Dégroupage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Répartiteur téléphonique

Le dégroupage est une opération technique permettant l'ouverture du réseau téléphonique local à la concurrence. En effet, les opérateurs tiers ne disposent pas de la boucle locale qui appartient à l'opérateur télécom historique du pays. Le dégroupage permet aux opérateurs tiers d'accéder à cette boucle locale, soit en partie par le biais du dégroupage partiel, soit en totalité par le biais du dégroupage total.

But[modifier | modifier le code]

Le but du dégroupage est de permettre qu'une partie des signaux téléphoniques ne soient plus gérés par l'opérateur historique, mais par des opérateurs concurrents. L'opérateur historique conserve la gestion de la paire de cuivre depuis le lieu d'acheminement, jusqu'au central téléphonique. Suivant les choix faits, les signaux peuvent alors être gérés par un opérateur concurrent dès le central téléphonique.

Qu'est-ce que c'est ?[modifier | modifier le code]

En Union européenne, la loi oblige l'opérateur historique à fournir un accès dégroupé à la boucle locale aux opérateurs alternatifs. Pour ce faire, il doit proposer aux opérateurs une salle de cohabitation située à proximité de ses installations, afin de pouvoir les relier aux équipements qu'installeront les opérateurs.

De ce fait, les opérateurs tiers ne sont pas tenus d'investir dans cette partie du réseau, qui va du central téléphonique à la prise de l'utilisateur. La force de l'opérateur historique a toujours été l'étendue de son réseau : en effet, l'installation d'une boucle locale est beaucoup plus rentable en plein cœur de Paris que dans un tout petit village ; en somme, les installations de la capitale permettent de financer celles des régions peu peuplées.

L'opérateur historique est rémunéré pour l'entretien de la boucle locale et pour l'amortissement de ses investissements. Les modalités de calcul du tarif du dégroupage sont définies par le régulateur (l'ARCEP pour la France). [réf. nécessaire].

À quoi ça sert ?[modifier | modifier le code]

Le dégroupage permet aux opérateurs alternatifs de bénéficier d'un accès direct à l'utilisateur final. Ils sont en mesure de contrôler de bout en bout le réseau et de fournir ainsi un service différencié de celui de l'opérateur historique.

Le dégroupage rend possible, en théorie, une concurrence réelle dans les offres commerciales d'ADSL et serait ainsi un facteur de baisse des tarifs de détail.[réf. nécessaire]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le dégroupage concerne avant tout les hautes fréquences qui transitent via les lignes téléphoniques : les données. Selon que l'utilisateur conserve son trafic bas débit (la voix) ou non avec l'opérateur historique, on parle de dégroupage partiel ou total.

Certains opérateurs comme OVH peuvent utiliser un réseau de collecte, comme celui de SFR.

BitStream[modifier | modifier le code]

Le BitStream (bit stream est de l'anglais et signifie flux de données binaires) est une offre permettant aux FAI alternatifs de proposer une offre dans les endroits qu'ils n'ont pas dégroupés. Elle ressemble beaucoup à l'ADSL nu, mis à part le fait que le client conserve son abonnement auprès de l'opérateur historique (POTS).

En France, les prestations « bitstream » consistent en une revente de l'offre de gros de France Télécom dénommée « DSL Access » et reposent sur l'option 5 du dégroupage. Le tarif de cette offre s'établissait ainsi au 1er juillet 2010[1] :

  • 49 € HT d'établissement de service
  • 7,30 € HT/mois d'abonnement par ligne
  • 3,20 € HT/mois de frais d'accès à la collecte IP-ADSL par DSLAM
  • 30 € HT/mois par Mb/s collecté sur le DSLAM dans le mois (au 95e percentile).

Les coûts mensuels supportés par les opérateurs alternatifs expliquent notamment l’absence de services consommateurs de données (IPTV, VOD etc), et le bridage de certains autres (P2P).[réf. nécessaire]

En France, le bitstream représente 13 % des offres xDSL [2].

ADSL nu[modifier | modifier le code]

En zone non dégroupée, certains FAI proposent à leurs clients l'ADSL nu, qui permet de s'affranchir de l'abonnement à l'opérateur historique (POTS). On trouve aussi la dénomination « Dry DSL », littéralement « ADSL sec ».

En France, les prestations « ADSL nu » consistent en une revente de l'offre de gros de France Télécom dénommée « DSL Access Only » et reposent sur l'option 5 du dégroupage. Le tarif de cette offre s'établissait ainsi au 1er juillet 2010[1] :

  • 54 € HT d'établissement de service
  • 14,15 € HT/mois d'abonnement par ligne
  • 3,20 € HT/mois de frais d'accès à la collecte IP-ADSL par DSLAM
  • 30 € HT/mois par Mb/s collecté sur le DSLAM dans le mois (au 95e percentile).

Là encore le DSLAM de l'opérateur historique est loué par un autre opérateur, ce qui implique généralement l'absence de service consommant beaucoup de bande passante (IPTV, VOD etc), et le bridage de certains autres (P2P).

Dégroupage partiel[modifier | modifier le code]

L'utilisateur est toujours client de l'opérateur historique et continue d'utiliser le POTS sur le réseau téléphonique commuté. Il continue à payer l'abonnement correspondant et bénéficie de tous les services associés à sa ligne (abonnement téléphonique). Être en dégroupage partiel signifie que l'on est dégroupé et donc ce terme ne s'applique pas en zone non dégroupée.

Grâce à un Filtre ADSL, toutes les données voix (basses fréquences) passent par le réseau de l'opérateur historique ; les données numériques (hautes fréquences) passent, au-delà du central téléphonique, par le DSLAM de l'opérateur tiers. Les appareils « bas débit » (télécopie, Minitel, accès Internet bas débit) utilisant les basses fréquences peuvent ainsi être toujours utilisés par le client.

En France le dégroupage partiel repose sur l'option 1 de l'offre de dégroupage de France télécom. Le tarif de cette offre s'établissait ainsi au 1er juillet 2010[1] :

  • 60 € HT d'établissement de service
  • 2,90 € HT/mois pour la location de la paire de cuivre et du filtre ADSL
  • 2,10 € HT/mois pour les autres coûts (câble de renvoi, location salle, …)

Dégroupage total[modifier | modifier le code]

L'utilisateur n'est plus client et ne paie plus l'abonnement de l'opérateur historique. Sa ligne est directement reliée (au niveau du NRA) aux équipements (DSLAM) de l'opérateur tiers.

La plupart des opérateurs tiers n'exploitent alors que les hautes fréquences en protocole IP. Leur offre de téléphonie se base alors sur la technologie VoIP pour permettre à l'utilisateur de continuer d'utiliser son téléphone et, dans certains cas, d'autres appareils « bas débit » (fax, Minitel). Le téléphone classique qui utilise les basses fréquences n'est plus utilisé.

L'utilisateur peut conserver son numéro de téléphone s'il le souhaite grâce à la portabilité du numéro, lorsque la législation locale la met en place.

En France le dégroupage total repose sur l'option 1 de l'offre de dégroupage de France télécom. Le tarif de cette offre s'établissait ainsi au 1er juillet 2010[1] :

  • 50 € HT d'établissement de service
  • 9,00 € HT/mois pour la location de la paire de cuivre et du filtre ADSL
  • 2,10 € HT/mois pour les autres coûts (câble de renvoi, location salle,…)

Les coûts supportés par les opérateurs alternatifs étant plus importants qu'en dégroupage partiel, il est fréquent que ces abonnements soient plus chers pour le client final.

Progression du dégroupage dans le monde[modifier | modifier le code]

Drapeau de l’Union européenne Union européenne[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Au 14 janvier 2006, 210 000 connexions à la boucle locale ont été dégroupées de l'opérateur BT. Ofcom avait espéré qu'un million de connexions à la boucle locale auraient été dégroupées dès juin 2006. Cependant, comme rapporté par The Register, au 15 juin 2006, le nombre a atteint seulement 500 000, mais augmentait au rythme de 20 000 par semaine.

En juin 2006, AOL Royaume-Uni avait dégroupé 100 000 lignes à travers son investissement de 120 000 000 de livres, en faisant le plus grand opérateur alternatif du Royaume.

Drapeau de l'Allemagne Allemagne[modifier | modifier le code]

Situation actuelle des FAI en Allemagne :

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

  • Au 30 juin 2009, 6 986 000 accès sont dégroupés de l'opérateur France Telecom par des FAI alternatifs en France d'après l'observatoire du dégroupage[3] de l'ARCEP.
  • Au 30 juin 2012, ce nombre est monté à 10 489 000 accès[4].
  • Au 30 septembre 2013, le marché internet français est le suivant, avec 24,640 millions d'abonnements

En France, le tarif du dégroupage est passé de dix-sept euros en 2000, à neuf euros en 2012, soit une baisse de moitié[5].

Drapeau des États-Unis États-Unis et Drapeau du Canada Canada[modifier | modifier le code]

Les instances de régulation — la FCC aux États-Unis et le CRTC au Canada — exigent que les opérateurs historiques (ILEC) donnent accès à leur infrastructure locale existante aux fournisseurs de services alternatifs (CLEC) à un certain prix de gros prédéfini.

Article détaillé : Local Exchange Carrier.

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-Zélande est le 29e sur 30 pays de l'OCDE à dégrouper la boucle locale[6]. Le dernier pays ne l'ayant pas encore ouverte est le Mexique.

En Turquie, en décembre 2011 8.521 lignes avait été degroupés [7].

Drapeau de la Suisse Suisse[modifier | modifier le code]

La Suisse fut l'une des dernières nations de l'OCDE à fournir le dégroupage, parce que le Tribunal fédéral avait conclu en 2001 que le Swiss Telecommunications Act de 1996 ne l'exigeait pas. Le gouvernement a alors émis une ordonnance fournissant le dégroupage pour 2003, et le Parlement amenda l'acte en 2006. L'accès de base aux infrastructures est maintenant disponible, l'accès au dégroupage rapide de données est limité à une période de quatre années après l'entrée en force de l'acte.

Des demandes de dégroupage ont tendance à s'enliser devant la justice, car, à la différence de l'Union européenne, la loi suisse ne prévoit pas un règlement ex ante des conditions d'accès pour l'opérateur. Dans le système ex post pratiqué en Suisse, chaque nouveau candidat doit d'abord essayer de conclure un accord individuel avec Swisscom, l'opérateur national.

Drapeau de Hong Kong Hong Kong[modifier | modifier le code]

À la rencontre de l’Executive Council du 6 juillet 2004, le Council a avisé et le Chief Executive ordonné que l’intervention réglementaire concernant les interconnexions "Type II" (Hong Kong/Traditional Chinese :第二類互連) concernant le téléphone pour les bâtiments individuels couverts par de tels échanges soit supprimée[8].

Drapeau du Maroc Maroc[modifier | modifier le code]

Une offre de dégroupage partiel proposée en 2007 n’a pas suscité l’intérêt des opérateurs alternatifs.

L’Agence Nationale de Règlementation des Télécommunications (ANRT) a approuvé une offre de dégroupage total de Maroc Telecom. Cette dernière est entrée en vigueur le 8 juillet 2008. Deux opérateurs devraient en bénéficier, Méditel et Wana. Les tarifs de cette offre ont été fixés à 100 MAD hors taxes.

Organisation mondiale du commerce (OMC)[modifier | modifier le code]

Certaines dispositions de la loi sur les télécommunications de l'OMC peuvent être lues comme exigeant le dégroupage:

  • Sect. 5(a) of the GATS Annex on Telecommunications (1) requires WTO Members to guarantee service suppliers "access to and use of public telecommunications transport networks… for the supply of a service". New entrants argue that without LLU they cannot supply services such as ADSL.
  • Sect. 2.2(b) of the 1998 Reference Paper (2), to which some Members have subscribed, requires "sufficiently unbundled interconnection" with major providers. However, the Paper's definition of interconnection appears to exclude LLU.
  • Sect. 1 of the Reference Paper requires Members to maintain "appropriate measures… for the purpose of preventing [major] suppliers… from engaging in or continuing anti-competitive practices." New entrants argue that such practices include not giving competitors access to facilities essential to market entry, such as la boucle locale.

La question n'a pas encore été soumise à un corps juridique de l'OMC, et ces obligations ne s'appliquent que là où les États membres ont ouvert leur marché de télécommunications à la concurrence. Environ 80 membres (la plupart développés) l'ont fait depuis 1998.

Un peu de vocabulaire[modifier | modifier le code]

  • Accès dégroupé à la boucle locale : l'opérateur historique permet à ses concurrents d'exploiter tout ou partie de la boucle locale.
  • Accès complet (dégroupage total) : l'opérateur historique loue purement et simplement la boucle locale à un opérateur tiers, qui prend en charge l'ensemble des fréquences de la ligne, y compris la voix.
  • Accès partagé (dégroupage partiel) : un opérateur tiers peut utiliser les différentes fréquences disponibles sur le réseau, à l'exception des fréquences vocales (voix). L'abonné est toujours client de l'opérateur historique et lui paie un abonnement.
  • Boucle locale : la partie de la ligne téléphonique qui va de l'armoire de l'opérateur jusque chez le client.
  • Boucle Locale Radio : technologie, qui utilise les ondes radio, alternative à la boucle locale filaire.
  • Colocalisation : l'opérateur historique héberge dans ses locaux techniques le matériel d'un opérateur tiers (le plus souvent un FAI).
  • Courants porteurs en ligne (CPL) : technologie qui consiste à faire passer les données en hautes fréquences dans les câbles électriques.
  • Données « data » : toutes les liaisons télématiques : Minitel, télécopie, accès Internet.
  • Données « voix » : toutes les conversations téléphoniques classiques.
  • DSLAM : Appareil qui relie la boucle locale (les lignes DSL des clients) et le réseau d'un opérateur téléphonique ou Internet.
  • Éligibilité technique : capacité physique d'une ligne téléphonique à supporter les services que l'on compte y faire transiter.
  • Fibre optique : câble composé de fibres transparentes dans lesquels les données circulent sous forme de lumière.
  • Portabilité du numéro : permet de garder le même numéro de téléphone lors d'un changement d'opérateur.
  • Réseau téléphonique commuté : réseau de téléphonie « classique » qui met en liaison deux abonnés en actionnant des commutateurs, d'où son nom. La liaison entre les deux postes était historiquement une liaison physique.
  • VoIP : réseau de téléphonie où la « voix » transite par les mêmes circuits que les données informatiques. La connexion entre les deux abonnés est virtuelle. Les informations de type données (« data ») peuvent circuler en parallèle sur la même liaison IP.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d [PDF] Document de référence d'un opérateur alternatif (page 63)
  2. http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/rapport-parlement-net-neutralite-sept2012.pdf
  3. l'observatoire du dégroupage Arcep, août 2009
  4. observatoire du dégroupage ARCEP, consulté en septembre 2014
  5. http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20120119trib000679097/degroupage-le-debat-sur-la-rente-d-orange-refait-surface.html
  6. www.med.govt.nz
  7. Rapor trimestriel 2011 Q4 de l'autorité ICT turque la BTK
  8. (en) Hong Kong, Office of the Communications Authority ofta.gov.hk

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]