Tous en scène (film, 1953)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tous en scène)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tous en scene.
Ne doit pas être confondu avec Tous en scène (film, 2016).
Tous en scène
Description de cette image, également commentée ci-après
De g. à d. : Oscar Levant, Cyd Charisse, Jack Buchanan,
Fred Astaire et Nanette Fabray, dans le numéro final
That's Entertainment!

Titre original The Band Wagon
Réalisation Vincente Minnelli
Scénario Comden and Green
Adolph Green
Alan Jay Lerner (non crédité)
Acteurs principaux
Sociétés de production MGM
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film musical
Durée 112 minutes
Sortie 1953

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fred Astaire dans le numéro Shine on Your Shoes
Cyd Charisse et Fred Astaire dans le numéro Dancing in the Dark
De g. à d. : Fred Astaire, Nanette Fabray et Jack Buchanan dans le numéro Triplets
Cyd Charisse et Fred Astaire dans le numéro
Girl Hunt Ballet

Tous en scène (titre original : The Band Wagon) est un film musical américain de Vincente Minnelli, sorti en 1953.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Arrivée de Tony Hunter (Fred Astaire) à New York. Ses amis et paroliers Marton (Oscar Levant et Nanette Fabray) l’accueillent à la gare. Tony les quitte pour faire la tournée de Broadway, il danse et chante avec un cireur de chaussures noir (Leroy Daniels). Les Marton et Tony assistent à la fin d’Œdipe roi, monté et joué par Jeffrey Cordova (Jack Buchanan). Tony finit par se laisser convaincre de jouer dans la nouvelle revue des Marton, que Cordova pense comme un Faust moderne. Cordova engage Paul Byrd (James Mitchell) pour la chorégraphie de la revue et l’amène à proposer sa compagne, la danseuse classique Gabrielle Gérard (Cyd Charisse), comme partenaire de Tony. La première rencontre de Tony et Gabrielle, chez Cordova, après le ballet de Gabrielle, se passe mal : Tony a peur que Gabrielle soit plus grande que lui, Gabrielle est heurtée par l’inspection minutieuse de Tony, qu’il n’explique pas. Les répétitions se passent mal, Tony quitte la revue. Gabrielle est envoyée chez Tony pour lui faire des excuses. Finalement, il s’excuse de ses mauvaises manières. Ils sortent et dansent ensemble dans un parc. Une idylle s’ébauche, sous l’œil jaloux de Paul. La première est un four, le public est rebuté par l’intellectualisme poussé de Cordova. Tony prend la direction de la revue, repensée dans le sens du divertissement et de la gaieté. La première à New York est un triomphe, Gabrielle avoue son amour à Tony devant toute la troupe, à l’issue de la représentation.


Commentaires[modifier | modifier le code]

 OOjs UI icon alert destructive black-darkred.svg Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (novembre 2017). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Produit par Arthur Freed pour la MGM dans la foulée de Chantons sous la pluie, Tous en scène en partage de nombreux points communs : même duo de scénaristes pour les deux films, histoire d'un échec d'une production et comment la relancer, même groupe de trois hommes et deux femmes, les longues séquences musicales finales Broadway Melody et Girl Hunt, les deux numéros-manifestes Make 'Em Laugh et That's Entertainment, etc.

Mais outre sa qualité esthétique, témoignant d'un genre au mieux de sa maturité, le film va plus loin dans le mordant des caractères et des situations, les conflits y sont plus crédibles, et surtout offre un miroir du réel légèrement vertigineux : en 1953, Fred Astaire a 54 ans, et n'a plus son aura des années 1930 ; le couple d'amis scénariste est presque un autoportrait de ceux du film Betty Comden et Adolph Green ; l'aversion d'Astaire pour les partenaires plus grandes que lui était bien réelle ; le personnage de Cordova est largement inspiré de José Ferrer ; jusqu'au titre original, The Band Wagon, par ailleurs complètement anecdotique dans le film, qui est celui d'une revue créée à Broadway par Astaire et sa sœur Adele en 1931.

La chanson finale du film, That's Entertainement!, est devenue emblématique de ce deuxième âge d'or de la comédie musicale, au point de devenir le titre original d'un film d'anthologies du genre, Il était une fois Hollywood sorti en 1974, dont le succès engendra deux suites en 1976 et 1994.

Parmi les séquences les plus remarquables sont souvent cités le pas de deux dans le parc d'Astaire et Charisse (Dancing in the Dark, probablement l'un des plus parfaits jamais filmés), le numéro des triplés (Triplets) et celui d'Astaire dans le parc de jeux (Shine on Your Shoes).

Le film était initialement plus long, lui qui couvre déjà presque deux heures. Des numéros furent coupés, notamment celui qui offrait à James Mitchell l'opportunité de danser un peu. Sur l'actuelle bande, il n'a guère que quelques esquisses vite abandonnées...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non crédités

Numéros musicaux[modifier | modifier le code]

  1. By Myself — Tony
  2. Shine on Your Shoes — Tony et un cireur de chaussures
  3. That's Entertainment! — Jeffrey, Tony, Lester et Lily
  4. The Beggars Waltz — Cyd Charisse, James Mitchell
  5. Dancing in the Dark — Tony et Gabrielle
  6. You and the Night and the Music — chœur
  7. Something to Remember You By — chœur
  8. High and Low — Chorus
  9. I Love Louisa — Tony, Lester, et Lily
  10. New Sun in the Sky — Gabrielle
  11. I Guess I'll Have to Change My Plan — Tony et Jeffrey
  12. Louisiana Hayride — Lily et chœur
  13. Triplets — Tony, Jeffrey, et Lily
  14. Girl Hunt Ballet — Tony et Gabrielle
  15. That's Entertainment! (Final) — Jeffrey, Tony, Gabrielle, Lester, Lily et chœur

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Nommé aux Oscars 1954 pour les Oscars du meilleur scénario, de la meilleure musique et des meilleurs costumes.

Liens externes[modifier | modifier le code]