Michel Temer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Temer.
Michel Temer
Michel Temer en 2017.
Michel Temer en 2017.
Fonctions
Président de la
République fédérative du Brésil
[N 1]
En fonction depuis le
(1 an, 1 mois et 20 jours)
Gouvernement Temer
Coalition PMDB-PR-PSD-PSB-
PTB-PV-Démocrates-
PRB-PPS-PSDB
Prédécesseur Dilma Rousseff
Vice-président de la
République fédérative du Brésil

(5 ans, 7 mois et 30 jours)
Élection
Réélection
Président Dilma Rousseff
Prédécesseur José Alencar
Successeur Vacant
Président de la Chambre des députés

(1 an, 10 mois et 15 jours)
Prédécesseur Arlindo Chinaglia
Successeur Marco Maia

(4 ans et 12 jours)
Prédécesseur Luís Eduardo Magalhães
Successeur Aécio Neves
Député fédéral pour São Paulo

(23 ans, 10 mois et 16 jours)
Biographie
Nom de naissance Michel Miguel Elias Temer Lulia
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Tietê (Brésil)
Nationalité brésilienne
Parti politique PMDB
Conjoint Maria Célia de Toledo
(divorcés)
Neusa Aparecida Popinigis
(divorcés)
Marcela Tedeschi Araújo
(depuis 2003)
Profession Avocat
Professeur de droit
Religion Catholicisme maronite[1]
Résidence Palácio do Jaburu, Brasilia

Signature de Michel Temer

Michel Temer
Vice-présidents de la République fédérative du Brésil
Présidents de la République fédérative du Brésil

Michel Temer, né le à Tietê, est un avocat, professeur de droit constitutionnel et homme d'État brésilien, membre du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) et président de la République fédérative du Brésil depuis le .

Siégeant à la Chambre des députés pour São Paulo durant six législatives, il préside la chambre basse du Congrès à deux reprises, de 1997 à 2001 puis de 2009 à 2010.

Désigné candidat à la vice-présidence de la République pour l'élection présidentielle d'octobre 2010, il devient le deuxième personnage de l'État après la présidente élue, Dilma Rousseff. Ils sont réélus à l'issue du scrutin présidentiel d'octobre 2014, mais les tensions entre les deux têtes de l'exécutif brésilien, qui se vouent une animosité réciproque, fragilisent durablement la coalition gouvernementale.

Le , Michel Temer commence à assurer la fonction de président de la République par intérim dans le cadre de la procédure de destitution de Dilma Rousseff. Il forme un nouveau gouvernement en attendant le vote définitif du Sénat. Dilma Rousseff est destituée le et Temer devient formellement président de la République. Son mandat, qui doit s'achever le , est néanmoins contrarié par la pression d'une opposition déterminée qui lui reproche son manque de légitimité et par des affaires de corruption impliquant le président lui-même ou son propre entourage.

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Marcela Temer, son épouse depuis 2003.

Né à Tietê, dans l'État de São Paulo, Michel Temer est issu d'une fratrie de cinq enfants[2]. Ses parents, producteurs de café et de riz de profession[2], sont des Libanais maronites vivant dans le village de Tabourah, dans le district du Koura, au Liban[3]. Michel Temer est ainsi le premier chef de l'exécutif brésilien d'origine libanaise[4]. Il ne parle pas couramment l'arabe, mais il est capable de comprendre le sujet d'une conversation dans cette langue[5],[6],[7].

Diplômé de la faculté de droit de l'université de São Paulo, il obtient son premier diplôme universitaire en 1963, et poursuit ses études jusqu'en 1974, lorsqu'il quitte l'université pontificale catholique de São Paulo avec un doctorat en droit. Il commence une carrière juridique en travaillant dans un cabinet privé à partir de 1963, avant d'intégrer la fonction publique en devenant procureur de l'État de São Paulo, en 1970. Parallèlement, il rejoint le cabinet du secrétaire d'État à l'Éducation de São Paulo, José Carlos de Ataliba Nogueira (pt).

D'une première union, Michel Temer a trois filles, tandis que deux autres de ses enfants sont nés de sa relation avec une autre compagne. En 2003, il épouse Marcela Tedeschi Araújo, de quarante-deux ans sa cadette ; leur fils, Michelzinho, naît la même année. Marcela Temer est très connue au Brésil, notamment depuis l'investiture de Dilma Rousseff en 2011 durant laquelle sa tenue vestimentaire et son élégance ont été très commentées sur les réseaux sociaux[8].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

1987 – 2010 : député fédéral de São Paulo[modifier | modifier le code]

En 1983, Michel Temer est nommé procureur général de l'État de São Paulo avant d'en devenir, l'année suivante, le secrétaire de la Sécurité publique.

Quatre ans plus tard, le , il est élu député fédéral sous la bannière du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB). À ce titre, il fait partie de l'Assemblée constituante, qui doit alors rédiger une nouvelle constitution pour le Brésil. Michel Temer se place du côté des progressistes : opposé à la peine de mort, il contribue à l'inscription, dans la nouvelle loi fondamentale, de la limitation des droits de propriété privée, la stabilité de l'emploi, la semaine du travail à 30 heures et la nationalisation du système financier ; parallèlement, il soutient la rupture des relations diplomatiques avec les pays légalisant les discriminations raciales, la légalisation de l'avortement et l'instauration d'un régime présidentiel.

Par deux fois, Michel Temer préside la Chambre des députés, entre 1997 et 2001, puis entre 2009 et son élection à la vice-présidence de la République, l'année suivante. Dès son premier mandat à la tête de la chambre basse, il favorise une communication plus dense pour rendre compte des travaux des députés.

Michel Temer en 2011.

La carrière politique de Michel Temer prend un tournant le lorsqu'il est désigné président du PMDB ; il devient alors un personnage clé de l'échiquier politique, puisque son parti politique est régulièrement sollicité par les gouvernements de tout bord afin de faciliter l'adoption, par les deux chambres du Congrès, des projets de loi. Après l'élection de Luiz Inácio Lula da Silva à la tête du Brésil, il est souvent consulté par ce dernier, qui en fait le principal partenaire de sa majorité parlementaire bien que, pour la vice-présidence, il lui ait préféré José Alencar.

Selon des documents révélés en 2016 par Wikileaks, Michel Temer communiquait secrètement en 2006 avec l’ambassade des États-Unis au sujet de la situation politique du Brésil[9].

Alors président de la chambre basse, Temer est invité, le , à solliciter la vice-présidence de la République fédérative au côté de Dilma Rousseff, la candidate du Parti des travailleurs (PT) soutenue par le président Lula da Silva pour l'élection présidentielle du mois d'octobre suivant. Le , à l'issue du second tour de scrutin, Rousseff et Temer sont élus à la tête de l'État brésilien pour un mandat de quatre ans. Ils sont investis le , devant le Congrès national du Brésil.

2011 – 2016 : vice-président de la République[modifier | modifier le code]

Au cours de ce premier mandat, Temer est régulièrement sollicité par la présidente Rousseff pour dénouer les crises liées à la majorité parlementaire et pour faciliter les compromis indispensables à l'adoption des projets de loi déposés par le gouvernement fédéral. Ce rôle vaut au vice-président d'être surnommé « aspirador de pó » (« l'aspirateur », en portugais) par les alliés de la chef de l'État.

Michel Temer et Dilma Rousseff, le .

Reconduit à la vice-présidence après la réélection de Dilma Rousseff, Michel Temer prend progressivement ses distances vis-à-vis de la chef de l'État. Ainsi, le , il explique publiquement qu'il est nécessaire que « quelqu'un ait la capacité d'unir le pays », sous-entendant par là que ce n'était pas le cas de la présidente Rousseff. Cette prise de position est considérée par la presse comme étant une marque de rupture entre les deux têtes de l'exécutif. À la fin de l'année 2015, quelques mois seulement après le début de son second mandat, le vice-président rédige et fait publier par la presse, à l'intention de Dilma Rousseff, une lettre dans laquelle il se plaint ouvertement du rôle de « vice-président décoratif » que lui aurait dévolu la chef de l'État[10].

Michel Temer est condamné fin 2015 par le tribunal électoral de São Paulo à une amende de 80 000 reais pour avoir réalisé en 2014 des dons à des campagnes électorales de son parti, le PMDB, au-delà du plafond fixé par la loi[11]. Il risque ainsi d'être déclaré inéligible pour une période de huit ans[12]. Cette possibilité ne l'empêcherait pas de succéder à Dilma Rousseff, mais de se présenter à une élection[13]. Le tribunal électoral indique ainsi qu'il se prononcerait sur cette question uniquement en cas de candidature de Temer à un scrutin[13].

Alors que la présidente Rousseff est de plus en plus fragilisée par des affaires de corruption liée au scandale Petrobras, qui implique également son mentor Lula, le PMDB retire, le , son soutien au gouvernement de la chef de l'État, celle-ci devant alors gérer la crise politique la plus grave depuis son élection à la présidence. De son côté, alors qu'une procédure de destitution est ouverte pour maquillage des comptes publics à l'encontre de Rousseff par le président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, réputé proche du vice-président, Michel Temer se dit « prêt » à lui succéder, dans la mesure où la Constitution prévoit que c'est le vice-président qui doit devenir le chef de l'État jusqu'à la fin du mandat prévue du président de la République en fonction[14],[15]. Les proches de Rousseff, surtout au sein du PT, dénoncent le rôle joué par le vice-président dans le retrait de son parti de la coalition, certains supposant que, par opportunisme, celui-ci veuille prendre le pouvoir au moyen de la destitution de Dilma Rousseff, alors que Temer lui-même est impliqué dans plusieurs affaires de corruption[16].

Depuis 2016 : président de la République[modifier | modifier le code]

Par intérim[modifier | modifier le code]

Michel Temer annonçant son programme économique en tant que président de la République par intérim, le .

Le , la présidente Dilma Rousseff, accusée (de façon controversée) d'avoir maquillé des comptes publics, est écartée du pouvoir par une procédure de destitution. Michel Temer, accusé par la présidente suspendue d'agir pour l'écarter du pouvoir, assure dès lors les fonctions de chef de l'État pour un délai maximum de 180 jours.

Dès le lendemain, face à la situation financière dégradée du Brésil, le nouveau gouvernement, une coalition des partis de centre et de droite, contrairement au gouvernement de Dilma qui était plutôt de centre-gauche, annonce une réduction des dépenses publiques tout en soulignant sa volonté de maintenir les programmes sociaux en faveur des plus pauvres[17]. Il fait néanmoins voter par le Congrès une revalorisation des salaires des membres du pouvoir exécutif, de la justice et de la police, des catégories pourtant « déjà très privilégiées » selon l'économiste André Nassif[18]. La mesure, refusée par Rousseff auparavant, risque, selon certains analystes, de susciter l'incompréhension et de contribuer à l’impopularité du gouvernement Temer, notamment en raison des coupes budgétaires décidées précédemment dans les domaines de l'éducation et de la santé[18].

De plein exercice[modifier | modifier le code]

Michel Temer prêtant serment le .

Le 31 août, Dilma Rousseff est destituée par un vote du Sénat. Michel Temer lui succède ainsi formellement à la tête du pays[19]. Il prête serment le jour-même à 19 h 0 GMT[20],[21]. Dès le début de sa présidence, Michel Temer est impopulaire. En juillet 2016, 13 % des sondés se déclarent satisfaits de son action selon l'institut Ibope[22],[N 2]. Le , une manifestation organisée à São Paulo et rassemblant 100 000 personnes appelle à une élection présidentielle anticipée et au départ de Temer[23].

En septembre 2016, son gouvernement prévoit d'augmenter les heures de travail et de repousser l'âge de départ à la retraite[24]. Dans son programme, figurent d'autres mesures d'austérité, notamment des coupes budgétaires avec le gel pendant vingt ans de l'augmentation des dépenses via une modification de la constitution[25],[26] et une modification du programme social Bolsa Família[27]. Le , il propose de privatiser quatre aéroports du pays ainsi que des installations électriques, pétrolières et agricoles[28]. Le , il signe l'accord de Paris sur le climat, issu de la COP21[29].

Le , après la mort dans un accident d'avion du juge à la Cour suprême chargé du scandale Petrobras[30], il nomme son ministre de la Justice Alexandre de Moraes pour lui succéder plutôt que de laisser le président de la Cour suprême désigner lui-même un nouveau magistrat[31]. Cette nomination est alors controversée, en raison de la proximité du nouveau juge avec de nombreux politiciens impliqués dans le scandale Petrobras dont il a désormais la charge[30].

Le , une manifestation est organisée contre lui lors du carnaval de Rio[32]. Le , il quitte le palais présidentiel et retourne au palais du vice-président, de peur de « fantômes »[33]. Toujours en relation avec le scandale Odebrecht, la Justice ouvre en avril des enquêtes sur 42 députés, 29 sénateurs et 3 gouverneurs appartenant à la majorité présidentielle[34]. Le , les syndicats appellent à une grève générale, la première depuis plus de vingt ans, contre l'allongement de la durée des cotisations retraites et la suppression de certains droits du travail[35]. Près de 40 millions de personnes y participent[36]. À cette date, Temer connaît par ailleurs un taux d'approbation situé à moins de 10 %[37]. Le 25 mai, en réaction à une manifestation ayant rassemblé entre 25 000 et 100 000 personnes, Temer déploya l'armée puis la retira à la suite de critiques[38]. En juin 2017, la Commission pastorale de la terre dénonce un fort accroissement de la répression contre le mouvement paysan des sans terres. Selon elle, les assassinats auraient augmentés de 25 % - dont 10 paysans abattus collectivement par la police le 24 mai 2017 - et les incarcérations de 86 %[39].

Le gouvernement annonce la suppression des « pharmacies populaires » pour l'été 2017. Créées en 2004 sous la présidence de Lula Da Silva, elles permettaient aux plus défavorisés de se procurer des médicaments à bas prix[40]. En politique environnementale, sous la pression du lobby agroalimentaire, le gouvernement fait annuler certaines lois sur la lutte contre la déforestation et sur la protection des territoires des indigènes[39]. Une nouvelle vague de privatisations d'entreprises publiques est décidée pour 2018 et 2019[41].

En juin 2017, 65 % des sondés sont favorables à son départ de la présidence[42]. Fin juillet 2017, il ne recueille que 5 % d'opinion favorable[43].

Controverses[modifier | modifier le code]

Scandale Petrobras[modifier | modifier le code]

Affectant son gouvernement[modifier | modifier le code]

Quelques semaines après la constitution de son gouvernement, les ministres de la Planification et de la Transparence sont contraints à la démission sur fond d'accusations de corruption[44],[45]. Un troisième ministre, chargé du Tourisme, est également visé par une enquête pour avoir reçu de l'argent d'entreprises privées en échange de possibles faveurs dans la conclusion de contrats, décide d'abord de rester au gouvernement[46], puis démissionne à son tour[47]. En juin 2016, plusieurs des principaux alliés politiques de Michel Temer, dont le président du Sénat, le président de l'Assemblée nationale, le président du PMDB et un ancien président de la République se voient placés sous une demande d'arrestation pour leur implication dans le scandale de corruption de Petrobras[48].

Le démissionne le secrétaire du gouvernement, accusé de trafic d'influences dans le cadre d'un projet immobilier auquel pourrait également être mêlé Michel Temer[49]. Le , accusé d’être mêlé à l'affaire Petrobras, c'est au tour de l'un des plus proches conseillers du président de démissionner[50]. Le , le secrétaire à la Jeunesse démissionne après des déclarations polémiques. Invité à s’exprimer au sujet des assassinats de près d'une centaine de prisonniers à quelques jours d'intervalle dans deux prisons brésiliennes, il avait répondu « Il faudrait en tuer plus, il faudrait un massacre par semaine »[51]. Le , Michel Temer nomme Wellington Moreira Franco au poste de secrétaire général de la Présidence, mais le 8 février, la Justice suspend sa nomination pour son implication dans l'opération Lava Jato[52],[53]. Le , la Cour suprême annule cette suspension[54]. En juin, le député Rodrigo Rocha Loures du PMDB, décrit comme étant un proche conseiller du président, est arrêté suite à la divulgation d'une vidéo le montrant prendre une valise de billets, apparemment liés à des pots-de-vin[55]. Le , Geddel Vieira Lima, ancien secrétaire général du gouvernement, est arrêté pour obstruction à la justice[56].

En juillet, plusieurs autres personnalités politiques dont le ministre des Sciences et Technologies, le ministre des Mines et de l’Énergie, le ministre des Villes, le ministre de l'Intégration nationale, le ministre de l'Industrie et du Commerce et le nouveau président du Sénat sont atteints par des révélations de la revue Época sur les pots-de-vin versés par la multinationale de l’agroalimentaire JBS[57].

Le concernant[modifier | modifier le code]

Le , Michel Temer dément toute implication dans quelque scandale de corruption lié à Petrobras alors que Sergio Machado, ancien président de Transpetro (pt), une filiale de Petrobras, le met personnellement en cause dans le cadre d'un accord avec la justice visant à réduire sa peine[58],[59]. Le une enquête préliminaire est ouverte à son encontre[60]. Le débute son procès pour le financement illégal présumé de sa campagne électorale de 2014[61]. Le , le Tribunal suprême électoral, rejette, par quatre voix contre trois, l'invalidation de sa campagne de l'de la présidentielle de 2014 où il était alors colistier de Dilma Rousseff, ce qui lui permet de rester au pouvoir et d'éviter une peine d'inéligibilité de huit ans[62]. Plus tôt, le tribunal avait refusé de prendre en compte les preuves liées à Odebrecht, dans le cadre de l'opération Lava Jato[63].

Le , le journal brésilien O Globo l'accuse, enregistrement à l'appui, d'avoir ordonné le versement de pots-de-vin pour acheter le silence d’Eduardo Cunha, ancien président de la Chambre des députés, ce qui entraine des manifestations demandant sa destitution[64]. Le 18 mai, la Cour suprême ouvre une enquête pour obstruction à la justice et pour corruption passive[65]. Le 20 mai, il demande sans succès la suspension de l'enquête le visant[66]. Alors que Temer avait plusieurs fois refusé de quitter le pouvoir et que des motions de destitution avaient été émises par l'opposition, le ministre de la Culture et celui de la Ville démissionnent[67],[68]. Le 31 mai, la Cour suprême autorise son interrogatoire par écrit[69].Le 10 juin, Temer refuse de répondre à ces questions et dénonce une « comédie » et « inquisition arrogante »[70], après avoir été selon lui, malmené moralement par les policiers[63]. Le 26 juin, la justice l'accuse formellement de ce chef d'accusation[42]. Il qualifie alors les accusations dont il fait l'objet de « fiction » et dénonce l'absence de « preuves concrète », ajoutant qu'il « s'agit d'une attaque injurieuse et infamante à ma dignité personnelle »[71].

Le , la revue Veja révèle dans son numéro du jour que les renseignements Abin auraient espionné Edson Fachin, rapporteur de l'opération Lava Jato et qui avait ouvert une enquête à l'encontre du président de la République[72], à la demande de Temer, ce que l'intéressé dément[73]. Le , le Folha de S. Paulo révèle qu'il aurait fait rénover avec des pots-de-vin la maison de sa fille, par l'intermédiaire d'un ex-colonel présenté comme son « homme de paille » pour la réception des pots-de-vin de la multinationale JBS[74]. Le patron de cette dernière, Joesley Mendonça Batista l'accuse d'être à la tête de la « plus dangereuse organisation criminelle du pays »[75]. Le , le rapporteur parlementaire préconise sa mise en accusation[76].

Le , alors qu'il a fait suspendre des ministres de leurs fonctions pour qu'il puisse exercer leur mandat de parlementaire[77], la Chambre des députés rejette sa mise en accusation, 263 députés se prononçant contre l'ouverture d'un procès, 227 pour et deux s'abstenant[78].

Déforestation[modifier | modifier le code]

En août 2017, Michel Temer décide d'abroger le statut de réserve naturelle d'une partie de la forêt amazonienne mesurant 4 millions d'hectares[79] pour y permettre l'exploitation minière par des entreprises privées et la reconversion de la forêt en cultures pour les entreprises de l’agro-business[80]. Cette autorisation a finalement été suspendu 7 jours plus tard par le tribunal fédéral de Brasilia[80]. Le gouvernement s'expose à des accusations de conflit d’intérêt, le ministre de l'Agriculture Blairo Maggi et sa famille étant propriétaires de la plus grosse société de production de soja au monde[81].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par intérim du 12 mai au , durant la suspension de Dilma Rousseff.
  2. Malgré cette impopularité, un sondage, réalisé en juillet 2016 par Datafolha et à la fiabilité contestée, indique que la moitié des Brésiliens sont pour son maintien à la tête du pays jusqu'en 2018. Cf. « Datafolha admite manipulação em pesquisa que favoreceu Temer », sur GGN - O jornal de todos os brasis (consulté le 27 juillet 2016), www.20minutes.ch, 20 Minutes, 20 Min, www.20min.ch, « 1 Brésilien sur 2 veut que Temer reste au pouvoir », sur 20 Minutes (consulté le 20 juillet 2016).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Vilarejo libanês do 'filho Michel Temer' segue igreja ortodoxa grega - 08/05/2016 - Poder - Folha de S.Paulo » (consulté le 14 mai 2016).
  2. a et b « Comment Michel Temer, discret et impopulaire, a pris la présidence du Brésil à Dilma Rousseff », sur francetv info (consulté le 15 mai 2016).
  3. « Vilarejo libanês do 'filho Michel Temer' segue igreja ortodoxa grega ».
  4. « O que explica a força dos descendentes de árabes na política brasileira? ».
  5. « Os planos de Michel Temer para o mundo árabe » (consulté le 14 mai 2016).
  6. « Conciliador, ‘charmosão’ e ‘mordomo de filme de consternação': afinal, quem é Michel Temer » (consulté le 14 mai 2016).
  7. « Origem de políticos brasileiros, Líbano tem rua com nome de Michel Temer - 14/06/2015 - Poder - Folha de S.Paulo » (consulté le 14 mai 2016).
  8. « Marcela Tedeschi Temer. La Carla de São Paulo », Courrier international, .
  9. (en) « Brazil's acting president used to be US intel informant - WikiLeaks », RT International,‎ (lire en ligne)
  10. « Brésil : Michel Temer, le vice-président lassé du second rôle « décoratif » », La Libre Belgique, .
  11. « VIDÉO. Michel Temer : le nouveau président du Brésil au passé judiciaire trouble », sur L'Obs (consulté le 1er septembre 2016).
  12. « Le paradoxe de la nomination de Michel Temer à la place de Dilma Rousseff », sur Le Huffington Post (consulté le 9 juin 2016).
  13. a et b « Le vice-président brésilien Temer risque l'inéligibilité pour huit ans », sur 7s7 (consulté le 13 février 2017).
  14. « Michel Temer, le centriste qui se voit président du Brésil », La Croix, .
  15. « Brésil : le vice-président, Michel Temer, voit son heure venue », Le Monde, .
  16. « Michel Temer, le meilleur ennemi de Dilma Rousseff au Brésil », Libération, .
  17. « Brésil : réduction des dépenses publiques et maintien des programmes sociaux (ministre de l'Economie) », sur Le Figaro (consulté le 13 février 2017).
  18. a et b « Un premier mois difficile pour le président intérimaire Michel Temer ».
  19. Directmatin, « Brésil : la présidente Dilma Rousseff est destituée » (consulté le 31 août 2016).
  20. « Michel Temer sworn in as Brazil president », sur The New Indian Express (consulté le 31 août 2016).
  21. « Michel Temer officiellement investi à la présidence du Brésil », sur euronews (consulté le 1er septembre 2016).
  22. (es) « Menos del 15% de brasileños aprueban a Michel Temer | La Verdad Noticias », sur La Verdad Noticias, (consulté le 25 juillet 2016).
  23. « La rue se mobilise contre le nouveau président », sur Courrier international (consulté le 6 septembre 2016).
  24. « Brésil : le plan d'austérité du président Temer crée des tensions », sur leparisien.fr (consulté le 15 septembre 2016).
  25. « Michel Temer, nouveau président et déjà impopulaire », sur euronews (consulté le 1er septembre 2016).
  26. « Après le départ de Dilma Rousseff, une suite difficile pour Temer », sur Courrier international (consulté le 1er septembre 2016).
  27. Claire Gatinois, « Brésil : le nouveau président Michel Temer, Machiavel ou sauveur ? », sur Le Monde, (consulté le 1er septembre 2016).
  28. « Brésil : le nouveau gouvernement annonce un vaste programme de privatisations », sur RTBF Info (consulté le 15 septembre 2016).
  29. « Climat : Temer ratifie l'accord de Paris », sur Le Figaro (consulté le 15 septembre 2016).
  30. a et b Claire Gatinois, « Au Brésil, mort d’un juge anticorruption qui instruisait l’enquête « Lava Jato » », sur Le Monde, (consulté le 9 février 2017).
  31. Claire Gatinois, « Désignation controversée d’un nouveau juge à la Cour suprême du Brésil », sur Le Monde, (consulté le 9 février 2017).
  32. « VIDÉO. Brésil : « Temer, dehors ! » scandent des manifestants au carnaval de Rio », sur Franceinfo (consulté le 25 février 2017).
  33. « Le président brésilien préfère quitter son palais de peur des « fantômes » », sur Franceinfo (consulté le 22 mars 2017).
  34. « Investigarán a 42 diputados adeptos a Temer por corrupción », teleSUR,‎ (lire en ligne).
  35. « Grève générale au Brésil », sur Le Figaro (consulté le 1er mai 2017).
  36. « Loi travail, retraites, sous-traitance : le gouvernement brésilien passe à l'offensive contre les droits sociaux », Basta,‎ (lire en ligne)
  37. « Le Brésil en grève générale contre l'austérité », sur lexpress.fr, .
  38. « Brésil : le gouvernement met fin au déploiement de l’armée dans la capitale », sur Le Monde, (consulté le 31 mai 2017).
  39. a et b Laurent Delcourt, « Le Brésil risque de subir l’une des plus grandes régressions écologiques et sociales de son histoire », sur Basta,
  40. (pt) « Governo Temer anuncia fim de todas as Farmácias Populares até agosto », Rede Brasil Atual,‎ (lire en ligne)
  41. « Gobierno de Temer privatizará 57 empresas estatales de Brasil », Telesur,‎ (lire en ligne)
  42. a et b « Brésil : le président Michel Temer formellement accusé de corruption », sur Le Figaro (consulté le 28 juin 2017)
  43. ome, « Brésil: la popularité du président Temer à 5% (sondage) », sur Le Figaro (consulté le 29 juillet 2017)
  44. « Brésil : le ministre qui s'était « mis en réserve » a été limogé », sur LExpress.fr (consulté le 26 mai 2016).
  45. Lefigaro.fr avec AFP, « VIDÉO - Brésil: démission du ministre de la Transparence », sur Le Figaro (consulté le 31 mai 2016).
  46. « Un premier mois difficile pour le président intérimaire Michel Temer », sur tdg.ch/ (consulté le 9 juin 2016).
  47. Lefigaro.fr avec AFP, « Brésil : démission d'un 3e ministre du gouvernement Temer », sur Le Figaro (consulté le 16 juin 2016).
  48. « Brésil : quatre alliés du président par intérim Michel Temer visés par la justice - Amériques - RFI », sur rfi.fr, (consulté le 9 juin 2016).
  49. « Brésil : démission d'un ministre-clé de Temer accusé de trafic d'influence », Europe1,‎ (lire en ligne).
  50. « Petrobras : démission d’un proche conseiller du président brésilien Michel Temer », lesechos.fr,‎ (lire en ligne).
  51. « Brésil : le secrétaire à la Jeunesse démissionne après avoir souhaité plus de massacres dans les prisons - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne).
  52. « Petrobras : la nomination d'un ministre bloquée », sur tdg.ch/ (consulté le 9 février 2017).
  53. Accueil, « Contre-offensive du président brésilien sur la corruption », sur Les Échos, (consulté le 13 février 2017).
  54. Chantal Rayes, « Au Brésil, un ministre accusé de corruption devient juge… anti-corruption », sur Libération, (consulté le 23 février 2017).
  55. « Brésil : un proche conseiller de Temer incarcéré », AFP,‎ (lire en ligne).
  56. Claire Gatinois, « Brésil : un ancien ministre de Michel Temer emprisonné », sur Le Monde, (consulté le 5 juillet 2017)
  57. « 349,3 millones de dólares pagó JBS en sobornos a Michel Temer », TeleSUR,‎ (lire en ligne)
  58. « Michel Temer dément toute implication dans le scandale Petrobras », sur L'Obs (consulté le 16 juin 2016).
  59. Le Point, magazine, « Brésil : le nouveau président rattrapé par l'affaire Petrobras », Le Point,‎ (lire en ligne).
  60. « La Cour suprême brésilienne autorise une enquête sur le président Michel Temer », sur Le Monde, (consulté le 25 septembre 2016).
  61. « Brésil : le président Temer joue la montre face à la Justice », sur lexpress.fr (consulté le 5 avril 2017).
  62. Le Point, magazine, « Brésil: le président Temer obtient un répit », sur Le Point (consulté le 10 juin 2017)
  63. a et b Claire Gatinois, « Le président brésilien évite de peu la destitution », sur Le Monde, (consulté le 10 juin 2017)
  64. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/05/18/au-bresil-le-president-temer-eclabousse-par-de-nouvelles-revelations_5129489_3222.html
  65. « Brésil: la Cour suprême ouvre une enquête sur le président Temer - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 31 mai 2017)
  66. « Brésil: le président Michel Temer veut la suspension de l’enquête qui le vise - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 31 mai 2017)
  67. Le Point, magazine, « Brésil: le président Temer tente de limiter la casse », sur Le Point (consulté le 31 mai 2017)
  68. « Au Brésil, le président Temer cherche à se maintenir au pouvoir », sur Le Figaro (consulté le 31 mai 2017)
  69. « Brésil: la justice autorise l'interrogatoire du président Temer », sur Le Figaro (consulté le 31 mai 2017).
  70. « Brésil: Temer sauve son mandat devant la justice », sur Le Figaro (consulté le 10 juin 2017)
  71. « Temer: les accusations de corruption sont «une fiction» », sur Le Figaro (consulté le 28 juin 2017)
  72. « Temer, un président en sursis », sur Valeurs Actuelles (consulté le 12 juin 2017)
  73. « Temer nie toute ingérence dans la justice », sur Le Figaro (consulté le 14 juin 2017)
  74. Le Point, magazine, « Brésil: nouveaux éléments dans l'enquête contre Temer », sur Le Point (consulté le 15 juin 2017)
  75. « Brésil: Le président Temer accusé de commander la "plus dangereuse organisation criminelle du pays" » (consulté le 17 juin 2017)
  76. « Brésil : rapport parlementaire en faveur d'un procès du président », sur LExpress.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  77. ome, « Brésil : Michel Temer échappe à un procès pour corruption », sur Le Figaro (consulté le 3 août 2017)
  78. Claire Gatinois, « Le président brésilien échappe à un procès dans l’indifférence quasi générale », sur Le Monde, (consulté le 3 août 2017)
  79. avec AFP, « Des millions d’hectares de forêt amazonienne ouverts à l’exploitation minière », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  80. a et b avec AFP, « Brésil : la justice suspend l’autorisation d’exploiter une réserve d’Amazonie », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  81. « Brésil : 4 millions d'hectares de forêt amazonienne ouverts à l'exploitation minière », LCI,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :