Rascie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Rascie
Raška (sr)

VIIe siècle – 1390

Drapeau
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La Rascie vers 1150

Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Ras
Langue serbe
Histoire et événements
VIIe siècle Arrivée des Serbes dans l'Empire byzantin et création de la Rascie
1355 Empire serbe
1403 Création du despotat par Stefan Lazarevic

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Rascie est le nom médiéval d'un des États médiévaux serbes après l'arrivée au pouvoir des Nemanjic, c'est autour de cet État que s'organisera le royaume de Serbie, puis son empire (du VIIe au XIVe siècles).

La Rascie, en alphabet serbe cyrillique Рашка ou en serbe latin Raška, est au Moyen Âge le centre de la Serbie médiévale. Il est nommé ainsi d'après un cours d'eau qui le traverse, la Raška.

La Rascie a comme capitale la ville de Ras, située près de l'actuelle cité de Novi Pazar, elle englobait à sa création la totalité du Monténégro actuelle ainsi que l'Herzegovine, toute la côte croate jusqu'à Solin (Croatie), mais sans la ville de Raguse (Aujourd'hui Dubrovnik) qui était une ville libre qui payait tribut aux souverains serbes, pour garder son autonomie politique.

Aujourd'hui, en Serbie, on désigne par Rascie le district de Raška, qui ne correspond qu'à une petite partie de la Rascie médiévale. Les Musulmans du sud-ouest de la Serbie nomment Sandžak la région où ils sont légèrement majoritaires, du nom d'une division administrative de l'Empire ottoman.

Histoire[modifier | modifier le code]

Invités par l'empereur byzantin Héraclius, les Serbes peuplent plusieurs territoires balkaniques dès le VIIe siècle, dont la Rascie. Celle-ci, organisée en État autonome sous souveraineté byzantine, est dirigée au départ par l'archonte inconnu qui a mené les tribus serbes dans les Balkans, puis, bien que l'on n'ait pas de renseignements à ce sujet, probablement par ses descendants. Le premier dirigeant serbe dont on connaît le nom est Višeslav (sans doute descendant de l'archonte inconnu), contemporain de Charlemagne, qui règne en Rascie à la fin du VIIIe siècle. Ses descendants ont des difficultés à préserver l'autonomie de la Rascie, du fait des guerres entre Byzance et les Bulgares. Au IXe siècle, l'arrière-petit-fils de Višeslav, Vlastimir, fonde la dynastie des Vlastimirović, qui règne jusqu'en 950. Sous le règne de Mutimir, fils de Vlastimir, les Serbes de Rascie sont christianisés par des émissaires byzantins, bien que le paganisme perdure encore longtemps, jusqu'à l'avènement de Saint Sava. En 924, l'empereur bulgare Siméon annexe temporairement la Rascie, mais à sa mort en 927, un descendant de Vlastimir, Časlav Klonimirović, s'échappe des prisons bulgares, et restaure l'État de Rascie. Soutenu par Byzance et l'empereur Constantin VII Porphyrogénète, il en profite pour conquérir les territoires serbes voisins de Bosnie, Travounie et Paganie. Il repousse plusieurs fois les Hongrois, mais après sa mort au cours d'une bataille en 950, la Serbie est divisée par Byzance, et la Rascie incorporée dans le thème de Serbie (thema servia).

Pendant plus d'un siècle, la Rascie occupe une importance secondaire parmi les États serbes. Dirigée par un stratège byzantin, elle retrouve son éclat seulement à la fin du XIe siècle. Entre temps, elle est libérée dans la première moitié du XIe siècle par Stefan Vojislav, prince de Dioclée, qui chasse le dernier stratège byzantin, Theophilos Erotikos. À la suite du déclin de la Dioclée, la Rascie redevient l'État serbe prééminent à la fin du XIe siècle, sous le règne du joupan Vukan, ancien courtisan et allié du roi Bodin de Dioclée. Après plusieurs victoires sur Byzance, Vukan parvient à agrandir la Rascie vers le sud, englobant une partie de l'actuelle province du Kosovo. La Rascie s'étend alors, au sud-est, jusqu'à la ligne Ras-Zvečan-Peć. Vukan ne réussit cependant pas à aller au-delà de la vielle ville impériale de Lipljan, abandonnée aussitôt conquise, à cause de la présence d'un fort contingent byzantin.

Après la mort de Vukan, la Rascie, prise par l'empereur byzantin Jean II Comnène, au début de son règne, est contrainte de reconnaître l'autorité de ce dernier, malgré une courte libération de la ville de Ras de 1127 à 1129. Au cours des conflits entre Byzance et la Hongrie, les joupans de Rascie prennent parti pour cette dernière, et la Rascie est maintes fois la proie de destructions et de pillages. Dans leurs efforts pour se libérer de la suzeraineté byzantine, les grands joupans de Rascie parviennent toutefois à agrandir les frontières de leur territoire. La Rascie s'étend alors à l'est du mont Kopaonik, recouvrant la vallée de la Toplica et s'étendant jusqu'à la rive gauche de la Morava occidentale, au sud jusqu'à la ligne Zvečan-Peć et au nord jusqu'au mont Jastrebac. Mais à la suite de la victoire de l'empereur Manuel Ier Comnène sur les Hongrois, elle se retrouve complètement soumise, et l'empereur nomme les grands joupans à son gré, de 1155 à 1163.

La Rascie au temps de Stefan Nemanja et de Stefan Ier Nemanjić, vers 1150-1220

En 1163, l'empereur confie le fief de Dubočica à Stefan Nemanja, seigneur d'un domaine princier de Rascie orientale, des environs de la vallée de la Toplica. Il lui octroie par la même occasion le droit de régner comme joupan. Cela lui confère un avantage certain par rapport à ses trois frères, tous seigneurs d'autres domaines des territoires serbes. Après des bouleversements politiques, le grand joupan de Rascie, Desa, est chassé en 1165. Tihomir, frère de Nemanja, lui succède. Cependant, l'autonomie des territoires de Nemanja lui vaut l'opposition de ses frères, qui le capturent. Ayant réussi à s'enfuir, Nemanja rassemble ses partisans, chasse ses frères en 1166, se proclame grand joupan de Rascie. Aidé par Byzance, Tihomir tente de reconquérir la Rascie, échoue, et périt en 1168 au combat. Nemanja essaie alors de s'affranchir de la domination byzantine, mais privé de l'aide de la Hongrie, il doit attendre la mort de Manuel Ier, en 1180, pour progressivement libérer la Rascie, et rassembler les autres territoires serbes, en particulier la Dalmatie et la Dioclée. À la fin du XIIe siècle, Byzance est obligée de reconnaître l'indépendance de la Serbie en 1185.

À partir de cette période, l'histoire de la Rascie se confond avec celle de la Serbie médiévale (voir l'article histoire de la Serbie). Stefan Nemanja est le premier de la dynastie des Nemanjić, qui dirige la Serbie pendant plus d'un siècle et demi. La désignation de Rascie n'est dès lors guère plus utilisée que pour désigner la région de Serbie qui lui correspond. Cependant, on peut noter que plus tard, au XIVe siècle, le Royaume du prince serbe Lazar Hrebeljanović, connu sous le nom de pays de Lazar (Lazareva zemlja), est encore désigné par les Hongrois comme Royaume de Rascie.

Articles connexes[modifier | modifier le code]