Neuf-Marché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Neuf-Marché
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Gournay-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Gournay-en-Bray
Maire
Mandat
Didier Degry
2014-2020
Code postal 76220
Code commune 76463
Démographie
Population
municipale
694 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 28″ N 1° 42′ 59″ E / 49.4244444444, 1.7163888888949° 25′ 28″ Nord 1° 42′ 59″ Est / 49.4244444444, 1.71638888889  
Altitude Min. 77 m – Max. 210 m
Superficie 17,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Neuf-Marché

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Neuf-Marché

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuf-Marché

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuf-Marché

Neuf-Marché est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Neuf-Marché est situé dans la vallée de l'Epte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des groupements d'habitations existent à Neuf-Marché lors de la conquête des Gaules par Jules César, tout comme à Alges, Gournay-en-Bray, à Saint-Clair-sur-Epte, à Ferrières, à Dampierre-en-Bray, à Elbeuf-en-Bray, à Avesnes-en-Bray...

Le nom de Neuf-Marché date du traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, lorsque le village devient la nouvelle marche, la nouvelle frontière entre la Normandie et la France.
En 915, le village est fortifié et la collégiale Saint-Pierre est construite. Celle-ci est confiée à la charge de 4 chanoines en 1047.
En 1118-1120 le château est reconstruit et la collégiale est remaniée, en 1128, par Henri Ier d'Angleterre.
C'est dans la collégiale Saint-Pierre de Neuf-Marché, le 31 août 1158, que Henri d'Angleterre, âgé de 3 ans, fils de Henri II Plantagenêt est fiancé à Marguerite de France, âgée de quelques mois, fille de de Louis VII de France.
C'est dans cette même collégiale, en juillet 1160, qu'a lieu le concile validant l'élection du pape Alexandre III et annulant l'élection de l'antipape Victor IV.
En 1195, Philippe Auguste prend Neuf-Marché à Richard Coeur de Lion.
En 1419, Henri V d'Angleterre assiège et reprend Neuf-Marché et détruit la forteresse.
Au lieux-dits les Flamants de Neuf-Marché et la Rougemare commune de Mainneville, eut lieu le 16 septembre 1914 le surprenant combat de la Rougemare et des Flamants entre un commando allemand et la gendarmerie Française[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Didier Degry UMP  
mars 1989 juin 1995 Françoise Châtel de Brançion dvd  
1982 mars 1989 Marcel Fasquelles dvd  
mars 1977 1982 Claude Heuillard UDF  
1972 mars 1977 Jacques Heuillard RPR  
mai 1953 1972 Claude Heuillard Parti radical Député
octobre 1947 mai 1953 Louis Dumont dvd  
1936 26 octobre 1947 Georges Heuillard Radical Député
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 694 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
816 709 716 616 792 766 801 811 745
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
697 718 724 720 657 656 629 621 623
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
586 559 588 592 620 602 619 646 565
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
600 569 536 514 568 635 671 676 694
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Vardes (propriété privée) château style Louis XVIII, est né Antoine de Bourbon, comte de Moret, fils illégitime d'Henri IV.
  • Château d'Henri Ier Beauclerc, ruine (propriété privée). Ce château fut sujet à de nombreuses batailles entre les rois de France et d'Angleterre.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Normandie dans la Grande Guerre
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, CRAHM, 2007 (ISBN 978-2-902685-39-4) p. 251-264
  5. Notice sur le site de l'Assemblée nationale
  6. Notice sur le site de l'Assemblée nationale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]