Mauricio Carlavilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mauricio Carlavilla
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Province de Cuenca
Décès (à 86 ans)
Madrid
Nationalité Flag of Spain.svg Espagnol
Profession

Mauricio Carlavilla, également connu sous le nom de plume de Mauricio Karl[1], est un auteur espagnol connu pour ses opinions franquistes, anti-anarchistes, antimaçonniques et anticommunistes. Son véritable nom serait Julián Carlavilla del Barrio selon l'historien José Antonio Ferrer Benimeli[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut officier de police de profession[1]. Il est l'auteur d'une biographie de Gueorgui Malenkov. Il est le traducteur du livre de théorie du complot paru sous la signature de José Landowsky Symphonie en rouge majeur[3], évoquant un interrogatoire véridique ou inventé de Christian Rakovsky par un certain José Landowsky à l'époque du stalinisme.

Il entretenait une amitié avec l'essayiste Eduardo Comín Colomer,[4], le commissaire Santiago Martín Báguenas et le général Emilio Mola.[5]

Thèses[modifier | modifier le code]

Pour Carlavilla, la maçonnerie est responsable de la perte des colonies espagnoles dans le monde[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Malenkov. Biografía política y psicosexual, Editorial Nos, (1954).
  • Borbones masones, Acervo (1967).
  • El enemigo, marxismo, anarquismo, masonería, 1934 et 1937
  • Asesinos de España; marxismo, anarquismo, masonería, Suite du livre El enemigo, marxismo, anarquismo, masonería.
  • Anti-España 1959 : autores, cómplices y encubridores del comunismo, 1959
  • El comunismo en España, 1932, 1935
  • Técnica del Komintern en España, 1937
  • El rey. Radiografía del reinado de Alfonso XIII
  • Guerra. Sobre lo que sabe el FBI y la inteligencia militar americana sobre cuando estallará, Editorial Nos, (1953)
  • Pearl Harbour, traición de Roosevelt, 1954.
  • Kruschev, avec David Rosenberg, Editorial Nos, 1958.
  • Satanismo
Rééditions avec préface et annotation

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En el periódico ABC, número del 3 de mayo de 1936, antes del golpe de Estado de julio de 1936, aparece un detallado artículo sobre estos sucesos.[7]
  2. Textos de Indalecio Prieto, comentados por Carlavilla.[9]
  3. De Miguel Morayta Sagrario, commenté par Carlavilla, litéralement «amplifications et réfutations de Mauricio Carlavilla».
  4. De Francisco Largo Caballero, prologue et notes de Carlavilla.[10]

Références[modifier | modifier le code]