L'Empereur-Dieu de Dune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’Empereur-Dieu de Dune
Image illustrative de l’article L'Empereur-Dieu de Dune
Couverture de l'édition allemande par Frank Lewecke (2001).

Auteur Frank Herbert
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Langue Anglais américain
Titre God Emperor of Dune
Éditeur Putnam
Lieu de parution New York
Date de parution
ISBN 0-575-02976-5
Version française
Traducteur Guy Abadia
Éditeur Robert Laffont
Collection Ailleurs et Demain
Lieu de parution Paris
Date de parution 1982
Type de média Livre papier
Nombre de pages 432
ISBN 2-221-00775-1
Série Cycle de Dune
Chronologie

Sur les autres projets Wikimedia :

L’Empereur-Dieu de Dune (titre original : God Emperor of Dune) est un roman de Frank Herbert, paru aux États-Unis en 1981, qui fait suite au roman Les Enfants de Dune. Il s’agit du 4e tome du cycle de Dune.

Résumé[modifier | modifier le code]

À la suite de sa décision, il y a environ 3 500 ans, de mener l’humanité vers le Sentier d'Or, Leto II Atréides est devenu un dieu vivant tyrannique, qui poursuit sa mutation en ver géant au fil des siècles. Sa prescience et sa mémoire génétique quasi illimitées lui permettent de maîtriser totalement les différentes organisations qui se partageaient auparavant l’univers, et qui tentent à présent tant bien que mal de survivre à l’immense pouvoir de l’Empereur-Dieu, qu'ils surnomment le « Tyran ».

Durant ces trois millénaires d’existence, Leto a bouleversé l’ordre ancien de bien des façons : les Grandes Maisons ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes. La Guilde spatiale, le Bene Gesserit, le Bene Tleilax et les savants de Ix sont ramenés au rang de serviteurs qui dépendent du bon vouloir et des subsides distribués chichement par l’empereur-dieu (notamment l’Épice dont il possède les dernières grandes réserves, étant réputé pour avoir caché quelque part dans son royaume un immense magot d’Épice), qui utilise son armée prétorienne féminine, les Truitesses, pour juguler toute contestation dans le sang. Les changements climatiques de Dune, instaurés par Paul Muad’Dib, ont conduit à l’extermination des vers géants dont le dernier spécimen vivant demeure l’Empereur lui-même.

D’un point de vue plus général, le règne de L’Empereur-Dieu s’apparente à une stagnation intense, la Paix de Leto s'étant imposée sur tous les plans, qu’ils soient spatiaux, démographiques, culturels ou religieux. Pourtant, le tyran se veut professeur. En effet, son règne millénaire n’est qu’une unique leçon pour l’humanité toute entière — dont il a entrevu la fin —, et qu'il prépare à la survie avec son Sentier d'Or.

Sur un plan personnel, Leto vit un interminable calvaire, son immortalité relative, bien que lui ayant apporté une connaissance unique du passé, du présent et de l’avenir, ne pouvant occulter sa solitude, étant désormais un être unique, à part de l'humanité. Accompagné depuis le début de sa transformation par de nombreux gholas, tous des copies de l'ancien soldat de la Maison Atréides Duncan Idaho, fournies avec diligence par le Bene Tleilax, Leto attend le jour où le Sentier d'Or portera l’humanité au-delà des dangers de l’annihilation.

Le premier pas de cet ultime plan de survie est donné par une de ses descendantes, Siona, jeune fille rebelle qui va mettre fin au règne de l’Empereur et, ainsi, enclencher le rêve sans fin du futur Dieu fractionné et l'essor du renouveau dans l’univers, avec la Grande Dispersion, qui éparpillera l'humanité dans la galaxie.

Place dans le cycle de Dune

Article détaillé : Cycle de Dune.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Stephen M. Fjellman, « Prescience and Power: "God Emperor of Dune" and the Intellectuals », Science Fiction Studies, Greencastle (Indiana), SF-TH Inc, vol. 13, no 1,‎ , p. 50-63.
  • (en) John L. Grigsby, « Herbert's Reversal of Asimov's Vision Reassessed: "Foundation's Edge" and "God Emperor of Dune" », Science Fiction Studies, Greencastle (Indiana), SF-TH Inc, vol. 11, no 2,‎ , p. 174-180.