Saint-Stephen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour Saint-Stephen (Paroisse), voir Paroisse de Saint-Stephen.
Saint-Stephen
Image illustrative de l'article Saint-Stephen
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Charlotte
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
John B. Quatermain
2012-2016
Constitution 1871
Démographie
Population 4 817 hab. (2011 en augmentation)
Densité 358 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 39″ N 67° 16′ 32″ O / 45.194135, -67.27546745° 11′ 39″ Nord 67° 16′ 32″ Ouest / 45.194135, -67.275467  
Altitude Min. 0 m
Superficie 1 345 ha = 13,45 km2
Divers
Langue(s) Anglais (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Code géographique 1302037
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-Stephen

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-Stephen
Liens
Site web http://www.town.ststephen.nb.ca

Saint-Stephen est une ville du comté de Charlotte, au sud-ouest du Nouveau-Brunswick. La ville est située sur la rivière Sainte-Croix, qui forme une frontière naturelle entre le Canada et les États-Unis d'Amérique, et est reliée par un pont à Calais, au Maine. Elle est nommée en l'honneur du protomartyr Étienne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

La ville est formée de la fusion de Saint-Stephen et de Millton en 1973 pour former Saint Stephen-Millville, désormais simplement appelé Saint-Stephen. Les Passamaquoddys appelaient le lieu Ktchimedabiauht, ce qui signifie « bon endroit pour accoster ». Milltown est fondé en 1760 en tant que Christie Town, en l'honneur de Peter Christie. Le nom Milltown provient provient du fait qu'il y a eu jusqu'à 21 moulins dans la ville. Saint-Stephen est nommée à l'origine Morris Town par Nehemiah Marks en 1784, en l'honneur de Charles Morris, arpenteur général de la Nouvelle-Écosse dont le fils Charles ainsi que Moses Gerrish arpentèrent le secteur. Les deux villes étaient surnommées Stillwater entre 1785 et 1800. Le surnom actuel de la ville est Scoodic, le nom de la rivière Sainte-Croix en malécite-passamaquoddy[1]. La ville est aussi appelée la ville chocolatière du Canada, Canada's chocolate town en anglais, en référence à la chocolaterie Ganong Bros..

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Stephen est situé sur la rive gauche (nord) du fleuve Sainte-Croix, dans le comté de Charlotte, à 130 kilomètres au sud-ouest de Fredericton et 115 km à l'ouest de Saint-Jean.

Saint-Stephen est limitrophe de la paroisse de Saint-Stephen au sud, de Western Charlotte à l'ouest, de Dennis-Weston au nord ainsi que de la paroisse de Dufferin à l'est. L'état américain du Maine, plus précisément la ville de Calais, se trouve sur la rive opposée du fleuve, au sud-est. La ville néo-brunswickoise la plus proche est Saint-Andrews, à 32 km au sud-est.

Logement[modifier | modifier le code]

La ville comptait 2 187 logements privés en 2006, dont 2 020 occupés par des résidents habituels[2]. Parmi ces logements, 66,1 % sont individuels, 6,7 % sont jumelés, 2,5 % sont en rangée, 2,2 % sont des appartements ou duplex et 20,5 % sont des immeubles de moins de cinq étages. Enfin, 2,2 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles[3]. 64,9 % des logements sont possédés alors que 35,1 % sont loués[3]. 82,7 % ont été construits avant 1986 et 11,1 % ont besoin de réparations majeures[3]. Les logements comptent en moyenne 6,6 pièces et 0,5 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce[3]. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 109 253 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

Les Passamaquoddys fondent à cet endroit K'tchimedabiaught, ou « bon endroit pour accoster », qu'ils fréquentent après la chasse aux phoques ou aux marsouins[4].

La région est explorée par Pierre Dugua de Mons et Samuel de Champlain en 1604. L'habitation et la seigneurie de Chartier sont fondés vers 1695[5]. En 1704, Benjamin Church attaque K'tchimedabiaught et détruit le stock de poisson[6]. Des pêcheurs anglais s'installent dès 1760[7]. En 1780, un petit groupe d'entrepreneurs souhaitant ouvrir une scierie sont les premiers habitants permanents[4]. En 1784, des Loyalistes membres de la l'association de Port Matoon, surtout des soldats démobilisés, s'établissent à Saint-Stephen[4]; il y avait déjà neuf familles au village[7]. Son emplacement favorisant l'exportation du bois, la ville et son chantier navale prospèrent durant une bonne partie du XIXe siècle[4].

Milltown est peuplée en 1785 par des soldats démobilisés du 74e régiment Highlanders, auxquels se joignent des Loyalistes et des immigrants de diverses origines[8]. Une savonnerie et une manufacture de haches sont construits, de même qu'une filature de coton à Milltown[4]. La confiserie Ganong Bros. est fondée en 1873[4]. En 1876, le quartier des affaires est presque totalement détruit par un incendie quand dix-huit édifices et 13 quais brûlent.

Les résidents de Calais et de Saint-Stephen se considèrent comme habitant la même ville, et coopèrent dans leur service de pompiers et autres projets communautaires. Un exemple de l'amitié entre les deux villes, durant la Guerre de 1812, l'armée britannique donna à Saint-Stephen une grande quantité de poudre à canon pour se protéger contre l'ennemi américain à Calais, mais les habitants de la ville donnèrent la poudre à Calais pour leur célébration de la fête nationale du 4 juillet.

Saint-Stephen est constitué en municipalité le 17 mai 1871[9]. Milltown est constituée en 1873[8]. L'école Milltown est construite en 1922[10]. L'école élémentaire de Saint-Stephen est inaugurée en 1969[11]. En 1973, la ville de Saint-Stephen fusionne avec Milltown, qui avait été constituée en 1878[4]. L'école secondaire de Saint-Stephen ouvre ses portes en 1979, l'école intermédiaire de Saint-Stephen en 1987 et l'école élémentaire de Milltown en 1992[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de Statistique Canada, il y avait 4 667 habitants en 2001, comparativement à 4 961 en 1996, soit une baisse de 5,9 %. La ville a une superficie de 12,43 km2 et une densité de population de 375,6 habitants au km2.

Évolution démographique de Saint-Stephen depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
5 138 5 032 4 931 4 961 4 667 4 780 4 817
(Sources : [12],[13],[2])


Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Travail et revenu[modifier | modifier le code]

Le recensement de 2006 de Statistique Canada fournit aussi des données sur l'économie. Chez les habitants âgés de plus de 15 ans, le taux d'activité était alors de 58,5 %, le taux d'emploi était de 50,8 % et le taux de chômage était de 13,4 %; à titre de comparaison, ceux de la province étaient respectivement de 63,7 %, 57,3 % et 10,0 %[14].

Évolution du taux de chômage à Saint-Stephen
Sources[15],[16],[14]:

Chez les personnes âgées de 15 ans et plus, 2 260 ont déclaré des gains et 3 580 ont déclaré un revenu en 2005[17]. 86,2 % avaient aussi déclaré des heures de travail non rémunérées[14]. Le revenu médian s'élevait alors à 20 270 $ avant et à 18 791 $ après impôt, comparativement à la moyenne provinciale de 22 000 $ avant et 20 063 $ après impôt; les femmes gagnaient en moyenne 1 813 $ de moins que les hommes après impôt, soit 16 978 $[17]. En moyenne, 63,9 % du revenu provenait de gains, 18,9 % de transferts gouvernementaux et 17,2 % d'autres sources[17]. 15,2 % de toutes les personnes dans les ménages avaient un faible revenu après impôt, une proportion montant à 21,4 % pour les moins de 18 ans[17].

Parmi la population active occupée, 4,1 % des gens travaillaient à domicile, 3,3 % travaillaient à l'extérieur du pays, 6,9 % n'avaient pas de lieu de travail fixe et 84,6 % avaient un lieu de travail fixe[18]. Parmi les travailleurs ayant un lieu de travail fixe, 70,6 % travaillaient en ville, 25,2 % travaillaient ailleurs dans le comté, 3,0 % travaillaient dans un autre comté et 0,6 % travaillaient dans une autre province[18].

Principaux secteurs[modifier | modifier le code]

L'ancienne chocolaterie Ganong

L'économie de Saint-Stephen était basée sur le bois et la construction de bateaux jusqu'au début du vingtième siècle. Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale le principal employeur de la ville était la compagnie de chocolat Ganong Bros. (établie en 1873, elle est la plus vieille confiserie du Canada) et la deuxième plus grande usine de tissus au Canada construite en 1882 sur la rivière où elle fonctionne avec sa propre centrale hydro-électrique. En 1957, l'usine de tissus ferma ses portes.

En 2006, on dénombrait 3,7 % des emplois dans l'agriculture, la pêche et les autres ressources, 6,9 % dans la construction, 17,6 % dans la fabrication, 2,1 % dans le commerce de gros, 11,3 % dans le commerce de détail, 3,9 % dans la finance et l'immobilier, 14,6 % dans la santé et les services sociaux, 5,8 % dans l'éducation, 13,7 % dans les services de commerce et 20,4 % dans les autres services[14].

Saint-Stephen est le siège de la Charlotte County Credit Union, une caisse populaire membre de la Credit Union Central of New Brunswick. Elle compte aussi une succursale à Saint-Andrews[19].

Entreprise Charlotte, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[20]. Saint-Stephen est également le siège de la CBDC Charlotte-Kings[21].

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de 6 conseillers[9]. Les conseillers Jeremy W. Copeland et Barbara E. Donovan sont élus par acclamation lors d'une élection partielle tenue le 11 mai 2009[22], en remplacement de Ken D. Parker et John B. Quartermain. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[9].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire John B. Quartermain
Conseillers John B. Ames, R. Michael Booth, Margaret (Marg) Harding, Debbie (Gullison) MacDonald, Allan L. MacEachern et Jim M. Maxwell.

Conseils précédents

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire G.L. (Jed) Purcell
Conseillers Jeremy W. Copeland, Barbara E. Donovan, Jim M. Maxwell, Robert Tinker, Gavin G. Toumishey, Ralph E. Williams.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ????  ???? W.C.H. Grimmer   Avocat
1898 1899 George J. Clark   Avocat, préfet du comté de Charlotte
1908 1909 Robert Watson Grimmer   Marchand
19??  ???? Allan Gillmor    
 ????  ???? W. Robert (Bob) Brown    
200? 2008 Allan Gillmor    
2008 2012 G.L. (Jed) Purcell    
2012 en cours John B. Quartermain    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Saint-Stephen fait partie de la Région 10[23], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[24]. Saint-Stephen est représenté au conseil par son maire[25]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[26].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Saint-Stephen est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[27].

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Saint-Stephen fait partie de la circonscription provinciale de Charlotte-Campobello, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Curtis Malloch, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Saint-Stephen fait partie de la circonscription électorale fédérale de Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Gregory Francis Thompson, ministre des Anciens Combattants et membre du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 40e élection fédérale, en 1988, défait en 1993 puis réélu à chaque fois depuis 1997.

Vivre à Saint-Stephen[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Saint-Stephen possède trois écoles publiques anglophones faisant partie du district scolaire Anglophone South. L’école élémentaire Milltown et l'école élémentaire St. Stephen accueillent toutes deux les élèves de la maternelle à la 5e année, qui doivent ensuite poursuivre de la 6e à la 8e à l'école intermédiaire St. Stephen. Finalement, l'école secondaire St. Stephen, située à Old Ridge dans la paroisse de Saint-Stephen permet de terminer ses études jusqu'en 12e année.

Saint-Stephen possède la bibliothèque publique St. Croix.

Il y a le NBCC-Saint-Andrews ainsi que le Centre des sciences de la mer Huntsman à Saint-Andrews ainsi que des universités offrant une plus grand nombre de formations à Fredericton et Saint-Jean.

Il n'y a aucune école francophone dans le comté, les plus proches étant à Saint-Jean ou Fredericton. Les établissements d'enseignement supérieurs les plus proches sont situés dans le Grand Moncton.

Saint-Stephen était le siège du district scolaire 10 jusqu'à la réforme de 2012.

Transport[modifier | modifier le code]

La ville possède un aérodrome public, dont le code OACI est CCS3. Il possède une piste en asphalte longue de 3 000 pieds.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Saint-Stephen bénéficie de l'hôpital du comté de Charlotte, d'une caserne de pompiers, d'un bureau de poste et d'un foyer de soins agréés, le Lincourt Manor.

La ville possède un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Il dépend du district 1, dont le bureau principal est situé à Saint-George.

Saint-Stephen est le siège d'un tribunal de la Cour provinciale du Nouveau-Brunswick. Il possède un tribunal satellite à Grand Manan.

Saint-Stephen compte un bureau régional d'Énergie NB[28].

Médias[modifier | modifier le code]

Saint Stephen est desservi par le quotidien Telegraph-Journal de Saint-Jean, alors que l'hebdomadaire Saint Croix Courier est publié en ville et distribué dans tout le comté ainsi qu'au Maine. Les francophones ont accès par abonnement au quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

La ville a en fait bénéficié de plusieurs publications au cours de son histoire. Le premier journal fut l'hebdomadaire Times or Saint Croix Advertiser, qui parut seulement en 1833. Le Saint Stephen Courant and General Advertiser fut distribué en 1842. Le Provincial Patriot and St. Stephen's Banner fut distribué entre 1853 et 1860, année où il fut remplacé par le Charlotte Advocate, qui fut publié jusque vers 1865. Le Pilot parut seulement en 1855. Le Colonial Presbyterian fut fondé la même année et remplacé par le Colonial Presbyterian and Protestant Journal de Saint-Jean peu après. Le Saint Croix Courrier fut fondé en 1865 et fusionna en 1877 avec le St. Stephen Journal, qui avait été fondé en 1872. La publication fut renommée Saint Croix Courrier and St. Stephen Journal puis pris le nom actuel de Saint Croix Courrier la même année. Entretemps, le Scoodic Times fut fondé vers 1869 et remplacé la même année par le Saint Stephen Times, qui fut publié jusqu'en 1870. Le Charlotte Free Press fut aussi fondé en 1869 mais cessa d'être distribué la même année. Le St. Croix Herald fut distribué entre 1857 et 1864 alors que le Weekly Globe parut entre 1897 et 1904. L’Entreprise, parut seulement en 1885, le Courrier Weekend ainsi que l’Atlantic Coastguide en 1978 et le Dollar Stretcher en 1985[29].

Religion[modifier | modifier le code]

Saint-Stephen compte plusieurs lieux de cultes, dont les églises anglicanes St. Peter's et Christ Church ainsi que les églises catholiques romaines Holy Rosary et St. Stephen's, faisant partie du diocèse de Saint-Jean.

Culture[modifier | modifier le code]

La gare de Saint-Stephen, abritant aujourd'hui le centre d'information touristique.

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Saint-Stephen est officiellement anglophone[30] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste de Saint-Stephen est un site historique national. L'église Christ Church, l'église Milltown et la maison John Warren Moore sont des sites historiques provinciaux.

Événements[modifier | modifier le code]

Le festival du chocolat a lieu en août.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Western Charlotte Dennis-Weston Dennis-Weston Rose des vents
Western Charlotte N paroisse de Dufferin
O    Saint-Stephen    E
S
paroisse de Saint-Stephen paroisse de Saint-Stephen fleuve Sainte-Croix
Calais (Drapeau du Maine Maine)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 183 et 246.
  2. a et b « Profils des communautés de 2006 - Saint-Stephen - Population », sur Statistique Canada (consulté le 27 février 2010).
  3. a, b, c, d et e « Profils des communautés de 2006 - Saint-Stephen - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  4. a, b, c, d, e, f et g Roger P. Nason, « St. Stephen », sur L'encyclopédie canadienne.
  5. (en) William Gagnong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 123
  6. (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 223
  7. a et b (en) Ganong (1899), op. cit., p. 323.
  8. a et b Ganong 1904, p. 150
  9. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  10. (en) John Leroux, Building New Brunswick : An Architectural History, Fredericton, Goose Lane Editions,‎ 2008 (ISBN 978-0-86492-504-6), p. 156.
  11. a et b [PDF] « Anglophone South », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012).
  12. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 10 octobre 2011).
  13. « Profils des communautés de 1996 - Saint-Stephen - Population », sur Statistique Canada (consulté le 9 octobre 2011).
  14. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Saint-Stephen - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  15. « Profils des communautés de 1996 - Saint-Stephen - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  16. « Profils des communautés de 2001 - Saint-Stephen - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  17. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Saint-Stephen - Revenu et gains », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  18. a et b « Profils des communautés de 2006 - Saint-Stephen - Lieu de travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  19. « Location map of credit unions in New Brunswick », sur Credit Union Central of New Brunswick (consulté le 1er janvier 2010).
  20. « Réseau Entreprise » (consulté le 7 novembre 2012).
  21. « Trouvez une cbdc », sur CBDC (consulté le 8 novembre 2012).
  22. « Événements électoraux locaux de 2009 », sur Élections N.-B. (consulté le 12 octobre 2011)
  23. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  24. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  25. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  26. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  27. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  28. « Chefs régionaux », sur Énergie NB (consulté le 8 novembre 2012).
  29. « Répertoire des journaux du Nouveau-Brunswick », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 11 octobre 2009)
  30. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]