Pertes militaires françaises au Mali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Damien Boiteux)
Aller à : navigation, rechercher

Les pertes militaires françaises au Mali sont, au , de 10 militaires, dont un officier et trois légionnaires.

Militaires morts en cours de déploiement[modifier | modifier le code]

Date Nom Âge Grade[1] Unité Garnison Nature du décès Lieu du décès Région d'origine du soldat Notes #
11/01/2013 Damien Boiteux 41 lieutenant 4e RHFS Pau Hostile Région de Konna ** [2] 1
19/02/2013 Harold Vormezeele 33 sergent-chef 2e REP Calvi Hostile Massif de l’Adrar (50 km au sud de Tessalit) Originaire de Belgique [3] 2
02/03/2013 Cédric Charenton 26 caporal 1er RCP Pamiers Hostile Massif de l’Adrar - Vallée d’Ametettai (50 km au sud de Tessalit) ** [4] 3
06/03/2013 Wilfried Pingaud 36 brigadier-chef 68e RAA La Valbonne Hostile Région de Tin Keraten au nord-est d’Imenas (100 km au nord de Gao) 4
17/03/2013 Alexandre Van Dooren 24 caporal 1er RIMa Angoulême Hostile Sud de la vallée de l'Amettetaï (à 60 km au sud de Tessalit) 1 enfant de 3 ans, 1 enfant posthume [5] 5
29/04/2013 Stéphane Duval 32 caporal-chef 1er RPIMa Bayonne Hostile Entre Zin Baouten et Boughessa, près de Tessalit. marié, 2 enfants[6] 6
30/07/2013 Marc Martin-Vallet 28 brigadier-chef 515e RT La Braconne Non-Hostile Douentza [7] 7
07/05/2014 Marcel Kalafut 26 sergent-chef 2e REP Calvi Hostile Tessalit Originaire de Slovaquie [8] 8
14/07/2014 Dejvid Nikolic 45 adjudant-chef 1er REG Laudun-l'Ardoise Hostile Al-Moustarat originaire de Serbie [9] 9
29/10/2014 Thomas Dupuy 32 sergent-chef CPA 10 Orléans-Bricy Hostile Massif du Tigharghar Toulouse [10] 10

Notes[modifier | modifier le code]

Cette liste ne prend pas en compte le décès accidentel au Burkina Faso lors d'un entrainement de l'adjudant Samir Bajja le 30 novembre 2014[11].

Toutes pertes confondues[modifier | modifier le code]

Pertes par régiment:

Morts au combat[modifier | modifier le code]

Hommages personnels[modifier | modifier le code]

Références et Liens[modifier | modifier le code]

  1. L'habitude semble prise au sein de l'armée française de donner à la plupart des soldats morts en opération le grade immédiatement supérieur à titre posthume[réf. nécessaire]. Dans la liste ci-dessus, le grade indiqué est le plus souvent le grade au moment du décès.
  2. #1
  3. #2
  4. #3
  5. Phillipe Chapleau, « Un caporal du 1er RIMa d'Angoulème tué au combat et trois marsouins blessés au sud de Tessalit », sur Ouest-France,‎ (consulté le 17 mars 2013).
  6. « Un militaire du 1er RPIMa tué au Mali », sur OPEX360,‎ (consulté le 30 avril 2013).
  7. « Un militaire français tué dans un accident », sur OPEX360,‎ (consulté le 31 juillet 2013).
  8. « Mali : un sous-officier français tué dans le nord du pays », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 8 mai 2014).
  9. « Un sous-officier français mort au Mali », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 15 juillet 2014).
  10. « Barkhane : décès d'un soldat français », sur defense.gouv.fr,‎ (consulté le 29 octobre 2014).
  11. « Mort d'un soldat français au Burkina Faso », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 30 novembre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]