Élections législatives portugaises de 1991

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1987 Drapeau du Portugal 1995 Suivant
Élections législatives portugaises de 1991
230 députés de l'Assemblée de la République
(Majorité absolue : 116 députés)
le
Type d’élection élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 8 462 357
Votants 5 735 431
67,78 %  −3,8
Votes valables 5 624 759
Votes blancs 47 652
Votes nuls 63 020
Cavaco Silva 2007.jpg PPD/PSD – Aníbal Cavaco Silva
Voix 2 902 351
51,60 %
 +0,3
Députés élus 135  −13
Jorge Sampaio small.jpg PS – Jorge Sampaio
Voix 1 670 758
29,70 %
 +7
Députés élus 72  +12
Alvaro Cunhal.jpg PCP – Álvaro Cunhal
Voix 504 583
8,97 %
 −3,4
Députés élus 17  −14
Freitas do Amaral, XV Cimeira Ibero-Americana - Salamanca, Espanha.jpg CDS – Diogo Freitas do Amaral
Voix 254 317
4,52 %
 0
Députés élus 5  +1
Composition politique
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Aníbal Cavaco Silva
PPD/PSD
Aníbal Cavaco Silva
PPD/PSD
eleicoes.cne.pt/

Les élections législatives portugaises de 1991 (en portugais : Eleições legislativas portuguesas de 1991) se sont tenues le afin d'élire les 230 députés de la sixième législature de l'Assemblée de la République pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin est de nouveau remporté à la majorité absolue par le Parti social-démocrate (PPD/PSD).

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis la « révolution des Œillets » du , le Portugal connaît une forte instabilité politique puisque trois élections législatives anticipées ont été convoquées, aucun gouvernement n'est allé au terme de son mandat de quatre ans et 11 cabinets se sont succédé au pouvoir en 13 ans.

Ainsi, après l'adoption d'une motion de censure à l'encontre du premier gouvernement du Premier ministre libéral Aníbal Cavaco Silva, le président de la République Mário Soares prononce la quatrième dissolution de l'Assemblée de la République depuis et convoque les élections législatives anticipées du .

Ce scrutin est une grande première puisque le Parti social-démocrate (PPD/PSD) alors au pouvoir remporte une large victoire. Il conquiert la majorité absolue des sièges avec 148 députés sur 250 et la majorité absolue des voix avec 51 % des suffrages exprimés. Il distance largement le Parti socialiste (PS) de l'ancien ministre des Finances Vítor Constâncio, qui recueille 23 % des voix et fait élire 60 parlementaires. La nouvelle Coalition démocratique unitaire (CDU), structurée autour du Parti communiste portugais (PCP), retrouve son rang de troisième force politique avec 12 % des bulletins de vote et 31 mandats au Parlement. Le Parti rénovateur démocratique (PRD), formation centriste de l'ancien président de la République António Ramalho Eanes, rétrograde du coup en quatrième position avec à peine 5 % des suffrages et sept députés, soit 38 moins qu'en . De même, le Parti du centre démocratique et social (CDS) subit une sévère déconvenue, divisant son résultat par deux et ne comptant plus que quatre sièges, un minimum historique.

Fort de sa nouvelle majorité, Cavaco Silva forme un nouveau gouvernement, devenant le premier chef de l'exécutif à disposer d'une majorité absolue d'un seul parti.

Le , les élections européennes confirment le paysage politique même si les score diffèrent, puisque le PPD/PSD totalise 33 % des voix et 9 députés européens sur 24, contre 28 % des suffrages et 8 élus au PS, dont un revient d'ailleurs au PRD. Les quatre mandats de la CDU et les trois siège du CDS complètent la délégation portugaise.

À peine trois semaines plus tard, la deuxième révision constitutionnelle depuis est promulguée. Elle transforme la référence à « la transformation vers une société sans classes » par « la création d'une société juste, libre et solidaire ». En outre, elle réduit la fourchette du nombre possible de députés, passant d'un écart de 240 à 250 à une écart compris entre 230 et 235.

Les élections locales organisées le suivant constituent à l'inverse une sévère défaite pour les libéraux, puisque les socialistes y remportent 116 villes sur 305, soit trois de mieux que leurs adversaires et surtout 37 de plus qu'au scrutin de . Le PS s'impose notamment à Lisbonne, où son nouveau secrétaire général Jorge Sampaio conquiert la majorité absolue des sièges, et Porto.

Pour l'élection présidentielle du , le PS investit le chef de l'État sortant Soares et le PPD/PSD annonce ne pas lui présenter d'adversaire. Opposé à Basílio Horta du CDS et deux candidats de la gauche radicale, le président de la République est réélu au premier tour avec 70 % des suffrages.

À la convocation des élections, l'Assemblée de la République élue en devient la première depuis à achever sa législature. De même le gouvernement Cavaco Silva II est le premier cabinet depuis à aller au terme de son mandat.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin retenu, fixé par la loi électorale du , prévoit l'élection des députés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, connue pour avantager les partis arrivés en tête.

La loi électorale, conformément aux dispositions constitutionnelles, établit le nombre de députés à 230, le minimum autorisé. Les députés sont élus dans 22 circonscriptions électorales, à savoir les 18 districts du Portugal, les Açores, Madère, l'Europe, et le reste du monde.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file Résultats en 1987
Parti social-démocrate
Partido Social Democrata
Centre droit
Libéralisme
Aníbal Cavaco Silva
Premier ministre
51,3 % des voix
148 députés
Parti socialiste
Partido Socialista
Centre gauche
Social-démocratie, socialisme démocratique
Jorge Sampaio
Maire de Lisbonne
21,3 % des voix
57 députés
Coalition démocratique unitaire
Coligação Democrática Unitária
Gauche
Communisme, écologie
Álvaro Cunhal 12,4 % des voix
31 députés
Parti rénovateur démocratique
Partido Renovador Democrático
Centre
Social-libéralisme
Pedro Canavarro 5 % des voix
7 députés
Parti du centre démocratique et social
Partido do Centro Democrático Social
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéralisme
Diogo Freitas do Amaral 4,5 % des voix
4 députés

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Élections législatives portugaises de 1991
Inscrits 8 462 357
Abstentions 2 726 926 32,22 %
Votants 5 735 431 67,78 %
Bulletins enregistrés 5 735 431
Bulletins blancs ou nuls 110 672 1,93 %
Suffrages exprimés 5 624 759 98,07 % 230 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Parti social-démocrate (PPD/PSD) Aníbal Cavaco Silva 2 902 351 51,6 %
135 / 230
en diminution 13
Parti socialiste (PS) Jorge Sampaio 1 670 758 29,7 %
72 / 230
en augmentation 12
Coalition démocratique unitaire (CDU) Álvaro Cunhal 504 583 8,97 %
17 / 230
en diminution 14
Parti du centre démocratique et social (CDS) Diogo Freitas do Amaral 254 317 4,52 %
5 / 230
en augmentation 1
Parti de la solidarité nationale (PSN) Manuel Sérgio 96 096 1,71 %
1 / 230
en augmentation 1
Parti rénovateur démocratique (PRD) Pedro Canavarro 35 077 0,62 %
0 / 230
en diminution 7
Autres listes Néant 161 577 2,87 %
0 / 230

Analyse[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]