Ed Banger Records

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ed Banger Records
logo de Ed Banger Records

Création 19-02-2002
Fondateurs Pedro WinterVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société à responsabilité limitée
Siège social PARIS 75018
Direction Pierre (Pedro) Winter
Activité Arts du spectacle vivant
Effectif nc
Siren 440 991 834[1]
Site web edbangerrecords.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires comptes non déposés

Ed Banger est un label français de musique électronique fondé par Pedro Winter en à Montmartre, au nord de Paris. Il a contribué à faire émerger la French Touch au début des années 2000[2].

Il appartient à la société Headbangers Entertainment.

Historique[modifier | modifier le code]

Ed Banger est créé en 2003 par Pedro Winter, alors manager via sa société Headbangers Entertainment de Daft Punk, Cassius et DJ Mehdi. Quand il décide d'étendre ses activités de manager avec ce label, DJ Mehdi lui suggère d'inventer le personnage de ED dont vient le nom[3]. La chaine MTV avec son émission « Headbangers Balls » lui inspire le nom[4]. C'est la découverte du titre Radar Rider de Mr. Flash qui le pousse à fonder son label[4] ; sur ce premier maxi du label figurera d'ailleurs le numéro de téléphone du label et une incitation à « appeler Ed ». La face B du maxi est signée Philippe Zdar de Cassius, sous son pseudo A Bass Day[5]. Dès le départ, le label développe un graphisme qui lui est propre à base d'illustrations pop[4]. Les visuels du label sont réalisés par So-Me, qui explique qu'il souhaitait « un graphisme très généreux, un dessin inspiré de la BD, qui n’était pas un truc forcément noble pour le milieu. Des éléments qui venaient du skate et du graffiti aussi, qui n’ont pas peur de la couleur ni de s’auto-caricaturer »[6].

Toujours en 2003 Pedro Winter rencontre, via son directeur artistique So-Me, Gaspard Augé du duo Justice, qui lui présentent le morceau Never Be Alone qu'ils signeront sur le label. Puis ce sera le tour, dès les débuts du label, de SebastiAn ou Krazy Baldhead[4]. Deux ans plus tard Ed Banger sortira le maxi We Are Your Friends, remix par Justice de Never Be Alone de Simian Mobile Disco. Le morceau est un tube. En 2006 Ed Banger sort son premier LP, Lucky Boy de DJ Medhi. Suivra ensuite Rainbow Man en 2007, de Pedro Winter lui-même sous le pseudo Busy P. La même année, la reconnaissance internationale de l'album Cross de Justice donne une grande visibilité au label, allant plus loin que le microcosme de la musique électronique française : festivals majeurs et discothèques de par le monde ouvrent leurs portes aux artistes d'Ed Banger[4]. Avec Breakbot, Uffie, Cassius, Mr Oizo ou Carte Blanche, les tubes s'enchainent ainsi que les nominations aux cérémonies récompensant la musique et les clips[4].

En 2011 DJ Mehdi meurt lors d'une soirée. « Figure emblématique du label », cet évènement marque un net ralentissement pour Ed Banger[7].

En 2015 Para One rejoint le label avec le titre Elevation[8]. L'année suivante Justice sort un nouveau disque, ainsi que Cassius, Mr Oizo et Breakbot ; ceci marque un retour sur le devant de la scène du label[9]. En parallèle, de nouveaux artistes sont signés, tels 10LEC6, Myd, ou Vladimir Cauchemar[9]. Les quinze ans d'Ed Banger donnent lieu à une soirée au Grand Rex avec reprise des titres phares, anciens ou récents, du label, joués par un orchestre symphonique de 70 musiciens[7].

Artistes[modifier | modifier le code]

Quelques artistes du label :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.societe.com/societe/headbangers-entertainment-440991834.html
  2. « About | Ed Banger Records » (consulté le )
  3. « Vis ma vie de label indé - Ed Banger Records », Brain Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a b c d e et f DJ Mag 2019, p. 40.
  5. « Ed Wreck, l'émission qui rend justice à Ed Banger », Red Bull,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Ed Banger : c’est dans la pochette ! », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a et b DJ Mag 2019, p. 40 à 41.
  8. « Para One, nouvelle recrue de choc pour l'écurie Ed Banger - Greenroom », Greenroom,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. a et b DJ Mag 2019, p. 41.

Source[modifier | modifier le code]

  • « EdBanger, quinze ans de règne », DJ Mag France, no 21,‎ , p. 40 à 41 (ISSN 2271-006X). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]