Rue Amherst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amherst.

45° 31′ 04″ N 73° 33′ 28″ O / 45.517835, -73.557887

Rue Amherst

Orientation Nord-sud[1]
Débutant Rue du Glacis, au sud de la Rue Saint-Antoine
Finissant Rue Sherbrooke
Longueur 1,3 km
Désignation 1817
Attrait Écomusée du fier monde
Village gai
La Tour de l'Horloge de Montréal, vue dans l'alignement de la rue Amherst

La rue Amherst est une rue de Montréal d'orientation nord-sud. Elle relie la rue Saint-Antoine à la rue Sherbrooke et traverse ainsi le Village gai[2].

On y retrouve, surtout au sud de la rue Sherbrooke, une concentration unique à Montréal d'antiquaires couvrant la période post-industrielle et plus particulièrement des boutiques offrant des meubles et des objets des années 1950[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Étendue à la fin du XIXe siècle de la rue Notre-Dame à la rue Rachel, la rue Amherst n'existe plus qu'entre la rue du Glacis (au sud de la ruerue Saint-Antoine) et la rue Sherbrooke après que plusieurs tronçons eurent changé de dénomination. Elle a été nommée en l'honneur de Jeffery Amherst.

À partir du début des années 1980, l'activité commerciale gaie se déplace de la rue Stanley vers l'est de la Ville (Village gai de Montréal). La rue Amherst deviendra rapidement par ce fait un axe important du quartier gai.

La Société de transport de Montréal y exploite la ligne d'autobus 14 Amherst[4].

Autrefois, il y avait une ligne de tramway sur la rue Amherst[5].

Controverse sur le nom[modifier | modifier le code]

En début août 2009, un conseiller municipal indépendant de la Ville de Montréal, Nicolas Montmorency, demandait officiellement de renommer la rue Amherst avec un nom plus respectueux de son histoire ainsi que des diverses communautés qui habitent son territoire. Pour ce dernier, c'est avant tout une question de valeur: il est tout à fait inacceptable qu'un homme ayant tenu des propos soutenant l'extermination des Amérindiens soit honoré de la sorte[6]. Selon certains, Jeffrey Amherst est reconnu comme étant le premier à avoir utilisé l’arme biologique (la variole) en infectant des couvertures de laine qu’il a ensuite délibérément distribuées aux Amérindiens[7]. Certains historiens (dont Denis Vaugeois) nuancent cette affirmation[8].

Cette demande reçoit l'appui de quelques groupes (par exemple les Jeunes Patriotes) et politiciens municipaux (Louise O'Sullivan)[9]. Toutefois, le Maire de Montréal, Gérald Tremblay, ne réalisera pas le changement puisque la Commission de toponymie de Montréal refuserait tout modification de nom dans ce cas[10].

Quelques jours à peine après le décès du cinéaste Pierre Falardeau survenu le 25 septembre 2009, un groupe d'admirateurs relancent le débat et proposent que la rue Amherst soit rebaptisée en l'honneur du cinéaste et polémiste indépendantiste québécois[11]. Plusieurs historiens continuent de s'opposer à un tel changement. De plus, au fil des ans, d'autres propositions de changement de nom ont été suggérées sans être retenues telles que l'Avenue du Parc Lafontaine, l'Avenue Robert-Bourassa et l'Avenue Félix-Leclerc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

.