Arche d'alliance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Arche d'Alliance amenée au Temple.
Les Très Riches Heures du duc de Berry, Musée Condé de Chantilly.

L'Arche d'Alliance (en hébreu אֲרוֹן הָעֵדוּת, Aron ha'Edout, « Arche du témoignage ») serait le coffre qui, selon la Bible, contient les Tables de la Loi (Dix Commandements) données à Moïse sur le mont Sinaï[1].

C'est un coffre oblong de bois recouvert d'or. Le propitiatoire surmonté de deux chérubins, qui en forme le couvercle, est considéré comme le trône, la résidence terrestre de YHWH (Exode 25:22). Lorsque le tabernacle fut terminé, l'arche fut mise dans le saint des saints, la partie la plus centrale du Temple de Salomon. (1 Rois 8:1–8).

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

L'arche d'alliance est en bois d'acacia[2] recouverte d'or pur à l'intérieur et à l'extérieur[3] et sur elle il y a tout autour une bordure d'or[4]. Les dimensions de l'arche d'alliance sont deux coudées et demie pour sa longueur, une coudée et demie pour sa largeur, une coudée et demie pour sa hauteur[2]. L'arche d'alliance a quatre pieds au dessus desquels sont mis quatre anneaux d'or[5]. Des barres en bois d'acacia recouvertes d'or sont passées dans les anneaux pour porter l'arche d'alliance[6]. Un couvercle(propitiatoire) d'or pur[7] est placé sur l'arche d'alliance[8] et ses dimensions sont deux coudées et demie pour sa longueur et une coudée et demie pour sa largeur[7]. Deux chérubins en or battu sont aux deux extrémités du couvercle(propitiatoire) de l'arche d'alliance, ont leurs ailes déployées vers le haut et qui couvrent le couvercle(propitiatoire), ont leurs faces tournées l'une vers l'autre[9]. L'arche d'alliance, les anneaux, les barres, le propitiatoire et les deux chérubins sont fabriqués par Betsalel[10].

L'Arche d'Alliance de la chapelle de l'Adoration (Église Saint-Roch, Paris Ier).

La description de l'arche se trouve dans la Bible :

« Ils feront donc une arche en bois d'acacia, longue de deux coudées et demie, large d'une coudée et demie, haute d'une coudée et demie.
Tu la plaqueras d'or pur ; tu la plaqueras au-dedans et au-dehors et tu l'entoureras d'une moulure en or.
Tu couleras pour elle quatre anneaux d'or et tu les placeras à ses quatre pieds : deux anneaux d'un côté et deux anneaux de l'autre.
Tu feras des barres en bois d'acacia, tu les plaqueras d'or.
et tu introduiras dans les anneaux des côtés de l'arche les barres qui serviront à la porter.
Les barres resteront dans les anneaux de l'arche, elles n'en seront pas retirées.
Tu placeras dans l'arche la charte que je te donnerai.
Puis tu feras un propitiatoire en or pur, long de deux coudées et demie, large d'une coudée et demie.
Et tu feras deux chérubins en or ; tu les forgeras aux deux extrémités du propitiatoire.
Fais un chérubin à une extrémité, et l'autre chérubin à l'autre extrémité ; vous ferez les chérubins en saillie sur le propitiatoire, à ses deux extrémités.
Les chérubins déploieront leurs ailes vers le haut pour protéger le propitiatoire de leurs ailes ; ils seront face à face et ils regarderont vers le propitiatoire.
Tu placeras le propitiatoire au-dessus de l'arche et, dans l'arche, tu placeras la charte que je te donnerai. »

— Récit de l'Exode, chapitre 25 (parasha Terouma), versets 10 à 21.

Parcours[modifier | modifier le code]

Les murs de Jéricho s'écroulent au septième passage de l'Arche d'Alliance précédée par les sept trompettes.

De la sortie d'Égypte jusqu'à l'entrée des Israélites dans le pays de Canaan, l'arche est portée par les Lévites, qui marchent à trois journées devant les autres tribus. Elle fait partie du cortège qui permet la traversée du Jourdain sous la direction de Josué puis de celui qui permet de faire tomber les murailles de Jéricho, lors de sa conquête racontée dans le livre de Josué.

Après l'installation des Israélites, l'arche demeure à Guilgal, puis Silo et Kiryat-Yéarim (Premier livre de Samuel 7:1). Avant la traversée du Jourdain, l'arche d'alliance est à Shittim[11],[11] (Abel-Shittim) située dans les plaines désertiques de Moab[12]. Après la traversée du Jourdain, l'arche d'alliance est à Guilgal[13] à la limite orientale de Jéricho. Le peuple emmène l'arche d'alliance et prend la ville de Jéricho[14] mais est mis en échec devant la ville de Hai[15] et Josué tombe la face contre terre devant l'arche d'alliance[16]. Après enquête et punition, le peuple peut s'emparer de la ville de Hai[17]. L'arche d'alliance est à Sichem et le peuple se tient de part et d'autre de l'arche d'alliance, une moitié du côté du mont Garizim et l'autre moitié du côté du mont Ebal[18] lors du renouvellement de l'alliance par Josué.

L'arche d'alliance est à Béthel[19] et Phinées, le petit-fils d'Aaron, est devant elle[20] avant la guerre benjaminite. Samuel est couché dans le temple où se trouve l'arche d'alliance[21] à Silo[22]. Les Philistins battent Israël[23] et le peuple va chercher l'arche d'alliance à Silo avec Ophni et Phinées, les deux fils du prêtre Eli[24]. Les Philistins rebattent Israël[25] à Eben-Ezer, prennent l'arche d'alliance et tuent Ophni et Phinées[26]. A l'annonce de cet événement funeste, le prêtre Eli meurt[27].

Les Philistins emmènent l'arche d'alliance d'Eben-Ezer à Ashdod dans le temple de Dagon[28], mais des malheurs frappent les Philistins qui emmènent alors l'arche d'alliance à Geth[29], puis suite à de nouveaux malheurs la transportent à Accaron[30]. L'arche d'alliance demeure 7 mois dans la campagne des Philistins[31] qui décident de l'envoyer à Bethsamés[32] en Israel. L'arche d'alliance est déposé sur la grande pierre[33],[33] dans le champ de Yoshoua le Beth-Shémite[34]. Des hommes de Bethsamés sont tués[35] et les habitants décident d'envoyer l'arche d'alliance à Qiriath-Yéarim[36].

L'arche d'alliance demeure à Qiriath-Yéarim[37] dans la maison d'Abinadab sur la colline[38] pendant 20 ans[39]. Le roi David va chercher l'arche d'alliance à Qiriath-Yéarim dans la maison d'Abinadab sur la colline[40], la fait transporter à l'écart dans la maison d'Obed-Edom le Guittite[41] pendant 3 mois[42].Elle est enfin conduite à Jérusalem par le Roi David (I Chron 13, 5-8), dans un tabernacle. Suite à la révolte de son fils Absalom, le roi David fuit Jérusalem et franchit l'ouadi de Qidrôn[43]. Les prêtres Tsadoq et Abiathar emmènent l'arche d'alliance mais le roi David demande que celle-ci soit ramenée à Jérusalem[44]. Après la construction du premier temple, elle est placée dans le saint des saints par le roi Salomon.

Après sa mise en place dans le sanctuaire, la Bible n'en fait pratiquement plus mention. L'arche d'alliance est encore à Jérusalem sous le règne du roi Joas mais n'est plus dans le temple de Salomon. Le roi Joas demande aux lévites de ne plus la porter sur les épaules et de la mettre dans le temple, puis elle disparaît[45] et elle n'est pas dans la liste des objets pris dans le temple de Salomon[46] après la prise de Jérusalem. Toutefois l'arche d'alliance est indiquée dans la liste donnée dans l'apocalypse d'Esdras, un livre apocryphe. L'arche d'alliance n'est pas dans la liste des objets ramenés de Babylone après l'exil[47]. De fait, nul ne sait ce qu'il est advenu de l'Arche d'Alliance après la destruction du Temple de Salomon. Diverses hypothèses coexistent[48] :

Selon le Livre des Maccabées et le Livre de Jérémie[modifier | modifier le code]

Si l'on se limite aux textes bibliques, d'après le canon des écritures juives, il semblerait que l'arche, après avoir résidé de nombreuses années dans le temple de Salomon, ait purement et simplement disparu.

On sait, par le témoignage du général romain Pompée, qu'il n'y avait plus d'arche dans le second temple. Il trouva le saint des saints totalement vide. Toutes sortes d'hypothèses ont été émises à ce sujet : certains pensent qu'elle aurait été dissimulée par les prêtres quelque part, dans un des tunnels souterrains du Mont du Temple, ou dans un autre endroit tenu secret jusqu'au moment propice de sa réapparition, lors de la construction du Troisième Temple.

Dans le second livre des Maccabées, on trouve rapportée comme une légende que Jérémie aurait assisté ou participé au camouflage de l'arche lors de la destruction de Jérusalem au VIe siècle avant l'ère chrétienne. Jérémie emporte l'arche d'alliance dans la montagne où Moise était monté avant de mourir[49] et la dissimule dans une grotte dont il obstrue l'entrée[50]. Moise est monté au sommet du Pisga[51] en surplomb du côté de la face de Yeshimôn[52]=Beth-Yeshimoth[53] sur le mont Nébo[54] dans la montagne d'Abarim[55] au pays de Moab[56] en face de Jéricho[57]. Balaq le roi de Moab emmène Baalam au champ de Tsophim au sommet du Pisga pour observer le peuple israelite avant le franchissement du Jourdain[58]. Des investigations furent faites en 1931 par Antonia Frederick Futterer et en 1981 par Tom Crotser[59].

« Il y avait dans cet écrit qu'averti par un oracle, le prophète se fit accompagner par la tente et l'arche, lorsqu'il se rendit à la montagne où Moïse, étant monté, contempla l'héritage de Dieu.
Arrivé là, Jérémie trouva une habitation en forme de grotte et il y introduisit la tente, l'arche, l'autel des parfums, puis il en obstrua l'entrée.
Quelques-uns de ses compagnons, étant venus ensuite pour marquer le chemin par des signes, ne purent le retrouver.
Ce qu'apprenant, Jérémie leur fit des reproches : Ce lieu sera inconnu, dit-il, jusqu'à ce que Dieu ait opéré le rassemblement de son peuple et lui ait fait miséricorde.
Alors le Seigneur manifestera de nouveau ces objets, la gloire du Seigneur apparaîtra ainsi que la Nuée, comme elle se montra au temps de Moïse et quand Salomon pria pour que le saint lieu fût glorieusement consacré. »

— 2 Maccabées 2:4 - 2:8

On remarque que ce rôle attribué au prophète Jérémie dans le sauvetage de l'arche est en contradiction avec le désintérêt que le prophète marque pour l'arche puisqu'elle ne sera plus nécessaire lors des temps messianiques, la présence de Dieu remplaçant les symboles visibles[60] :

« Alors, quand vous serez devenus, à cette époque, nombreux et prospères dans le pays, déclare l'Eternel, on ne dira plus : Arche de l'Alliance du Seigneur ! La pensée n'en reviendra plus à l'esprit, on n'en rappellera plus le souvenir ni on n'en remarquera l'absence : on n'en fera plus d'autre »

— Jérémie 3:16

Le verset suivant (« En ce temps-là, on appellera Jérusalem le trône de l’Éternel » Jérémie 3:17) suggère que de retour d'exil à Babylone, les Hébreux ont substitué à l’arche d'Alliance, désormais disparue, Jérusalem vue comme nouveau « trône de Yhwh »[61].

Selon l'Église orthodoxe éthiopienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Sainte-Marie-de-Sion.
La chapelle de l'église Sainte-Marie-de-Sion à Aksoum en Éthiopie où l'Arche aurait séjourné d'après certaines traditions, ou alors serait gardée en ce lieu de nos jours selon d'autres.

D'autres écrits, tels que ceux du Kebra Nagast, nous proposent un autre éclairage : l'Arche aurait été offerte par Salomon à la reine Makeda de Saba à la suite d'une visite à Jérusalem. Elle aurait ensuite été dérobée et emmenée en Éthiopie par Ménélik, le fils que la reine a eu avec Salomon.

La tradition du Kebra Nagast affirme par ailleurs que l'Arche se trouverait toujours dans le saint des saints d'une église chrétienne située à Aksoum : l'église Sainte-Marie-de-Sion. En fait, après avoir séjourné dans l'Île Éléphantine en Égypte, puis dans une île du lac Tana en Éthiopie, elle aurait été apportée à Aksoum au IVe siècle, lors de la christianisation du pays.

Actuellement, elle serait conservée dans la « chapelle de l'Arche d'alliance », située dans un enclos séparé de l'église Sainte-Marie-de-Sion, sous la protection d'un gardien nommé à vie par son prédécesseur, qui est le seul autorisé à la voir et qui ne sort jamais de l'enceinte. Ni l'empereur d'Éthiopie (assassiné en 1975), ni le président de la République d'Éthiopie, ni même le chef de l'Église orthodoxe éthiopienne, ne sont autorisés à la voir. L'hypothèse éthiopienne se heurte au fait que l'arche d'alliance est encore à Jérusalem sous le règne du roi Joas[45].

Traditions[modifier | modifier le code]

Tradition biblique[modifier | modifier le code]

  • Dans la tradition la plus ancienne, elle est appelée « arche de YHWH » ou « arche d'Elohim » et est probablement un étendard représentant une divinité.
  • Dans la tradition deutéronomiste, l'arche est un coffre qui contient les tables de la loi.
  • Dans la tradition sacerdotale, Moïse construit l'arche dans le Sinaï sur l'ordre de YHWH[62].

L'Arche d'Alliance et l'islam[modifier | modifier le code]

Selon la tradition islamique, les exégètes ont longuement écrit sur ce « Coffret », qui serait une caisse en bois précieux serti d'or et contenant la copie authentique de la Torah.

C'est sur ce critère et cette législation authentiquement divine qui devaient mettre un point final aux discussions meurtrières qui divisaient les Juifs d'époque et leur apporter ainsi la « paix » dont ils avaient tant besoin.

C'est à cette copie que le Coran fait allusion quand il demande aux Juifs d'apporter leur Livre pour voir s'il n'est pas en accord avec ce que le Coran leur dit. L'Arche d'Alliance contenant le Pentateuque de Moise (Torah) fut par la suite enlevée aux Juifs par les Philistins après une guerre meurtrière.

L'Arche d'Alliance a été citée par le Coran comme preuve du règne de Tālūt (Saül dans la Bible) :

« Et leur prophète leur dit :
"Le signe de son investiture sera que le coffre [l'Arche d'Alliance] va vous revenir ; objet de quiétude inspiré par votre Seigneur, et contenant les reliques de ce que laissèrent la famille de Moïse et la famille d'Aaron. Les Anges le porteront. Voilà bien là un signe pour vous, si vous êtes croyants !"[63] »

— Quran, Sourate La Vache, no 2, verset 248.

Représentations artistiques[modifier | modifier le code]

Spéculations[modifier | modifier le code]

L'Arche d'Alliance contient les Sifrei Thora .

Selon les textes :

  • l'arche était accompagnée d'une nuée ;
  • son pouvoir était immense ;
  • sa taille était réduite (elle tenait dans un coffre) ;
  • son poids était proche de 160 à 200 livres, puisqu'il fallait quatre hommes pour la porter ;
  • sa nature physique interne est inconnue, mais on trouve un texte décrivant un risque mortel à son contact[66].

Selon le livre des Rois[67], « il n’y a rien dans l’arche, sinon les deux tables de pierre déposées par Moïse à l’Horeb ». Ce récit de l'auteur deutéronomiste suggère que les deux tables remplacent peut-être deux pierres sacrées, comme on le trouve aussi dans des coffres bédouins pré-islamiques[68].

Selon le Livre des Chroniques, chapitre 13, « ils arrivèrent à l’aire de Kidon, et Uzza étendit sa main pour saisir l’arche, parce que les bœufs avaient bronché. Et la colère de l’Éternel s’embrasa contre Uzza, et il le frappa, parce qu’il avait étendu sa main sur l’arche ; et il mourut là, devant Dieu ».

Ce passage fait peut-être référence à la pratique dans certaines tribus arabes de remplacer les deux déesses Al-Lat et Uzza par des copies du Coran[68].

Selon l'Épître aux Hébreux (9, 4), « il y avait dans l’arche un vase d’or contenant la manne, le bâton d’Aaron qui avait fleuri, et les tables de l’Alliance ».

L'absence de restes matériels a permis de donner libre cours à l'imagination[69].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

L'Arche d'Alliance est un objet de mystère historique dans le roman La Découverte du ciel (1992) de l'écrivain néerlandais Harry Mulisch ; elle constitue un fondement de l'intrigue.

Selon le journaliste Graham Hancock, l'Arche aurait été transportée à Éléphantine (où existait une colonie juive qui avait son propre temple consacré à YHWH) par des Lévites pour la sauver du roi horrible Manassé. Ce temple ayant été détruit vers - 400, les prêtres l'auraient amené à Aksoum en Éthiopie[70]. Son livre Le mystère de l'arche perdue relève plus de la théorie pseudo-scientifique et de la littérature que de la recherche historique[71].

Cinéma[modifier | modifier le code]

L'Arche d'Alliance est l'objet de la quête d'Indiana Jones dans le film Les Aventuriers de l'arche perdue (1981) de Steven Spielberg avec Harrison Ford. Représentée sur une paroi dans Indiana Jones et la Dernière Croisade, elle réapparait lors d'un court plan dans le 4e opus des aventures de l'archéologue Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal lorsque la caisse qui l'abrite est endommagée à la suite d'une course-poursuite.

Télévision[modifier | modifier le code]

Dans la série télévisée Supernatural, à l'épisode 14 de la saison 11 (The Vessel), un morceau de l'Arche d'Alliance est l'un des objets qui contient la puissance de Dieu.

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Au début du jeu vidéo Assassin's Creed, Altaïr et ses hommes entrent en contact avec l'arche pendant une mission dans le temple de Salomon.
  • Dans Bloodrayne, on la trouve dans une caisse au complexe situé en Argentine (la même que dans Indiana Jones) placée dans une cellule ; elle apparait en cassant cette caisse.
  • Dans The Saboteur, une série de missions a pour but de récupérer pour les services secrets anglais une caisse volée par les nazis ; même si l'on ne la voit pas et que son nom n'est pas prononcé, il est grandement sous entendu qu'il s'agit de l'arche d'Alliance.
  • Dans le tout premier jeu vidéo de la saga Tomb Raider, on peut apercevoir l'arche près de la porte d'entrée du manoir de Lara Croft, dans le niveau d'entrainement.
  • Dans le jeu vidéo Civilization VI, l'arche d'Alliance fait partie des reliques disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «… il [Moïse] prit la charte et la plaça dans l'arche » (Exode 40,20) ou encore « Et il [Dieu] a écrit sur les tables, de la même écriture que la première fois […] et le Seigneur m'a remis les tables […] je les ai mises dans l'arche » (Deutéronome 10,3/5).
  2. a et b Ex 25,10, Ex 37,1
  3. Ex 25,11, Ex 37,2
  4. Ex 25,11
  5. Ex 25,12, Ex 37,3
  6. Ex 25,13,14, Ex 37,4,5
  7. a et b Ex 25,17, Ex 37,6
  8. Ex 25,21
  9. Ex 25,18-20, Ex 37,7-9
  10. Ex 37,1-7
  11. a et b Nb 25,1, Js 2,1, Js 3,1, Mi 6,5
  12. Nb 33,49
  13. Js 4,19, Js 5,10, Js 9,6, Js 10,6, Js 10,15, Js 10,43, Mi 6,5
  14. Js 6
  15. Js 7,2-5
  16. Js 7,6
  17. Js 8,1-29
  18. Js 8,33
  19. Jg 20,26,27
  20. Jg 20,28
  21. 1S 3,3
  22. 1S 3,21
  23. 1S 4,2
  24. 1S 4,4
  25. 1S 4,10
  26. 1S 4,11
  27. 1S 4,18
  28. 1S 5,1
  29. 1S 5,8
  30. 1S 5,10
  31. 1S 6,1
  32. 1S 6,9
  33. a et b 1S 6,15, 1S 6,18
  34. 1S 6,18
  35. 1S 6,19
  36. 1S 6,21
  37. Sur ce site a été construit de 1920 à 1924 l'église Notre-Dame de l'Arche d'Alliance (en).
  38. 1S 7,1, 2S 6,4
  39. 1S 7,2
  40. 2S 6,4
  41. 2S 6,10
  42. 2S 6,11
  43. 2S 15,14-23
  44. 2S 15,24-29
  45. a et b 2Ch 35,3
  46. 2R 25,13-17, Jr 52,17-23
  47. Esd 1,7-10
  48. http://bible.archeologie.free.fr/.
  49. 2M 2,4
  50. 2M 2,5
  51. Nb 21,20, Nb 23,14, Dt 3,27, Dt 34,1, Js 12,3, Js 13,20
  52. Nb 21,20, Nb 23,28
  53. Nb 33,49, Js 12,3, Js 13,20
  54. Nb 33,47, Dt 32,49, Dt 34,1
  55. Nb 27,12, Nb 33,47, Dt 32,49
  56. Dt 32,49
  57. Dt 32,49, Dt 34,1
  58. Nb 23,14
  59. Tom Crotser has found the ark of the covenant-or has he? Biblical archaeology review, mai/juin 1983, pages 66à 69.
  60. Bible du Rabbinat.
  61. (en) Donald E. Gowan, Theology of the Prophetic Books: The Death and Resurrection of Israel, Westminster John Knox Press, , p. 113.
  62. Thomas Römer, « Le dieu Yhwh : ses origines, ses cultes, sa transformation en dieu unique », Chaire des Milieux bibliques du Collège de France, 17 mars 2011, 33 min 30 s.
  63. Quran, Sourate La Vache, no 2, verset 248.
  64. Jean Villette, Les portails de la cathédrale de Chartres, Editions J.M. Garnier, , p. 183.
  65. Le coffre médiéval, posé sur un char à bœufs guidé par un ange, est ouvert sur les Tables de La Loi, le pot de manne, l'huile d'onction et la baguette d'Aaron. Sous l'un des socles où l'arche est représentée, on lit l'inscription gravée en onciale gothique : HIC AMMTVP. (pour: amittitur) ARCHA (pour: arca) CEDERIS (pour: federis), signifiant « Ici, ils — Les Philistins — renoncent à l'arche et la laissent ». Les amateurs d'ésotérisme préfèrent utiliser les fautes du lapicide pour traduire « Ici est enterrée l'arche d'alliance ». Cf. Jean-Pierre Adam, Le passé recomposé: chroniques d'archéologie fantasque, Seuil, , p. 1988.
  66. Paul Henri Thiry d'Holbach, De la cruauté religieuse, Paris, 1829.
  67. 1R 8,9 dans la Bible Segond.
  68. a et b Thomas Römer, Le dieu Yhwh : ses origines, ses cultes, sa transformation en dieu unique, Chaire des Milieux bibliques du Collège de France, 17 mars 2011, 38 min 30 s.
  69. Note : voir Théorie des anciens astronautes.
  70. Graham Hancock, Le mystère de l'arche perdue. À la recherche de l'Arche d'Alliance, Éditions Pygmalion, , 494 p..
  71. (en) Paul B. Henze, Layers of Time: A History of Ethiopia, C. Hurst & Co. Publishers, , p. 54.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Munro-Hay Stuart, The Quest for the Ark of the Covenant, I.B.Tauris, , 288 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Modia : présentation de l'arche et du sanctuaire