Nouvelle Serbie (province historique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouvelle Serbie (homonymie).
Localisation de la Nouvelle Serbie et de la Slavo-Serbie en Ukraine

La Nouvelle Serbie (en serbe : Нова Србија et Nova Srbija, dans une graphie archaïque Нова Сербија et Nova Serbija ; en roumain: Noua Serbie) fut un territoire de la Russie impériale entre 1752 et 1764. Il était situé sur le territoire de l'actuelle oblast de Kirovohrad, en Ukraine. Le centre administratif de la province était la ville de Novomirgorod.

Histoire[modifier | modifier le code]

La province fut ainsi nommée d'après les Serbes, qui vinrent s'installer en 1752 dans la Russie impériale ; ils venaient de l'Empire d'Autriche et, principalement, de l'actuelle province de Voïvodine, en Serbie, ainsi que d'autres secteurs de la plaine pannonienne. Les autorités russes donnèrent des terres aux immigrants serbes, mais aussi à de nombreux Roumains, venus notamment de Transylvanie, à des Ukrainiens, et à d'autres colons qui vinrent s'installer dans la région.-


Localités[modifier | modifier le code]

Une carte des nationalités en 1899 ; on y voit encore la population roumaine de Nouvelle Serbie
Carte de 1862, avec les colons serbes

Dans leur nouvelle patrie, les Serbes créèrent des localités auxquelles ils donnèrent les noms de leurs villes ou villages d'origine, pour la plupart situés dans l'actuelle Voïvodine. On peut signaler les locolités suivantes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mita Kostić, Nova Srbija i Slavenosrbija, Novi Sad, 2001.
  • Pavel Rudjakov, Seoba Srba u Rusiju u 18. veku, Beograd, 1995.
  • Olga M. Posunjko, Istorija Nove Srbije i Slavenosrbije, Novi Sad, 2002.