Une nuit à l'opéra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A Night at the Opera.
Une nuit à l'opéra
Description de l'image A Night at the Opera poster.jpg.
Titre original A Night at the Opera
Réalisation Sam Wood
Scénario James Kevin McGuinness
George Kaufman
Morrie Ryskind
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie burlesque
Durée 96 minutes
Sortie 1935

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Une nuit à l'opéra (A Night at the Opera) est un film américain réalisé par Sam Wood, avec les Marx Brothers, sorti en 1935.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Otis B. Driftwood est employé au Metropolitan Opera de New York; la grande musique l'indiffère, en tout lieu tout temps, il ne goûte que son profit. Mrs Claypool, riche veuve, aspire à la haute société et Driftwood lui suggère d'investir dans l'opéra. Hermann Gottlieb, directeur du Met, propose alors d'engager le ténor Lasspari, belle voix mais paon d'envergure, hargneux et vénal. Lasspari frétille pour Rosa, sa troublante partenaire qui ne rêve elle que de Riccardo Baroni, autre ténor, doué, lui, du cœur comme du gosier mais inconnu du public.

Lasspari embarque pour New-York, Rosa dans ses bagages. Dans les siens, Driftwood trouve Baroni et ses deux complices foldingues et résolus Fiorello et Tomasso. Ces clandestins sont tôt repérés et mis aux fers mais à l'arrivée, ils s'échappent non sans avoir bafoué l'Amérique en usurpant l'identité de trois aviateurs aussi russes que barbus. Driftwood paye de sa situation ses « vils acoquinages » ; quant à Rosa, Lasspari, définitivement éconduit, a obtenu son renvoi de la troupe. Le rideau se lève alors au Met pour une représentation du Trouvère de Verdi. Driftwood, Tomasso, Fiorello s'ingénient à saborder l'ouvrage autant qu'ils le peuvent et ils le peuvent bien, réussissant même à escamoter Lasspari alors qu'il déclame le grand air héroïque de Manrico. Lasspari porté disparu, Gottlieb, aux abois, recrute Baroni ( qui passait là... presque par hasard ) et Rosa. Ils chantent le Miserere sans que rien, cette fois, ne vienne troubler la prestation. Triomphe. Revenu parmi nous, Lasspari tente un bis, on lui lance une pomme ! Les tourtereaux sont réclamés sur scène mais Baroni refuse de s'y rendre tant que ses amis ne sont pas réhabilités. Ce qui sera bientôt fait...

Un tournant pour les Marx, Zeppo a quitté le groupe, jugeant qu'il n'avait pas une personnalité aussi marquée que ses trois aînés. Allan Jones, le jeune premier semble toutefois occuper la place vacante ( Il la reprendra d'ailleurs dans A day at the races ). Autre tournant : la rencontre des Marx avec Thalberg, producteur de génie ( qui mourra jeune comme tous les génies ) qui leur suggère une refonte de leur concept : le folie demeure mais elle est organisée et surtout les Marx ont à présent une mission : balayer la mouise où pataugent les amoureux jusqu'à ce qu'ils aient les pieds dans le bonheur. Malheureusement, cela affadit leurs personnages, d'iconoclastes ils deviennent anges-gardiens, inadmissible pour les puristes. Même la drôlerie du film semble trop écrite, trop pensée, pas assez spontanée et les Marx sont serviteurs du gag quand jusqu'alors ils étaient le gag ! A night at the opéra reste toutefois le clou d'or de leur mémoire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non crédités :

Bande sonore[modifier | modifier le code]

À noter[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]