Moria (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moria.
Moria
Image illustrative de l'article Moria (jeu vidéo)

Développeurs Robert Alan Koeneke & Jimmey Wayne Todd
Dernière version 5.5.2 (July 1994[1])
Environnement Multiplate-forme
Type rogue-like
Licence GNU General Public License
Site web www-math.bgsu.edu/~grabine/moria.html

Moria est un jeu vidéo de type rogue-like basé sur Le Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien. Le but de ce jeu est d'atteindre le fond du labyrinthe de galeries de la Moria et de tuer le Balrog.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Moria commence avec la création d'un personnage. Le joueur choisit d'abord une « race » parmi les suivantes : Human, Half-Elf, Elf, Halfling, Gnome, Dwarf, Half-Orc et Half-Troll (soit humain, demi-elfe, elfe, halfelin, gnome, nain, demi-orque, orque et demi-troll). Cette sélection détermine des statistiques de base et les classes disponibles. Le joueur choisit ensuite une classe parmi les suivantes : Warrior, Mage, Priest, Rogue, Ranger et Paladin (soit guerrier, mage, prêtre, voleur, rôdeur et paladin). Cette classe détermine d'autres statistiques avancées, et les capacités que le joueur peut faire évoluer durant la partie. Les mages, rôdeurs et voleurs peuvent apprendre la magie, et les prêtres et paladins peuvent apprendre des prières. Les guerriers ne possèdent pas de capacité supplémentaire.

Le joueur commence la partie avec un nombre limité d'objets dans un niveau représentant une ville disposant de six échoppes : un magasin général, une armurerie, un forgeron d'armes, un temple, une boutique d'alchimie et une boutique de magie. Un escalier descend de ce niveau vers une série de labyrinthes souterrains générés aléatoirement. Les niveaux les plus profonds contiennent des monstres plus puissants et de meilleures récompenses. Chaque fois que le joueur monte ou descend un escalier, un nouveau niveau est créé et le précédent est supprimé, seul le niveau de la ville est persistant dans le jeu.

Comme dans la plupart des rogue-likes, il est impossible de charger une sauvegarde si le personnage meurt, le jeu ne sauvegardant que lorsqu'il est quitté, empêchant toute stratégie à base de recharges fréquentes.

Le balrog, représenté dans le jeu par un B majuscule, se trouve aux plus profonds niveaux du labyrinthe. Une fois qu'il a été tué, la partie est gagnée et le joueur ne peut plus sauvegarder sa partie.

Développement[modifier | modifier le code]

La version originale a été écrite par Robert Alan Koeneke à l'université de l'Oklahoma après avoir accroché à Rogue sans avoir pu le faire tourner sur un ordinateur VAX 11/780 utilisant VMS auquel il avait accès.

La première version était écrite en Pascal VMS et fut terminée pendant l'été 1983. Dès 1985, le code source était largement distribué selon une licence qui autorisait son partage et sa modification à des fins non-commerciales. La dernière version de Koeneke, Moria 4.7, date de 1986 ou de 1987.

Postérité[modifier | modifier le code]

Moria a inspiré de nombreuses versions dérivées. Jim E. Wilson a par exemple créé Umoria, une version modifiée en C pour Unix. À l'université de Washington, une version modifiée en Pascal appelée Imoria a été développée, elle fut portée ensuite en C par Steve Kertes. Angband est un dérivé de Umoria programmé à l'université de Warwick.

Moria, ou son dérivé Angband, a également influencé la conception du jeu Diablo de Blizzard Entertainment, selon ses concepteurs[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aliza R. Panitz, « Roguelike Games Info and FTP Sites (FAQ) »,‎ 1997-04-25 (consulté le 2011-02-04)
  2. (en) « [The idea for Diablo] was modified over and over until it solidified when [Dave Brevik] was in college and got hooked on an ASCII game called Moria/Angband. » Russ Pitts, « Secret Sauce: The Rise of Blizzard », sur The Escapist,‎ 2006-06-06 (consulté le 2013-01-09)

Liens externes[modifier | modifier le code]