Thierville-sur-Meuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thierville.

Thierville-sur-Meuse
Thierville-sur-Meuse
La mairie.
Blason de Thierville-sur-Meuse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Belleville-sur-Meuse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Verdun
Maire
Mandat
Claude Antion
2014-2020
Code postal 55840
Code commune 55505
Démographie
Gentilé Thiervillois
Population
municipale
3 076 hab. (2016 en augmentation de 1,15 % par rapport à 2011)
Densité 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 19″ nord, 5° 21′ 14″ est
Altitude Min. 191 m
Max. 322 m
Superficie 12,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Thierville-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Thierville-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thierville-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thierville-sur-Meuse

Thierville-sur-Meuse est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Communauté d'agglomération du Grand Verdun.

Le finage de Thierville est traversé par la rivière Scance, affluent du fleuve Meuse (au nord-est). Des collines l'entourent. L'agglomération est toutefois généralement située aux alentours de 200 m d'altitude (196 m pour les bords de la Meuse).

Le village ancien était orienté sud-ouest (mairie…) - nord-est selon l'axe de l'actuelle rue de la Libération, où demeurent des façades d'anciennes boutiques aujourd'hui fermées. À l'ouest, au-delà du magasin de cuisines Petitjean, la rue du Cimetière continue vers un cimetière animalier. Le quartier autour de la mairie, lui, comporte notamment une salle des fêtes (refaite en 2012), un local club du 3e âge, deux kinésithérapeutes..., une crèche (les Libellules) et l'école maternelle du groupe scolaire du Centre, dont la partie primaire se trouve rue de la Libération.

Devenue ville, l'agglomération s'est accrochée à Verdun au sud - sud-est au niveau du Jardin Fontaine (avenues Goubet et Van-Heeghe (Thierv.) et Jean-Jaurès (Verdun)), de la ZI Chicago et le long du quartier de Glorieux (rue des Preux, rue du Colonel-Fourlinie).

Ce quartier au sud-est dit Jardin Fontaine comporte notamment un garage (Carré) la caserne du 1er RCH, un restaurant-Kébab, une auto école, un cabinet de coiffure, une entreprise de traduction (STT), un médecin généraliste, un bar-tabac (Café des Sports), une compagnie de carburants (CFP), deux autres garages (Trévisan…), une entreprise d'électricité (Cattanéo), un groupe scolaire (maternelle, primaire, CAAPE, centre aéré), une pharmacie (Nébot-Perrin), une poste, une boulangerie (Lisambert) attenant un autre cabinet de coiffure, et une entreprise travaillant la pierre (Varnerot). Rue de la Libération, Expo-Lor, une exposition de la faune aquatique des rivières, se tient en permanence dans l'ancien lavoir / halle de la ville, à côté de l'église Saint-Brice.

Un petit oratoire dédié à la Vierge est à remarquer au croisement de la rue de la Libération et de la rue du 150e-RI.

Un parc animalier géré par une association d'Insertion en lien avec le Centre éducatif fermé (AMSEEA) se trouve au bord de la rue des Dormaux, qui continue la rue du 150e-RI en direction de Belleville-sur-Meuse (quartier des Montgrignons), près d'anciens sites de fours à chaux, dont on voit encore les voies ferrées qui les reliaient à la gare de Verdun. Les terrains de sport de la commune (stade Marceau-Maulpoix, salle polyvalente et terrains de tennis…) le côtoient, au croisement avec l'avenue de l'Étang-Bleu.

Entre l'avenue de l'Étang-Bleu, la rue de la Libération et le Jardin Fontaine, la frange résidentielle à l'est de Thierville est constituée de deux anciennes casernes (NIEL et Gribeauval), d'une école des arts du cirque (Persé Circus), et de trois lotissements du dernier tiers du XXe siècle (Le Tellier, la Valette et Chenevières, où s'implantent le collège Saint-Exupéry et le gymnase), additionné d'un nouveau lotissement au croisement de la rue des Cheminots et de la rue du 150e-RI (2011 -en cours d'achèvement).

Au nord-nord-est, le long de l'avenue de l'Étang-Bleu, une SPA et un restaurant-Thé dansant... puis une Zone Artisanale, l'Espace Doumenc (Lorraine Énergie, Menuiserie Janton, peintures Noël et Fils, cuisinistes Petitjean et Fils, Lorraine Matériel (Lormat), Verdun Méca, un fromager, etc.).

Cette avenue continue vers Verdun, via les locaux de l'entreprise de casacadeurs Luc Appourchaux, l'aire d'accueil des gens du voyage, la déchetterie de la Codécom, diverses entreprises de recyclage et de transports, et la grande implantation de l'entreprise de surgelés Maximo, zone de Chicago, attenant à l'entreprise Varnerot déjà citée.

Dans le lit majeur de la Meuse, vers le nord-ouest, un petit parc, puis les étangs du Wameau, sites de pêche et de promenade, au milieu desquels les chemins appréciés par les cyclistes et VTTistes relient Thierville à Charny-sur-Meuse notamment.

Plus au nord-ouest encore, d'autres chemins continuent le long des terrains militaires des forts de La Chaume et des Sartelles, en direction du hameau de Germonville et de Fromeréville-les-Vallons.

Enfin, le plus au nord, route de Varennes, en direction de Charny-sur-Meuse (D 38)), après la sortie de l'agglomération (qui est bordée de lotissements pour les militaires de la caserne du 1er RCH et l'entreprise de constructions Dreneri) d'autres chemins partent à travers les collines vers Marre (en longeant les installations de l'usine Progilor), ou longent le Wameau par le nord, le long de la sablière Holcim et du hameau de Villers-au-Moines.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune de Thierville-sur-Meuse est desservie par la ligne 2 du réseau TIV ainsi que par le circuit scolaire 11.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Thierville-sur-Meuse[1]
Marre Charny-sur-Meuse Belleville-sur-Meuse
Fromeréville-les-Vallons Thierville-sur-Meuse[1] Verdun
Fromeréville-les-Vallons Verdun (Quartier-de-Glorieux) Verdun

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avant 1922, Thierville-sur-Meuse s'appelait Thierville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2001 Marceau Maulpoix    
mars 2001 mars 2005 Henri Renard    
mars 2005 En cours Claude Antion DVG  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2016, la commune comptait 3 076 habitants[Note 1], en augmentation de 1,15 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361437457412485495550546574
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5375515575906306967512 4933 169
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8053 0903 4232 7142 7914 2834 1001 8542 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 2742 4562 1582 6992 7952 7483 1923 1493 106
2013 2016 - - - - - - -
3 0403 076-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Groupe scolaire Jardin-Fontaine.

On trouve deux groupes scolaires (Village et Jardin-Fontaine) et un collège (Antoine de Saint-Exupéry), un IME, un Centre éducatif fermé.

Une crèche (Les Libellules), des garderies scolaires et un Centre aéré (CLSH) en lien avec la MJC de Belleville-sur-Meuse complètent l'offre éducative/ récréative.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

ALT (loisirs-animations), club d'équitation (au 1er RCH), club de karaté, club de football (UST), Harmonie Municipale, Persé Circus, jumelage avec Oberndorf am Neckar (Drapeau de l'Allemagne Allemagne).

  • Deux brocantes annuelles au moins (mai et fin juin).
  • Salon des artistes.
  • Concerts de l'Harmonie Municipale.
  • Saint-Nicolas (dernier week-end de novembre).

Santé[modifier | modifier le code]

Une Maison Médicale (Médecins généralistes, Kinésithérapeutes, Infirmières et Sage-Femmes) dans l'ancienne caserne Niel, rue du Clos de Jardin-Fontaine est créée au second semestre 2013.

Économie[modifier | modifier le code]

Plaque émaillée vantant la bière de Thierville au début du XXe siècle.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'harmonie municipale de Thierville, HMT, qui développe un ensemble baroque, un big band et un orchestre de variété[6] et joue régulièrement pour les commémorations à Douaumont.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Brice, construite en 1768, endommagée par la Première Guerre mondiale, l'église est restaurée.

Située rue de la Libération, elle fait partie de la paroisse Saint-Vanne-en-Verdunois (Verdun Ouest). à compléter

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

D'après des documents originaux huit habitants de la commune de Thierville-sur-Meuse ont participé dès 1793 aux guerres de la Révolution « pour deffendre la Patrie, maintenir la République française, et soutenir la Liberté et l'Égalité... » : Louis Genin, Jean-Nicolas Guillaume, Baptiste Henry, Nicolas Barnabé Doucet, Jacques Lejeune, Francois Houdinet, Sébastien Mazuet, Sébastien Erard, Jean-François Robinet et Éric Périn(Canada)

Sous la direction du maire Doucet et des officiers municipaux Aubry, Aubertin, Houdinet et le greffier M. Rogé, en 1791 fut confié à Louis Pierrard l'entretien d'un « porc mâle » pour le troupeau de la Commune ; en 1792 le Maréchal-ferrant Pierre Begard fut condamné à payer « pressament la somme de cent cinquante livres pour lamande (sic !) prononcée contre lui sur rapport de deux cent bêtes à laine... trouvées pâturant dans la prerie (sic !) à la contrée de devant la Tour... », etc. La même année l'on a organisé des réserves de grains « suivant l'usage pour le profit des laboureurs » ; Nicolas Dieudonné et Jacques Ponsard furent nommés « gardes champêtres... pour faire observer la police dans toutes ses formes... » ; Antoine Robinet fut nommé « Maitre d'Écolle » ; et enfin à Jean Bourgeois fut confiée la « garde du troupeau des moutons » appartenant aux habitants de Thierville et au « pâtre François Le Clerc... le troupeau de vaches ». Voilà quelques noms de vieux habitants de Thierville-sur-Meuse dont sûrement l'on aurait perdu la trace sans la découverte de ces quelques « vieux papiers ».

Il est à noter la présence de Johann Wolfgang Goethe, philosophe et scientifique allemand, à Jardin Fontaine lors de la campagne de France de 1792 aux côtés du Duc de Saxe Weimar et du Duc de Brunswick. L'armée prussienne campera à Regret et Glorieux jusqu'au 10 septembre 1792 avant de faire mouvement pour Malancourt le 11 septembre 1792 au matin. (source : Thèse Arthur Chuquet « La campagne de l'Argonne » 1886)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Thierville-sur-Meuse Blason De sinople à la bande d'or chargée de trois alérions de gueules, accompagnée de deux bar adossés du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Coordonnées sur la commune », sur www.lion1906.com (consulté le 9 juillet 2013)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Harmonie Municipale de Thierville », sur Site de Harmonie Municipale de Thierville (consulté le 23 août 2019)
  7. « Monument aux morts, ou Monument au 2e chasseurs d’Afrique – Thierville-sur-Meuse », sur e-monumen.net (consulté le 23 août 2019)