Stefan Ier Nemanjić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Histoire des Serbes
Image illustrative de l'article Stefan Ier Nemanjić
Antiquité
Zorsines
Drvan
Serbie blanche
Moyen-Âge
Prince de Serbie Blanche
Vlastimir
Mihailo Vojislavljević
Stefan Nemanja
Stefan IV Uroš Ier
Stefan Milutin
Stefan Uroš IV Dušan
Lazar Hrebeljanović
Stefan Lazarević
Occupation Turcs et Empire d'Autriche
Migrations serbes
Histoire des Serbes sous l'occupation ottomane
Nouvelle Serbie (province historique)
Slavo-Serbie
La Serbie au XIXe siècle
Karađorđe
Miloš Ier Obrenović
Alexandre Karađorđević
Pierre Ier de Serbie
La Serbie et la Yougoslavie monarchique
Attentat de Sarajevo
Alexandre Ier de Yougoslavie
Yougoslavie
La Serbie et la Yougoslavie titistes
Josip Broz Tito
Yougoslavie
La Serbie dans la Yougoslavie post-titiste
La Serbie dans la Yougoslavie de Milošević
République serbe de Krajina
Guerres de Yougoslavie
La Serbie et le Monténégro
Serbie-et-Monténégro
La Serbie et les Serbes aujourd'hui
Serbie
Belgrade
République serbe de Bosnie
Diaspora serbe
Stefan Ier Nemanjić

Stefan Ier Nemanjić, appelé aussi Stefan Prvovenčani (Stefan "le Premier-couronné"), en serbe cyrillique Стефан Првовенчани, français: Étienne Nemanjic, fut grand duc de Serbie de 1196 à 1217 et roi de 1217 à 1228. Il fut le premier roi de Serbie, souverain serbe de la dynastie des Nemanjić.

En serbe, Nemanjić signifie "fils de Nemanja". De fait, Stefan le premier couronné était le second fils du Duc Stefan Nemanja et de la duchesse Ana. Il avait comme frère cadet Rastko Nemanjić le fondateur de l'Église serbe autocéphale qui fut canonisé sous le nom de saint Sava.

La lutte pour le pouvoir[modifier | modifier le code]

Sous le règne de Nemanja, la Serbie couvrait les territoires de la Rascie, de la Zachlumie en Herzégovine et de la Dioclée, l'actuel Monténégro. À sa mort, ses terres furent partagées entre ses fils. Stefan reçut en héritage la Rascie, son frère aîné Vukan la Dioclée et Rastko Nemanjić la Zachlumie.

La tension était extrême entre Vukan (soutenu par la Rome d'Innocent III), le royaume de Hongrie d'Emeric et Stefan soutenu par l'Empire Bulgare. À l'occasion de ce conflit, La Hongrie et la Bulgarie comptaient bien mettre la main sur une partie des terres appartenant à la Serbie.

En 1202, les armées de Vukan et de la Hongrie battirent les troupes de Stefan. La Serbie passa sous l'autorité totale de la Hongrie.

En 1205, après trois années d'une sanglante guerre civile, les deux frères firent la paix. Vukan resta maître de la Dioclée, qu'il renomma Zeta et il reconnut l'autorité de Stefan sur toutes les terres serbes. La Hongrie fut évincée de l'accord conclu entre les frères.

Apparition du Dinar serbe[modifier | modifier le code]

Dinar de 1346 de l'empereur Stefan Uroš IV Dušan (Photo de la Banque nationale de Serbie [1])

Lors du règne de Stefan Ier Nemanjić Premier-Couronné (1214), que le "dinar serbe" est mis en circulation pour la première fois. Ce qui en fait avec la Livre sterling, la plus ancienne monnaie d'Europe. Les pièces médiévales serbes furent exclusivement en argent[1].

Stefan le diplomate, ami de Rome et de Venise[modifier | modifier le code]

En 1204, la quatrième croisade, détournée son objectif premier, la Terre sainte, avait abouti à la prise de Constantinople. Un empire latin fut installé sur les vestiges de l'ancien Empire byzantin. L'empereur bulgare Kalojan, qui avait offert son aide aux Croisés se retourna contre eux. Kalojan trouva la mort dans des circonstances inexpliquées.

Cela permit à la Serbie de Stefan Nemanjić d'attaquer la Bulgarie. Les Serbes récupérèrent ainsi les villes de Vranjen, Polog, Prizren et surtout la ville de Niš qui commandait la route conduisant de l'Europe centrale et de l'Europe de l'Ouest jusqu'à Constantinople.

La chute de la "Ville", en 1204, avait aussi permis à stefan d'ouvrir son jeu diplomatique. Désormais, il contrôlait la route vers Constantinople. Les latins avaient besoin de lui. Il négocia avec Rome et la république de Venise dans le but de profiter de ses nouvelles conquêtes. Il obtint du Doge de Venise, Pietro Ziani, la main d'Anne Dandolo, la petite-fille d'Enrico Dandolo. Comme prix de ses efforts diplomatiques en direction de la Papauté, il demanda au Souverain Pontife de lui attribuer la couronne royale.

La Serbie de Nemanja

Stefan le premier couronné[modifier | modifier le code]

En 1217, le pape Honorius fit porter par ses émissaires la couronne de Serbie. Il avait donné son accord au couronnement du grand Duc de Serbie Stefan Nemanjić. Il était Roi de Serbie. Il nétait pas le premier Roi Serbe, car les souverains serbes de la Dioclée avait aussi le titre de Roi, mais comme à présent la Dioclée était sous l'autorité du Duc de Rascie, il avait demandé le transfert de la couronne de Dioclée à tous les territoires contrôlés par sa famille. La couronne n'était plus la couronne du royaume de Dioclée, mais de Serbie.

Stefan était roi, mais devait sa couronne au Pape, donc, aux latins. Les serbes étaient de tradition des chrétiens orthodoxes. Comment avaient-ils pu rejoindre le monde latin et porter une couronne donné par "un Pape". Depuis la prise et le pillage de Constantinople par la IVe croisade, les grecs byzantins avaient perdu leur capitale, "la Ville" était au main de l'impératrice Yolande qui avait succédé à Henri de Flandre. l'Empire Byzantin avait deux empereurs, l'un à l'ouest Théodore Doukas et l'autre, à l'est, Théodore Lascaris qui de la ville de Nicée en Asie Mineure, avait autour de lui la majorité des nobles, et aussi le Patriarche de Constantinople. À Nicée, il était évident que l'Empire devait maintenir les serbes dans l'orthodoxie et les éloigner du catholicisme. Des serbes catholiques, donc latins, aurait été un obstacle important pour l'empereur de Nicée, pour récupérer Constantinople. Tout cela, Stefan et son frère Saint Sava le savaient. Stefan avait obtenu de Rome le titre de roi. En 1219, saint Sava allait obtenir de Byzance l'autochéphalie de l'Église orthodoxe serbe, membre de l'Église orthodoxe. En deux ans, les deux frères avaient obtenu tous les attributs d'un État puissant, une couronne et une église indépendante. Et cela, exclusivement, grâce à leur diplomatie, coincés entre les deux mondes chrétiens, les serbes avaient su tirer profit des deux géants, à leur propre avantage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dusan Batkovic, "Histoire du peuple serbe", éditions L'âge d'homme (ISBN 282511958X)
  • Georges Castellan, Histoire des Balkans, XIVe-XXe siècle, éditions Fayard (ISBN 2213605262)
  • Donald M. Nicol, Les Derniers siècles de Byzance, 1261-1453, éditions les Belles Lettres (ISBN 2251380744)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]