La Chapelle-Neuve (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Chapelle-Neuve
La Chapelle-Neuve (Morbihan)
L'église Notre-Dame-de-la-Fosse.
Blason de La Chapelle-Neuve
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Communauté de communes Centre Morbihan Communauté
Maire
Mandat
Anne Sorel
2020-2026
Code postal 56500
Code commune 56039
Démographie
Gentilé Chapelle-Neuvois, Chapelle-Neuvoise
Population
municipale
979 hab. (2018 en augmentation de 11 % par rapport à 2013)
Densité 45 hab./km2
Population
agglomération
11 647 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 55″ nord, 2° 56′ 30″ ouest
Altitude 50 m
Min. 35 m
Max. 149 m
Superficie 21,87 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Grand-Champ
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
La Chapelle-Neuve
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
La Chapelle-Neuve
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Neuve
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Neuve

La Chapelle-Neuve [la ʃapɛl nœv] est une commune du département du Morbihan, dans la région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Chapelle-Neuve
Baud Guénin
La Chapelle-Neuve Plumelin
Camors Brandivy Moustoir-Ac

La Chapelle-Neuve est délimitée au nord par Guénin, à l'est par Plumelin, au sud par Pluvigner et à l'ouest par Camors et Baud. Ses nombreuses forêts s'étendent sur 215 ha. Il s'agit d'une commune très étendue et composée de nombreux hameaux, parfois éloignés du bourg.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Chapelle-Neuve est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l' occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 3,0 % 65
Terres arables hors périmètres d'irrigation 43,7 % 953
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 1,2 % 27
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 19,2 % 418
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 3,0 % 66
Forêts de feuillus 9,0 % 196
Forêts de conifères 7,0 % 152
Forêts mélangées 13,5 % 294
Forêt et végétation en mutation 0,4 % 9
Source : Corine Land Cover[6]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Chapelle-Neuve, en breton Ar Chapel Nevez.

La commune doit son nom à une chapelle nouvellement construite par rapport aux autres chapelles environnantes, un nouveau lieu secondaire de culte (de Plumelin), et appartenant à la confrérie du Saint Sacrement, confrérie que l'on retrouve un peu partout en Bretagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Rohan bâtirent en leur fief de Plumelin une nouvelle chapelle : Notre-Dame-de-la-Fosse. À la fin du XVIe siècle, elle est reconstruite par la confrérie du Saint-Sacrement. Par la suite, cette commune prend le nom de La Chapelle-Neuve. En juin 1867, la commune se sépare de Plumelin et devient une commune à part entière.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2018, la commune comptait 979 habitants[Note 2], en augmentation de 11 % par rapport à 2013 (Morbihan : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 0611 0731 0941 1371 1741 2661 2941 2541 320
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 2901 3171 3301 2951 3341 1301 004920781
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 - -
739732724751738944979--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1901 1950 Joseph Menaheze -  
      -  
1981 1995 François Sorel - Meunier
1995 2008 Denis Morvan - Exploitant agricole
2008 2014 Michel Trégouët - Responsable administratif et comptable
2014
Réélue en 2020[11]
en cours Anne Sorel - Aide-soignante
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 31 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 31 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 31 mars 2021).
  6. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le 20 avril 2021).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. « Conseil municipal : maire et adjoints ont été élus », sur Le Télégramme, (consulté le 4 juillet 2020).