António Costa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Costa.
António Costa
António Costa en 2014.
António Costa en 2014.
Fonctions
Premier ministre de Portugal
En fonction depuis le
(5 mois et 9 jours)
Président Aníbal Cavaco Silva
Marcelo Rebelo de Sousa
Gouvernement XXIe constitutionnel
Législature XIIIe
Coalition PS
Prédécesseur Pedro Passos Coelho
Secrétaire général du Parti socialiste
En fonction depuis le
(1 an 5 mois et 13 jours)
Élection 21-
Président Carlos César
Prédécesseur António José Seguro
Maire de Lisbonne

(7 ans 8 mois et 5 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Carmona Rodrigues
Successeur Fernando Medina
Ministre d'État
Ministre de l'Intérieur

(2 ans 2 mois et 3 jours)
Premier ministre José Sócrates
Gouvernement XVIIe constitutionnel
Prédécesseur Daniel Sanches
Successeur Rui Pereira
Député européen

(7 mois et 19 jours)
Élection 13 juin 2004
Législature 6e
Groupe politique PSE
Successeur Joel Hasse Ferreira
Ministre de la Justice

(2 ans 5 mois et 11 jours)
Premier ministre António Guterres
Gouvernement XIVe constitutionnel
Prédécesseur José Vera Jardim
Successeur Maria Celeste Cardona
Ministre des Affaires parlementaires

(1 an 11 mois et 1 jour)
Premier ministre António Guterres
Gouvernement XIIIe constitutionnel
Prédécesseur António Vitorino (Présidence)
Successeur Jorge Coelho (Présidence)
Biographie
Nom de naissance António Luís Santos
da Costa
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Lisbonne (Portugal)
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de Université classique
de Lisbonne
Profession Avocat

António Costa
Chefs du gouvernement portugais

António Luis Santos da Costa, né le à Lisbonne, est un homme d'État portugais, membre du Parti socialiste et Premier ministre depuis 2015.

Avocat, il est élu à l'assemblée municipale de Lisbonne en 1982 et intègre la direction du PS en 1986. À l'occasion des élections législatives de 1991, il devient député à l'Assemblée de la République.

Il entre au gouvernement en 1995, au poste de secrétaire d'État aux Affaires parlementaires. Il est élevé au rang de ministre en 1997. Deux ans plus tard, il est désigné ministre de la Justice. Après les élections législatives anticipées de 2002, il prend la présidence du groupe PS, désormais dans l'opposition. Il est élu en 2004 au Parlement européen.

Les socialistes étant revenus au pouvoir en 2005, il devient ministre d'État, ministre de l'Intérieur. Il démissionne en 2007, afin de se présenter à l'élection municipale partielle de Lisbonne, qu'il remporte. Il est réélu en 2009 et 2013, avec une majorité absolue.

Après le résultat mitigé du PS aux élections européennes de 2014, il conteste la direction à António José Seguro, qui organise des primaires ouvertes pour désigner le chef de file aux élections législatives. Il s'impose avec 68 % des voix, aussi Seguro démissionne du secrétariat général du parti. Costa y est alors élu avec 96 % des suffrages.

Aux élections législatives de 2015, les socialistes se classent deuxième, mais la coalition au pouvoir perd sa majorité absolue. Ayant conclu des accords de soutien sans participation avec la gauche radicale et les communistes, António Costa est nommé Premier ministre le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

En 1975, à l'âge de 14 ans, il adhère aux Jeunesses socialistes (JS). Il entre ensuite à l'université classique de Lisbonne, où il obtient sa licence de droit et science politique. Entre 1982 et 1984, il a fait partie de la direction de l'association académique de la faculté de droit de Lisbonne (AAFDL).

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Il entre à l'assemblée municipale de Lisbonne en 1982. Devenu avocat après un stage dans le cabinet de Jorge Sampaio, il intègre la direction nationale du Parti socialiste en 1986 sous l'autorité de Vítor Constâncio, où il est reconduit par Sampaio en 1989.

Lors des élections législatives du 6 octobre 1991, il est élu député du district de Lisbonne à l'Assemblée de la République, à l'âge de 30 ans. Aux élections locales du , il se présente au conseil exécutif de Loures, dont il est élu membre, abandonnant ainsi son mandat local à Lisbonne.

Un jeune ministre d'António Guterres[modifier | modifier le code]

Le , il obtient son premier poste gouvernemental en devant secrétaire d'État aux Affaires parlementaires dans le premier gouvernement d'António Guterres. Pour l'élection présidentielle du 14 janvier 1996, il dirige la campagne de Jorge Sampaio, qui s'impose avec 53,9 % des voix.

À l'occasion du remaniement ministériel du 26 novembre 1997, il est élevé au rang de ministre, conservant les mêmes attributions. Il se voit confier le portefeuille de la Justice lorsque Guterres forme son second cabinet, le .

Dans l'opposition[modifier | modifier le code]

Il doit cependant l'abandonner le , le Parti socialiste, ayant perdu les législatives du 17 mars. Il devient alors président du groupe parlementaire socialiste jusqu'au , puis est élu député européen lors des élections du 13 juin. Il est désigné vice-président du Parlement européen le mois suivant.

Ministre de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

Le , António Costa est nommé ministre d'État et ministre de l'Intérieur dans le XVIIe gouvernement constitutionnel, dirigé par le nouveau Premier ministre José Sócrates. Il démissionne cependant le afin de se porter candidat à la mairie de Lisbonne lors d'élections municipales anticipées convoquées le 17 juillet.

Maire de Lisbonne[modifier | modifier le code]

Il remporte le scrutin avec 29,5 % des voix, ce qui lui donne 6 sièges sur 17 au conseil municipal (câmara municipal). Le , António Costa devient maire (presidente da câmara municipal) de Lisbonne. Candidat à sa succession lors des élections locales du , il obtient un second mandat avec 44 % des voix, soit une majorité absolue de 9 élus sur 17 au conseil municipal. À l'issue de la mandature, il est reconduit une nouvelle fois à la mairie de la capitale, remportant 50,9 % des suffrages et 11 conseillers sur 17 aux élections du , marquées par une très forte abstention de 54,9 %.

Secrétaire général du Parti socialiste[modifier | modifier le code]

À la suite des élections européennes du 25 mai 2014, qui donnent au PS un score décevant, le secrétaire général du parti António José Seguro convoque des primaires ouvertes pour le 28 septembre suivant, en vue de désigner le chef de file du parti pour les prochaines élections législatives. Costa décide de s'y présenter contre Seguro. Le 2 septembre, il reçoit le soutien des socialistes historiques Jorge Sampaio, António de Almeida Santos, Manuel Alegre et José Vera Jardim[1].

Il remporte le scrutin sans difficulté. Sa candidature totalise effectivement 118 454 voix sur les 174 516 suffrages exprimés, ce qui lui accorde 67,88 %[2]. Cette écrasante victoire amène Seguro à remettre sa démission. En conséquence, un congrès anticipé est convoqué pour le mois de novembre. Lors du vote des adhérents pour le secrétariat général, les 21 et 22 novembre, Costa est le seul candidat en lice ; il totalise 22 702 voix sur 23 697 votants et 47 727 inscrits, soit un score de 95,8 % des exprimés pour 49,7 % de participation[3].

Il démissionne le de la mairie de Lisbonne, après un mandat de plus de sept ans. Il cède son poste à Fernando Medina, adjoint au maire chargé des Finances, des Ressources humaines et du Tourisme, et cadre du PS[4].

Élections législatives de 2015[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives du 4 octobre 2015, le PS totalise 32,4 % des voix et 86 députés sur 230, soit une progression de 12 élus, mais n'arrive que deuxième derrière la coalition au pouvoir. Il entreprend alors des discussions avec l'ensemble des partis représentés à l'Assemblée. À l'issue de celles-ci, il décide d'ouvrir des négociations avec le Bloc de gauche (BE) et la Coalition démocratique unitaire (CDU). Le 23 octobre, bien qu'il ait indiqué être en mesure de former une majorité, le président de la République Anibal Cavaco Silva désigne le sortant Pedro Passos Coelho Premier ministre.

Les négociations à gauche continuent pour autant et le 7 novembre, la commission nationale du PS adopte un programme de gouvernement, amendé par les accords avec la CDU et le BE, par 163 voix pour et 7 contre. Bien que le député européen Francisco Assis ait animé le début d'une fronde interne les jours précédents, le texte est validé à une très large majorité[5].

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Le , après deux entretiens avec Cavaco Silva et un échange de courriers afin de lever les doutes du chef de l'État sur la stabilité du futur cabinet, António Costa est désigné formateur du XXIe gouvernement constitutionnel[6].

Il est assermenté deux jours plus tard au palais national d'Ajuda, avec l'ensemble de son cabinet, qui compte dix-sept ministres, dont neuf indépendants et quatre femmes. À cette occasion, il assure la restauration du ministère des Transports, qui prend le nom de « ministère de la Planification et des Infrastructures », du ministère de la Science et du ministère de la Mer, disparu en 1995. Maria Manuela Marques Leitão est la première femme ministre de la Présidence, et Francisca Van Dunem la première femme noire nommée au gouvernement. En outre, l'exécutif voit le retour d'Augusto Santos Silva, désormais ministre des Affaires étrangères, et de José Vieira da Silva aux fonctions de ministre du Travail.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié, il est père de deux enfants et se déclare agnostique. Il est le fils de la journaliste Maria Antónia Palla et de l'écrivain Orlando Costa, militant du PCP. Ses origines remontent à l'État de Goa[7]. António Costa parle couramment français et espagnol.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]