Neuf Cegetel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour Neuf Cegetel depuis 2009, voir SFR.

Neuf Cegetel

Description de l'image  Neuf Cégétel logo.png.
Création 2005
Dates clés 2008 : fusion avec SFR
Disparition 2009
Personnages clés Frank Esser, Michel Paulin, Jacques Veyrat
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de France Boulogne-Billancourt (France)
Actionnaires Jusqu'en 2007 :
SFR 40,5 %, LDCom 29,5 %
Après le 1er juillet 2008 :
SFR 100 %[1]
Activité Opérateur de télécommunications
Produits Neuf, Neuf Cegetel entreprises
Filiales Jet Multimédia, LD Collectivités, Wengo, Efixo, Fibres Optiques Défense
Effectif 2 645 (hors Jet Multimedia et AMSE)
Site web - neuf-ci

Neuf Cegetel était une entreprise française de télécommunications fondée en 2005 par la fusion-acquisition de Neuf Telecom avec Cegetel. Elle a disparu en 2009 avec la fusion dans le groupe SFR.

Historique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Neuf (entreprise) et Cegetel.

Neuf Cegetel voit le jour le 11 mai 2005, lors de la fusion entre Neuf Télécom de Cegetel, qui regroupait l'activité de téléphonie fixe et internet de SFR[2]. Le feu vert des autorités de la concurrence est obtenu le 16 août 2005 et le 22 août 2005 est dévoilée l'identité visuelle du groupe, dont le président a été Jacques Veyrat et le directeur général Michel Paulin.

En échange de la scission de Cegetel, SFR récupère 28 % du capital de Neuf Cegetel, puis monte à 40,48 % après divers rachats de parts minoritaires. LDCom, filiale du Groupe Louis-Dreyfus, propriétaire de Neuf Télécom avant la fusion, en possède 29,5 %.

Neuf Cegetel lance sa propre offre de téléphonie mobile et prend le contrôle de AOL France en 2006[3], de Club Internet et des activités internet de de Tele 2 France en 2007[4].

D'autre part, Neuf Cegetel a mis la main sur deux petites sociétés de télécoms : Tradingcom, qui fait du trading de minutes (pour environ 2 millions d'Euros) et OzoneParis, spécialiste du Wi-Fi sur Paris, pour environ 10 millions d'euros.

En décembre 2007, le groupe Louis-Dreyfus signe avec SFR un accord de cession de ses parts dans Neuf Cegetel, soit 29,5 % du capital[5]. Cette cession intervient en décembre 2007 ; SFR devient alors l'actionnaire majoritaire de Neuf Cegetel. Cela a entraîné la démission des trois administrateurs du Groupe Louis-Dreyfus dont celle du P-DG Jacques Veyrat, remplacé par le P-DG de SFR, Frank Esser.

En mai 2008, SFR lance une OPA simplifiée sur le flottant en Bourse de Neuf Cegetel, 20,13 % du capital, en vue d'obtenir la totalité des actions de cette dernière. À la fin de cet OPA, le nouvel ensemble SFR + Neuf Cegetel pèsait 12 milliards d'euros de chiffre d'affaires, et était le premier opérateur alternatif (non issu des opérateurs historiques) en Europe[6].

Depuis juillet 2008, SFR détient 100 % des parts de Neuf Cegetel et se présente donc comme le principal concurrent d'Orange, cela lui permet également de devenir un opérateur intégré, à l'image d'Orange, c'est-à-dire proposant des services comprenant de la téléphonie mobile et de l'accès fixe à Internet. Depuis octobre 2008 SFR commercialise des offres par l'intermédiaire de Neuf Cegetel ; le 1er avril 2009, Neuf Cegetel est devenu SFR.

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

en M€ 2007[7] 2006 2005 variation 07/06 chiffres mars 2008
Chiffre d’affaires 3 348 2 897 2 752 2 579 +16 %
CA Opérateurs 871 1 054 1 106 1 134 -17 % 200 clients opérateurs français et internationaux
CA Entreprises 1 039 971 908 848 +7 % 179 000 sites d'entreprise
CA Particuliers 1 438 872 738 598 +65 % 5 millions de clients dont 3,294 millions ADSL
EBITDA 728 544 234 162 +34 %

Filiales[modifier | modifier le code]

Autres raisons sociales liées historiquement à Neuf Cegetel[modifier | modifier le code]

Mises en cause et controverses[modifier | modifier le code]

Le 3 mars 2006, sur plainte de l'UFC Que Choisir, le Tribunal de Nanterre a condamné en première instance la société Neuf Télécom pour diverses clauses illicites et abusives contenues dans ses conditions générales. Le jugement a été affiché sur le site de Neuf Télécom durant un mois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Structure d'actionnariat du groupe Neuf Cegetel, sur le site du groupe
  2. Neuf Cegetel, nouveau poids lourds de l'ADSL, article du 12 mai 2005 sur Le Journal Du Net
  3. Neuf Cegetel s'offre AOL France, article du 22 septembre 2006 sur Le Journal Du Net
  4. Neuf Telecom seul en lice pour le rachat de Club Internet, article du 17 avril 2007 sur le Journal du Net
  5. Louis Dreyfus a signé avec SFR un « projet d'accord de session » de Neuf Cegetel
  6. Fin de l'OPA de SFR sur Neuf Cegetel
  7. Communiqués de presse

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Le Flanchec, Le Cas SFR-Cegetel, Revue Française de Gestion, 2004