Ghost (groupe suédois)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ghost.
Ghost
Description de cette image, également commentée ci-après

Ghost en concert à Munich (Allemagne) en 2016.

Informations générales
Surnom Ghost B.C.
Pays d'origine Drapeau de la Suède Suède, Linköping
Genre musical Doom metal, heavy metal, hard rock
Années actives Depuis 2008
Labels Iron Pegasus Records
Rise Above Records
Sonet Records (en)
Loma Vista Recordings (en)
Site officiel ghost-official.com
Composition du groupe
Membres Papa Emeritus III
A Nameless Ghoul Alchemy fire symbol.svg
A Nameless Ghoul Aether symbol.jpg
A Nameless Ghoul Alchemy water symbol.svg
A Nameless Ghoul Alchemy earth symbol.svg
A Nameless Ghoul Alchemy air symbol.svg
Anciens membres Papa Emeritus, Papa Emeritus II
logo de Ghost

Logo de Ghost.

Ghost est un groupe suédois de heavy metal formé en 2008 à Linköping[1]. Son style musical, qui mêle influences pop et sonorités proches du hard rock, tranche avec son image, plus proche de l'univers du black metal. Les membres du groupe présentent la particularité de n'avoir pas révélé leur identité, évoluant dans l'anonymat et portant des masques sur scène.

Le groupe a développé un univers inspiré du cinéma d'horreur et de la liturgie catholique. Le chanteur incarne un Pape sataniste, appelé Papa Emeritus, épaulé par ses disciples, les Nameless Ghouls ou « Goules Sans Nom ». Les tenues des membres, ainsi que la mise en scène et les décors des concerts, font ainsi référence à la mythologie satanique et évoquent l'univers du black metal. En outre, les musiciens usent de chœurs et de paroles en latin, rappelant la musique liturgique catholique.

Ghost connaît le succès dès la sortie de son premier album en 2010. Son deuxième album accroît la popularité du groupe, notamment aux États-Unis où il est dénommé Ghost B.C. Le dernier en date, Meliora (2015), rencontre un succès dépassant les seuls amateurs de heavy metal et conduit le groupe à se produire dans les plus grands festivals européens.

Biographie[modifier | modifier le code]

 Formation (2006-2010)[modifier | modifier le code]

Les membres du groupe, tous originaires de Linköping, ont tous auparavant évolué dans différents groupes de musique[2],[3]. Si ces groupes n'ont pas été révélés au public pour préserver l'anonymat des membres, on sait néanmoins que certains membres ont appartenu à des groupes communs[2]. La véritable genèse du groupe date de 2006, lorsque les futurs membres, alors réunis, écoutent l'un d'eux jouer un riff qui deviendra par la suite l'ouverture de Stand By Him, morceau-phare de leur premier album. S'ajoute alors l'idée d'utiliser des chœurs, se mariant bien à des paroles « ne pouvant être que satanistes ». Peu à peu, le style, autant musical que visuel du groupe prend forme et le nom de Ghost s'impose. Les fondations du groupe sont alors posées, avec autour, des thématiques qui deviennent récurrentes et que les artistes apprécient particulièrement, comme les films d'horreur, les traditions du metal scandinave, etc.[2]

C'est au mois de que les membres révèlent leurs premières chansons : sur leur page Myspace sont diffusés quatre extraits de leur futur album : le titre Con Clavi Con Dio ainsi que trois démos, Ritual, Prime Mover et Death Knell[4].

Les débuts du groupe ont ensuite lieu deux ans plus tard : au mois d', Fenriz (membre fondateur du groupe norvégien Darkthrone), écrit une critique dithyrambique sur son blog pour son article hebdomadaire « Band Of The Week » : « Sans l'ombre d'un doute, ce sera LE groupe de 2010 et d'au-delà. »[5] Au mois de , le label britannique Rise Above Records contacte le groupe et est alors programmée la sortie de leur premier album, Opus Eponymous[6]. En amont de cette sortie, les suédois auto-produisent et sortent chez un petit label allemand, Iron Pegasus Records, leur premier single, Elizabeth, diffusé le [7]. Le label obtient l'exclusivité de la chanson éponyme, composée pour le single[8], jusqu'à la sortie de l'album le .

Opus Eponymous (2010-2013)[modifier | modifier le code]

Moins d'une semaine après la sortie d'Opus Eponymous, le groupe entame ses premiers concerts en Europe[9]. Le premier a lieu le , dans la ville de Würzburg en Allemagne pour le Hammer Of Doom Festival. La mise en scène se met en place : l'arrivée des goules sur scène se fait sur Masked Ball, un morceau composé par Jocelyn Pook pour le film Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick dont les chants sont tirés de la liturgie roumaine orthodoxe et passés à l'envers[10]. Papa Emeritus, lui, arrive sans dire un mot, en balançant un encensoir. Le groupe se fait connaître assez rapidement et débute une importante tournée internationale. Leur premier concert aux États-Unis a lieu le au Maryland Deathfest à Baltimore ; cet événement est notable pour le groupe car c'est dans ce pays que Ghost trouve un tremplin pour sa carrière : en effet, le groupe a un succès plus important en Amérique et y entretient une base solide de fans : en , sur près de 320 concerts, plus de 120 auront été donnés aux États-Unis[11].

Le groupe use une nouvelle fois de sa renommée chez les artistes reconnus de la scène metal pour élargir son public : le , le groupe est présent au Download Festival pour s'y produire alors que Phil Anselmo et son groupe Down s'apprêtent à interpréter leur titre Bury Me In Smoke sur une des scènes principales : le frontman invite trois goules à monter sur scène, qui prennent les places des musiciens pour les accompagner aux guitares et à la batterie. Les membres de Ghost quittent la scène à l'issue de la chanson pendant que Phil Anselmo fait scander « Ghost ! » au public[12].

Le premier contact avec la France a lieu au Hellfest à Clisson, le [9]. Leur nom n'est pas sur l'affiche ; ils font partie des « and more than 50 bands »[13]. Le show est une réussite : totalement inattendus, leur jeu de scène et leur image réussissent à convaincre le public[14].

Ghost doit par la suite une hausse de sa notoriété à James Hetfield : alors que le cofondateur de Metallica est interviewé par la chaîne suédoise SVT1 pour le concert du Big Four à Göteborg le , le journaliste note le t-shirt d'Hetfield frappé du logo des suédois.

« Je suis de leur fan-club. Je n'avais aucune idée de ce à quoi ils ressemblaient jusqu'à ce que je les voie en vidéo. J'ai entendu leur musique d'abord, que j'ai trouvée très bonne, très unique, très mélodieuse ; une bouffée d'air frais pour le metal. Ça me rappelait un peu le style de rock des années 1970 que j'aimais bien. Donc oui, j'adore ce groupe. »[15]

Le groupe termine sa première tournée avec des dates dans les pays scandinaves, en Grèce ou encore aux Pays-Bas et en Autriche. En , Ghost démarre une tournée en invités de Trivium, aux côtés d'In Flames ou encore Rise to Remain pour le Defenders Of The Faith Tour, organisé par le magazine britannique Metal Hammer, qui les amène jouer pour la deuxième fois en France, cette fois-ci à l'Olympia le  : la prestation n'est que modérément appréciée par le public ; les mélodies de Ghost ont du mal à convaincre au milieu des sonorités plus graves des autres groupes[16]. Par la suite, en , les suédois entament pour la première fois leur propre tournée en Amérique, 13 Days Of Doom, et voient à leur avant-dernière date à San Francisco la venue de James Hetfield qui vient saluer les musiciens[17]. Cette tournée est orchestrée par un nouveau manager, Rick Sales[18], qui géra également des groupes comme Slayer ou Mastodon. Des rumeurs[18] disent également que le groupe prépare alors une tournée aux côtés de ces derniers : Ghost confirme les dires sur sa page Facebook en février, et le débute le Heritage Hunter Tour aux côtés de Mastodon et d'Opeth. Cette longue tournée de 30 dates[19] permet au groupe d'accroître encore sa notoriété et de créer une solide base de fans sur le continent américain.

Ghost prépare alors doucement la transition vers l'ère de son prochain album : que ce soit musicalement ou visuellement, les suédois changent régulièrement d'univers, leur permettant ainsi de créer de nouveaux personnages et toute une mythologie autour du groupe. Après leur tournée américaine, le groupe revient en Europe pour une série de concerts dans les différents festivals metal d'été (Sonisphere Festival, Rock am Ring, Download Festival...)[19] où ils apparaissent dans une nouvelle tenue blanche, qu'ils ne portent que peu de temps.

Le , le groupe annonce sur les réseaux sociaux qu'un « rituel très spécial » se déroulera durant leur concert à Linköping pour « célébrer l'arrivée d'une nouvelle ère ». Le soir du , Papa Emeritus est démis de ses fonctions et est alors remplacé par Papa Emeritus II.

Infestissumam (2013-2015)[modifier | modifier le code]

Deux goules sans nom sur scène, lors d'un concert au Coachella Festival en avril 2013.

Le , le groupe annonce, sous la pression de son label Loma Vista Recordings et contre sa volonté que, pour des raisons légales, il utilisera désormais le nom de Ghost B.C. aux États-Unis afin d'éviter un procès[20]. B.C. signifie « Because of Copyright » : une manière pour les membres du groupe de critiquer ce changement de nom non désiré ; durant leurs interviews, les artistes tiennent à ce que les journalistes écrivent simplement Ghost et pas Ghost B.C[20].

La conception du nouvel album, Infestissumam, est complexe : l'enregistrement a lieu à Nashville, Tennesse, et la richesse des chœurs de cet opus pose problème ; lors d'une interview, une goule explique :

« On leur a dit ce qu'ils [les choristes] devaient chanter, et l'un des types a presque pleuré, il s'est senti offensé. [...] Alors nous sommes allés enregistrer les chœurs à Hollywood, là où les gens n'ont aucun problème à adorer le Diable[21]. »

L'album se classe en 28e place des ventes aux États-Unis, la semaine de sa sortie, le [22],[23]. La sortie de l'album est accompagnée d'une tournée de 25 concerts aux États-Unis et au Canada. Un single accompagne la sortie de l'album le  : Year Zero[24].

Le , le groupe sort son premier EP : If You Have Ghost, produit par Dave Grohl[25]. Celui-ci tranche encore plus avec l'univers metal puisqu'il s'agit de reprises de tubes de la fin des années 1970 jusqu'aux années 1990. Les critiques qui étaient faites au groupe de ne pas assez rentrer dans l'univers du metal par leur musique sont balayées par le groupe[26].

Les personnages, ainsi que les sonorités de l'album évoluent elles aussi vers un univers plus axé « baroque XVIIIe siècle »[27], comme le montrent les décors sur scène ou les masques vénitiens des goules. Durant la tournée de 2013, l'idée d'un DVD-live est évoquée[28].

Meliora (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

Papa Emeritus III, chanteur du groupe, lors d'un concert en mai 2016.

Sweden Rock Magazine annonce un nouvel album de Ghost au mois d'. Les titres de certaines chansons sont déjà connus, ainsi que le nom du directeur de production : Klas Åhlund[29]. Le titre, Meliora (littéralement « meilleur » en latin, mais que les membres du groupe traduisent par « poursuite de quelque chose de mieux »[30]), ainsi que la date de sortie — le — sont dévoilés en par le site HardDriveRadio[31]. Un single, Cirice, est publié avant la sortie de l'album[32], ainsi qu'une chanson diffusée plus tôt en streaming uniquement, From The Pinnacle To The Pit[33]. Les morceaux dévoilés sont appréciés par le public, ce qui amène le groupe à venir pour la première fois jouer en France en tête d'affiche lors de leur tournée Black To The Future avec trois dates[34].

Deux nouvelles chansons sont à nouveau dévoilées avant la sortie de l'album : Absolution et Majesty[35],[36].

L'album est un succès pour le groupe qui, n'étant jamais entré dans le Top 200 en France, se voit propulsé à la 17e place des classements français la semaine de sa sortie, en meilleure entrée de la semaine. Meliora est retenu comme « album de la semaine » dans l'émission homonyme de Canal+. Pour la première fois de l'histoire du groupe, les musiciens jouent sur un plateau de télévision de grande écoute en dehors de leur pays d'origine. Ghost trouve finalement son public français et ajoute deux nouvelles dates à sa tournée : la sortie de l'album est accompagnée d'un passage sur la Grande Scène de Rock en Seine et le groupe passe par Toulouse, Clermont-Ferrand, la Cigale à Paris en [37].

Ne faisant pas exception à la règle, le nouvel album est accompagné d'un univers une fois encore différent : nouveau Pape, nouveaux costumes pour les goules... Ghost plonge avec Meliora dans une « période pré-apocalyptique juste avant le saut vers l'enfer », un « futur en 1920 »[27].

Image et symbolique[modifier | modifier le code]

L'Église[modifier | modifier le code]

Les membres de Ghost, de par leur anonymat, ont créé tout un mythe autour de leur groupe. Leur formation se présente de la manière suivante : les six membres du groupe sont des pratiquants d'une religion sataniste, et plus exactement membres du clergé. Les cinq musiciens portent tous le nom de Nameless Ghouls (Goules Sans Nom en français) et ont le visage masqué. Le chanteur, lui, porte le nom de Papa Emeritus (actuellement troisième du nom). Il est le dirigeant des fidèles et le représentant de Lucifer sur Terre.

Leur religion en elle-même se rapproche plus exactement du satanisme théiste[33]. Le siège de l'Église se trouve dans « les plus profondes cryptes de Linköping, Suède »[33].

Les musiciens usent de chœurs et de paroles parfois en latin rappelant la musique liturgique catholique. Pour cela, ils sont critiqués par certains membres de la communauté metal[38],[39].

Papa Emeritus[modifier | modifier le code]

Des attributs religieux sont présents dans ses accessoires et costumes : la tiare papale (qui techniquement ressemble plus à une mitre), la crosse et autres symboles religieux brodés sur sa tenue, majoritairement des croix chrétiennes renversées.

Son nom même se voulait en contradiction avec les valeurs de l'Église puisqu'un Pape ne peut être « émérite », restant en effet vicaire du Christ de son élection à sa mort... jusqu'à la démission de Benoît XVI, ce qui enleva un peu selon les musiciens de la magie du personnage de Papa Emeritus[40].

Papa Emeritus I[modifier | modifier le code]

Papa Emeritus en 2012.

Le masque du premier Pape laisse voir un visage recouvert de peintures noire et blanche dessinant des traits grossiers. Sa tenue tient en une longue aube noire que parcourent deux longs traits rouge sang frappés de croix renversées. La mitre est blanche avec la croix noire du groupe. Les goules sont habillées comme après 2015.

En le groupe change de tenue : les goules sont entièrement habillées en blanc tout comme Papa Emeritus, qui a maintenant une mitre dorée.

Mais l'arrivée du nouvel album, Infestissumam sonne comme une nouvelle ère : un changement est inévitable. Papa Emeritus est démis de ses fonctions au profit de son successeur, Papa Emeritus II lors d'une cérémonie ressemblant à une passation de pouvoir. La cérémonie a lieu dans la ville de Ghost, Linköping, en présence de leurs « fidèles »[41]. Papa Emeritus est joué par une doublure, le chanteur anonyme du groupe conservant la place de Papa Emeritus II.

Papa Emeritus II[modifier | modifier le code]

Papa Emeritus II, en 2013.

Le deuxième pape est un personnage beaucoup plus travaillé : d'aspect plus jeune que son prédécesseur, on découvre son nouveau visage à la sortie du clip Year Zero[42] le . Papa Emeritus II se révèle être un homme âgé, aux traits durs, vraisemblablement d'origine italienne[43]. Son œil gauche est blanc ; son aube est à nouveau noire, tout comme les goules qui reprennent avec lui leurs premiers costumes sombres. Méprisant son prédécesseur, lui est plus autoritaire et dépravé : il prétend aimer, après chaque concert, offrir un « traitement spécial » à trente de ses adoratrices.

« Depuis que je suis artiste, avec l'âge j'en suis venu à apprendre que vous ne pouvez pas les satisfaire toutes. Du moins pas en même temps[44]. »

C'est avec lui que se met en place la tradition « dynastique » du groupe : le fait de changer le leader redonne sans cesse un nouveau souffle au groupe, lui permettant d'évoluer à volonté[43].

Papa Emeritus III[modifier | modifier le code]

Papa Emeritus III, lors d'un concert en 2016.

Le troisième album de Ghost, Meliora, est synonyme de rite de passage pour le groupe. Une vidéo postée sur leur chaîne officielle le indique que le à « Lincopia, Ostrogothia » (traduction latine de Linköping, Östergötland), « le Clergé a délibéré et les Goules Sans Nom sont convoquées »[45].

On voit alors dans ce qui semble être le quartier général de l'Église une femme s'adresser à des personnes dans l'ombre, les goules. Si elle les félicite pour le chemin parcouru jusqu'ici, les reproches sont aussi présents : aucune église n'a été ouverte dans le monde en sept ans, aucun gouvernement n'a été renversé, aucun dirigeant politique n'a été converti à la cause... : le Pape Emeritus II a été « renvoyé » pour avoir failli à son devoir. On apprend alors que son successeur, Papa Emeritus III, est présenté comme son frère de trois mois son cadet.

Papa Emeritus III entre en fonction lors d'un concert à Linköping le .

La tenue du pape est cette fois-ci beaucoup plus détaillée et travaillée ; elle est réalisée par le styliste suédois Bill Åkerlund[46] (ayant travaillé avec des artistes comme Madonna, Beyoncé, Rihanna...) et le collectif d'artistes WHOYOUARE (Icona Pop). Les goules ont aussi une nouvelle tenue, toujours noire, sans capuche mais avec un nouveau masque. Le pape, « ancien danseur », sera d'après les dires du groupe « beaucoup plus démonstratif sur scène[27] ».

Anonymat[modifier | modifier le code]

L'anonymat est un parti-pris difficile à tenir pour le groupe. Le fait d'avoir le visage masqué est parfois problématique simplement pour se reconnaître entre eux sur scène, leurs signes distinctifs étant très discrets : si après tant de shows ils sont capables de se reconnaître à leurs gestuelles et leurs mouvements, ce n'est pas le cas lorsque sous le masque d'une goule se cache un artiste invité sur scène ou un remplaçant d'un des membres, ce qui peut mener à des malentendus entre les membres du groupe[33].

Pour ce qui est des autographes, les Goules ont toutes un tampon avec leur signe alchimique personnel : le Pape Emeritus, lui, signe de sa propre signature[33].

L'anonymat n'est pas un but en soi et, s'il doit être sacrifié sans que cela n'ait d'incidence sur leur musique ou sur leur jeu de scène, le groupe n'y voit pas d'inconvénient[33].

Identité des membres[modifier | modifier le code]

Cet anonymat pousse certains à tâcher de découvrir qui se cache derrière les masques de Pape Emeritus et des goules.

Le site Encyclopaedia Metallum relève que le pseudonyme du compositeur de Ghost, crédité comme A Ghoul Writer sur les albums est enregistré à la Swedish Performing Rights Society au nom de Tobias Forge[47], artiste suédois aussi connu sous le pseudo de Mary Goore et ayant joué dans différents groupes tels que Magna Carta Cartel, Repugnant ou encore Subvision. Ce dernier groupe retient l'attention car la voix de Tobias Forge, leur chanteur, est assez semblable à celle de Papa Emeritus.

La rumeur prend de l'ampleur le lorsque Adam Darski, chanteur du groupe Behemoth publie une photo sur Instagram (rapidement supprimée) en compagnie de Tobias Forge avec la mention « If you have ghosts... U have everything:) »[48], faisant référence à la chanson de Roky Erickson, reprise par Ghost dans leur EP. La photo est prise au FortaRock Festival aux Pays-Bas, où jouent sur la même scène Ghost et Behemoth comme en témoigne la mention sur la porte derrière les artistes.

Tobias Forge a néanmoins déjà réagi sur Twitter le  : « Ghost est un groupe génial en effet, et je suis heureux qu'ils réussissent dans ce qu'ils entreprennent, mais je ne suis pas Papa. Malheureusement. Et ne le serai jamais[49]. »

En raison de leur style de jeu, leur son et le fait que le bassiste Gottfrid Åhman soit comme Tobias Forge un ancien membre de Repugnant font que l'hypothèse que des membres d'In Solitude sont aussi membres de Ghost est régulièrement émise[50],[51].

En septembre 2016 le groupe tourne aux États-Unis avec une bassiste[52]. Si les noms de Sean Yseult (White Zombie) et de Linnéa Olsson (The Oath, Sonic Ritual, Grave Pleasures) sont un temps évoqués quand à l'identité de cette personne, il semble après identification d'un tatouage sur son majeur droit qu'il s'agisse de la bassiste de Lez Zeppelin Megan Thomas[53].

En 2013, une goule sans nom confie lors d'une interview que les membres du groupes auraient « entre 27 et 56 ans[54] ».

Matériel[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Papa Emeritus utilisa tout d'abord des micros Shure à fil SM48 et SM58, puis à partir de un micro sans fil Shure Beta 58A. Le matériel évolue par la suite et Papa Emeritus II opte pour un micro Sennheiser E935 ainsi que des oreillettes JHAudio, tout comme le reste des musiciens[55].
  • A Nameless Ghoul Alchemy fire symbol.svg : Le guitariste soliste utilisait une guitare Gibson SG Standard blanche à ses débuts, puis opta pour la version noire. Actuellement c'est la version RD Stantard Exclusive qui est utilisée ; customisée par Gibson, elle est de couleur blanche frappée de son symbole alchimique. Sa pédale multi-effets est une Fractal Audio Systems MFC 101 Mark II. Par le passé des pédales de la marque Pigtronix furent utilisées : Classe A Boost, Envelope Phaser et Philosopher's Tone. Le médiator est un Dunlop Tortex et l'amplificateur est un Marshall DSL 100H.
  • A Nameless Ghoul Aether symbol.jpg : Tout comme le soliste, le guitariste rythmique utilise une Gibson RD Standard Exclusive customisée, la sienne étant noire et frappée de son symbole. À partir de 2015, il utilise également une Gibson RD Artist. Par le passé la guitare Gibson Flying V fut utilisée. Les pédales, le médiator ainsi que l'ampli sont les mêmes que ceux du guitariste solo.
  • A Nameless Ghoul Alchemy water symbol.svg : Le bassiste utilise actuellement une Fender American Standard Precision blanche. Il eut également une Fender Deluxe Jaguar, une Rickenbacker Bass 4003 ainsi qu'un Ibanez Iceman ICB300EX. Bien qu'il n'en ait aucune sur scène actuellement, de nombreuses pédales furent utilisées : de la marque Pigtronix (Echolution, Disnortion, Fat Drive), Dunlop (MXR Analog Chorus, MXR Carbon Copy Analog Delay, Bass Overdrive M89, Bass Compressor M87, Bass D.I.+ M80), Electro-Harmonix POG2 ou encore Carl Martin Paraloop.

Le médiator est un Dunlop Tortex Triangle.

  • A Nameless Ghoul Alchemy earth symbol.svg : le batteur utilise actuellement une batterie Ludwig Vistalite, des cymbales Meinl ainsi que des peaux Evans. Ses baguettes sont des Pro-Mark American Maple SD1.
  • A Nameless Ghoul Alchemy air symbol.svg : le claviériste a eu un clavier Nord Electro 2, puis un clavier Nord Electro 3. Il utilise également un synthétiseur Moog Little Phatty Stage II. Enfin, il dispose aussi d'une pédale Pigtronix Echolution.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles et EP[modifier | modifier le code]

  • 20 juin 2010 : Elizabeth
  • 18 janvier 2013 : Secular Haze
  • 14 avril 2013 : Year Zero
  • 19 novembre 2013 : If You Have Ghost
  • 31 mai 2015 : Cirice
  • 17 juillet 2015 : From The Pinnacle To The Pit
  • 7 août 2015 : Majesty
  • 16 septembre 2016 : Popestar

Clips vidéo[modifier | modifier le code]

  • 19 février 2013 : Secular Haze
  • 27 mars 2013 : Year Zero
  • 8 juillet 2013 : Monstrance Clock
  • 8 juin 2015 : Cirice
  • 14 septembre 2015 : From the Pinnacle to the Pit
  • 16 septembre 2016 : Square Hammer

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sleazer777, « Ghost », sur metal-archives.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  2. a, b et c (en) Lenny Kaye, « Interview: Ghost B.C. », sur wonderingsound.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  3. Metal'O Phil, « Ghost : sa croisade à visage couvert », sur radiometal.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  4. « GHOST » (version du 28 septembre 2011 sur l'Internet Archive)
  5. « Band of the week; Ghost (Sweden) » (version du 14 avril 2010 sur l'Internet Archive)
  6. (en) « Ghost "Opus Eponymous" », sur indiemerch.com (consulté le 4 octobre 2015)
  7. (en) « Ghost - Elizabeth », sur metal-archives.com (consulté le 6 octobre 2015)
  8. (en) « Iron-Pegasus.com: News », sur iron-pegasus.com (consulté le 6 octobre 2015)
  9. a et b « Tour Dates » (version du 14 février 2015 sur l'Internet Archive)
  10. (en) Mike Zwerin, « Kubrick's Approval Sets Seal on Classical Crossover Success : Pook's Unique Musical Mix », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Ghost Concert Map », sur setlist.fm (consulté le 4 octobre 2015)
  12. (en) « Down with Ghost @ Download » [vidéo], sur youtube.com,‎ (consulté le 6 octobre 2015)
  13. (en) « Hellfest 2011 - Bands » [image], sur metaltrip.com (consulté le 30 juillet 2015)
  14. « Hellfest 2011 : le fil rouge du dimanche 19 juin », sur radiometal.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  15. (en) « METALLICA's JAMES HETFIELD Says GHOST Is "A Breath Of Fresh Air For Metal" », sur blabbermouth.net,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  16. Stan, « In Flames : la voie de l'éclectisme », sur radiometal.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  17. (ru) Dimon, « Джеймс Хэтфилд посетил концерт группы Ghost », sur metbash.ru,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  18. a et b (en) Bram Teitelman, « Ghost Kick Off ’13 Dates Of Doom’ Tour In New York », sur metalinsider.net,‎ (consulté le 11 octobre 2015)
  19. a et b (en) « Ghost Concert Setlists », sur setlist.fm (consulté le 11 octobre 2015)
  20. a et b (en) Graham Hartmann, « Ghost No Longer Obligated to Use "B.C." in Name », sur loudwire.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  21. (en) Adrien Begrand, « An interview with Ghost B.C. », sur msn.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  22. (en) « Top 200 Albums », sur billboard.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  23. (en) frdovdz, « Ghost - Infestissumam », sur metal-archives.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  24. (en) headlocker, « Ghost - Year Zero », sur metal-archives.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  25. « Musique - EP de Ghost », sur ghostfrance.fr (consulté le 30 juillet 2015)
  26. « Je ne me pose vraiment pas de questions quant à ma crédibilité metal ! » — Une Goule Sans Nom, Metal'O Phil, « Ghost : sa croisade à visage couvert », sur radiometal.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  27. a, b et c (sv) « Ghost », Sweden Rock Magazine, no 4,‎ , p. 28-38
  28. (en) « We are Ghost: Papa Emeritus II and the Nameless Ghouls. AMA. », sur reddit.com,‎ (consulté le 31 juillet 2015)
  29. Nicolas Gricourt, « Ghost s'apprête à sortir son nouvel album », sur radiometal.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  30. Julien Peschaux, « Ghost - Meliora », sur radiometal.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  31. Nicolas Gricourt, « Ghost : titre et date de sortie du nouvel album », sur radiometal.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  32. (en) Antioch, « Ghost - Cirice », sur metal-archives.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  33. a, b, c, d, e et f (en) « GHOST: New Song "From The Pinnacle To The Pit" Available For Streaming », sur blabbermouth.net,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  34. Amaury Blanc, « Ghost bientôt de passage en France », sur radiometal.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  35. « Ghost : nouvelle chanson en écoute », sur radiometal.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  36. « Une nouvelle chanson de Ghost en écoute », sur radiometal.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  37. « Ghost bientôt "live" sur Canal+ », sur hardforce.fr,‎ (consulté le 30 août 2015)
  38. Stan, « In Flames : la voie de l'éclectisme », sur radiometal.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  39. (en) Lenny Kaye, « Interview: Ghost B.C. », sur wonderingsound.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  40. Julien Peschaux, « Cap sur un ancien futur, le paradoxe de Ghost », sur radiometal.com,‎ (consulté le 29 août 2015)
  41. « Ghost - Secular Haze (Live in Linköping) » [vidéo], sur youtube.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  42. (en) « Ghost - Year Zero » [vidéo], sur vimeo.com,‎ (consulté le 1er août 2015)
  43. a et b (en) « Ghost B.C. - The Olde One - Papaganda Ep. 1 » [vidéo], sur youtube.com,‎ (consulté le 1er août 2015)
  44. (en) « Ghost B.C. - What Happens in Vegas... - Papaganda Ep. 2 » [vidéo], sur youtube.com,‎ (consulté le 1er août 2015)
  45. (en) « The Summoning » [vidéo], sur youtube.com,‎ (consulté le 1er août 2015)
  46. Nicolas Gricourt, « Ghost : vidéo de présentation du "nouveau" chanteur Papa Emeritus III », sur radiometal.com,‎ (consulté le 1er août 2015)
  47. (en) Porman, « Mary Goore », sur metal-archives.com,‎ (consulté le 1er août 2015)
  48. (en) « Ghost's Papa Emeritus II "Unmasked" By Behemoth's Nergal? », sur blabbermouth.net,‎ (consulté le 1er août 2015)
  49. (en) « Tobias Forge sur Twitter », sur twitter.com,‎ (consulté le 28 août 2015)
  50. http://www.rockhard.de/megazine/heftarchiv/285/titelstory/48624.html
  51. http://metalupyourthrash.blogspot.fr/2011/05/ghosts-cover-blown.html
  52. http://www.blabbermouth.net/news/ghost-rumored-to-have-enlisted-ex-white-zombie-bassist-sean-yseult/
  53. http://www.blabbermouth.net/news/ghost-identity-of-new-female-bassist-finally-confirmed/
  54. Julien Peschaux, « Ghost : la divine comédie d'une goule sans nom », sur radiometal.com,‎ (consulté le 30 juillet 2015)
  55. « Le matériel du groupe », sur ghostfrance.fr (consulté le 28 août 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]