Philiberte de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philiberte de Savoie
Philiberte de Savoie.jpg
Titre de noblesse
Duchesse
Biographie
Naissance
Avant Voir et modifier les données sur Wikidata
SavoieVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Famille
Père
Mère
Conjoint
Julien de Médicis (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Philiberte de Savoie, duchesse de Nemours, mentionnée à partir de 1498 et morte le Virieu-le-Grand (département de l'Ain), est une aristocrate, marquise de Gex, vicomtesse de Bridiers, dame de Fossan en Piémont, de Chanas, d'Yenne, du Bourget (Duché de Savoie), de Modon, de Saint-Julien (Genevois), de Poncin, de Cerdon, de Virieu-le-Grand (Bugey), de Billia, de Bruyères (Poitou), de Tours et de Flés en Saintonge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Philiberte de Savoie naît avant ou vers 1498[1]. Elle est la fille du Duc de Savoie Philippe II ( ) et de sa seconde épouse Claudine de Brosse ( )[1].

Deux de ses frères, Philibert ( ), puis Charles ( ) succèdent à leur père.

Mariage[modifier | modifier le code]

Philiberte de Savoie est promise le à Julien de Médicis, duc de Nemours. Le grand-chambellan, François (II) Mareschal-Meximieux est chargé de l'accompagner[2]. Les noces ont lieu le , à Turin.

Veuvage et mort[modifier | modifier le code]

Veuve l'année suivant son mariage, en 1516, elle s'intéresse peu à peu vers la foi protestante, sans s'en réclamer ouvertement[3],[4].

En 1524, son frère, Charles III de Savoie, lui vend la baronnie du Bourget[5]. Le château est laissé à l'abandon et tombe peu à peu en ruines[6]. À sa mort, il retournera dans les possessions du duc de Savoie.

Philiberte de Savoie meurt le dans le château de Virieu-le-Grand, en Bugey[7],[3].

Le site Internet de généalogie Foundation for Medieval Genealogy donne la même date et simplement Virieu[1].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Philiberte de Savoie »
  2. Abbé François Page, curé de Mizérieux, Meximieux, une commune pendant la révolution, Chaduc, Belley, 1903, p. 18.
  3. a et b Eugène Boulitrop, Histoire de la Réforme en Savoie, Aix-les-Bains, Auteur, , 305 p. (lire en ligne), p. 17.
  4. Hubert Wyrill, Réforme et Contre-Réforme en Savoie, 1536-1679 : de Guillaume Farel à François de Sales, Éditions Olivetan, 2001, p.129.
  5. Marc-André de Buttet d'Entremont, baron du Bourget, « Notes historiques sur les ruines du château du Bourget », Mémoires et documents publiés par la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, t. 44,‎ , p. 213-232 (lire en ligne).
  6. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-84265-326-2), p. 257-260
  7. Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg, Gromier Ainé, , 518 p. (BNF 30556006, lire en ligne), p. 445.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]