Knowledge Graph

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Knowledge Graph
Importez le logo de ce site Web
Importez le logo de ce site Web

Type de site Base de connaissance
Langue(s) anglais, français, espagnol, italien, japonais, russe, allemand, portugais, polonais, turc, chinois simplifié, chinois traditionnel
Inscription Non
Propriétaire Google
État actuel Actif

Le Knowledge Graph est une base de connaissance utilisée par Google pour compiler les résultats de son moteur de recherche avec des informations sémantiques issues par ailleurs de sources diverses. L'affichage du Knowledge Graph est ajouté au moteur de recherche de Google en 2012 aux États-Unis après avoir été annoncé le 16 mai 2012[1]. Cet outil fournit une information structurée et détaillée centrée sur l'objet de la recherche, en plus de la liste d'hyperliens vers d'autres sites[2]. L'objectif est de permettre aux utilisateurs de résoudre leur requête sans avoir besoin de naviguer vers d'autres sites pour accéder aux informations capitales[3].

Selon Google, ces informations sont issues de différentes sources, telles que le World Factbook de la CIA (CIA World Factbook), Freebase ou encore Wikipédia[1]. Cet outil rejoint les objectifs des « moteurs de réponse » comme Ask.com (ex-Ask Jeeves) et Wolfram Alpha. En 2012 son réseau sémantique contenait plus de 500 millions d'objets et plus de 18 milliards de faits et relations entre ces différents objets utilisés par le moteur de recherche afin de comprendre la signification des mots-clefs, saisis lors de toute recherche[4].

Recherche conversationnelle[modifier | modifier le code]

Pendant la conférence annuelle Google I/O, en mai 2013, Amit Singhal présenta le futur de la recherche, expliquant les trois fonctions primaires qu'un moteur de recherche devra remplir  :
1. Répondre
2.Converser et
3. Anticiper.
Pendant sa présentation orale, Singhal affirma "Un ordinateur auquel vous pouvez parler ? Quand j'étais petit, je voulais grandir afin de devenir la personne responsable de la réalisation de mon rêve". Il présenta alors la recherche conversationnelle et introduisit le terme hot-wording pour décrire la recherche sans besoin d'interface, par laquelle l'utilisateur recherche simplement en disant, "OK Google"[1].

Une démonstration fût ensuite réalisée lors de la conférence, un utilisateur posait une question à propos de Santa Cruz et le moteur de recherche répondait sous forme de conversation, en plus de l'affichage des résultats de recherche. Jessica Wright expliqua que le moteur de recherche utilise des données issues du Knowledge Graph afin de générer les résultats : "Le Knowledge Graph sait que Santa Cruz est un endroit, et que cette liste de d'endroit est relative à Santa Cruz"[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Singhal, Amit, « Introducing the Knowledge Graph: Things, Not Strings », Blog officiel (de Google),‎ 16 mai 2012 (consulté le 19 août 2012)
  2. (en) [vidéo] Explore lists and collections with Google search sur YouTube
  3. (en) Richard Waters, « Google To Unveil Search Results Overhaul », Financial Times,‎ 16 mai 2012 (lire en ligne)
  4. (en) Aaron Brown, « Get smarter answers from the Knowledge Graph from Português to 日本語 to русский », Google Inside Search blog,‎ 2012 (lire en ligne)
  5. (en) Jessica Lee, « OK Google: 'The End of Search as We Know It' »,‎ 16 mai 2013