Union sportive Créteil-Lusitanos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

US Créteil-Lusitanos

Logo du US Créteil-Lusitanos
Généralités
Nom complet Union sportive Créteil-Lusitanos
Surnoms Les béliers
Noms précédents US Créteil 1936-2002
Fondation 1936
Statut professionnel 1999 - 2009
puis depuis 2013
Couleurs bleu et jaune
Stade Stade Dominique-Duvauchelle[1]
(12 150 places)
Siège Europarc Hameau B.
135 chemin des Bassins
94035 Créteil Cedex
Championnat actuel Ligue 2
Président Drapeau : Portugal Armand Lopes
Entraîneur Drapeau : France Francis de Percin
Site web www.uscl.fr

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2013-2014 de l'Union sportive Créteil-Lusitanos
0
Localisation de Créteil.
Créteil
Voir l’image vierge
Localisation de Créteil.

L'US Créteil-Lusitanos est un club de football français fondé en 1936 basé à Créteil (Val-de-Marne), dans la banlieue sud-est de Paris et est présidé par Armand Lopes. L'équipe première, entraînée par Francis de Percin depuis novembre 2014 évolue en Ligue 2 depuis 2013 soit le deuxième niveau dans la hiérarchie du football français.

Le club est créé en 1936 et s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire. Le plus haut niveau atteint par le club est la deuxième division. À la suite de huit saisons consécutives en Ligue 2, le club est relégué en National en 2007 et en reste pensionnaire jusqu'à la saison 2012-2013 qui voit le club remonter en Ligue 2.

Après avoir évolué au Stade Desmont à ses débuts, l'US Créteil-Lusitanos s'installe au stade Dominique-Duvauchelle début de saison 1983-1984.

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Logo US Créteil.jpg

Au début des années 1930, des jeunes passionnés par le football décident de former ensemble le Club Sportif de Créteil. Le principal but de la création du club est d'imiter les autres congrégations que sont le Club français, le Red Star, le RC Paris et le CA Paris qui jouent alors en première division française. Sans grand succès les passionnés décident de partir vers ces clubs voisins laissant de côté l'association. M.Hémont prend alors la décision de fonder l’Union Sportive de Créteil en 1936.

Le club est alors omnisports, on recense dans l'association athlétisme et cyclisme. Si l'USC a joué peu de temps sur un terrain agricole réservé par la Mairie, elle sera équipé d'un premier fief quelques mois plus tard, le stade Desmont basé au nord de la ville de Créteil. C'est pendant plusieurs saisons que le club va y jouer des matchs de divisions inférieures. Leurs premiers succès dans ce stade est la montée en CFA, l'élite amateur, en 1962-1963 sous la houlette de l'entraîneur M. Hainque. Ce séjour en CFA se limite à une seule saison, puis le club chute en 1965 en Division Honneur Régionale, un niveau au-dessous de la Division Honneur à l'époque.

Sous la présidence de M. Périnelle, l'USC retrouve pied en DH en 1973 puis profite de la création de la Division 4 en 1978 pour retrouver les compétitions nationales. Les débuts à ce niveau sont catastrophiques avec seulement une victoire, trois nuls et six défaites lors des dix premières journées. Créteil bat ensuite le leader Senlis par 2-0 et signe une belle deuxième partie de saison lui permettant pour la première fois de son histoire de se maintenir dans un championnat national. Cette joie est de courte durée. Affublé de la lanterne rouge dès la cinquième journée du championnat de Division 4 1979-1980, Créteil ne parvient pas à redresser la situation est logiquement relégué en DH.

En 1983, l’USC se dote d'un nouveau stade, le stade Dominique-Duvauchelle qui porte le nom d’un journaliste sportif cristolien décédé peu avant l’inauguration de l’enceinte. Le stade ne comprend alors qu'une tribune d'honneur de 800 places assises.

En 1985, le député-maire de la ville, Laurent Cathala, décide de doter l’USC d’une équipe de premier plan. L’USC récupère ainsi cinq ex-pros du Stade français en pleine décomposition et signe rapidement des résultats probants avec trois promotions consécutives permettant aux Béliers de rejoindre la Division 2 dès 1988. La lutte pour la promotion en 1987-1988 est acharnée avec le Red Star, mais c'est finalement Créteil qui décroche le billet vers l'antichambre de l'élite pour un point d'écart avec le rival audonien. En parallèle à cette belle saison en championnat, l'USC réalise un parcours honorable en Coupe de France atteignant le stade des huitièmes de finale après avoir écarté les professionnels du Matra Racing Paris en match aller-retour avec deux victoires cristoliennes 1-0. Créteil tombe au tour suivant face à SO Châtellerault aux tirs au but. Abdeljalil Aïd et Michel Milojevic signent au Matra à la fin de la saison.

Début du professionnalisme et relégation[modifier | modifier le code]

Créteil assure son maintien sans problème en 1989 et en 1990, accrochant la 10e place puis la 9e place au classement. Début ensuite des allers-retours entre la Division 2 et la Division 3 : descente en 1991, montée en 1992 et descente en 1993. Les entraîneurs Marc Collat, Michel Milojevic puis Robert Buigues se relaient pour faire remonter le club en D2, sans succès.

En 1996, Alain Afflelou rejoint l’équipe dirigeante. Sous sa présidence, l’USC fait signer Claude Barrabé et Didier Sénac et dispute les quarts de finale de la Coupe de France en 1997 face à l'En Avant de Guingamp au Parc des Princes (11 048 spectateurs) après avoir fait sortir le RC Strasbourg au tour précédent. Créteil s’incline en prolongation 1-3.

Lors de la saison 1998/1999, les Cristoliens sont récompensés d'une belle 2e place en National, leur permettant d'accéder à la deuxième division française. Afflelou fait signer Anthony Bancarel, Franck Histilloles et Nicolas Huysman entre autres.

Huit saisons consécutives en Ligue 2[modifier | modifier le code]

Créteil retrouve la D2 en 1999 et son stade est alors doté d'une nouvelle tribune latérale de 6 000 places assises ainsi que de tribunes derrière les buts portant la capacité du Stade Duvauchelle à 10 150 places. La première saison est très difficile et le club doit se contenter d'une 17e place, au bord de la relégation. L'année qui suit voit le club finir à la 16e place.

Afflelou injecte encore de l'argent dans le club et fait signer quelques joueurs comme le portier Stéphane Cassard ou encore Ghislain Anselmini. Le club termine cette fois ci à la 18e place. Avec le passage de la première division de 18 à 20 clubs, cette place est synonyme de maintien. Afflelou jette l'éponge et quitte la présidence de l'USC en fin de saison.

En 2002, Armand Lopes devient président du club qui modifie son nom en US Créteil-Lusitanos malgré les refus, en assemblée générale, de l'USC et des Lusitanos de Saint-Maur (créé et historiquement supporté par la communauté portugaise de la voisine Saint-Maur-des-Fossés) de fusionner. Le club va finir cette quatrième saison dans la deuxième division par une maigre 17e place.

La saison 2003/04 est marqué par une honorable 12e place. L'équipe est alors entrainé par Jean-Michel Cavalli. La saison qui suit voit l'équipe finir à une 15e place arrachée en fin de championnat.

La capacité du stade Dominique-Duvauchelle est portée à 12 150 places en février 2006 (10 148 avant cette date). Durant cette saison 2005-2006 et sous la direction d'Hubert Velud, l'USC réalise une bonne première moitié de saison en accrochant une place en haut de tableau. La seconde moitié de la saison est plus difficile et l'USC termine en huitième position du classement général. C'est le meilleur résultat pour le club en championnat de D2/L2. Ces bons résultats furent salués par un public plus nombreux que jamais : 75 992 spectateurs en 19 rencontres, soit une moyenne de 4 000 spectateurs par match.

La saison suivante est très difficile et voit le club val-de-marnais se classer à une 18e place synonyme de descente en National. Ce fiasco s'explique notamment par le départ en début de saison de nombreux joueurs cadres tels que Eugène Ekobo, Christophe Aubanel ou David Amadou M'Bodji mais surtout du milieu de terrain béninois Stéphane Sessègnon. L'entraîneur Artur Jorge, champion d'Europe avec le FC Porto en 1987, venu secourir le club en octobre 2006, quitte alors son poste.

Le Stade Duvauchelle en 2007 pour la réception du FC Metz

Des difficultés en National[modifier | modifier le code]

Fanion du match US Créteil - Olympique lyonnais du 6 janvier 2008 au Stade Dominique-Duvauchelle

Il est remplacé par Thierry Goudet, qui ne parvient pas à faire de Créteil un prétendant sérieux à la remontée en Ligue 2. Lors de la deuxième partie de saison, le club est même souvent proche de la zone de relégation. C'est pourquoi Thierry Goudet est limogé le 14 avril 2008, après la sixième défaite à domicile de la saison en championnat (contre Calais, 0-1, 33e journée). Il est remplacé par Olivier Frapolli, son adjoint et ancien joueur de l'équipe. Le changement se fait sentir et lors de la journée suivante, les Béliers s'imposent à la surprise générale sur le terrain du Paris Football Club sur le score de 4 buts à 2. Avec Frapolli à sa tête, l'équipe engrange 13 points sur 15 possibles lors des 5 dernières journées, terminant à la 7e place. C'est donc très logiquement qu'il est maintenu aux commandes de l'équipe pour la saison 2008-2009.

À la peine en milieu de tableau du classement à la mi-saison 2008-2009, Créteil s'arrête au stade des seizièmes de finale de Coupe de France contre l'AS Vitré. En Coupe de la Ligue, le parcours s'arrête en huitièmes de finale contre l'OGC Nice après avoir écarté Nantes, Brest et Niort. Lors de cette saison, Créteil termine 9e du championnat avec 49 points (9V, 22N, 7D, 38BP, 28BC, +10) [2]. Le contrat de Frapolli n'est pas reconduit, Laurent Fournier le remplace en juillet 2009 sur le banc cristolien[3]

L'effet Fournier se fait immédiatement sentir et les banlieusards accrochent tout de suite le bon wagon afin d'accrocher la montée. A la trêve, ils sont aux portes de l'accès à la L2 mais une série de 4 défaites de suite durant le mois de mars, après l'annonce publique du départ de Laurent Fournier, met définitivement fin à leurs rêves. Ils termineront finalement 4e.

La saison 2010-2011 voit le retour d'Hubert Velud à la tête de l'équipe, l'entraîneur avec lequel le club a réalisé sa meilleure saison (2005-2006). La saison est décevante sur le plan sportif pour des Cristoliens qui terminent le championnat à la 10e place, malgré la présence d'anciens joueurs de Ligue 1 comme Jean-Michel Lesage ou Rudy Carlier. L'année est notamment marquée par un évènement extra-sportif : l'agression physique de Velud dans la nuit du 18 au 19 mars au retour d'un match à Amiens (perdu 2-1).

Présentation des équipes lors du match US Créteil - Bordeaux en 1/16 de finale de la Coupe de France le 21 janvier 2012

À l'été 2011 et comme à chaque inter-saison, les départs et les arrivées à l'USC sont nombreux. Parmi ceux-ci, on peut noter l'arrivée de Jean-Luc Vasseur au poste d'entraîneur, de plusieurs joueurs peu connus des spécialistes français tels que Aristide Bahin ou Rodolphe Amessan, ou encore de joueurs sur le déclin (Johann Chapuis). Le club profite également des déboires financiers de l'AS Cannes, relégué en CFA, pour recruter trois de leurs joueurs (Vincent Di Bartolomeo (déjà cristolien en 2008-2009), Grégory Tomas et Mathieu Lafon). L'international malien Sammy Traoré, au Paris SG la saison précédente et en fin de contrat effectue quant à lui la plupart des matches de préparation avec l'équipe première mais ne signe finalement pas.

Lors de la saison 2011-2012, Créteil va arriver jusqu'en 16e de finale de la coupe de France avec comme adversaire Bordeaux. Les deux équipes allant jusqu'aux prolongations après un score de parité (1-1), le gardien cristolien Thibault Ferrand retardant l'échéance en arrêtant un penalty à la 87e minute. Lors des prolongations, les deux équipes ne départagent pas (2-2) et vont avoir recours aux tirs aux buts. Bordeaux remporte cette séance grâce à Cédric Carrasso qui repousse deux tentatives cristoliennes. Le score final est de 2 buts partout et victoire des Girondins 4 tirs au but à 3. Au niveau du championnat, étant un temps distancé, l'équipe revient dans la course à la montée au mois d'avril [1] mais ne parvient finalement pas à s'imposer parmi les trois premiers, la défaite contre Rouen (2-3) mettant fin aux espoirs de montée.

C'est finalement lors de la saison 2012-2013 que les efforts des cristoliens vont être récompensés. Ils survolent presque le championnat en n'encaissant que de rares défaites parsemés de nuls. Le 19 avril 2013, le club est le premier de National à être certain de remonter en Ligue 2 pour la saison 2013-2014. En effet, avec 68 points au compteur après 32 matchs de championnat, et 6 journées restantes, le quatrième (et donc premier maintenu en National), Fréjus, qui compte 49 points, ne peut plus dépasser Créteil (avec une victoire à 3 points). Le vendredi 17 Mai 2013 l'Union sportive Créteil-Lusitanos remporte le Championnat de France de football National 2012-2013 avec 76 points en faisant 1-1 face au Paris Football Club en profitant de la défaite du Football Club de Metz 3-1 face à Association sportive de Cherbourg football.

Le retour en Ligue 2 en 2013[modifier | modifier le code]

Résultats sportifs et palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Bilan sportif[modifier | modifier le code]


Records[modifier | modifier le code]

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2014-2015 de l'US Créteil-Lusitanos, au 6 décembre 2014[4]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[5] Nom Date de naissance Sélection[6] Club précédent Contrat
1 G Drapeau de la France Kerboriou, YannYann Kerboriou 5/2/1988 (26 ans)
FCM Aubervilliers 2010-2015
16 G Drapeau de la France Merville, CyrilleCyrille Merville 14/4/1982 (32 ans)
Nîmes Olympique 2014-2016
33 G Drapeau de la France Bachiri, RachidRachid Bachiri 8/12/1981 (33 ans)
0 Formé au club
2 D Drapeau de la France Esor, MarvinMarvin Esor 21/7/1989 (25 ans) Martinique LB Châteauroux 2014-2016
6 D Drapeau de la République démocratique du Congo Ilunga, HéritaHérita Ilunga 25/2/1982 (32 ans) RD Congo USJA Carquefou 2014-2016
8 D Drapeau de la France Montaroup, AurélienAurélien Montaroup 19/12/1985 (29 ans)
SM Caen 2014-2016
18 D Drapeau : Sénégal Diedhiou, ChristopheChristophe Diedhiou 8/1/1988 (26 ans) Sénégal SAS Épinal 2012-
21 D Drapeau de la France Diarrassouba, BambaBamba Diarrassouba 29/3/1989 (25 ans)
0 Formé au club 2013-2015
25 D Drapeau du Portugal Augusto, Augusto 30/8/1987 (27 ans)
Moreirense FC 2013-
26 D Drapeau de la France Mahon de Monaghan, BorisBoris Mahon de Monaghan 11/2/1986 (28 ans)
US Orléans 2009-2015
27 D Drapeau de la France Di Bartolomeo, VincentVincent Di Bartolomeo 2/7/1981 (33 ans)
AS Cannes 2011-
30 D Drapeau de la France Fofana, SidiSidi Fofana 11/1/1992 (22 ans)
US Lusitanos 2014-
7 M Drapeau de la France Tribeau, YoannYoann Tribeau 26/2/1988 (26 ans)
AS Cherbourg 2013-
9 M Drapeau du Portugal Ribeiro, LudovicLudovic Ribeiro 18/6/1990 (24 ans)
CD Feirense 2013-
13 M Drapeau de la France Sangaré, BenBen Sangaré 12/11/1990 (24 ans)
AC Arles-Avignon 2014-2017
14 M Drapeau de la France Lafon, MathieuMathieu Lafon 1/3/1984 (30 ans)
AS Cannes 2011-
15 M Drapeau : Sénégal Seck, IbrahimaIbrahima Seck 10/8/1989 (25 ans) Sénégal SAS Épinal 2012-2015
17 M Drapeau : Sénégal Ndoye, CheikhCheikh Ndoye 29/3/1986 (28 ans) Sénégal SAS Épinal 2012-
19 M Drapeau de la France Genest, LudovicLudovic Genest 18/9/1987 (27 ans)
SC Bastia 2014-2015
20 M Drapeau de la France Gérard, AbdelrafikAbdelrafik Gérard 8/6/1993 (21 ans)
Paris Saint-Germain FC rés. 2014-2016
22 M Drapeau de la France Lesage, Jean-MichelJean-Michel Lesage Capitaine 1/5/1977 (37 ans)
Le Havre AC 2010-2015
29 M Drapeau du Portugal Dias, RafaëlRafaël Dias 29/1/1991 (23 ans)
FC Sochaux-Montbéliard 2014-
5 A Drapeau de la France Dabo, BagaliyBagaliy Dabo 27/7/1988 (26 ans)
FC Istres 2014-2017
11 A Drapeau de la France Piquionne, FrédéricFrédéric Piquionne 8/12/1978 (36 ans) France Portland Timbers 2014-2015
12 A Drapeau du Cameroun Essombé, MarcelMarcel Essombé 6/5/1988 (26 ans)
LB Châteauroux 2013-2015
23 A Drapeau de la France Diaby, OumarouOumarou Diaby 14/11/1987 (27 ans)
AS Poissy 2011-
28 A Drapeau de Madagascar Andriatsima, FanevaFaneva Andriatsima 3/6/1984 (30 ans) Madagascar AS Beauvais 2012-2015
Entraîneur(s)
  • Drapeau : France Francis de Percin
Entraîneur(s) adjoint(s)
Entraîneur(s) des gardiens
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Olivier Roussey
  • Drapeau : France Fabien Wolfarth
Médecin(s)
  • Drapeau : France Alain Frey



Légende

Consultez la documentation du modèle

L'équipe (en bleu) lors du match amical contre l'USM Alger du 16 août 2011

Anciens joueurs[modifier | modifier le code]

Anciens entraîneurs[modifier | modifier le code]

 

Présidents successifs[modifier | modifier le code]

Equipementiers du club[modifier | modifier le code]

  •  ????-2002 : Lotto
  • 2002-2003 : Baliston
  • 2003-2006 : Diadora
  • Depuis 2006 : Nike

Groupes de supporters[modifier | modifier le code]

Écharpe de supporter de l'US Créteil

Le principal et le plus ancien groupe de supporters de l'US Créteil se nomme « Suprêmes Béliers » et se situe en tribune d'honneur lors des matches à domicile.

Deux groupes d'ultras sont également présents dans cette tribune :

  • Les « Urban Devils », groupe né en 2002, puis réformé depuis 2004 à la suite d'une scission. Dès le terme de la saison 2013-2014,une section, la « Jeune Garde », sera créée au sein des Urban Devils.
  • Le « Kop Banlieue », groupe né en 2004 d'une scission des Urban Devils.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le stade Dominique-Duvauchelle
  2. http://www.foot-national.com/classement31.html
  3. Fournier entraînera Créteil, Le Parisien, 08.06.2009
  4. « Saison 2014-2015 - Effectif », sur uscl.fr (consulté le 6 décembre 2014)
  5. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  6. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Lien externe[modifier | modifier le code]