Histoire des Serbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Histoire des Serbes
Image illustrative de l'article Histoire des Serbes
Antiquité
Zorsines
Drvan
Serbie blanche
Moyen-Âge
Prince de Serbie Blanche
Vlastimir
Mihailo Vojislavljević
Stefan Nemanja
Stefan IV Uroš Ier
Stefan Milutin
Stefan Uroš IV Dušan
Lazar Hrebeljanović
Stefan Lazarević
Occupation Turcs et Empire d'Autriche
Migrations serbes
Histoire des Serbes sous l'occupation ottomane
Nouvelle Serbie (province historique)
Slavo-Serbie
La Serbie au XIXe siècle
Karađorđe
Miloš Ier Obrenović
Alexandre Karađorđević
Pierre Ier de Serbie
La Serbie et la Yougoslavie monarchique
Attentat de Sarajevo
Alexandre Ier de Yougoslavie
Yougoslavie
La Serbie et la Yougoslavie titistes
Josip Broz Tito
Yougoslavie
La Serbie dans la Yougoslavie post-titiste
La Serbie dans la Yougoslavie de Milošević
République serbe de Krajina
Guerres de Yougoslavie
La Serbie et le Monténégro
Serbie-et-Monténégro
La Serbie et les Serbes aujourd'hui
Serbie
Belgrade
République serbe de Bosnie
Diaspora serbe

L'histoire des Serbes débute sous l'Empire romain lorsque le peuple serbe est mentionné pour la première fois par des chroniqueurs romains. Aujourd'hui, les Serbes vivent principalement en Serbie, au Monténégro, en Bosnie-Herzégovine et dans une moindre mesure en Croatie. Il existe également d'importantes minorités serbes en Macédoine et en Slovénie. Par ailleurs, une diaspora serbe s'est fixée en Allemagne, en Suisse, en Autriche, aux États-Unis et au Canada.

Migrations des Serbes entre l'an 50 et l'an 1000 :

Origines[modifier | modifier le code]

L'origine du peuple serbe, selon la majorité des historiens serbes et internationaux, est à rechercher parmi les peuples slaves, et plus précisément Sorabes (« Serbie blanche » du bassin de l'Oder, Ve siècle), installés dans les Balkans au VIe siècle, où ils ont assimilé et slavisé les populations illyres et romanes locales.

Toutefois, une minorité d'historiens développe depuis une trentaine d'années, en Serbie, et Macédoine et en Bulgarie y compris dans quelque pays de l'Occident, des théories dites « non slaves », dont la plus répandue est la théorie dite « iranienne »[1] qui en Serbie s'appuient sur le nom antique d'une tribu iranienne de Ciscaucasie : les Serboï, et en Bulgarie sur le toponyme Balkh (en Bactriane). Dans cette seconde hypothèse, minoritaire, mais dont les promoteurs sont très actifs, le foyer initial des peuples slavophones des Balkans se situe autour du Caucase et du Pamir, et la présence de mots d'origine iranienne dans leurs langues ne s'explique plus par le substrat autochtone balkanique (illyrien ou thrace), ni par les apports plus tardifs des Alains, mais par cette origine indo-européenne caucasienne et asiatique.

Carte des langues slaves : on voit la terre sorabe, ou Serbie blanche en Allemagne

Premières références[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Migrations serbes.
Terres serbes au IXe siècle selon le De Administrando Imperio.
Serbie sur le règne de Višeslav en 814

La désignation « Serbe » apparaît pour la première fois au Ier siècle dans les travaux de Tacite et Pline l'Ancien, puis au IIe siècle dans La Géographie de Ptolémée (livre 5, 9.21). Les Serbes désignent un groupement de tribus établi en Sarmatie, probablement sur le cours de la Volga. Toujours dans La Géographie, Ptolémée décrit la ville de Serbinum située aujourd'hui en République serbe de Bosnie.

Le premier document historique à avoir identifié les proto-Serbes comme un peuple slave émane de Procope de Césarée qui décrivit les peuples Spali ou Spori. Selon une théorie controversée, les Sporis seraient liés aux Sorbes d'Allemagne et aux Serbes des Balkans. Dans son manuscrit, le géographe bavarois écrivit que le royaume des Zeruianis (Serbes) était si vaste que tous les peuples slaves en découlaient. Les serbes sont à nouveau mentionnés en 680 dans un document décrivant la ville de Gordoservon en Asie mineure où des tribus serbes se sont installées. Le nom Gordoservon est en fait une distorsion de Grad Srba signifiant « ville des Serbes » en serbe.

L'expression serbes réapparaît au Xe siècle dans l'ouvrage De Administrando Imperio (32.1-16) et le recueil Theophanes Continuatus (288.17-20) de l'empereur byzantin Constantin VII Porphyrogénète.

Au XIe siècle, le général byzantin Kekaumenos localisa les Serbes sur la Save, comme le fit préalablement La Chronique de Nestor, bien que cette dernière source ne soit pas considérée comme particulièrement fiable.

La Serbie blanche, également connue sous le nom de Bojka (en serbe cyrillique : Бојка), est l'ancien nom de la Lusace, endroit où les Serbes se sont installés pour la première fois en Europe centrale. C'est une région d'Allemagne orientale, au sud-est de Berlin entre les fleuves de l'Elbe et de la Saale. Ses habitants sont appelés les Serbes. Aujourd'hui on dénomme la région la Lusace, et elle est habitée par les Serbes sorabes ou de Lusace. La région à l'est de Serbie blanche est connu comme étant la Croatie blanche, aujourd'hui plus à l'est on trouve la Biélorussie littéralement Russie blanche.

Entre 610 et 641, une partie des Serbes a émigré dans l'Empire byzantin, mené par le prince de Serbie Blanche pour aider Constantinople dans sa lutte contre les Avars. En récompense de leurs victoires contre les Avars de Dalmatie, les Serbes ont été installés dans un premier temps par l'empereur Héraclius dans la province de Macédoine byzantine, à Thessalonique.

Les Serbes étaient en fait considérés comme des Fédérés de l'Empire romain d'Orient. Il devait obéissant à l'empereur de Constantinople.

Plus tard, les Serbes se sont aussi installés en :

Les Serbes de Serbie blanche sont appelés de nos jours les Sorabes. Ils ont réussi à conserver leur langue et leurs traditions culturelles bien que leur minorité ne cesse de se réduire.

Dans son De Administrando Imperio, Constantin VII indique que le territoire serbe était majoritairement gouverné par la dynastie des Vlastimirović qui parvint sous Časlav Klonimirović à unifier les terres en une confédération au début du Xe siècle. La première référence historique quant à l'existence d'un État des Serbes date du IXe siècle et est le fait de l'empereur byzantin Léon VI le Sage qui, dans ses listes épiscopales, mentionna les évêques de Drougoubiteia et des serbes (Serbie). En 993, des ambassadeurs des serbes arrivèrent à la cour de l'empereur Basile II.

Au XIe siècle il existait probablement un thème de Serbie : un sceau retrouvé de Constantin Diogenes, strategos de Serbie, tend à le prouver. Vers 1040, Theophilos Erotikos était le gouverneur des serbes jusqu'au moment où il fut expulsé par Stefan Voislav qui conquit le territoire serbe et devint son archon. Le professeur T. Wasilewski (1964) fit l'hypothèse que le thème des serbe pourrait être le même que celui de Sirmium tandis que le professeur D. Radojcic (1966) avança que ce pourrait être celui de Raska, qui fut brièvement administré par l'Empire byzantin.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les Serbes
Image illustrative de l'article Histoire des Serbes
Conscience nationale serbe ·
Régions ou pays où les Serbes ont un statut national
Serbie · République serbe de Bosnie · Fédération de Bosnie-et-Herzégovine · Monténégro · Croatie
Diaspora serbe
Albanie · Grèce · Macédoine · Roumanie · Slovénie
En Europe de l'Ouest
Autriche · Allemagne. Hongrie · Suisse
En Amérique du Nord
Canada · USA
En Océanie
Australie · Nouvelle-Zélande
En Amérique du Sud
Argentine · Brésil · Chili
Groupes ethniques proches
Slaves · Bosniaques · Bunjevci ·
Croates · Musulmans (nationalité)
Gorans · Krashovanis ·
Macédonien · Monténégrins · Shopi · Šokci · Yougoslaves
Culture serbe et symboles nationaux
Croix serbe · Slava · Salut à trois doigts · Aigle à deux têtes · Armoiries de la Serbie · Drapeau de la Serbie · Vidovdan
Église orthodoxe serbe
Patriarches · Monastères serbes
Saints serbes
Langues et dialectes
Serbe · Serbo-croate · Šatrovački
Romano-serbe · Chtokavien ·
Torlak · Užički · Slave ecclésiastique
Slavo-serbe
Histoire des Serbes
Moyen Âge serbe
Histoire des Serbes sous l'occupation ottomane
Histoire des serbes dans les Krajinas
Migrations serbes
Histoire des soulèvements serbes
Liste des souverains serbes
Persécutions
Camp de concentration de Jasenovac
Persécutions des serbes durant la seconde guerre mondiale
Persécutions des serbes au Kosovo
Article détaillé : Moyen Âge serbe.

Les Serbes furent christianisés en plusieurs vagues entre les VIIe et IXe siècles, la dernière vague prenant place entre 867 et 874. Pendant et après cette période, les Serbes luttèrent face à l'Empire byzantin afin d'obtenir leur indépendance. Les premiers États serbes étaient Raška et Zeta. Les souverains bénéficiaient d'une certaine autonomie jusqu'à ce que, durant une révolte anti-byzantine en 1086, l'indépendance soit proclamée unilatéralement. Sous saint Sava, qui fonda le Patriarcat de Serbie, et son frère Stefan Ier Nemanjić, qui devint le premier véritable souverain serbe de la dynastie des Nemanjić, l'église s'est soustraite à l'influence religieuse byzantine et a acquis son indépendance. La Serbie n'existait pas encore en tant qu'État mais était plutôt la région habitée par les Serbes : leurs rois et tsars étaient nommés « roi des Serbes » ou « tsar des Serbes » et non « roi de Serbie » ou « tsar de Serbie ».

La Serbie atteignit son âge d'or sous la dynastie Nemanjić ; l'État étant à l'apogée de sa puissance sous le règne de Stefan Uroš IV Dušan lorsque l'Empire serbe dominait les Balkans. La puissance de la Serbie décrut progressivement au fil du conflit interminable opposant la noblesse, rendant le pays incapable de se défendre après l'invasion ottomane de l'Europe du Sud-Est. La bataille de Kosovo Polje en 1389 est considérée dans la mythologie nationale serbe comme l'événement clef de le défaite face aux Turcs, bien que la domination ottomane ne fut complète que plus tard. Après la chute de la Serbie, les rois de Bosnie utilisèrent le titre de « roi des Serbes » jusqu'à ce que la Bosnie soit-elle même conquise.

Occupations ottomane et serbe dans l'Empire d'Autriche[modifier | modifier le code]

En tant que chrétiens, les Serbes avaient le statut de dhimmi, mais dans les faits étaient considérés comme des citoyens de seconde zone, souvent maltraités, si l'excepte la période de règne de Mehmed pacha Sokolović (un janissaire serbe devenu grand vizir). Ils étaient sujets à une énorme pression du pouvoir ottoman qui se donnait pour mission de les islamiser ; certains se convertirent (voir Musulmans (nationalité), d'autres émigrèrent au nord et à l'ouest, cherchant refuge en Autriche-Hongrie. À Belgrade, une assemblée se réunit. Il fut décidé de demander à l'empereur Léopold Ier du Saint-Empire d'assurer la sécurité de ses alliés serbes. L'empereur accepta d'accueillir sur les terres récemment libérées au nord de Belgrade, sur la rive gauche du Danube, « tous les Serbes qui étaient prêts à se battre contre les Turcs ». Il leur offrit des « avantages et des passe-droit importants » :

  • ils avaient la liberté de culte (les Serbes sont chrétiens mais orthodoxes) ;
  • ils avaient la liberté de justice ;
  • ils avaient la liberté dans l'éducation de leurs enfants ;
  • ils recevaient des armes pour pouvoir défendre l'Empire contre les Ottomans ; ils pouvait attaquer seuls les Ottomans dans une guerre d'usure mais devaient répondre aux ordres de mobilisation de l'empereur. L'empereur, et seulement lui, détenait une autorité sur les Serbes qui formaient son armée personnelle.

Tous ces avantages accordaient quasiment aux Serbes une autonomie au sein même de l'Empire.

Arsenije III Čarnojević, le patriarche de l'Église orthodoxe serbe, satisfait des avantages promis par l'empereur, organisa l'une des plus grandes migrations de l'histoire serbe, entre 1690 et 1694 de 40 000[2] à plus de 200 000 Serbes quittèrent rien que le Kosovo, pour trouver refuge en Voïvodine, Slavonie et krajina, on appelait ces région les frontières militaires (Vojne Krajine)[3], exode plus que massif compte tenu de la population de l'époque. Sachant que les Turcs avaient déjà réprimé durement les Serbes qui s'étaient alliés aux Autrichiens, ils craignaient que le retour des Ottomans au Kosovo, qui était le foyer central de la révolte serbe, ne provoque un massacre général de la population.

Au début du XIXe siècle, la première révolte serbe (fortement soutenue économiquement et militairement par les riches marchands serbes des krajinas d'Autriche) parvint à libérer des milliers de Serbes durant un temps limité. La Seconde révolte serbe fut un véritable succès et signa le renouveau du royaume de Serbie.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au commencement du XXe siècle, de nombreux Serbes vivaient sous autorité étrangère : les Ottomans au sud, les Austro-Hongrois au nord et à l'ouest. Les Serbes du Sud furent libérés lors de la Première Guerre balkanique en 1912, tandis que la question de l'indépendance des Serbes du nord servit d'étincelle au déclenchement de la Première Guerre mondiale. Un nationaliste yougoslave membre de Jeune Bosnie, Gavrilo Princip, assassina l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo déclenchant ainsi une chaîne de déclarations de guerre qui aboutit au conflit mondial. Durant la guerre, l'Armée serbe combattit avec courage mais dû battre en retraite à travers l'Albanie pour se réorganiser en Grèce où elle lança une contre-offensive à travers la Macédoine. Bien que la Serbie soit dans le camp des vainqueurs, la guerre dévasta le pays et fit périr un grand nombre d'hommes, nombre que les historiens estiment à plus de la moitié de la population mâle.

Après la guerre émergea le royaume des Serbes, Croates et Slovènes, ce qui permit enfin à une majorité de Serbes de ne vivre que dans un seul État. Le royaume avait pour capitale Belgrade et était dirigé par un roi serbe. Cependant le nouvel État était instable et sujet à de nombreuses tensions ethniques.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les forces de l'Axe occupèrent et démembrèrent la Yougoslavie. La Serbie était occupée par les Allemands tandis que la Bosnie était placée sous autorité italienne et les Serbes de l'État indépendant de Croatie sous administration fasciste oustachie. Après la guerre, la République fédérale socialiste de Yougoslavie prit forme avec pour capitale Belgrade, la Serbie en étant l'entité dominante. Cependant le régime communiste de Tito affaiblit la puissance de la Serbie en créant deux provinces autonomes : le Kosovo et la Voïvodine

La Yougoslavie communiste s'effondra au début des années 1990, quatre des six républiques la formant devenant indépendantes. Les guerres de Yougoslavie succédèrent à cette période de troubles où les communautés serbes de Croatie et de Bosnie luttèrent contre le démembrement de l'État yougoslave. La guerre du Kosovo éclata après plusieurs années de tensions entre Serbes et groupes nationalistes kosovars. Durant l'opération Tempête de 1995, près de 200 000 réfugiés serbes quittèrent la Croatie et 200 000 autres le Kosovo et s'installèrent principalement en Serbie centrale et en Voïvodine.

La République serbe de Bosnie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : République serbe de Bosnie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les principaux initiateurs des « théories iraniennes » sont les prs. P. Dobrev et Bojidar Dimitrov (directeur du musée d'histoire de Sofia et membre de l'Académie bulgare).
  2. (en) Dennis P. Hupchick, The Balkans: From Constantinople to Communism, Palgrave Macmillan, coll. « History »,‎ 21 février 2004, Broché, 512 p. (ISBN 978-1-4039-6417-5), page 179
  3. Catherine Lutard, Géopolitique de la Serbie Monténégro, éditions Complexe (ISBN 2-8702-7647-8), page 17