Bleu-vert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Bleus-verts sont les nuances comprises, sur le cercle chromatique entre le bleu et de vert.

La norme AFNOR X08-010 « Classification méthodique générale des couleurs » définit un champ bleu-vert entre les bleus et les verts-bleus. Elle indique, pour les bleus-verts, une longueur d'onde dominante comprise entre 483 et 490 nanomètres ; les verts-bleus prolongent ce champ jusqu'à 510 nm[1]. La norme inclut les couleurs claires et sombres, pures et lavées de blanc, jusqu'aux limites avec les blancs, les gris et les noirs.

Le cercle chromatique défini par Chevreul au XIXe siècle comporte, entre les verts et les bleus, une teinte vert-bleu repérée par rapport aux raies de Fraunhofer b (518 nm) et F (486 nm)[2]. Le vert-bleu correspond approximativement une longueur d'onde dominante entre 493 et 496 nm.

Champ chromatique entre bleus et verts[3]
longueur d'onde
dominante
483 484 486 488 490 493 496 499 502 506 510
Chevreul 1860 bleu 5 vb 4 vb 3 vb 2 vb 1 vb Vert-bleu 5 v 4 v 3 v 2 v 1 v
AFNOR 1977 ← bleu Bleu-vert Vert-bleu Vert →

Le champ des bleu-vert inclut notamment les bleu turquoise, bleu ciel y compris cæruleum.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009, p. 247 ;
    Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 2, Puteaux, EREC,‎ 2001, p. 159 ;
    « Couleurs - Classification méthodique générale des couleurs », sur afnor.org (consulté le 3 octobre 2014).
  2. Michel-Eugène Chevreul, « Moyen de nommer et de définir les couleurs », Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, t. 33,‎ 1861, p. 39 (lire en ligne).
  3. Les couleurs sont calculées selon la méthode indiquée dans Efficacité lumineuse spectrale.