Wolfenstein: Enemy Territory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wolfenstein
Enemy Territory
Éditeur Activision
Développeur Splash Damage
Concepteur id Software

Date de sortie 29 mai 2003
Version 2.55 / 2.56 / 2.60 / 2.60b
Genre Jeu de tir subjectif
Mode de jeu En réseau
Plate-forme Linux, Windows et Mac OS
Média Téléchargeable
Langue Anglais
Contrôle Clavier + souris

Créé après la réussite du jeu duquel il est tiré : Return To Castle Wolfenstein (RTCW), Wolfenstein: Enemy Territory est un jeu vidéo de tir subjectif, développé par Splash Damage.

Le 17 août 2010, à l'occasion de la QuakeCon 2010, le code source du jeu passe sous licence libre[1].

Histoire du développement[modifier | modifier le code]

Wolfenstein: Enemy Territory était à la base prévu pour être une extension commerciale solo et multijoueur de Return to Castle Wolfenstein (RTCW). Cependant, à la suite de problèmes sur la partie solo, le jeu sort le 30 avril 2003 uniquement doté d'une version multijoueur. Il devient ensuite gratuit[2] et indépendant de RTCW.

Tout comme ce dernier, Wolfenstein: Enemy Territory s’appuie sur l'id Tech 3, le moteur de jeu de Quake III Arena.

Depuis début 2004, la société chargée du développement de l'aspect réseau du jeu (Splash Damage) fournit le kit de développement gratuitement[3], mais le jeu n'en est pas pour autant un logiciel libre. L'utilisateur doit accepter la licence d'id Software qui est très permissive par rapport à celle de la majorité des logiciels propriétaires.

Le jeu est disponible sur les trois principaux systèmes d'exploitation : Windows, Linux et Mac OS.

Malgré la gratuité du jeu, Splash Damage a suivi la vie du logiciel après sa mise en circulation et a ainsi créé plusieurs patches résolvant les quelques bugs présents dans la version d'origine. La version 2.60 est sortie le 21 mars 2005 et la version 2.60b a été rendue disponible le 8 mai 2006.

Préambule[modifier | modifier le code]

Wolfenstein Enemy Territory simule l'affrontement entre 2 équipes adverses : l'Axe et les Alliés. L'action se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale. Les développeurs se sont inspirés des évènements tels que ceux de Tobrouk, de la bataille d'Angleterre et de l'opération Biting[4].

Les quelques décors présents à l'origine sont peu nombreux mais variés ; une plage de Normandie, un village en Afrique, une forêt de Bavière... Mais plusieurs serveurs proposent des cartes personnelles au téléchargement. Il est possible, grâce à un éditeur, de créer ses propres niveaux.

À l'origine, le jeu se joue uniquement en réseau et réunit une grande communauté de joueurs que l'on peut retrouver par exemple via le protocole IRC, en grande majorité sur le serveur Quakenet. Mais des bots, comme Bobot, ont été créés par des amateurs du jeu. Un classement des meilleures équipes se retrouve sur divers sites tels que clanbase [5]. Un classement des joueurs se trouve sur splatterladder [6].

Jusqu'à 64 joueurs peuvent se rassembler en même temps sur une partie.

Mécanismes du jeu[modifier | modifier le code]

Jouabilité[modifier | modifier le code]

Chaque joueur possède une panoplie d'actions et de mouvements commune à beaucoup de jeux de tir subjectifs de la génération. Il est possible de marcher, courir, s'accroupir, s'allonger, se pencher, voir la carte du niveau, sauter et sprinter lorsque la jauge de souffle n'est pas vide, nager, récupérer des boîtes de soins, des munitions, actionner des portes, des interrupteurs, tirer, recharger. La précision du tir dépend de la position du joueur : très bonne lorsqu'il est allongé ou accroupi, moyenne lorsqu'il se tient debout.

Le but du jeu est de gagner en équipe en se confrontant à l'équipe adverse. Les dépendances entre équipiers ont été renforcées depuis Return To Castle Wolfenstein, ce qui en fait un jeu plus adapté au mode multijoueur. La coordination de toutes les classes est nécessaire pour obtenir la victoire.

Les classes de personnages[modifier | modifier le code]

Elles sont au nombre de cinq, chaque joueur doit choisir une de ces classes :

  • le soldat (Soldier) est le spécialiste des armes lourdes : lance-flammes, lance-roquettes, mortier, mitrailleuse mobile.
  • le médecin (Medic) s'occupe des soins et de la réanimation des équipiers gravement touchés.
  • l'ingénieur (Engineer) est à lui seul bâtisseur, réparateur, dynamiteur, mineur et démineur. Il peut également posséder un lance-grenades. Dans la majorité des cas, il est indispensable pour mener pleinement une mission.
  • l'officier (Field Ops) distribue des munitions, lance des attaques aériennes ou par artillerie. À terme il peut également détecter les espions déguisés.
  • l'espion/tireur d'élite (Covert Ops) peut voler un uniforme ennemi pour s'infiltrer dans les rangs adverses. Il peut poser des explosifs (charge de démolition) télécommandés, repérer des mines grâce à ses jumelles, utiliser un fusil de sniper et d'autres armes silencieuses, lancer des grenades fumigènes. De plus, la position de tout ennemi situé dans son champ de vision est instantanément transmise à tous ses coéquipiers (via la carte et la boussole).

Toutes les classes possèdent des compétences de base, telles que la possibilité d'utiliser un pistolet, un couteau, des grenades, les mitrailleuses fixes et les mitrailleuses des chars d'assauts.

À noter que Bobot propose trois nouvelles classes issues de RTCW : Le Cyborg (cybernetic organism), le Proto soldat (cybernetic organism) et l'EliteGuard.

Le système d'expérience[modifier | modifier le code]

L'un des points innovants du jeu (pour un jeu de tir subjectif) est l'évolution. L'avatar gagne de l'expérience au fur et à mesure des combats et de ses actions comme dans un jeu d'aventure.

Trois jauges d'expérience existent, l'expérience du terrain (Battle Sense), la dextérité des armes légères (Light Weapons) et l'expérience spéciale à la classe choisie par le joueur. Chaque jauge possède cinq niveaux (en comptant le niveau zéro), six selon les serveurs, chaque niveau procure une amélioration.

L'expérience du terrain s'acquiert au fil du temps, un joueur blessé et/ou ayant blessé un joueur adverse se voit accorder des points tant qu'il survit. En gravissant les niveaux, le joueur obtient des jumelles, devient plus endurant, plus résistant aux tirs ennemis, et finalement devient capable de voir les mines camouflées.

La dextérité des armes légères augmente quant à elle en tuant des joueurs adverses avec des armes légères (le pistolet, la mitraillette, la grenade et le couteau), en fonction du coup fatal plus de points sont accordés (5 dans la tête, 3 pour le reste du corps). Niveau par niveau, le joueur obtient un chargeur supplémentaire, un rechargement plus rapide, un maniement plus précis des armes légères, et finalement obtient un deuxième pistolet.

Chaque classe de personnage possède une jauge spéciale. Par exemple, celle du médecin permet d'obtenir un chargeur et une grenade supplémentaire, puis de soigner plus efficacement, ensuite de soigner entièrement en utilisant une seringue sur un joueur allié proche de la mort, et enfin d'obtenir une seringue remplie d'adrénaline qui pourra remonter sa jauge de souffle intégralement et diviser par deux les dégâts provoqués par une balle ennemie, cela durant un court laps de temps.

Les modes de jeu[modifier | modifier le code]

À ne pas confondre avec les mods, 4 modes de jeu sont disponibles :

  • le mode 'Objectifs'

Ici seul l'objectif final fait gagner une partie. Les objectifs diffèrent pour chaque niveau (ex. : destruction de bâtiments, escorte de véhicule, vol de documents...).

  • le mode 'Campagne'

Similaire au mode 'Objectifs' il a la particularité d'enregistrer l'expérience des joueurs à la fin d'un niveau, et de la restituer au début du suivant. C'est le mode le plus utilisé dans les serveurs publics.

  • le mode 'Stopwatch'

Il reprend le mode 'Objectifs' en enregistrant le temps mis par une équipe pour réaliser ses objectifs, puis les équipes changent de rôle et c'est celle qui est la plus rapide qui remporte la victoire. C'est le mode le plus utilisé en compétition.

  • le mode 'Last man standing', également appelé 'Deathmatch'

Celui-ci se rapproche plus d'une épreuve de survie, où le dernier joueur vivant fait gagner son équipe.

Des extensions ont vu le jour au fur et à mesure des années. Ces extensions restent cependant assez rares : seulement quelques serveurs les proposent. Voici deux extensions plutôt connues que l'on peut trouver dans le jeu :

  • le mode 'Zombie'

Également un mode de survie où les zombies doivent attaquer les humains. Un humain attrapé rejoint le camp zombie. S'il reste au moins un humain à la fin de la partie, l'équipe zombie perd.

  • le mode Hide&Seek

Une équipe doit trouver et tuer (au Colt ou Lüger) ses adversaires dans un temps imparti. L'équipe adverse doit se contenter de fuir, de se cacher et de se soigner. Lorsqu'un joueur est tué, il doit attendre la fin de la partie. Ce mode se déroule sur des cartes modifiées et demande un bon niveau de Trick Jumping.

Les cartes[modifier | modifier le code]

Bien qu'un grand nombre de niveaux de jeu existent, une dizaine sont récurrents dans les matchs et tournois.

Les environnements sont variés, du désert africain à la forêt allemande, les joueurs traversent les lieux importants de la seconde guerre mondiale. Il se peut que des serveurs aient des cartes sortant de la seconde guerre mondiale comme des cartes de contrôle (ex: l'équipe gardant le plus longtemps un jukebox sous son contrôle).

Certains serveurs passent en boucle la même carte, ce qui est donc parfait pour s'entraîner sur la carte en question.

Les stratégies[modifier | modifier le code]

Comme dans tout jeu multijoueur, les possibilités tactiques et stratégiques sont infinies.

La stratégie de base sur les cartes où l'objectif est d'escorter un véhicule, consiste pour les soldats et médecins à protéger les ingénieurs mécaniciens qui peuvent ainsi réparer le véhicule si besoin est, sans se soucier des tirs ennemis.

Sur certaines cartes où une équipe prend d'assaut un quartier général, il est possible d'attirer un ennemi hors de sa base, le tuer et s'équiper de ses vêtements (seule la classe des tireurs d'élite peut se déguiser). Ainsi un espion peut rentrer dans la base ennemie et ouvrir des portes à ses coéquipiers restés à l'extérieur. Une équipe entraînée et synchronisée peut utiliser plusieurs tactiques, en scindant l'équipe en « groupes d'assaut » (Fireteam), chacun ayant une tâche spécifique.

Voici des subtilités pour quelques cartes :

Dans Supply Depot, les Alliés doivent dynamiter une porte de bunker, pour faire avancer un camion, s'introduire dans un fort et récupérer une réserve d'or en construisant un bras articulé (crane control), et enfin s'enfuir avec. Un espion peut se déguiser et permettre à un ingénieur de passer la porte pour détruire le deuxième objectif (la porte du dépôt) avant le premier. L'Axe quant à lui, peut détruire le crane control en y posant un sac satchel (explosif télécommandé) ou en plantant une dynamite.

Dans Oasis, après avoir récupéré le contrôle d'une partie de la ville, les Alliés doivent dynamiter deux canons anti-tanks situés à l'extrémité d'un fort. Un ingénieur expérimenté peut pratiquer un saut (walljump) au-dessus du mur à dynamiter pour poser les dynamites aux canons anti-tank en prenant les Axes à revers. En mode Stop Watch, ce saut permet d'actionner le levier pour ouvrir une porte dans un tunnel de l'autre côté de la carte. Des équipes arrivent parfois à prendre tous leurs adversaires par surprise en appliquant cette technique. Une autre technique est qu'un ingénieur (même inexpérimenté) construise la seconde pompe à eau puis se cache dans le tunnel et attende que le niveau de l'eau baisse suffisamment pour pouvoir franchir le tunnel et atteindre le fort et ses canons. Si le mur n'est toujours pas dynamité, l'ingénieur ne devrait pas rencontrer d'opposition ennemie pour dynamiter les canons. Pour les groupes ayant l'habitude de jouer ensemble, il est aussi possible de dynamiter les canons de l'extérieur du fort, en faisant une courte échelle à 2 ou 3 joueurs. Cette dernière (3 joueurs) est néanmoins interdite en compétition.

Dans FuelDump les alliés doivent construire un pont en 2 parties pour pouvoir faire passer le tank et ainsi détruire les portes du tunnel. Les alliés doivent ensuite escorter le tank Churchill pour lui faire détruire les portes du dépôt, laissant ainsi la voie libre aux ingénieurs pour dynamiter le dépôt. Les alliés peuvent aussi escorter le tank jusqu'au côté ouest, et faire une brèche dans le mur. Parfois, un espion peut escorter un ingénieur pour passer la porte du dépôt furtivement et ainsi dynamiter le dépôt tranquillement, ce qui garantit dans 85 % des cas la victoire. De nouveaux scripts sur certains serveurs (les serveurs personnalisés), permettent aux alliés d'apparaitre au poste de commandement et à l'Axe d'apparaître dans leur garage.

Remarque importante : les objectifs explosables à l'aide de satchel (représenté par un sac à dos beige avec une antenne qui sort sur la boussole) peuvent être dynamitables par des explosifs mais le contraire n'est pas vrai.

Les mods disponibles[modifier | modifier le code]

Le jeu étant basé sur le moteur de jeu de Quake 3 Arena, de nombreux mods ont vu le jour, notamment grâce à la permission accordée par les propriétaires. Au début de l'année 2004, la publication du code source et d'un kit de développement a donné une plus grande aisance aux créateurs de mods. Certains ont créé des bots et les ont distribués gratuitement.

Le jeu supporte également des conversions complètes (total conversion en anglais) qui sont des mods où la totalité du jeu est modifiée (modèles, armes, cartes, règles du jeu, sons, textures, scripts, menus, etc.) et non pas simplement une partie. En général, seulement les règles du jeu et parfois quelques modèles, sons et/ou textures additionnels sont modifiés.

Certains mods de Quake 3 ont été réécrits et portés pour Wolfenstein: Enemy Territory, tels que ETF et TrueCombat: Elite.

  • TrueCombat: Elite modifie totalement l'aspect du jeu en un Counter-Strike Like.
  • Enemy Territory Fortress, quant à lui, change ET en un Quake Like offrant des possibilités intéressantes comme un mod "capture du drapeau" ou encore "capture le canard".
  • Ou bien encore le mod ETPro qui offre la possibilité de jouer au « vrai » Wolfenstein.

La compétition[modifier | modifier le code]

Il existe comme dans beaucoup de jeu, un mode qui permet de faire de la compétition. Celle-ci s'effectue uniquement dans les conditions Stopwatch et ETPro. Chaque joueur est très limité en munitions, en jauge de sprint et également dans la distribution de pack de santé. En fait le mod ETPro est fait pour ceux qui recherchent des conditions de jeux plus réalistes avec des adversaires souvent expérimentés et qui savent jouer. Dans ce mode de jeu, le niveau est plus élevé. Beaucoup de joueurs aiment faire des petites parties entre amis, puis les joueurs commencent à chercher d'autres adversaires de leur niveau. Puis à un certain niveau de jeu, ils participent à des tournois avec un Cash Price, néanmoins ils ne sont pas professionnels. Ces tournois officiels que l'on retrouve en shoutcast sur internet.

  • Les différents types de matchs (ou scrims) :

Il existe plusieurs types de matchs suivant les goûts et envies des joueurs. D'abord le 1 contre 1 autrement appelé 1vs1 ou 1o1. Deux jours se retrouvent face à face sur une petite carte. Les deux joueurs ont bien souvent le choix qu'à une seule classe : Field Ops. Les joueurs n'ont pas le droit d'utiliser d'autres armes que l'arme principale (Thompson ou MP40) et l'arme secondaire (colt ou luger). Parfois les grenades sont autorisées. Le but du jeu est de tuer le plus de fois possible votre adversaire. Les parties sont très courtes et généralement les bruits de pas sont supprimés. C'est une partie silencieuse. On peut également faire un autre type de 1o1 : aller chercher des objectifs dans le camps ennemie et les ramener dans son propre camps. Les règles sont également les mêmes que pour l'autre type de jeu, mais ici il s'agit d'un objectif plus stratégique. Le 2o2 est assez rarement joué, cependant il existe. On joue ici sur de vraies cartes : deux joueurs attaquent, deux joueurs défendent. Généralement les classes Soldats et Covert Ops ne sont pas disponibles. Le lance grenade de l'ingénieur et l'artillerie du Field Ops sont très souvent aussi interdits. De même les joueurs ne sont pas autorisés à passer par des chemins périphériques, ils doivent obligatoirement passer par le passage principal (exemple : le passage par le poste de commande sur Radar est interdit). Les joueurs remplissent ensuite leur objectif de façon normale. Le 3o3 est un type de jeu très utilisé. Il s'agit exactement des mêmes règles que pour le 2o2, à l'exception que l'artillerie est autorisée. Ce type de jeu est très reconnu dans le monde de la compétition. Le 4o4 n'existe pas de façon officielle. Il n'y a donc pas de règle officielle. Le 5o5 est le type de jeu des grandes compétitions (coupe du monde, coupe d'Europe...). Ici, une arme lourde par équipe est autorisée (Panzerfaust, mortier...). Quelques mines sont possibles. Un lance-grenade par équipe est même conseillé. Un tireur de haute précision par équipe est valide. L'ensemble de la carte peut être parcourue. Dans ce type de jeu, tout est donc possible. Le 6o6 est un type de jeu qui était très utilisé et aimé par l'ensemble des joueurs. Il était le type de jeu pour les grands événements tels que la coupe du monde. Cependant le 6o6 s'est éteint pendant un certain temps, entre 2009 et 2012 à peu près. Depuis quelques mois, les joueurs réclament de plus en plus le retour en 6o6 pour les grands événements. Ainsi la coupe du monde NCXV a été jouée en 6o6, contrairement à la NCXIV qui avait été jouée en 5o5. Les règles du 6o6 sont les mêmes que le 5o5. Lors de compétitions spéciales, des 7o7, 8o8 ou plus, ont été joués, mais ces compétitions se font très rares.

  • Le matériel requis

Pour pouvoir jouer officiellement en compétition, il faut d'abord avoir les versions nécessaires. Les matchs se jouent en version 2.60b. Il faut donc télécharger le patch 2.60b pour pouvoir jouer en ETPro. Cependant pour jouer en compétition officielle, il faut obligatoirement se munir d'un logiciel anti-triche. Le logiciel en question s'appelle TZAC. C'est le petit frère de SLAC (Speed Link Anti Cheat). Sans ce logiciel vous ne pourrez pas vous connecter au serveur de match. De plus, ce type de logiciel vous permet bien souvent d'avoir une meilleure qualité de jeu en limitant les lags. Un petit logiciel de retour au bureau peut être utile : ETMinimizer à télécharger gratuitement et très simple d'utilisation. Un logiciel de communications vocales tel que : Team Speak 3, Skype, etc. Ces logiciels permettent de communiquer avec son équipe uniquement afin de réagir plus rapidement et de bien d'organiser pour les tactiques. Les sites ou logiciel de recherches de matchs : les joueurs recherchent directement en public des potentiels adversaires de leur niveau pour pouvoir s'entraîner. Pour cela les sites comme Quakenet sont très utiles.

  • Le principe du jeu

Les matchs sont des modes de jeu très techniques. Les joueurs d'une même équipe doivent coopérer pour pouvoir être efficace. Dans quasiment toutes les cartes, au moins un ingénieur et un médecin sont fortement conseillés. Un médecin doit généralement suivre et couvrir un ingénieur et même un Covert Ops. Les Field Ops sont là généralement pour attaquer directement là où l'ennemi est concentré ou alors pour couvrir une dynamite amorcée. Les Snipers doivent êtres repliés, mais ne doivent pas hésiter à être mobiles et à pénétrer dans le camp adverse (le Sniper est l'arme la plus meurtrière). Les ingénieurs doivent accomplir l'objectif : poser des dynamites, des mines, etc. Le soldat est présent pour ralentir le plus possible l'ennemi. L'équipe qui attaque ne doit pas hésiter à être très agressive et très offensive ainsi qu'à attaquer de façon collective sur plusieurs lieux de la carte. L'équipe qui défend doit bien utiliser son temps et ses munitions : tuer un ingénieur est plus handicapant pour l'équipe adverse que de tuer un médecin. Les ingénieurs doivent être les cibles numéro 1. Lorsque le compte à rebours arrive près de 0, l'équipe qui défend ne soit pas hésiter à se suicider afin de réapparaître en pleine santé et avec toutes les munitions.

  • Les tournois et équipes importants

Parmi les plus gros tournois, on retrouve, tous les ans en hiver, la coupe du monde : Nation Cup (NC). L'hiver 2012/2013 est marqué par la seizième édition de la coupe du monde. On retrouve également la coupe d'Europe qui regroupe des équipes avec des joueurs de différents pays mélangés. Puis on retrouve les tournois en LAN : les joueurs se retrouvent dans un même lieu dans une grande salle afin d'organiser un tournoi le temps d'un week-end. Les vainqueurs reçoivent des prix et de l'argent. Les équipes changent très souvent, mais parmi les meilleures équipes on peut sûrement nommer : Mega Pro Gaming, EDiT, Overload, The Last Resort, Anexis, Team Dignitas, Queens ou encore les ButtonBashers. Concernant les nations, la Finlande est le pays considéré comme le plus efficace avec 5 titres de Champions du monde. Ensuite vient l'Estonie et le Royaume-Uni avec 2 titres, puis la Pologne, l'Allemagne, les Pays-Bas avec 1 titre. Le Royaume-Uni est tenant du titre depuis deux ans. Malgré aucune victoire de coupe du monde, la Belgique fait partie des plus grandes équipes du monde et fait même office de très grand rival à la Finlande. La Belgique a perdu 3 fois en finale de coupe du monde contre la Finlande, et 3 fois de façon très serrée. Parmi les joueurs retrouve des stars du jeu : Squall, Matias, Sample pour la Finlande. mAus, Lio, uNDEAD, dAv1d pour la Belgique. Anderson, Night, Raul pour l'Estonie. XyLoS, VJTO pour l'Italie. Wiesiek, Kot, Frag'Stealer, numeric pour la Pologne. Drago, sNoOp, butchji, Kresti pour l'Allemagne. xPeria, 7ele, saKen, teKoa pour les Pays-Bas. sqZz, raZz, crmbs, Kamz pour le Royaume-Uni. Winghaven, magico pour l'Espagne. DonMatthias, Potter pour l'Autriche. FeruS pour la Suède. Karnaj pour la France. Rossko pour le Canada, etc. Pour beaucoup de joueurs, mAus fait figure de « meilleur joueur de tous les temps » devant sqZz, Squall, Anderson, XyLoS et Sample. En 2012 sqZz fut élu meilleur joueur du monde devant phyZiC (Islande) et mAus (Belgique). De même pour l'équipe One Pound Fish qui devient la meilleure équipe du monde en 2012 devant Queens et Anexis eSports.

  • Palmarès des Coupes du monde depuis 2003 :
Équipes Titres Deuxièmes places Troisièmes places
Finlande 5 2 2
Estonie 2 1 1
Royaume-Uni 2 1 1
Pologne 1 3 1
Allemagne 1 1 1
Pays-Bas 1 0 1
Belgique 0 3 0
Suède 0 0 2
Croatie 0 0 1
Lettonie 0 0 1
Hongrie 0 1 0
Espagne 0 0 1
Autriche 0 1 0

Note  :

- Les deux premières Coupes du Monde (NCV et NCVI) de l'histoire du jeu, furent gagnées par l'équipe de Finlande.

- Le Royaume-Uni est tenant du titre depuis 2 ans (NCXV et NCXVI).

- L'équipe de France figurait ces dernières années parmi les 8 premières têtes de série. Cependant la Suède et la République-Tchèque ne lui ont pas permis de maintenir ce statut à l'issue de la Coupe du Monde NCXVI.

- L'hiver 2013/2014 n'a pas été animé par la Coupe du Monde NCXVII, suite à l'arrêt du site qui supportait cette compétition.

  • Quelques événements marquants :

- Finale de la Coupe du monde X : Finlande vs Belgique : "Lepari" (Finlande), avait fait gagner son équipe de justesse.

- Finale CB XVI  : Mega Pro Gaming vs EDiT : "Drago" (MPG) sauve son équipe d'un magnifique tir au Panzerfaust à très longue distance.

Le Trick Jumping[modifier | modifier le code]

Les joueurs de Wolfenstein peuvent développer un « art » que l'on appelle Trick Jumping (ou Trick Jump ou TJ). Le Trick Jumping n'existe pas sur des serveurs possédant le double saut. Il s'agit en fait de se déplacer en sautant. L'idéal est de pratiquer cet art sur une pente : Lorsqu'un joueur effectue plusieurs sauts de manière continue sur une pente descendante, sa vitesse s'accroît et il saute de plus en plus loin.

  • Le Trick Jumping de base :

C'est une chose assez importante lorsqu'une équipe n'a plus beaucoup de temps et doit faire vite. De même, le Trick Jumping permet de se frayer des passages improbables (notamment sur Supply Depot). En effet, avec de l'élan et en sautant sur des rochers/barrières ou autres objets du décor, le joueur peut rebondir et ainsi accéder à des endroits auxquels il ne peut normalement pas rejoindre aussi facilement. Exemple sur Supply Depot, un joueur des Alliés ne peut techniquement pas entrer dans la seconde base des Axes (les remparts sont trop hauts). Pourtant à l'aide du Trick Jumping, le joueur peut prendre de l'élan et rebondir sur un des rochers. S'il prend un bon angle d'inclinaison, il se retrouvera sur le rempart des Axes et pourra ainsi ralentir l'équipe adverse. Quasiment toutes les cartes on a un endroit un point stratégique de Trick Jump. Certains points stratégiques sont plus difficiles que d'autres, et certains peuvent être très fatals pour la suite d'un match. Les joueurs de haut niveau connaissent tous les endroits stratégiques et savent tous plus ou moins pratiquer le Trick Jumping ce qui rend le spectacle encore plus beau. Il existe des cartes spéciales Trick Jumping pour s'entraîner dans ce domaine.

  • Le Trick Jumping de haut niveau :

Il existe ensuite le Trick Jumping à très haut niveau. Ce style devient inutile pour les matchs, ce sont les joueurs excellents en Trick Jump qui le pratiquent. Des cartes extrêmement difficiles sont créées et où les joueurs font des performances hors normes. Ces joueur passent également leur temps sur les cartes habituelles à essayer de trouver des endroits où un Trick Jump serait possible (même s'il est inutile). Aujourd'hui encore (en 2013), de nombreux Trick Jump sont découverts, et encore beaucoup seront à découvrir. Cela nécessite donc de la patience et également de l'imagination. La plus grande équipe de Trick Jumping est probablement UseMe dont le leader est "pupup0x". Cette équipe est toujours en activité en 2013 et réalise régulièrement des vidéos.

Popularité[modifier | modifier le code]

Enemy Territory a connu un très grand succès de façon générale. Sa longévité aura sûrement surpris beaucoup de personnes au fil des années. Les secrets d'un tel triomphe sont assez simple : Le jeu est avant tout accessible gratuitement sur de nombreux sites. C'est un jeu de tir (FPS : First Person Shooter), ce qui attire beaucoup de joueurs dans le monde du jeu vidéo. Créé en 2003, les graphismes sont plus que satisfaisant pour une plateforme gratuite. C'est également un jeu qui est ouvert à tout public à l'échelle internationale. Pour couronner le tout, Enemy Territory peut être utilisé sur n'importe quel ordinateur puisqu'il ne demande pas de grandes performances pour le faire fonctionner. Toutes ces qualités ont permis à Wolfenstein de devenir l'un des meilleurs jeux vidéo en ligne et gratuits.

Pendant les premières années après la sortie du jeu, le nombre de serveurs publics ne cessait d'accroître et beaucoup d'entre eux était complets. Certains arrivaient même à contenir plus de 60 joueurs en même temps. De même, l'âge d'or du ETPro et des compétitions prestigieuses fut pendant les années 2003-2009. À partir de 2008, concernant les serveurs publics hors ETPro, une diminution du nombre de joueurs s'est fait remarquer. Les premiers impacts ont été une présence plus importante de bots (joueurs artificiels), qui sont devenus les seuls occupants de beaucoup de serveurs. Ces derniers n'étant pas gratuits, pas mal de serveurs ont vu leur disparition, cependant le nombre d'utilisateur est resté considérablement élevé.

Concernant le ETPro, le mod a connu la fin d'une ère après 2009. En effet le départ d'une grande génération de joueurs a engendré quelques modifications dans la jouabilité de ce mod. Entre 2010 et 2012, les serveurs ETPro est resté néanmoins très populaire. Cependant lors de l'arrivée de TZAC (fin 2011), le mod s'est mis en danger car la mise en ligne de se logiciel fût assez rapidement suspendue. Les raisons : Le créateur de ce logiciel (Tomislav Zubcic) a eu des problèmes d'ordre juridique. Il est devenu très difficile de s'approprier TZAC pour les nouveaux adeptes du ETPro. Début 2012, lors de la Coupe du Monde NCXV, de nombreux grands joueurs de l'ancienne génération sont revenus au jeu ce qui a fait parler toute la communauté Enemy Territory, espérant peut-être une nouvelle ère et un nouveau relancement dans le monde de la compétition. Malheureusement, l'année suivante en 2013, on compte moins de 10 serveurs ETPro public et également une baisse considérable du nombre de joueurs. Beaucoup de All Stars qui avaient maintenues leur statut au début des années 2010 ont également cessé leur activité. Vers la fin 2013, TZAC est définitivement hors service et toute la communauté Enemy Territory s'appuie sur un nouveau logiciel anti-triche du nom de UAC. Parallèlement, suite à un problème de maintenance, le site ClanBase fut inaccessible pendant plusieurs semaines. Ce site était un support pour de grandes compétition notamment des Championnats (Ladders), la Coupe d'Europe (Euro Cup) et la Coupe du Monde (Nations Cup) non seulement pour Wolfentein:ET mais aussi pour d'autres jeux tels que Call of Duty. En décembre 2013, la communauté Enemy Territory annonce officiellement la fin du site ClanBase, la Coupe du Monde NCXVII qui devait se jouer ce même hiver a donc été annulée. ClanBase avait un impact considérable sur le jeu étant donné qu'il était le principal support pour Wolfenstein. Après son extinction, seuls les sites GamesTV, Crossfire et YCN Hosting restent fidèles au jeu.

Au début 2014, la communauté abandonne le logiciel UAC jugé incompétent. Pendant quelques semaines, les serveurs ETPRO ont pu se multiplier car plus aucun logiciel anti-triche n'est requis. En janvier, le site australien CyberGamer « repêche » la communauté ET. C'est un nouvel espoir pour tous les joueurs, ils bénéficient maintenant d'un nouveau support qui remplace ClanBase. Par la suite, quelques semaines plus tard, il est annoncé que le logiciel anti-triche de CyberGamer (CGAC) est officiellement adapté pour Wolfenstein:ET. À ce jour, seules les compétitions organisées par CyberGamer demandent obligatoirement l'utilisation de CGAC.

Fin janvier 2014, après 7 années de loyauté envers la communauté, YCN Hosting a décidé de fermer ses portes à son tour. YCN était le principal site d'hébergement de serveurs et de forums non seulement pour Wolfenstein:ET mais aussi pour d'autres jeux. Les admins du site ont expliqué avoir mis fin à leur service suite à de nombreuses attaques récentes DDOS et à une forte diminution de ventes de serveurs au cours des derniers mois. Cependant YCN a profité, dans son message d'adieu, d'inciter tous ses clients à se rediriger vers FragWise pour la location de serveurs.

Côté serveurs publics Hors ETPRO, il existe toujours quelques grandes communautés ayant un bon nombre de joueurs réguliers. Cependant là aussi, une baisse de la popularité a été remarquée.

À noter[modifier | modifier le code]

Configuration minimum - PC
Processeur pentium 1 GHz
Mémoire vive 256 Mo
Carte graphique GeForce 2, 64 Mo

Dans le jeu, les troupes Alliés opèrent sous le drapeau américain, avec des uniformes et des rangs américains (historiquement, les Alliés comportaient des Américains, des Britanniques, des Français…). Les troupes de l'Axe utilisent des uniformes et des rangs allemands. Les voix décrivant leurs actions sont en anglais, avec des accents allemands exagérés. Cependant, ils utilisent non pas le drapeau nazi mais un drapeau imaginaire[7], probablement parce que Wolfenstein 3D avait été interdit en Allemagne à cause de l'utilisation de symboles nazis.

Son gameplay, et surtout le fait qu'il soit totalement gratuit lui assure un grand succès dans les communautés de joueurs sur Internet. On peut citer Counter-Strike en tant que concurrent direct néanmoins très différent par son gameplay et son scénario.

Côté Internet, une ligne à haut débit est indispensable sous peine de souffrir d'un fort ping.

Les développeurs ont choisi PunkBuster en système anti-triche. Le mod ET Pro intègre lui-même un tel système. Cependant, depuis juillet 2010, un nouveau système anti-triche est apparu, premièrement appelé SLAC et depuis août 2011, TZAC. Il a été créé par le développeur croate Tomislav Zubcic. Pour jouer sur des serveurs de jeu utilisant TZAC, le joueur devra simplement créer un compte et télécharger le programme, puis lancer le jeu en l'utilisant. Ce système anti-triche est pour l'instant plus efficace que Punkbuster et est par conséquent utilisé dans toutes les compétitions officielles de Wolfenstein (ClanBase, ESL, NationsCup, et autres « coupes d'un jour »), mais aussi dans les matches entre simples clans et sur certains serveurs de jeu : on distingue les serveurs où le joueur doit obligatoirement jouer avec TZAC pour pouvoir y rentrer et ceux qui ne propose pas de système anti-triche du tout ou bien un système qui leur est propre et qui n'interfère pas avec TZAC. Dans ces deux derniers cas, le joueur décide s'il souhaite utiliser TZAC ou non. Contrairement à PunkBuster, le système TZAC se base sur la détection silencieuse et s'appuie également sur les captures d'écran que le programme effectue aléatoirement pendant qu'un joueur est sur un serveur de jeu, et qui sont consultables sur le profil du joueur. Le système TZAC qui couvrait seulement les besoins de la communauté EtPro d’Enemy Territory s'est étendu au jeu Call of Duty 4: Modern Warfare et devrait être également bientôt fonctionnel pour Call of Duty 2 et Counter-Strike: Source.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Deux jeux de la série Wolfenstein passent open-source, le 17 août 2010 sur Numerama
  2. (en) zerowing.idsoftware.com, le jeu est téléchargeable via le serveur BitTorrent d'id Software.
  3. (en) Le kit de développement incluant le code source disponible pour Windows, Linux et Mac OS avec respectivement l'extension de nom de fichier exe, run et dmg.
  4. (fr) real-et, montre les rapports entre ET et la Seconde Guerre mondiale.
  5. (en) clanbase.com, un site classant les équipes selon des statistiques.
  6. (en) splatterladder.com un site classant les joueurs selon des statistiques.
  7. Le drapeau imaginaire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]