Miniature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yusuf et Zulaikha (Joseph pourchassé par la femme de Putiphar ), miniature par Behzād, 1488.
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Miniature, issu du latin miniatulus (« coloré au minium »), désigne les enluminures, puis par analogie (finesse des détails peints) a pour sens quelque chose de petites dimensions. Il se réfère également à:

On appelle miniaturiste , celui ou celle qui peints en miniature[1].

Autres significations[modifier | modifier le code]

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Miniature, peinture à l'huile sur étain, de 1586, représentant Jean Casimir du Palatinat, protecteur du miniaturiste Petrus Dathenus.

Selon le Littré, une ‘miniature’ (du latin 'miniare' « peindre en rouge, enduire de minium ») est une « sorte de peinture délicate qui se fait à petits points ou à petits traits, avec des couleurs très fines, détrempées d'eau et de gomme, sans huile [=gouache]. La miniature se fait sur le vélin, sur l'ivoire. »

Les miniatures sont donc des œuvres au rendu précis et d’une grande finesse peintes d’abord à la gouache (sur parchemin puis, au début du XVIIIe, sur ivoire : Pierre Adolphe Hall ou Jean-Baptiste Isabey); plus tard à l'aquarelle, puis à l’aquarelle sur vélin, puis, avec Jean-Baptiste Isabey (1767-1855) sur papier.

Si les miniatures sont généralement de petites dimensions, il reste que les « Peintres ordinaires du roi pour la miniature » travaillaient sur des vélins qui faisaient 46 × 33 cm. Le château de Versailles conserve (Salon des Jeux) une série de 23 miniatures (gouache sur vélin) qui atteignent 95 × 60 cm réalisée par Louis-Nicolas Van Blarenberghe, représentant les campagnes de Louis XV.

A partir de la seconde moitié du XVIe siècle, les miniatures s'ouvrent à une nouvelle forme de sujet tels que les paysages, les scènes mythologiques ou religieuses; et aide à la décoration, de bijoux, de boîtes et de bonbonnières. La miniature devient un objet d'art à part entière, il est très apprécié entre le XVIIIe siècle et le premier quart du XIXe siècle, jusqu'à ce que de nouveaux formats apparaissent tel que la photographie et suscite sa totale disparition. La miniature est un art particulier qui à ses propres codes et une certaine autonomie par rapport aux grandes peintures; la plupart de ces artistes, furent essentiellement des miniaturistes. Depuis XIXe siècle, bon nombres d'ouvrages consacré aux miniatures on aidé à comprendre l'histoire des mœurs, de la décoration et du costume et aussi l'histoire de l'art et de la civilisation. (Miniateur Au Moyen Âge, spécialiste du dessin de la lettre ornée appelée miniature.)[2]

Au XVIIIe siècle, en France, l'Académie royale de peinture et de sculpture permette aux miniaturiste d'exposer aux Salons mais n'admettait qu'un nombre très restreint de femmes et aucune comme « peintre d'histoire », genre supérieur qui seul donnait accès au titre de professeur. Les femmes de familles d'artistes, ont dû le plus souvent se cantonner à des « sujets féminins », peinture de fleurs, portraits, miniatures, qui trouvent un débouché dans la clientèle bourgeoise. Elles accèdent ainsi à une notoriété qui leur assure l'aisance, mais pas à la reconnaissance. Les miniatures de Marie-Anne Fragonard seront attribuées à son mari Jean-Honoré Fragonard, et contribueront à sa réévaluation. Marie-Jeanne Buzeau, épouse de François Boucher, copia en miniatures les tableaux de son mari. Selon les Goncourt, elles étaient encore attribuées à François Boucher au XIXe siècle. Huit de ces petits cadres étaient mentionnés dans le catalogue de vente du peintre Aved en 1766[3].

On en retrouve trois types principaux :

  • la miniature servant à enluminer les livres et parchemins, jusqu'à l'époque de la Renaissance ;
  • le portrait miniature, de la Renaissance au XIXe siècle ;
  • la miniature botanique ou zoologique pratiquée pour le Muséum national d'histoire naturelle.

En sciences[modifier | modifier le code]

Loisirs et jeux[modifier | modifier le code]

Miniature enluminure[modifier | modifier le code]

Article associé: miniature (enluminure)

Une miniature désigne une peinture figurée indépendante, non attachée à une initiale, servant à enluminer un livre, généralement manuscrit et destinée à illustrer le texte1,2.

Livre de Poèmes Bustan Iran/afghanistan Ali al-katib (calligraphe), Behzad (illustrateur) Bistan de Sa'di 1488 miniature, aquarelle opaque, encre dorure sur papier - le caire, general Egyptian book, 908

Perse[modifier | modifier le code]

Article associé: miniature persane

L'art Perce utilise la technique de miniature depuis très longtemps. Reza Abbasi (1565–1635), est considéré comme le peintre perse le plus renomé, il était spécialisé dans les miniatures avec, il travaillé de préférence sur des sujets autour de la nature. Aujourd'hui son travaille peut se trouver dans beaucoup de grand musée tel que le Louvre, le Metropolitan Museum of Art et le Smithsonian[4].

Bustan (Saadi) Iran/Afghanistan[modifier | modifier le code]

Article associé: Bustan (Saadi)

Copie de Calligraphie d'un dictionnaire monumental décoré de gravure géométriques. Le livre est écrit par le calligraphe Haraqui Sultan Ali, appelé en son temps "le roi des calligraphe", le document est écrit à la fin du mois de Rajab an H 893 (1488). Il y a 55 pages contenant 23 lignes chacune. À la fin du document figure une poésie de 5 rythmes distinct. Il comporte 6 peintures, dont 4 d'entre elles sont peinte par Behzad. Ces peintures sont considérées comme étant les plus belles réalisées par l'artiste, de part la clarté et leurs style unique. On comprend que la réalisation des six peintures se fit durant les années 1488 et 1489 et par différents auteurs.1

Miniatures Moghole[modifier | modifier le code]

Portrait Miniature du roi Ahmad Shah Durrani Abdali - (1724-1773), appartenant au clan afghan Abdali.

Article associé: Peinture moghole

La peinture moghole se développe pendant la période de L'Empire moghol (entre le XVIe et XVIIIe siècle), on les retrouves le plus souvent sous forme de miniatures soit pour illustrer des livres ou bien comme un travail unique pouvant être conservé dans un album. Cet nouvelle vague émerge grâce aux miniatures perce traditionnelles initier en Inde par Mir Sayyid Ali et Abd al-Samad au milieu du XVIe siècle. La peinture s'est rapidement éloigné de ses origines Savafide, avec l'influence des artistes Hindou les couleurs sont devenues plus lumineuses et les compositions plus naturelles. Le sujet était principalement laïc et essentiellement constituée d'illustration sur des travaux de littérature ou d'histoire, des portraits des membres de la cour et des études sur la nature. À son apogée, le style de peinture moghol représentait un élégant mariage d'art Perce, Européen et hindou.2

Miniatures divers[modifier | modifier le code]

École de ferrare Magister gratianus (moine du milieu du XIIeme siècle) Nicola Jenson (éditeur exerçant à Venise 1470) et miniaturiste de l'école Ferrare Decretum gratinait, miniature, folios de parchemin reliés (en volume) avec couverture en cuir, imprimé à l'aide de caractères mobiles et à l'encre rouge et marron, miniatures dans les encadrements, dans les vignettes. bibliothèque monastique du couvent de San Giorgio fuori le mura des moine Olivétains, Museo Shifanoia

3

4

Provient du manuscrit : Préparation d'un bouillon de viande pour le sultan Gbiyas al-Din de Mândû, 1495-1505 Miniature pigments d'aquarelle opaques et dorés, encre noire et rouge sur papier, comprend 196 feuilles 10 lignes d'écriture nasji de caractères gras à l'encre noire, et titres en rouge style sultanat de mandu Londres " the british library "

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éditions Larousse, « Définitions : miniaturiste - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 13 mai 2018)
  2. Encyclopædia Universalis, « MINIATURE », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 18 mai 2018)
  3. Ed. et J. Goncourt, L'Art au XVIIIe siècle, Paris, Rapilly, , 194-195 p. (lire en ligne)
  4. miniature illuminated manuscript

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Guillouët et Ambre Vilain (dir.), Microarchitectures médiévales. L'échelle à l'épreuve de la matière, Paris, INHA/Picard, 2018 (ISBN 978-2-7084-1042-8).