Philibert Ier de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Philibert Ier de Savoie
Illustration.
Titre
Duc de Savoie

(10 ans, 5 mois et 23 jours)
Prédécesseur Amédée IX
Successeur Charles Ier
prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Date de naissance
Lieu de naissance Chambéry (Savoie)
Date de décès (à 17 ans)
Lieu de décès Lyon (France)
Père Amédée IX de Savoie
Mère Yolande de France
Conjoint Blanche-Marie Sforza

Philibert Ier de Savoie

Philibert Ier de Savoie, dit le Chasseur, né à Chambéry le 17 août 1465, mort à Lyon le , est le 4e duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne de 1472 à 1482. Il est le fils d'Amédée IX, duc de Savoie, et de Yolande de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Philibert naît le au château ducal de Chambéry[1]. Il est le fils du duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne, Amédée IX, et de son épouse, Yolande de France[1], fille du roi de France, Charles VII, et sœur de Louis XI.

Règne éphémère[modifier | modifier le code]

Son père meurt en 1472[1]. Il hérite, à l'âge de sept ans, du titre de duc de Savoie ; la régence est assurée par sa mère, Yolande de France[1].

Celle-ci le marie en 1474 avec sa cousine Blanche-Marie Sforza (14721510), fille de Galéas Marie, duc de Milan et de Bonne de Savoie, fille de l'ancien duc Louis Ier de Savoie[1].

Yolande doit louvoyer entre les alliances, au cours de la Guerre de Bourgogne, entre Charles le Téméraire et la Confédération suisse. Prisonnière pendant un temps du Téméraire, elle s'échappe, mais meurt peu après, le 28 août 1478. Son entourage se déchire alors pour le pouvoir, et son oncle Philippe sans Terre, comte de Bresse, finit par l'emporter.

Mort et succession[modifier | modifier le code]

Le jeune duc Philibert Ier de Savoie meurt en 1482, à l'âge de 17 ans, à la suite d'une partie de chasse. Des soupçons d'empoisonnement sont avancés par certains[1]. Ses entrailles sont déposées dans l'ancienne église du couvent des Célestins de Lyon[2].

Le duché de Savoie passe à son frère Charles, et sa veuve se remariera en 1494 à Maximilien Ier de Habsbourg, empereur germanique.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Gemeinsame Normdatei

  • Louis Charles Dezobry et Théodore Bachelet, Dictionnaire de Biographie et d’Histoire, Paris, [détail de l’édition]
  • Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale maison de Savoie, justifiée par titres, fondations de monastères, manuscrits, anciens monuments, histoires et autres preuves authentiques. Livres 1-2 / ; enrichie de plusieurs portraits, sceaux, monnaies, sculptures et armoiries, Lyon, G. Barbier, , 1073 p. (lire en ligne), p. 563-573

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f APG, p. Philibert Ier.
  2. Paolo Cozzo, « Stratégie dynastique chez les Savoie: une ambition royale, XVI-XVIII siècle », dans Juliusz A. Chrościcki, Mark Hengerer, Gérard Sabatier, Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : Volume I : Le grand théâtre de la mort, Les Editions de la MSH, , 412 p. (ISBN 978-2-73511-686-7, lire en ligne), p. 228-229 (Carte).