Jujurieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jujurieux
Jujurieux
Le château de la Tour-des-Échelles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Nantua
Intercommunalité Communauté de communes Rives de l'Ain - Pays du Cerdon
(siège)
Maire
Mandat
Anne Bollache
2020-2026
Code postal 01640
Code commune 01199
Démographie
Gentilé Sussuriens
Population
municipale
2 132 hab. (2018 en diminution de 1,84 % par rapport à 2013)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 27″ nord, 5° 24′ 34″ est
Altitude Min. 242 m
Max. 633 m
Superficie 15,39 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Ambérieu-en-Bugey
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pont-d'Ain
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Jujurieux
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Jujurieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jujurieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jujurieux
Liens
Site web jujurieux.fr

Jujurieux est une commune française située dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Sussuriens[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pour les noms multisyllabiques d'origine francoprovençale, « x » indique l’accentuation sur la dernière syllabe le différenciant avec le z final qui sert à marquer le paroxytonisme.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la rive gauche de l'Ain, dans la zone d'appellation contrôlée des vins du Bugey.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Jujurieux est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Jujurieux, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 3 879 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Ambérieu-en-Bugey, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 15 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (49,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (47 %), prairies (35,3 %), zones urbanisées (5,5 %), cultures permanentes (4,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,8 %), terres arables (2,1 %), zones agricoles hétérogènes (1,3 %), eaux continentales[Note 3] (0,9 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site semble occupé dès la préhistoire[réf. souhaitée]. Le prieuré bénédictin aurait été fondé au XIIe siècle[réf. souhaitée].

Les principales dates relatives à la commune sont les suivantes[réf. souhaitée] :

  • 452 : dévastations dans le Bugey par Attila et ses Huns ;
  • 501 : le Bugey fait partie du royaume burgonde de Lyon ;
  • 531 : annexion du Bugey par les Francs ;
  • 584 : le Bugey est en royaume de Bourgogne qui est uni à l'Austrasie ;
  • 730 : invasions sarrasines dans le Bugey ;
  • 931 : Almares ou Almarus ou Adaléranus ou Aldaran, ancien curé de Jujurieux et abbé de Nantua est élu évêque de Mâcon ;
  • 1141 : Odon est prieur de Jujurieux, il est nommé par l'abbé d'Ambronay ;
  • 1304 : l'archevêque de Lyon, Louis de Villars, reconnaît que le prieuré de Jujurieux ne lui doit aucune procuration et il devient doyenné ;
  •  : Jean de Cojordan, évêque d'Avignon, et Jean d'Arpelle chapelain du pape Benoît XII, résidant en Avignon, sont dans le mandement de Varey pour faire une enquête démographique en vue de la cession du Dauphiné au pape envisagée par le dauphin Humbert II de Viennois : le village de Jujurieux compte 11 feux (un feu = environ 4,5 âmes).

Une des cinq fresques conservées au château de la Tour-des-Échelles représente la cité fortifiée de Pont d'Ain, on peut y distinguer le château de Pont-d'Ain et voir un maçon en train de remonter les murs du chevet de l'église de Pont d'Ain, détruite par une importante inondation en 1624. Cette crue de l'Ain emporta une partie du mobilier de l'ancienne église de Pont d'Ain, mais aussi la châsse (urne en plomb) où était conservé le cœur de Philibert-le-Beau[12].

Le bourg fut desservi par le réseau de chemin de fer secondaires des Tramways de l'Ain (ligne pour Pont-d'Ain) de 1898 à 1933.

Le développement de Jujurieux au XIXe siècle vient de l'industrie de la soie, sous l'influence de Lyon. En 1835, le soyeux Claude-Joseph Bonnet crée une usine-pensionnat, les Soieries Bonnet. L'usine est une cité industrielle réunissant des ateliers et un internat pour jeunes filles. Fermés en 2001, les locaux des Soieries Bonnet et leurs collections ont été rachetées par le conseil général de l'Ain, qui en a fait un musée avec 300 000 objets.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Jujurieux est membre de la communauté de communes Rives de l'Ain - Pays du Cerdon, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Jujurieux. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[13].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Nantua, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[14]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Pont-d'Ain pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[14], et de la cinquième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[15].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1904 1919 Marie-Gabriel Boccard   Député (1924-1925
Conseille général du canton de Poncin (1907-1928)
1919 1941 Samuel Péry    
1949 mars 1977 Justin Borron (1903 - 1998)    
mars 1977 juin 1995 Gérard Reverdy UDF-PR Conseiller général
juin 1995 mars 2014 Jean Chabry DVG puis DVD Conseiller général
Président du Parc Industriel de la Plaine de l'Ain depuis 2008
mars 2014 En cours Anne Bollache DVG Professeure
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2018, la commune comptait 2 132 habitants[Note 4], en diminution de 1,84 % par rapport à 2013 (Ain : +4,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3301 5681 5321 5271 5121 6041 7781 9012 047
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1112 4612 6662 7122 8503 0252 9182 7372 831
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6522 7112 7522 3532 3412 0861 8861 6111 612
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 5601 5201 4591 4921 6021 7001 9501 9862 022
2013 2018 - - - - - - -
2 1722 132-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La Thou (bière) est produit ici.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un bâtiment des établissements Bonnet.
  • Les soieries CJ Bonnet[20] constituent un site patrimonial exceptionnel présentant l'histoire d'une des plus grandes soieries de France aux XIXe et XXe siècles. Elles sont inscrites aux monuments historiques depuis 2003[21].
  • Le château de la Tour-des-Échelles fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1977.
  • La tour de Cossieux fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1984.
  • Le château médiéval de Chenavel, transformé au XIXe siècle, surplombe la vallée de la rivière d'Ain. Fait exceptionnel, le château a échappé par deux fois à la destruction : en 1598, lors de la guerre entre la Savoie et la France, par le maréchal de Biron ; et sous la Révolution, en 1794, par Albitte.
  • Ruines du châtelard de Luyre.
  • Les Grottes de Jujurieux ou d'En Perrucle ou de la Courbatière : réseau d'environ 2,5 km sous Convention entre un propriétaire privé et la FFS représentée par le CD Spéléo de l'Ain. Livre de Bernard Chirol sur les grottes en 2000 (73 pp).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jujurieux, sur lion1906.com.
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021)
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  5. « Unité urbaine 2020 de Jujurieux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 23 mars 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021)
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 avril 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey - Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282 - 1355), collection Histoire et Archéologie médiévales no 14, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2005, (ISBN 272970762X), p. 13.
  13. « communauté de communes Rives de l'Ain - Pays du Cerdon - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 19 avril 2020)
  14. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Jujurieux », sur le site de l'Insee (consulté le 19 avril 2020).
  15. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 19 avril 2020).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. Emmanuel de Roux, Patrimoine industriel, p. 148-155, Éditions Scala, Paris, 2007 (ISBN 978-2-86656-406-3).
  21. Notice no PA01000011, base Mérimée, ministère français de la Culture.