Annie (comédie musicale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Annie.
Annie
Image décrite ci-après
Annie sur scène en 2012

Livret Thomas Meehan
Sources Little Orphan Annie d'Harold Gray
Lyrics Martin Charnin
Musique Charles Strouse
Première 10 août 1976
Goodspeed Opera House
Langue d’origine anglais
Pays d’origine États-Unis

Annie est une comédie musicale de Thomas Meehan, Charles Strouse et Martin Charnin, inspirée de la bande dessinée Little Orphan Annie de Harold Gray et créée au Alvin Theatre de Broadway le 21 avril 1977.

Argument[modifier | modifier le code]

La petite Annie est orpheline, dans l'orphelinat de Miss Hannigan, une femme qui la déteste. Joyeuse et décidée, Annie entre par un coup du sort dans la vie d'un milliardaire, Oliver Warbucks. Celui-ci, tout d'abord effrayé par cette intrusion, se prend rapidement d'affection pour elle et désire l'adopter. Mais Annie rêve toujours de retrouver ses véritables parents dont elle ignore le décès dans un incendie, des années plus tôt. Un couple de petits truands, Rooster et Lily, appâtés par une promesse de récompense et aidés par Miss Hannigan, la sœur de Rooster, se font passer pour ses parents.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution d'origine[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Annie : une orpheline. Elle est accompagnée de son chien, Sandy.
  • Oliver Warbucks : milliardaire autodidacte, il a fui Liverpool pour émigrer aux États-Unis. Vivant dans le luxe et dans l'égoïsme le plus complet, il n'a pas de vie sentimentale et refuse les idées sociales de Roosevelt.
  • Miss Hannigan : directrice de l'orphelinat, elle n'utilise sa baignoire que pour fabriquer du gin (c'est l'époque de la Prohibition). Nymphomane, avide, sévère, elle n'est pas un personnage très positif mais finit tout de même par s'amender en empêchant son frère Rooster de tuer Annie.
  • Rooster Hannigan et Lily St Regis : couple de truands, ce sont un peu des Bonnie et Clyde sans ambition. Rooster sort de prison et il n'a pas de scrupules à voler sa propre sœur.
  • Grace Farrell : l'assistante dévouée d'Oliver Warbucks
  • Franklin Delano Roosevelt : le président des États-Unis

Chansons[modifier | modifier le code]

Plusieurs chansons de Annie sont devenus de grands classiques, tels que It's the Hard-Knock Life que le rapper Jay-Z utilisera en 1999 ou encore Tomorrow, repris en son temps par Grace Jones.

Premier acte[modifier | modifier le code]

  • Maybe (Annie)
  • It's the Hard-Knock Life (Annie et les orphelins)
  • It's the Hard-Knock Life (reprise, par les orphelins)
  • Tomorrow (Annie)
  • We'd Like to Thank You (les «Hooverville-ites»)
  • Little Girls (Miss Hannigan)
  • I Think I'm Gonna Like It Here (Grace Farrell, Annie, Drake, Cecille, Annette, Mrs. Pugh, les autres domestiques)
  • N.Y.C. (Oliver Warbucks, Grace Farrell, Annie, star-to-be, des New-Yorkais)
  • Easy Street (Miss Hannigan, Rooster Hannigan, Lily St. Regis)
  • You Won't Be an Orphan for Long (Grace Farrell, Drake, Mrs. Pugh, Cecille, Annette, des domestiques, Oliver Warbucks)

Second acte[modifier | modifier le code]

  • You're Never Fully Dressed Without a Smile (Bert Healy, Bonnie Boylan, Connie Boylan, Ronnie Boylan, la famille "heure du bonheur")
  • You're Never Fully Dressed Without a Smile (reprise, par les orphelins)
  • Easy Street (reprise, par Miss Hannigan, Rooster Hannigan, Lily St. Regis)
  • Tomorrow (reprise, par Annie, Franklin Roosevelt, Oliver Warbucks)
  • Something Was Missing (Oliver Warbucks)
  • I Don't Need Anything But You (Oliver Warbucks, Annie)
  • Annie (Grace Farrell, Drake et d'autres)
  • Maybe (reprise, par Annie)
  • New Deal for Christmas (Annie, Oliver Warbucks, Grace Farrell, Franklin Roosevelt, les orphelins, l'équipe)

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

  • Tony Awards 1977 : "Meilleure comédie musicale", "Meilleur livret pour une comédie musicale", "Meilleure partition originale", "Meilleure actrice dans une comédie musicale" (Dorothy Loudon), "Meilleur design scénique", "Meilleurs costumes" et "Meilleure chorégraphie
  • Nominations aux Tony Awards 1977 : "Meilleur acteur dans une comédie musicale" (Reid Shelton), "Meilleure actrice dans une comédie musicale" (Andrea McArdle), "Meilleure mise en scène d'une comédie musicale"
  • Theatre World Award 1977 : Andrea McArdle
  • Tony Awards 1997 : "Meilleure reprise d'une comédie musicale"

Annie au théâtre[modifier | modifier le code]

Annie a connu au total 2377 représentations.

L'équipe qui avait écrit Annie (le librettiste Thomas Meehan, le compositeur Charles Strouse et le parolier Martin Charnin) tente une suite en 1990 : Annie 2: Miss Hannigan's revenge. Les premières représentations devant un public test sont catastrophiques et la font aussitôt abandonner.
La pièce revient dans une version nettement améliorée en 1992, sous le tire Annie Warbucks. Elle aura moins de 250 représentations (le chiffre inclut les premières) malgré une assez bonne presse. Elle fait aujourd'hui partie du répertoire des pièces de théâtre jouées en milieu scolaire aux États-Unis.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

La trame simplissime de Annie en fait, pour les enfants, un sympathique conte de fée. Mais on peut apprécier Annie à d'autres niveaux. En effet l'histoire s'inscrit dans le contexte de la Grande Dépression de 1929, alors que Franklin Delano Roosevelt cherche à mettre en place son New Deal malgré la résistance des financiers comme Oliver Warbucks.
Cette contextualisation du comic-strip Little Orphan Annie est ironique car elle est assez éloignée des idées que l'on prête généralement à son créateur, Harold Gray, qui comme son personnage Warbucks est catalogué (un peu vite sans doute) comme un ultra-conservateur.
Le spectateur adulte verra donc dans Annie une noirceur que l'enfant ne percevra sans doute pas, et pas uniquement pour les évocations de la vie politique et économique de l'époque. Le personnage de Miss Hannigan est, par exemple, absolument sordide.

C'est en fait Martin Charnin, le parolier de Annie qui a conçu ce projet, en pleine guerre du Viêt Nam, six ans avant qu'il n'aboutisse, en réaction à l'atmosphère morose qui avait cours sous l'administration Nixon. Il s'agit donc d'une œuvre plutôt politique mais son succès (c'est une des rares comédies musicales de Broadway à remporter un véritable succès à la fin des années 1970) est peut-être le fruit d'un malentendu : pour une partie du public, Annie représentait un retour nostalgique vers les Années folles et en aucun cas un message pour l'avenir.

La série Boston Justice fait référence à la comédie musicale dans un épisode de sa première saison, où un avocat (Alan Shore) doit défendre une petite afro-américaine qui n'aurait pas obtenu le rôle principal en raison de sa couleur de peau. La chanson-phare "Tomorrow" y est entendue plusieurs fois.

Sur les autres projets Wikimedia :