Constantin Bodin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bodin.
Histoire des Serbes
Image illustrative de l'article Constantin Bodin
Antiquité
Zorsines
Drvan
Serbie blanche
Moyen-Âge
Prince de Serbie Blanche
Vlastimir
Mihailo Vojislavljević
Stefan Nemanja
Stefan IV Uroš Ier
Stefan Milutin
Stefan Uroš IV Dušan
Lazar Hrebeljanović
Stefan Lazarević
Occupation Turcs et Empire d'Autriche
Migrations serbes
Histoire des Serbes sous l'occupation ottomane
Nouvelle Serbie (province historique)
Slavo-Serbie
La Serbie au XIXe siècle
Karađorđe
Miloš Ier Obrenović
Alexandre Karađorđević
Pierre Ier de Serbie
La Serbie et la Yougoslavie monarchique
Attentat de Sarajevo
Alexandre Ier de Yougoslavie
Yougoslavie
La Serbie et la Yougoslavie titistes
Josip Broz Tito
Yougoslavie
La Serbie dans la Yougoslavie post-titiste
La Serbie dans la Yougoslavie de Milošević
République serbe de Krajina
Guerres de Yougoslavie
La Serbie et le Monténégro
Serbie-et-Monténégro
La Serbie et les Serbes aujourd'hui
Serbie
Belgrade
République serbe de Bosnie
Diaspora serbe

Constantin Bodin (Константин Бодин en serbe cyrillique), était roi de Dioclée de 1081 à 1101, et empereur (tsar) de Bulgarie sous le nom de Pierre III (Petăr III) brièvement en 1072. La date de sa naissance est inconnue; celle de sa mort est incertaine, mais on peut la situer au plus tard en 1108.

Origines[modifier | modifier le code]

Constantin Bodin était un des fils du roi Michel I (Mihajlo I) de Dioclée (ou Zeta) et de Neda. Son père Michel était le fils du prince Stefan Voislav et d'une petite-fille dont le nom est inconnu de l'empereur Samuel Ier de Bulgarie.

Empereur de Bulgarie[modifier | modifier le code]

Konstantin Bodin.jpg

En 1072, les nobles bulgares se révoltèrent à Skopje contre le gouvernement byzantin sous la direction de George Voitekh (Georgi Vojteh), un descendant de la première famille noble de la cour bulgare. Les rebelles réclamèrent au roi Michel I de Zeta de présenter un de ses fils, descendant de la Maison des Comitopuli, afin qu'il siégeât sur le trône bulgare.

En automne 1072, Constantin Bodin, le septième fils de Michel, arriva à Prizren avec un petit cortège de troupes de Zeta et rencontra George Voitekh et les autres représentants de la noblesse bulgare. Ils l'escortèrent jusqu'à Skopje et le couronnèrent empereur des Bulgares sous le nom de Petar III, rappelant les noms de l'empereur sanctifié Petar I (Petăr I, qui mourut en 970) et de Petar II Deljan (Petăr II Deljan, qui mena la première révolte importante contre le gouvernement byzantin en 10401041).

Les troupes du nouvel empereur Petar III prirent Niš et Ohrid, mais subirent une défaite écrasante à la bataille de Kastoria. La contre-attaque byzantine prit Skopje avec l'aide de George Voitekh, qui trahit d'abord Petar III, et ensuite tenta de trahir les Byzantins, mais en vain. Dans une autre bataille, Petar III fut capturé par les Byzantins et envoyé avec George Voitekh, comme prisonnier à Constantinople. George Voitekh mourut en route, tandis que Petar III se languissait en prison à Constantinople et ensuite en Antioche.

Roi de Dioclée ou Zeta[modifier | modifier le code]

En 1078, les marins vénitiens délivrèrent Constantin Bodin et le rendirent à son père Michel I de Zeta. Peu après, en 1081, Michel mourut et Constanti Bodin succéda à son père en tant que roi.

Vers 1085, lui et ses frères réprimèrent la révolte de leurs cousins, les fils du frère de Michel Radoslav dans la župa de Zeta, et Constantine Bodin régna désormais sans contestation. En dépit de son antérieure opposition à l'Empire byzantin, Constantin Bodin soutint préalablement les Byzantins contre l'attaque de Robert Guiscard et ses Normands à Durazzo en 1081, mais ensuite resta inactif, laissant les Normands prendre la ville.

En ce temps-là, Constantin Bodin épousa la fille d'un noble pro-Normand de Bari. Les relations de Constantin Bodin avec l'Ouest incluaient son soutien pour le pape Urbain II en 1089, qui lui assura une concession majeure, l'élévation de son évêché de Bari au rang d'archevêché.

Constantin Bodin tenta de maintenir le royaume agrandi laissé par son père. Dans ce but, il fit une campagne en Bosnie et Rascie, installant ses neveux Marko et Vukan comme župans dans le dernier. Les deux princes étaient fils du demi-frère de Constantin Bodin, Petrislav, qui avait gouverné la Rascie environ de 10601074. Néanmoins, après la mort de Robert Guiscard en 1085, Constantin Bodin rencontra l'hostilité de l'Empire byzantin, qui récupéra Durazzo et se prépara à punir le roi de Dioclée d'avoir pris le parti des Normands.

La campagne byzantine contre Dioclée se déroula entre 1089 et 1091 et réussit probablement avec la capture une seconde fois de Constantin Bodin. Bien que le royaume survécût, les territoires éloignés dont la Bosnie, la Rascie et Hum (Zahumlje) firent sécession sous leurs propres gouverneurs. Ce qui se passa exactement en Dioclée est inconnu, et il put y avoir une guerre civile durant la captivité supposée de Constantin Bodin. La reine Jakvinta persécuta sans pitié tous les prétendants possibles au trône, dont le cousin de Constantin, Branislav, et sa famille. Après qu'un nombre de ces personnes fut tué ou exilé par Constantin Bodin et son épouse, l'église intervint pour empêcher que l'imminente dissension sanglante ne déclenchât une guerre civile.

À la mort de Constantin en 1101 ou peut-être en 1108, la Dioclée fut engouffrée dans le conflit causé par la lutte dynastique qui avait commencé à se développer durant son règne.

Famille[modifier | modifier le code]

Avec sa femme Jakvinta de Bari, Constantin Bodin eut plusieurs enfants, dont:

  1. Michel II (Mihajlo II), roi de Dioclée de 1101 à 1102
  2. Georges (Juraj), roi de Dioclée en 1118 et de 1125 à 1127

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • John V.A. Fine Jr., The Early Medieval Balkans, Ann Arbor, 1983.

Voir aussi[modifier | modifier le code]