Attentat de Westminster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentats du 22 mars 2017 à Westminster
Image illustrative de l'article Attentat de Westminster
Le Parlement du Royaume-Uni et le pont de Westminster, lieux des attaques, en 2016.
Première attaque
Localisation Londres
Cible Civils
Coordonnées 51° 30′ 03″ nord, 0° 07′ 19″ ouest
Deuxième attaque
Localisation Londres
Cible Parlement du Royaume-Uni, policiers

Date
Type Attaque à la voiture-bélier, tuerie de masse
Armes Voiture, couteau
Morts 6 (dont le terroriste)
Blessés 44
Auteurs présumés Khalid Masood[1]
Participants 1
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique (revendiqué)[2]
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Attentat de Westminster

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Attentat de Westminster

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Attentat de Westminster

L’attentat de Westminster est une double attaque terroriste à la voiture bélier et à l'arme blanche qui s'est déroulée dans le quartier de Westminster, à Londres au Royaume-Uni, le , et qui est revendiquée par l'État islamique[2]. Une première attaque a lieu sur le pont de Westminster vers 14 h 40, où une voiture renverse plusieurs passants, et la deuxième a lieu une minute après devant le Parlement de Londres, où le conducteur descendu de sa voiture poignarde mortellement un policier. Par la suite, l'assaillant est abattu par la police britannique.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni fait partie de la coalition internationale qui combat l'État islamique depuis le 8 août 2014. En raison de cet engagement, le MI5 évalue à partir du 29 août 2014 la menace terroriste comme « grave » (échelon 4 sur une échelle de 5)[3].

Depuis le 24 mai 2014, quatre pays européens — la Belgique, la France, le Danemark et l'Allemagne — ont été touchés par des attentats revendiqués par l'État islamique. Chacun est, comme le Royaume-Uni, un membre de la coalition. L'attaque de Westminster intervient exactement un an après les attentats de Bruxelles.

La coalition prend le contrôle en janvier 2017 de la partie Est de Mossoul, bastion de l'État islamique en Irak. Depuis février, la coalition mène une offensive dans la partie Ouest de la ville, dont elle contrôle un tiers en mars 2017[4].

Le 13 mars 2017, le Parlement britannique autorise la Première ministre britannique Theresa May à invoquer l'article 50 du traité de Lisbonne pour lancer la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Dans un contexte de tensions politiques sur le Brexit entre l'Écosse et l'Angleterre, le Parlement écossais doit voter le 22 mars 2017 l'autorisation pour la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon de réclamer un référendum pour l'indépendance du pays[5],[6].

L'attaque se produit pendant une session parlementaire britannique sur le système des retraites[7]. Theresa May venait d'achever son intervention pour la séance des questions au gouvernement et a quitté la Chambre des communes. À 14 h 40, elle se trouve dans le lobby central du Parlement, à 100 mètres du lieu de l'attaque[7].

Déroulement des faits[modifier | modifier le code]

Parcours de l'assaillant.

Le vers 14 h 40, une Hyundai Tucson[8] (ou, selon les médias, une Hyundai i40[9]) grise s'engage sur le pont de Westminster. Le véhicule double un bus à impériale par la gauche et roule sur le trottoir, fauchant une vingtaine de passants sur le pont lui-même[10]. Andreea Cristea, une touriste roumaine de 31 ans qui visite la ville avec son compagnon, tombe dans la Tamise où elle est repêchée vivante mais grièvement blessée[11] (elle mourra à l'hôpital au début du mois d'avril)[12]. L'assaillant passe le pont et finit sa course juste après Big Ben en s'encastrant dans la grille Nord du palais de Westminster, siège du Parlement[13].

Le conducteur descend de son SUV, armé d'un couteau, et court jusqu'à l'entrée ouest du palais de Westminster, entrée principale du Parlement, le New Palace Yard. Il poignarde Keith Palmer, membre de la garde de Protection Diplomatique et Parlementaire, en faction et non armé, et pénètre dans la Cour du Palais avant d'être abattu par deux coéquipiers de Palmer, officiers en civil qui, eux[14], sont armés[15],[16]. Cet acte terroriste « low cost » est commis en 82 secondes avec une voiture et un couteau[17].

Le député Tobias Ellwood, ancien soldat, qui a lui-même perdu un frère lors d'un attentat à Bali en 2002, porte les premiers secours au policier poignardé alors qu'il se trouvait à quelques mètres de ce dernier[18]. Une photographie le montrant en train de pratiquer une réanimation cardio-pulmonaire avec du sang sur le visage et les vêtements, après qu'il a essayé d'arrêter l'hémorragie, fait le tour du monde[18]. Une autre photographie montre les secours qui tentent de réanimer le terroriste[19].

La séance parlementaire est suspendue et les députés sont confinés à l'intérieur de la Chambre du palais de Westminster. La Première ministre Theresa May est évacuée vers le 10 Downing Street[20]. Un peu plus tard, Mme May annonce que la séance du Parlement sera reconduite au lendemain.

L'attaque présente des similitudes avec la fusillade du 22 octobre 2014 à Ottawa contre le Parlement canadien par un sympathisant de l’État islamique. L’assaillant Michael Zehaf-Bibeau avait d'abord tiré sur le caporal Nathan Cirillo en faction devant le Monument commémoratif de guerre, avant de pénétrer à l’intérieur du bâtiment où il est abattu après un échange de coups de feu[21].

Victimes[modifier | modifier le code]

Cinq personnes sont tuées par l'assaillant, lui-même abattu. Les cinq personnes tuées par le terroriste sont trois Britanniques, un Américain et une Roumaine : Aysha Frade, professeure britannique d'origine espagnole et chypriote de 43 ans; un touriste américain, Kurt Cochran, ingénieur et musicien, 54 ans; Leslie Rhodes, un ancien laveur de vitres de 75 ans qui meurt de ses blessures à l'hôpital; et Andreea Cristea, Roumaine de 31 ans qui meurt à l'hôpital le 6 avril, sont tous les quatre fauchés par le véhicule ; et le policier Keith Palmer, 48 ans, est poignardé dans l'enceinte du Parlement[22],[23].

Au moins 50 blessés sont à déplorer dont plusieurs se trouvent dans un état grave. Par ailleurs, trois lycéens français de Concarneau figurent parmi les blessés[24],[25].

Facebook active son dispositif de contrôle d'absence de danger (Safety Check)[26].

Bilan au 23 mars 2017
Victimes (hors terroriste)
Nationalité Morts Blessés Total
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 3[27] 12[28] 15
Drapeau des États-Unis États-Unis 1[29] 1[30] 2
Drapeau de la Roumanie Roumanie 1 1[31] 2
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 0 5[32] 5
Drapeau de la France France 0 4[33] 4
Drapeau de la Grèce Grèce 0 2[30] 2
Drapeau de l'Italie Italie 0 2[34] 2
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 0 1[30] 1
Drapeau de l'Irlande Irlande 0 1[30] 1
Drapeau de la Pologne Pologne 0 1[30] 1
Drapeau de l'Australie Australie 0 1[35] 1
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 0 1[30] 1
Drapeau du Portugal Portugal 0 1[36] 1
Inconnus 0 16 16
Toutes nationalités confondues 5[27] 50 54

Enquête[modifier | modifier le code]

Khalid Masood
Terroriste islamiste
Membre de l'organisation État islamique
Naissance
Dartford, Kent (Angleterre)
Décès (à 52 ans)
Londres (Angleterre)
Sexe Masculin
Cause du décès Abattu par la police
Attentat
Affaires Attentat de Westminster
Victimes 5 morts, 44 blessés (provisoire)
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Régions Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Ville Londres

Le terroriste, Khalid Masood, est un Britannique né le à Dartford, dans le Kent. Sa mère Janet Elms l'élève seule avant d'épouser deux ans plus tard Phillip Ajao, qui lui donne deux demi-frères, Paul et Alex[37]. Selon les médias britanniques, Khalid Masood, habitué aux petits délits, s’est converti à l’islam[38]. Père de famille de trois enfants, il n'était pas connu pour des faits de terrorisme mais, selon un communiqué de la Metropolitan Police Service, il est inculpé à plusieurs reprises, notamment pour agressions (dont blessures graves), « possession d’armes » et atteinte à l’ordre public, des faits commis entre 1983 et 2003[38],[39]. Sa radicalisation est attribuée selon un de ses amis à un séjour en prison en 2000[40] ou à des séjours en Arabie saoudite[41] (entre novembre 2005 et novembre 2006, puis entre avril 2008 et avril 2009 et enfin pour un pèlerinage à La Mecque en 2015[42]). D'après la BBC, Masood s'est présenté comme « enseignant » lorsqu'il a loué une Hyundai Tucson une semaine avant l'attaque, à l'agence de location Enterprise Rent-A-Car de Birmingham[43].

Dans un premier temps, la chaîne britannique Channel 4 puis certains réseaux sociaux avaient accusé le prêcheur islamiste Abu Izzadeen d'être l'assaillant, à tort puisque que celui-ci se trouvait en prison depuis 2015 au moment des faits[44],[45].

Le lendemain de l'attaque, la police britannique annonce avoir arrêté « huit personnes à six endroits différents, sept à Birmingham (centre de l'Angleterre) et une à Londres, toutes soupçonnées de préparer des actes terroristes. Elle a également mené des opérations à Brighton (sud) et dans le Carmarthenshire, un comté du sud du pays de Galles »[46]. Birmingham est un foyer jihadiste notoire en Angleterre[45]. Theresa May révèle que le terroriste islamiste est un citoyen britannique qui était cité dans une enquête du MI5 pour extrémisme violent menée plusieurs années avant l'attentat[28], mais il en était selon la première ministre « un personnage périphérique[38] ». La police procède à deux nouvelles arrestations « importantes » dans la nuit du jeudi 23 au vendredi 24 mars[41]. Dix des 11 personnes arrêtées sont rapidement relâchées[47].

Revendication[modifier | modifier le code]

Le groupe terroriste État islamique revendique l'attaque le lendemain, via son agence de presse et organe de propagande Amaq[2]. Il s'agit de la première attaque sur le sol britannique revendiquée par l'État islamique[45]. Toutefois, l'enquête ne permet de mettre en évidence la moindre communication entre l'organisation et le terroriste, ce qui peut laisser penser à une revendication opportuniste[42].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le Parlement écossais interrompt sa séance parlementaire et reporte le vote sur l'autorisation pour Nicola Sturgeon de réclamer un nouveau référendum pour l'indépendance du pays. Le vote est ajourné au , la veille du jour où Theresa May doit officiellement invoquer l'article 50 du traité de Lisbonne[48].

Le 16 juin 2017, le policier mort Keith Palmer fut donné la Médaille de George pour son bravoure dans l'attaque[49].

Réactions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « DIRECT. Attaque à Londres : l'assaillant identifié comme Khalid Masood, 52 ans », sur Franceinfo, (consulté le 23 mars 2017)
  2. a, b et c « L’organisation Etat islamique revendique l’attentat de Londres », sur lemonde.fr, (consulté le 23 mars 2017)
  3. « Le Royaume-Uni relève son niveau d'alerte face au terrorisme », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  4. « Pourquoi la bataille de Mossoul est si longue alors que Daech ne cesse de s'affaiblir? », sur Le Huffington Post (consulté le 23 mars 2017).
  5. « Le Parlement britannique valide le déclenchement du Brexit », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  6. « Londres déclenchera le Brexit le 29 mars », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  7. a et b Philippe Bernard (Londres correspondant), « A Londres, une attaque touche un symbole de la démocratie britannique », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  8. (en) « Westminster attacker was driving a £28,000 year-old 4x4 Hyundai », Mail Online,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « London attack: Four dead in Westminster terror attack », sur BBC News (consulté le 24 mars 2017).
  10. Philippe Bernard, « A Londres, une attaque touche un symbole de la démocratie britannique », sur lemonde.fr, .
  11. « Vidéo. Attentat de Londres : une femme "grièvement blessée" repêchée dans la Tamise », sur lci.fr, .
  12. « Mort d’une cinquième personne après l’attentat de Londres », sur lemonde.fr, (consulté le 7 avril 2017).
  13. « London attack: How events unfolded », sur BBC News (consulté le 23 mars 2017).
  14. L'équipe de protection des parlementaires est en effet composé d'agents armés et non-armés, qui jouent des rôles différents[Lesquels ?].
  15. Attentat de Londres: qui est Keith Palmer, l'officier décédé à qui l'Angleterre rend hommage, Le Huffington Post, 23 mars 2017
  16. Danny Boyle et Martin Evans, « Parliament shooting: Knifeman shot by police after charging through Westminster gates and stabbing officer », sur The Telegraph (consulté le 22 mars 2017).
  17. Philippe Bernard, « Khalid Masood, auteur de l’attaque de Westminster, était sur les radars du MI5 depuis 2010 », sur lemonde.fr, .
  18. a et b Jade Toussay, « Attentat à Londres: Le député britannique Tobias Ellwood a essayé de sauver le policier poignardé », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 23 mars 2017).
  19. Photographie Euro News
  20. Brian Murphy, « British Parliament on lockdown after shooting incident outside », sur The Washington Post (consulté le 22 mars 2017).
  21. Laurent Lagneau, « L’État islamique revendique l’attentat de Westminster », opex360.com, (consulté le 27 mars 2017)
  22. (en) Sophie Jameson, Chiara Palazzo, Helena Horton, « Who are victims of London terror attack ? The unarmed Pc, the mother of two, the US tourist and retired window cleaner », sur The Telegraph, .
  23. (en) « Westminster Bridge attack victim Andreea Cristea dies », sur BBC News, (consulté le 7 avril 2017)
  24. Ces trois élèves faisaient partie d'un groupe de 92 jeunes du lycée Saint-Joseph de Concarneau en voyage scolaire à Londres. Au moment de l'attentat, les trois classes de lycéens étaient scindées en trois groupes pour leur visite, un groupe de 36 était sur le pont.
  25. « Concarneau. Trois lycéens de St-Jo blessés dans l’attaque de Londres », sur ouest-france.fr, (consulté le 22 mars 2017).
  26. « Attentat à Londres: Facebook déclenche son outil d'alerte "Safety check" », FranceSoir,‎ (lire en ligne).
  27. a et b Anne-Laure Frémont et A. F. P. agence, « Qui sont les victimes de l'attentat de Londres ? », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  28. a et b (en) « London attack: Theresa May reveals 'Islamist' terrorist was British citizen who had been investigated by MI5 over extremism », sur Telegraph, .
  29. Attaque au Parlement britannique : qui sont les victimes?, sur francetvinfo.fr.
  30. a, b, c, d, e et f (en) London attack : injuries to Irish person caught up in terror are not lifethreatening, The Independant.
  31. http://www.lefigaro.fr/international/2017/03/22/01003-20170322LIVWWW00215-londres-parlement-westminster-coups-de-feu.php.
  32. « EN DIRECT - Attaque terroriste à Londres : le bilan monte à 4 morts et 40 blessés », sur Le Figaro, (consulté le 22 mars 2017).
  33. Prisma Media, « Attentat à Londres : des lycéens Français blessés, un assaillant neutralisé au Parlement », sur Capital.fr (consulté le 22 mars 2017).
  34. {http://bologna.repubblica.it/cronaca/2017/03/22/news/ragazza_bolognese_ferita_nell_attentato_di_londra-161167215/
  35. https://www.theguardian.com/politics/blog/live/2017/mar/22/peers-say-brexit-with-no-trade-deal-would-cause-signicicant-damage-to-service-sector-politics-live?page=with:block-58d33afee4b007e8557eeade#block-58d33afee4b007e8557eeade
  36. http://expresso.sapo.pt/sociedade/2017-03-22-Ha-um-portugues-entre-os-feridos.-Ja-teve-alta-e-esta-bem-de-saude-diz-Governo
  37. Sonia Delesalle-Stolper, « Londres : du délinquant Adrian Elms au terroriste Khalid Masood », sur liberation.fr, .
  38. a, b et c Philippe Bernard, « Une union nationale de courte durée au lendemain de l’attentat de Londres », lemonde.fr, (consulté le 27 mars 2017)
  39. « Attentat de Londres : le terroriste, Khalid Masood, était un Britannique de 52 ans », sur lemonde.fr, .
  40. « Attentat de Londres: la police veut plus d’informations », sur liberation.fr, .
  41. a et b « Attentat de Londres : deux nouvelles arrestations « importantes » », sur lemonde.fr, .
  42. a et b « Attentat de Londres : la police n’a trouvé aucun lien entre l’assaillant et des groupes djihadistes », lemonde.fr, (consulté le 28 mars 2017)
  43. (en) « London attack: Khalid Masood identified as killer », sur bbc.com, .
  44. « Attaque à Londres : Abou Izzadeen, l'homme accusé à tort des attentats », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).
  45. a, b et c Claire Gaveau, « Attaque à Londres : ce que l'on sait sur l'assaillant, Khalid Masood », rtl.fr, (consulté le 27 mars 2017)
  46. « Londres identifie l'auteur de l'attaque de Westminster », sur ladepeche.fr, .
  47. Vincent Collen, « Londres : le terroriste aurait agi seul », sur lesechos.fr, .
  48. « L’Ecosse reporte le vote sur le référendum d’indépendance », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  49. (en) « George Medal », The London Gazette,‎ (lire en ligne)
  50. a et b La présidence de la République présente ses condoléances à la reine de Game Of Thrones, Business.com.tn, 23 mars 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]