Carlos Semprún Maura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Semprun.
Carlos Semprún Maura
Carlos-semprun-maura-2008.jpg

Carlos Semprún Maura

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
Genre artistique

Carlos Semprún Maura est un écrivain et journaliste espagnol né à Madrid le et mort à Paris le .

Il est le petit-fils du monarchiste Antonio Maura. Son frère est l'écrivain Jorge Semprún tandis que l'essayiste et éditeur Jaime Semprún est son neveu. Carlos Semprún Maura est également le père de Diego Semprun, maître verrier d'art.

A 24 ans, il s'engage dans les rangs du Parti Communiste d'Espagne, qu'il quittera désabusé en 1956. Il sera cependant marqué par le courant anarchiste, auquel il consacre son ouvrage le plus connu : Révolution et contre-révolution en Catalogne (1936-1937) publié en 1974[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant la Guerre civile espagnole, le père de Carlos Semprún, José María Semprún y Gurrea, était diplomate au service de la République espagnole. En 1939, après la défaite des Républicains, sa famille s'établit définitivement en France.

Carlos Semprún s'est consacré au théâtre en écrivant plus de 70 pièces principalement pour la radio. Une douzaine de ses œuvres ont été montées au théâtre, notamment par Jean-Marie Serreau, Dominique Serreau, Laurent Terzieff et Roger Blin. Il a collaboré pendant douze années à l'ORTF pour diverses émissions culturelles.

Il milita au Parti communiste espagnol duquel il s'éloigna avant l'éviction de son frère Jorge. Il continua ensuite à militer dans des groupes antifranquistes d'extrême gauche.

De retour en Espagne après la mort de Franco, il fut critique de cinéma à Diario 16. Dans les années 2000, il participa comme chroniqueur au media de droite Libertad Digital prenant alors une position très critique envers la gauche en général.

Il a publié des romans ainsi que des ouvrages historiques sur la Révolution sociale espagnole de 1936, dont le plus important est, en 1974, Révolution et contre-révolution en Catalogne (1936-1937), livre auquel participa son neveu Jaime Semprun[2].

Citation[modifier | modifier le code]

« Tout le monde était d'une manière ou d'une autre contre les collectivisations, sauf les travailleurs eux-mêmes. Certes, la CNT-FAI les revendiqua comme "sa" création et ce sont la plupart du temps des militants de ces organisations qui en prirent l'initiative. Mais le décret qui les limite et les dénature fut aussi, en grande partie, son œuvre. Les travailleurs qui avaient réalisé et défendu l'autogestion de nombreux secteurs industriels et agricoles avaient donc pour ennemis non seulement les militaires et les fascistes représentant la bourgeoisie, mais aussi objectivement les nouvelles couches bureaucratiques qui, placées sous les mêmes drapeaux qu'eux, avaient déjà commencé à rétablir, sous des formes parfois nouvelles, la vieille exploitation du travail salarié et la hiérarchisation totalitaire de la vie sociale. »

in Révolution et contre-révolution en Catalogne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie partielle :

Théâtre 
  • La Rouille, 1961.
  • La Pensée, d'après Leonid Andreiev, L'Avant-Scène, 1962.
  • L'Accident, La Salle d'attente, Sur une plage de l'Ouest, L'Avant-Scène, 1965.
  • Lieu-Secret-Dormir, 1969.
  • L'Homme couché, L'Avant-Scène, 1971.
  • Le Bleu de l'eau-de-vie, L'Avant-Scène, 1982.
Romans 
  • Un chapeau qu'on met le dimanche pour voir les siens, roman, Robert Laffont, 1968.
  • L'an prochain à Madrid, roman, Julliard, 1975.
  • Le jour où j'ai été tué, roman, Balland, 1976.
  • Le voleur de Madrid, roman, Belfond, 1981.
  • Les Barricades solitaires, roman, Belfond, 1984.
  • Par des chemins rouges, roman, Librairie Séguier, 1987.
  • Les vagabonds n'ont pas perdu le goût de la chose chantée..., nouvelle, Ludd, 1987.
  • Le Potomac en aile volante, nouvelles, Moraïma, 1993.
Essais historiques 
En espagnol 
  • Ni Dios, ni amo, ni CNT, ensayo, Tusquets, Barcelone, 1978. (ISBN 84-7223-726-5)
  • Vida y mentira de Jean-Paul Sartre, ensayo, Nossa y Jara, Madrid, 1996.
  • Polvo de lineas, cuentos, Pre-Textos, Valence, 1997.
  • El exilio fue una fiesta, relato autobiográfico, Planeta, Barcelone, 1999.
  • Las aventuras prodigiosas, novela, Seix Barral Barcelone, 2004.
  • A orillas del sena, un español..., relato autobiográfico, Distriforma, Madrid, 2006. (ISBN 9788493432621)

Récompense[modifier | modifier le code]

  • Grand prix radio de la SCAM (Société civile des auteurs multimédia) en 1987 avec Philippe Ganier-Raymond pour Une guerre perdue et oubliée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les éditions du Paquebot, notice.
  2. Préface de Miguel Amorós à Manuscrito encontrado en Vitoria, éd. Pepitas de calabaza, 2014