Albert Soboul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soboul.

Albert Soboul, né le à Ammi Moussa (près de Mostaganem), mort le à Nîmes, est un historien français, spécialiste de la Révolution française et de Napoléon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

La famille d'Albert Marius Soboul, de condition modeste, issue d'un milieu de paysans, artisans et ouvriers, est originaire de l'Ardèche. Le grand-père, Pierre Marie Soboul, épouse à vingt-deux ans, Lucie Marie Dérocles, vingt ans, à Uzer, le [1] et sont ouvriers en soie. De ce mariage naîtront quatre enfants. En 1881, le ménage exerce la profession de mouliniers[2] à Lyon. Pierre Soboul revient dans le département de l'Ardèche à Montréal et travaille dans une nouvelle filature de soie comme contremaître. Pierre et Lucie Soboul viennent ensuite habiter Largentière, puis le lieu-dit La Croisette d'Uzer, où ils achètent un café-restaurant.

Le père, Lucien Soboul, est né le à Lyon dans le 6e arrondissement[3]. Il pratique le métier de menuisier et décide de s'installer en Algérie en 1908[4], pour exploiter des terres. La politique du gouvernement d'alors est de promouvoir l'implantation de colons en Afrique du Nord. Lucien Soboul rentre au pays pour y prendre femme et rencontre Marie Antoinette Meillan, née le à Marseille[5]. Les parents d'Albert Soboul se marient le [6] à Saint-Andéol-de-Bourlenc (aujourd'hui Saint-Andéol-de-Vals) en Ardèche. Lors de la cérémonie, Marie Meillan déclare qu'elle n'a « le consentement de personne, agissant comme libre et majeure »[7]. Elle est la fille naturelle de Séraphie[8] Marie Meillan, domestique, née à Selonnet dans les Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), le [9]. Le jeune couple part donc en Algérie, où naît leur fille Gisèle en et leur second enfant, Albert, le à Ammi Moussa. Lors de la Première Guerre mondiale, Lucien Soboul incorpore le 2e régiment de marche de zouaves, avec le grade de sergent. Lucien Soboul est tué sur le front d'Arras, le [10] à Écurie dans le Pas-de-Calais, lors de l'offensive allemande. Mort pour la France, il venait juste d'avoir trente-trois ans. Lucien Soboul laisse une veuve et deux orphelins[11].

Albert Soboul devient pupille de la Nation et, à ce titre, boursier de la République. Lui et sa sœur aînée Gisèle vivent en Algérie avec leur mère. Marie Meillan vend le domaine agricole en 1919 et s'installe à Alger, dans le quartier de Belcourt, où elle se remarie le avec Victor Gabriel Repiquet, natif de Magnien en Côte-d'Or[12]. Mais la mère d'Albert Soboul est atteinte de phtisie pulmonaire et décide, pour se soigner, de revenir en France au mois de . La famille doit aller en Ardèche. Ils arrivent à Marseille, puis à Nîmes, où réside la tante d'Albert, Marie Soboul [note A], professeur à l'École normale d'institutrices du Gard depuis 1909 et directrice de cet établissement en 1926. Marie Meillan reste quelques jours, avant de se rendre à Saint-Andéol-de-Bourlenc. Malheureusement, déjà très malade, elle décède dans cette commune le , à l'âge de trente-deux ans[13]. Ses deux enfants sont élevés par leur tante, Marie Soboul. Elle joue un rôle important dans la formation scolaire de son neveu Albert et l'engage dans la voie d'études classiques et brillantes. Il reçoit une solide éducation au lycée Alphonse Daudet à Nîmes, de 1923 à 1931. Albert Soboul entre au lycée Joffre à Montpellier en 1931, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris en 1932, avant de rejoindre la Sorbonne en 1935.

L'engagement[modifier | modifier le code]

Sous les pseudonymes de Jules Leverrier et de Pierre Dérocles[14], il publie en 1937 aux Éditions sociales internationales un ouvrage consacré à Saint-Just. Albert Soboul obtient son agrégation d'Histoire au mois de . Il s'engage dans le communisme à partir de 1933[15], participe aux luttes politiques au moment du Front populaire et rejoint les intellectuels du Parti communiste français en 1939, lors du 150e anniversaire de la Révolution française. Il est mobilisé la même année au mois de septembre, à la suite de la déclaration de guerre avec l'Allemagne nazie. Il sert dans l'artillerie hippomobile, sans jamais voir le combat, jusqu'à sa démobilisation en 1940. Professeur d'histoire au lycée de Montpellier, Albert Soboul organise une manifestation étudiante et y prend part, le . Arrêté, il est révoqué par l'administration de Vichy le . De janvier à , il se réfugie dans le Maquis du Vercors à Villard-de-Lans. Grâce à l'aide de Georges-Henri Rivière, Albert Soboul est missionné par le Musée national des arts et traditions populaires en tant qu'ethnographe de 1943 à 1944. Il enquête dans toute la France sur l'habitation rurale et les possibilités de déplacement offertes par son statut de chercheur, facilitent son action dans la Résistance.

L'historien[modifier | modifier le code]

Après la Libération, en 1944, Albert Soboul retrouve son poste de professeur au lycée de Montpellier, avant d'être nommé au lycée Marcelin-Berthelot, puis au lycée Henri-IV. Il se lie d'amitié avec l'éminent historien Georges Lefebvre et prépare sous sa direction, sa soutenance de thèse : Les sans-culottes parisiens en l’an II. Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire, -9 thermidor an II. Sa thèse de doctorat d'État ès-lettres le , est un monument d'érudition peu contesté. En 1959, il devient coprésident de la Société des études robespierristes et secrétaire général des Annales historiques de la Révolution française. Albert Soboul est nommé à l'université de Clermont-Ferrand, puis accède le [4], à la chaire d'Histoire de la Révolution française à la Sorbonne et devient directeur de l'Institut d'histoire de la Révolution française. Le professeur Albert Soboul multiplie les voyages à l'étranger et contribue à des missions universitaires, congrès, conférences et colloques[16]. Les principaux congrès internationaux des sciences historiques auxquels Albert Soboul participe, sont : Stockholm en 1960, Vienne en 1965, Moscou en 1970, San Francisco en 1975 et Bucarest en 1980.

Si Albert Soboul est considéré comme l'une des figures les plus importantes du courant historiographique d'inspiration marxiste de la Révolution française, son œuvre ne doit pas pour autant se laisser enfermer dans cette catégorie et encore moins stigmatiser l'historien[17]. Il est nécessaire de rappeler qu'« en lui cohabitaient, non sans mal, le militant et l'historien, l'un comme l'autre plein de déchirures. Sa thèse, Les sans-culottes parisiens en l'an II […] en témoigne, comme elle fournit la preuve de sa probité intellectuelle »[18].

Tombe d'Albert Soboul au cimetière du Père-Lachaise.

Au cours des années 1970, Albert Soboul doit faire face à l'opposition de l'école conservatrice qu'il nomme révisionniste[19], autour de François Furet — ancien membre du parti communiste français — et de son beau-frère Denis Richet ou des anglo-saxons comme William Doyle. La polémique autour de la Révolution française est analysée par l'historien Marc Bordeleau[20] :

« Avec le recul, nous constatons que les attaques de Furet à l'égard de Soboul étaient davantage d'ordre idéologique que scientifique, ce qui devrait nous faire réfléchir sur la valeur réelle de son travail d'historien et sur l'ostracisme qu'il fit subir à Soboul. »

Albert Soboul est l'historien par excellence des mouvements populaires, ceux des Sans-culottes de l'An II et publie de nombreux travaux historiques, dont le Précis d'histoire de la Révolution française ou La Civilisation et la Révolution française en trois volumes. Ses ouvrages sont marqués par une recherche substantielle et un style clair. Son œuvre s'est révélée, en France et à l'étranger, comme la contribution majeure à l'étude de la Révolution française et de l'Histoire sociale. Le , il est élu président du conseil scientifique du musée de la Révolution française de Vizille[21].

Au mois de , Albert Soboul revient épuisé d'un colloque à Ottawa au Canada. Victime de plusieurs infarctus, il négligeait les prescriptions médicales. Albert Soboul part pour la Grèce en août, pays qu'il affectionne tout particulièrement. Ce nouveau voyage au vu de son état de santé, s'avère exténuant et à son retour, il est hospitalisé. Emmené à son domicile de Nîmes Albert Soboul meurt le , à l'âge de soixante-huit ans.

Albert Soboul est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, non loin du mur des Fédérés, où les derniers défenseurs de la Commune de Paris ont été fusillés le .

Hommage[modifier | modifier le code]

Raymond Bloch, directeur à l'École pratique des hautes études, dans la préface du dernier ouvrage d'Albert Soboul consacré à « La France Napoléonienne », lui rend un vibrant hommage[22] et apporte un précieux témoignage :

« Son caractère bouillant et généreux m'avait dès l'abord séduit comme son ardeur au travail et sa vive intelligence. Au-delà des discussions que suscite toute œuvre originale, le dernier livre d'Albert Soboul me semble faire apparaître, chez l'auteur, l'extrême ampleur des connaissances, soigneusement recueillies et contrôlées, et la rare aptitude qui lui permettait de les dominer et d'en tirer des tableaux hauts en couleurs. Avec un calme et un apaisement qu'on ne lui connaissait pas toujours, il décrit réalités économiques et sociales, mais aussi politiques, militaires et morales, et ce n'est pas sans plaisir qu'il s'est plu à rappeler ces propos de Napoléon, rapportés par Fontanes, grand maître de l'Université : « Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit, et, à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit », ou bien encore cette phrase magnifique de Chateaubriand écrite en 1807 : « Lorsque tout tremble devant le tyran, l'historien paraît, chargé de la vengeance des peuples. C'est en vain que Néron prospère, Tacite est déjà né dans l'Empire ». Ainsi Albert Soboul aura-t-il manifesté dans son dernier livre la science et le talent qui lui ont fait occuper une place de choix parmi les érudits d'aujourd’hui. J'aurais voulu qu'il prît connaissance de ce jugement que je porte d'un cœur sincère. Il lui était destiné et il méritait bien de pouvoir l'entendre »

Des villes honorent la mémoire d'Albert Soboul, historien prestigieux, en donnant son nom à des rues comme à Nîmes, Montpellier, Villard-de-Lans, Les Mureaux, Avrillé, Louvigny, Conques-sur-Orbiel. Le Centre de documentation et la bibliothèque du musée de la Révolution française dans le domaine de Vizille, portent le nom d'Albert Soboul depuis le .

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Sans-culotte,
« La liberté ou la mort »
Tableau par Louis Léopold Boilly

Les publications sont classées selon l'année de première parution.

  • Albert Soboul (sous le pseudonyme de Pierre Dérocles), Saint-Just : ses idées politiques et sociales, Paris, Éditions Sociales Internationales, coll. « Problèmes », , 173 p.
  • Albert Soboul (sous le pseudonyme de Jules Leverrier), La Naissance de l'Armée nationale, 1789-1794, Paris, Éditions Sociales Internationales, coll. « Problèmes », , 196 p.
  • Albert Soboul, L'an I de la liberté : étude historique, textes originaux, Paris, Éditions Sociales Internationales, , 302 p.
  • L'Armée nationale sous la Révolution, 1789-1794, Éditions France d'abord, 1945.
  • La Révolution française, 1789-1799, Éditions sociales, 1948.
  • Albert Soboul, Les Sans-Culottes parisiens en l'An II. Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire : 2 juin 1793 - 9 thermidor an II, Paris, Éditions Librairie Clavreuil, (réimpr. 1962), 1168 p.
  • Histoire de la Révolution française, 2 tomes, Éditions sociales, 1962.
  • Le Procès de Louis XVI, Paris, Julliard, 1966, 267 p.
  • Le Directoire et le consulat, PUF, coll. Que sais-je ?, 1967, 126 p.
  • La Première République : 1792-1804, Paris, Calmann-Lévy, 1968, 365 p.
  • Albert Soboul (préf. Raymond Bloch), La Civilisation et la Révolution française : La crise de l'ancien régime, t. I, Paris, Éditions Arthaud, coll. « Les grandes civilisations » (no 10), (réimpr. 20 juillet 1978), 642 p. (ISBN 978-2-7003-0199-1)
  • 1789, l'an un de la liberté, Éditions sociales, 1973, 351 p.
  • Albert Soboul, Précis d'histoire de la Révolution française, Paris, Éditions Sociales, , 532 p.
  • Comprendre la révolution, recueil d’articles, Paris, Maspero, 1981.
  • Albert Soboul (préf. Raymond Bloch), La Civilisation et la Révolution française : La Révolution française, t. II, Paris, Éditions Arthaud, coll. « Les grandes civilisations » (no 18), , 552 p. (ISBN 978-2-7003-0394-0)
  • Albert Soboul (préf. Raymond Bloch), La Civilisation et la Révolution française : La France Napoléonienne, t. III, Paris, Éditions Arthaud, coll. « Les grandes civilisations » (no 19), , 490 p. (ISBN 978-2-70030-395-7)
  • Problèmes paysans de la Révolution (1789-1848), Paris, Maspero, 1976,442 p.(IBSN 2-7071-08723),réédité chez le même éditeur en 1983.
  • La Révolution française, Gallimard, 1984 (réédité PUF, Quadrige, 2005, 121 p. (ISBN 978-2-13-058067-6)).
  • Portraits de révolutionnaires, Messidor, 1986, 312 p.
  • Albert Soboul, Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, Presses universitaires de France, (réimpr. 24 janvier 2005), 1184 p. (ISBN 978-2-13042-522-9 et 978-2-13053-605-5)
  • La Maison rurale française, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995, 171 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de l'encyclopédie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Département de Paris :
    Société des études robespierristes - 17 rue de la Sorbonne 75321 Paris cedex 05
  • Département de l'Ardèche :
    Archives de l'État civil - Archives départementales de l'Ardèche. Place André Malraux 07000 Privas
    Archives municipales - Mairie de Montréal. Le Village 07110 Montréal
    Archives municipales - Mairie de Saint-Andéol-de-Vals. Le Village 07600 Saint-Andéol-de-Vals
  • Département de l'Isère :
    Domaine de Vizille - Musée de la Révolution française. Centre de documentation Albert Soboul. Place du Château, boîte postale 1753 - 38220 Vizille
  • Département du Rhône :
    Archives municipales de Lyon - 1 place des Archives 69002 Lyon

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Note A  Marie, Victorine Rose Soboul est née à Montréal dans le département de l'Ardèche, le , de parents agriculteurs[23]. Élève brillante, elle obtient son Certificat d'études primaires. Après l'École primaire supérieure de Largentière, elle entre à l'École normale d'institutrices de Privas, puis à celle de Nîmes. Marie Soboul reçoit une bourse qui lui permet d'être admise en 1904, à l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses en région parisienne. Elle devient professeur de sciences naturelles et de dessin à l'École normale d'institutrices de Nîmes en 1909, dont elle était auparavant l'élève, et directrice de cette institution à partir de 1926 jusqu'en 1940[24]. Elle consacre sa vie professionnelle à la formation de ses élèves. De sensibilité socialiste, elle participe à des mouvements pacifistes[24]. Du fait de son engagement politique, elle est mise à la retraite anticipée en 1940. Elle milite au sein du Mouvement de libération nationale sous le nom de Valérie[24]. À la Libération elle participe au Comité de la Libération, créé le . Ce mouvement qui siège à la préfecture de Nîmes, gère les affaires du département au cours des 13 mois qui suivent la Libération[24]. Marie Soboul est alors membre de la commission de l'Instruction publique dans cette institution. Par la suite, elle siège au Conseil municipal de Nîmes au cours des deux premiers mandats de l'avocat Edgar Tailhades, de 1947 à 1959[24].

Marie Soboul épouse Antoine Usciati à Nîmes le . Elle meurt à Ajaccio, le . Une École d'application primaire publique porte son nom, au no 1 rue des Bénédictins à Nîmes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives municipales : État civil - acte de mariage no 3 - Mairie d'Uzer. Le Village 07110 Uzer.
  2. Moulinier : ouvrier qui mouline la soie.
  3. Archives municipales : État civil de Lyon, 6e arrondissement - acte de naissance no 880, cote du document 2E1310 - Archives municipales de Lyon. 1 place des Archives 69002 Lyon
  4. a et b Claude Mazauric, Un historien en son temps, Albert Soboul (1914-1982) : essai de biographie morale et intellectuelle, Éditions d'Albret, , 256 p. (ISBN 978-2-91305-507-0)
  5. Archives municipales : État civil de Marseille - acte de naissance no 377 - Archives municipales de Marseille. 10 rue Clovis Hugues 13003 Marseille
  6. Archives municipales : État civil - acte de mariage no 11 - Mairie de Saint-Andéol-de-Vals. Le Village 07600 Saint-Andéol-de-Vals
    Mention marginale du mariage dans l'acte de naissance de Lucien Soboul. Archives municipales de Lyon : État civil du 6e arrondissement, cote du document 2E1310 - 1 place des Archives 69002 Lyon
  7. Archives municipales de Saint-Andéol-de-Vals. Le Village 07600 Saint-Andéol-de-Vals
  8. Le prénom est bien orthographié Séraphie, et non Séraphine.
  9. État civil de Selonnet - acte de naissance no 15, cote du document 1MI5/1684 - Archives Départementales des Alpes-de-Haute-Provence. 2 rue du Trélus 04000 Digne-les-Bains
    Séraphie, Marie Meillan est la fille de Joachim, Toussaint Meillan et de Virginie Hermitte. Elle demeure au 32 rue des Minimes à Marseille en 1889 et épouse Justin, Lazare Eygazier le 26 avril 1905 à Aix (Aix-en-Provence).
  10. Accès direct aux archives numérisées du Ministère de la Défense - SGA Mémoire des hommes : « Lucien Soboul (1881-1914) »
    Voir également sa fiche individuelle sur le site memorialGenWeb.org.
  11. Chemins de Mémoire : « Veuves et orphelins de la Première Guerre mondiale ».
  12. Archives municipales : État civil - acte de naissance no 22 - Mairie de Magnien. Route Départementale 17F - 21230 Magnien
    Archives départementales de la Côte-d'Or : État civil - 8 bis rue Jeannin, boîte postale 1601- 21035 Dijon cedex
    Victor, Gabriel Repiquet, fils de Léonard, Marie Repiquet et de Marie-Louise Bœuf. Né le 5 septembre 1884 à Magnien dans le département de la Côte-d'Or. Marié en premières noces avec Marie Antoinette Meillan à Alger en Algérie, le 22 mai 1920. Marié en secondes noces à Alger, le 19 mai 1923 avec Céline, Maria Batigne.
  13. Archives municipales : État civil - acte de décès no 15 - Mairie de Saint-Andéol-de-Vals. Le Village 07600 Saint-Andéol-de-Vals
  14. Dérocles : nom de famille de sa grand-mère paternelle.
  15. Albert Soboul restera membre du Parti communiste français jusqu’à sa mort, tout en étant, selon Claude Mazauric, « un communiste original, paradoxal, très souvent en désaccord, rebelle, qui n'a jamais abandonné son droit à la parole » (L'Humanité, 6 juin 2005).
  16. Alain Chevalier, Robert Chagny et Annick Le Gall, Albert Soboul 1914-1982, historien de la Révolution française, Vizille, Musée de la Révolution française, , 20 p. (lire en ligne)
  17. Lire à ce propos : Julien Louvrier, Albert Soboul et la Société des études robespierristes, Un siècle d'études révolutionnaires 1907-2007, Paris, Armand Colin, coll. « Annales historiques de la Révolution française » (no 353), , 316 p., Pdf (ISBN 978-2-20092-515-4, lire en ligne), « Albert Soboul en gardien d’une orthodoxie », p. 209 à 234
  18. Citation extraite de l'Encyclopædia Universalis, de Jean-Paul Bertaud, professeur d'histoire moderne à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne : « Albert Soboul, militant et historien ».
  19. Julien Louvrier, « Penser la controverse : la réception du livre de François Furet et Denis Richet, La Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, Paris, no 351,‎ , p. 151-176 (lire en ligne).
  20. Marc Bordeleau, « Histoire et Idéologie : autour de la Révolution française, le débat entre Albert Soboul et François Furet », Bulletin d'histoire politique - Érudit, Montréal, vol. 8, no 1,‎ , p. 210-222 (lire en ligne).
  21. Domaine de Vizille - musée de la Révolution française : Centre de documentation Albert Soboul
  22. Albert Soboul (préf. Raymond Bloch), La Civilisation et la Révolution française : La France Napoléonienne, t. III, Paris, Éditions Arthaud, coll. « Les grandes civilisations » (no 19), (réimpr. 1990,1992 et 1995) (1re éd. 1983), 490 p. (ISBN 978-2-70030-658-3), p. 9 à 12
  23. Archives municipales : État civil - acte de naissance no 7 - Mairie de Montréal. Le Village 07110 Montréal.
  24. a b c d et e « École normale d'institutrices de Nîmes », sur Nemausensis.com.