Fémina Sport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Femina.


Fémina Sport Sport3 icone.svg
Pas de logo ? Importez le logo de ce club.
Généralités
Type Club omnisports
Date de fondation juillet 1912
Siège Paris
Sections sportives
Sections actuelles Tennis
Volley-ball
Natation
Aquagym
Gymnastique[1]
Sections anciennes athlétisme
football féminin
basket-ball
hockey
aviron
cyclisme[2]

Fémina Sport est un club omnisports féminin avec une section de football féminin et d'athlétisme à Paris, fondé en juillet 1912 et toujours existant à Paris, porte d'Orléans.

Histoire[modifier | modifier le code]

Match de basket ball entre deux équipes de Fémina Sport au stade Fémina en 1933

Deux professeurs de gymnastique du Lycée Buffon sont à l'origine de cette fondation : Auguste Sandoz et Pierre Payssé. Parmi les joueuses présentes dès 1912, citons Jeanne et Suzanne Liébrard (cette dernière championne de France du 80 m en 1918 et 1919, du 300 m et du 83 m haies (100 yards) en 1917 (RF, aux 6 journées sportives) et 1918, du saut en longueur avec élan en 1917 (RF) et 1918, du saut en longueur sans élan en 1917 (RF), 1918 et 1919, et du javelot en 1917 (RF)), Germaine Delapierre (1re du 100 yards hurdles au 1er meeting International féminin de 1921 à Monte-Carlo, et championne de France du 83 m haies (100 yards) en 1919, 1920 et 1921), Lucie Cadiès (championne de France du 1 000 m en 1918 et détentrice du record du monde lors de cette épreuve) et Thérèse Brulé (championne de France de saut en hauteur avec élan en 1917 (RF) et 1918, sans élan en 1917 (RF), du 80 m en 1917 et du 400 m en 1917), ... ainsi que bien sur l'avant-centre vedette de 1917 à 1919, Violette Morris la tristement célèbre ! (rajoutons Lucie Bréard pour la section d'athlétisme)

Le premier article de presse sur un match de football de ce club date du 2 octobre 1917 (reportage dans l'Auto) relatant un match datant du 30 septembre 1917. Cette rencontre opposait deux équipes du club : celle de Thérèse Brûlé s'impose 2-0 face à celle de Suzanne Liébrard.

De 1918 à 1922 Le Fémina Sport dispute toute une série de matchs dans toute la France pour faire la promotion du football féminin. De nombreux clubs sont fondés à la suite de ces rencontres.

Première édition du Championnat de France de football féminin FSFSF organisé par la Fédération des sociétés féminines sportives de France; c'est une première mondiale. Le fameux Fémina Sport enlève ce premier titre national en s'imposant en finale face à En Avant (club omnisports féminin fondé à Paris en 1912). À l'occasion du match aller, le 23 mars 1918, le Fémina Sport s'impose 2-0 sur des buts de Mlle Borgela et Mlle Delapierre. Un match nul sans but le 13 avril 1918 à l'occasion du match retour donne le titre au Fémina Sport.

Fémina Sport domine le football féminin en France pendant les années 1920. Ce club remporte le Championnat de France de la Fédération des Sociétés Féminines Sportives de France (FSFSF) douze fois (1918 et 1923-1932) et la Coupe de l'Encouragement, rebaptisée en Coupe La Française, trois fois (1921, 1923, 1926).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Disciplines » (consulté le 19 février 2010)
  2. « Historique » (consulté le 25 septembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Laurence Prudhomme-Poncet, Histoire du football féminin au XXe siècle, Paris, Ed. L'Harmattan, juin 2003, (ISBN 2-7475-4730-2)
  • Pascal Grégoire-Boutreau, Au bonheur des filles, Paris, Éditions des Cahiers intempestifs/FFF, octobre 2003, (ISBN 2-911698-25-8)
Nota : Ces deux sources sont en désaccords concernant le championnat 1918. Laurence Prudhomme-Poncet nie son existence ; Pascal Grégoire-Boutreau donne des détails sur ce championnat...

Liens externes[modifier | modifier le code]