Frusci et la division de Francischi. Les nationalistes avaient également six brigades navarrais dirigées par le général José Solchaga, deux brigades castillanes dirigées par le général Ferrer et une division mixte hispano-italienne, les flèches noires, dirigées par le colonel Piazzioni. Les Nationalistes avaient aussi 220 avions modernes sur ce front (70 de la Légion Condor, 80 de l'Aviazione Legionaria et 70 espagnols), y compris beaucoup Me-109.

Les républicains avaient le 14e corps d'armée de Prada et le 15e corps d'armée de José García Vayas, sous le commandement général du général Mariano Gámir Ulibarri, un total d'environ 80 000 hommes. Les républicains avaient également 44 avions (la plupart du temps lent et vieux, et 18 chasseurs soviétiques). En outre, le moral des troupes républicaines était bas et les soldats basques pensaient qu'ils pouvaient se rendre aux Italiens, en échange de leur vie.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) LINARES ARGÜELLES Mariano, PINDADO USLÉ Jesús et AEDO PÉREZ Carlos, Gran enciclopedia de Cantabria, tome IV, éd. Cantabria, Santander, 1985 (ISBN 84-86420-04-0)
  • (es) GUDÍN DE LA LAMA Enrique et GUTIERREZ FLORES Jesús, « Cuatro derroteros militares de la guerra civil en Cantabria », Monte Buciero, nº 11, 2005, pp. 18-298 (ISSN 1138-9680) [1]

Sources[modifier | modifier le code]