Mérignat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mérignat
Mérignat
Vue du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Nantua
Canton Pont-d'Ain
Intercommunalité Rives de l'Ain - Pays du Cerdon
Maire
Mandat
Alain Poizat
décembre 2015-2020
Code postal 01450
Code commune 01242
Démographie
Population
municipale
126 hab. (2016 en diminution de 5,97 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 13″ nord, 5° 26′ 15″ est
Altitude Min. 300 m
Max. 587 m
Superficie 3,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Mérignat

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Mérignat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mérignat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mérignat

Mérignat est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mérignat est situé sur une combe de montagne qui s’ouvre en direction de Poncin, sur le versant nord du massif de Chenavel, entre Cerdon et le hameau de Ménestruel, à une lieue environ de Jujurieux, et regardant les énormes rochers de Saint-Alban.

Le paysage est varié : un espace couvert de vignes, de jardins et de vergers, le reste, plus sauvage, est composé d’anciens pâturages entourés de bois et bordés de rochers abrupts. La vigne, avec ses nouveaux plans couvre de plus en plus de surface. Le village était à proximité de la grande route de Lyon à Genève par Poncin et Cerdon, la route nationale 84. Il était desservi par une route qui montait de Jujurieux et descendait sur Cerdon par la veille route romaine de la Coriat. La commune englobe une partie de Préau (hameau de Cerdon) : la chapelle, six maisons et une partie de la cartonnerie Dubreuil.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cerdon Rose des vents
Poncin N
O    Mérignat    E
S
Jujurieux Boyeux-Saint-Jérôme

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 2015 En cours Alain Poizat    
mars 2014 décembre 2015 Marie Odile Le Corre SE Retraitée
mars 2008 mars 2014 Eliane Zivkovic    
mars 2001 mars 2008 Armand Balivet    
juin 1995 mars 2001 Alain Renardat-Fache    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie et économie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2].

En 2016, la commune comptait 126 habitants[Note 1], en diminution de 5,97 % par rapport à 2011 (Ain : +5,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
236233488400364349361340328
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
296285294282297297301280285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
301277258194185179165143134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
12290868085114131134136
2013 2016 - - - - - - -
125126-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Ce petit village a beaucoup souffert de la dépopulation rurale depuis le milieu de XIXe siècle. La crise du phylloxéra, à la fin du siècle dernier, puis le doute qui s’est installé dans la population vigneronne expliquent l’ampleur du déclin démographique, sans parler du commerce des fruits aujourd’hui négligeable, et qui constituait alors une source de numéraire importante.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Éloi.

Les habitations sont regroupées autour de la fontaine. Les rues sont étroites et bordées de maisons des polyculteurs–vignerons. L’architecture est typique : l’étable jouxte la cave, la zone d’habitation est à l’étage, desservie par un escalier extérieur.

En arrivant au village par le chemin neuf on trouve une grande maison du XVIIIe siècle, jadis propriété de notables locaux, les Mathieu.
En 1867, elle appartenait à M. Georges Benoit-Mathieu d’Apremont descendant de sieur Georges Mathieu, écuyer, président des trésoriers de France à Dijon, en 1789. La famille Mathieu est une des plus anciennes de Mérignat, car on voit dans l’église une petite chapelle fondée et dotée, en 1343, par un sieur Antoine Mathieu, prêtre-doyen de Cerdon, qui déclare dans l’acte de fondation que sa famille est propriétaire à Merignat depuis plus de 500 ans, et qu’il a placé cette chapelle sous le vocable de saint Antoine et de sainte Anne[5]

Les ruines du château seigneurial se dressent sur un piton dans une propriété, à la sortie du village. Jadis, il comportait quatre tours. Seule l’une d’entre elles est conservée en partie. Elle a été récemment restaurée. De là, la vue est magnifique sur la vallée de Cerdon et les montagnes du Bugey.

La rude montée de la Coriat conduit au sommet d’un mamelon. Là, au milieu des vignes, surgissait un noble manoir du Moyen Âge. Il fut édifié en 1302 par Humbert de Chatard. Quatre grosses tours carrées, saillantes, fortement renflées à leur base, reliées entre elles par d’épaisses courtines, et disposées en quadrilatère régulier, des fossés tout autour, une seule entrée à pont-levis, auprès de laquelle on arrivait par une longue et étroite levée de terre, voila le plan général de ce manoir, plan qu’il nous a été facile de restituer, d’après les vestiges gisants dans l’intérieur et aux alentours du terre plein sur lequel il trônait en souverain. Tout a disparu sous le coup de ces révolutions qui n’ont que trop souvent ravagé la contrée. D’énormes protubérances et de longs talus recouvert de gazon et de broussailles indiquent l’emplacement des tours et des courtines. Seule, la tour de sud-ouest élève encor dans l’espace deux immenses pans de muraille, qui semblent là comme une malédiction vivante contre les sauvages cohortes de Vergy et de Biron, en même temps qu’une protestation énergique contre M. le maire de Mérigniat qui, par mesure de prévoyance st de précaution, veut faire procéder à leurs démolition complète pour cause de sûreté publique… Et, il faut bien l’avouer, cette ruine, l’ornement de Mérigniat qui, sans elle, ne serait qu’un vulgaire coteau de vigne, menace de s’écrouler sur l’artiste qui vient la visiter, et sur les vignerons qui travaillent aux alentours. Chaque orage enlève une pierre de son sommet qui s’ébrèche de plus en plus. [6]

LE MONUMENT AUX MORTS : La construction d’un monument aux morts de la guerre 1914-1918 a été précédée par la création d’une place publique. Ce qui deviendra la place du Monument, (rebaptisée le 11 novembre 2007 : place Jean-Besançon), était occupée par des jardins. Ils appartenaient à M.Jean DUBREIL, Mme veuve FRAMINET, M. François TROLLIET, et à Mme veuve BOLLIET. Un contrat de construction a été signé entre M. Jules RENARDAT- FACHE (maire de la commune) et M. MOINE, (directeur de la Coopérative de l’’UNION DES TRAVAILLEURS DE LA PIERRE ET DU MARBRE) en avril 1924. La réception des travaux a eu lieu en mai. Sur ce monument en pierre de Comblanchien, des inscriptions gravées et peintes en rouge antique. On peut y lire le nom des habitants de la commune mort pendant la guerre 1914-1918 : BOLLIET François, DUBREUIL Claudius, DUTILLET Paul, EVRAT Marius, RAVET Jules, RENARDAT Lucien, RENARDAT – FACHE, Léon, ROCHERET Marius, SOIGNAT François

La légende de LA CHAPELLE DE PREAU: Un saule ombrageait la prairie ; mais il gênait les abords d’une habitation rustique. On voulut l’abattre ; au premier coup de hache, le paysan vit du sang couler le long de l’arbre, et entendit des gémissements sortir de l’intérieur. Le tronc vermoulu livra passage à la statue de la Sainte Vierge, tenant dans ses bras il divino bambono. Celui-ci étendit ses petites mains vers le rustre qui, tout perdu, était tombé à genoux. On édifia une chapelle en ce lieu consacré ; et grâce aux faveurs que l’on rapporte en retour d’abondantes aumônes, grâce surtout à la vertu spéciale attribuée à la Vierge-Noire de dissiper tout sentiment de frayeur, soit chez les enfants peureux, soit même chez les grandes personnes, des processions de pèlerins y accourent de très loin, le 8 septembre de chaque année. Une particularité, que nous n’avons pas osé approfondir, c’est que la statue représente une belle négresse ; de là vient la dénomination de Chapelle de le Vierge-Noire. Autre particularité également mystérieuse : malgré serrures, verrou et barres de fer, la chapelle ne peut rester fermée ; cela explique pourquoi devant l’entrée on ne voit qu’une simple barrière à claire-voie, ouverte à tous venant.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. Extrait du livre : Les Vallées du Bugey par le Baron Achille Raverat en 1867, information erronées d’après le fascicule : Merignat et son église
  6. Extrait du livre : Les Vallées du Bugey par le Baron Achille Raverat en 1867


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]