Histoire du Svalbard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte du Svaldbard de 1758

Controverses autour de la découverte du Svalbard[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de preuve concluante et définitive de la première présence humaine au Svalbard. Trois théories s'opposent :

  • L'archéologue suédois Hans Christiansson a trouvé des silex et des objets en ardoise qu'il a identifiés comme des outils de l'âge de la pierre datant d'à peu près 3000 avant J.-C. Mais il est assez peu soutenu par ses pairs en raison du manque de matériaux trouvés[1].
  • Pendant le XIXe siècle, les historiens norvégiens ont émis l'hypothèse que les marins islandais aient trouvé le Svalbard en 1194; basé sur le fait que dans le Landnámabók (le livre de la colonisation) on trouve le terme Svalbarđi désignant une terre à quatre jours de navigation de l'Islande (Langanesbyggð au nord-est de l'île)[2]. Bien que le terme ait donné le nom moderne de l'archipel, il n'existe aucun consensus scientifique qui appuie l'hypothèse.
  • Les historiens russes ont proposé que l'île ait été visitée dès le XVe siècle par les Pomors[3]. Cette idée a été en grande partie menée par des chercheurs soviétiques, mais encore une fois, aucune preuve concluante n'a été trouvée[4].

Il n'en reste pas moins que la première découverte incontestable de l'archipel fut réalisée par le navigateur néerlandais Willem Barents en 1596.

La pêche à la baleine[modifier | modifier le code]

Les îles servirent de base internationale pour la pêche à la baleine lors des XVIIe et XVIIIe siècles. La chasse à la baleine commença dès le XVIIe siècle alors que l'Anglais Henry Hudson, au retour d'une de ses voyages, fit remarquer le nombre important de baleines qu'il avait aperçu au cours de sa navigation. Les Norvégiens et les Russes vite suivis par les Hollandais et les Français se précipitèrent au « Groenland occidental » (nom donné au Svalbard à l'époque). Deux cents ans plus tard, on y découvrit plus de mille cercueils de marins morts au cours de ces chasses (ce qui donne une idée de l'importance des flottes baleinières...) Les corps grâce au froid étaient entièrement conservés et les vêtements intacts. En 1663 eut même lieu au nord du Svalbard, une bataille navale entre la flotte baleinière Hollandaise et quatre frégates françaises, commandées par M. de la Varenne venu pour défendre les droits des baleiniers biscayens. On estime que les Néerlandais a eux seuls ont tué 60 000 baleines depuis leur base de Smeerenburg.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les expéditions scientifiques[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, et au XXe siècle, les îles du Svalbard servent de base arrière pour des expéditions d'exploration de l'Arctique, par exemple l'Expédition polaire de S. A. Andrée.

Le charbon[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, des compagnies américaines, anglaises, suédoises, russes et norvégiennes commencèrent l'extraction de charbon.

Luttes pour la souveraineté du Svalbard[modifier | modifier le code]

Carte de l'archipel du Svalbard

La souveraineté de la Norvège a été reconnue par le traité du Spitzberg le 9 février 1920 avec une clause qui limitait l'utilisation militaire du territoire et une autre qui tolérait les colonies créées par les autres nations. Cinq ans après, la Norvège contrôle officiellement le territoire.

Quelques historiens prétendent que la Norvège s'est vu donner la souveraineté du Spitzberg (Svalbard) comme compensation des pertes de sa flotte marchande pendant la Première Guerre mondiale, la flotte marchande norvégienne ayant joué un rôle important en fournissant le Royaume-Uni.

La seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Svalbard fut le théâtre d'une lutte méconnue entre le Troisième Reich et les Alliés pour l'implantation de stations météorologiques lors de la Seconde Guerre mondiale. Une garnison allemande a été expulsée en 1942 par une petite force norvégienne. Les Britanniques firent évacuer les civils de l'archipel et détruisirent les installations minières pour éviter qu'elles puissent servir à l'ennemi. Le 8 septembre 1943, huit cuirassés allemands dont le Tirpitz et le Scharnhorst accompagnés par neuf destroyers rasèrent les villages restants. Les Alliés contre-attaquèrent plus tard et en reprirent le contrôle. Cependant, une équipe d'Allemands resta présente en secret sur une partie inhabitée du Spitzberg pour transmettre des rapports météorologiques. Après la capitulation allemande, ils furent découverts et se rendirent. Ce fut la dernière unité allemande à se rendre lors de cette guerre.

L'étude géologique complète de l'archipel a été réalisée par des équipes de Cambridge et d'autres universités, notamment Oxford, menées principalement par le géologue W. Brian Harland entre les années 1940 et 1980.

Sources[modifier | modifier le code]

  • ARLOV Thor B., 1994, A short history of Svalbard, Norsk Polar Institut, Oslo
  • Pour la chasse à la baleine : La Prodigieuse Histoire des pôles, Paul-Émile Victor

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arlov (1994): 12
  2. http://snl.no/Svalbard Store norske leksikon article Svalbard
  3. Arlov (1994): 13
  4. Arlov (1994): 14