Gendarmerie des transports aériens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Gendarmerie de l'air.
Gendarmerie des transports aériens
Logo de l'organisation

Création Mars 1953
Type Gendarmerie
Effectifs Environ 1100 personnels (2013)[1]
Général Damien Striebig[2]
Affiliation(s) Gendarmerie nationale
placée pour emploi auprès de la Direction générale de l'Aviation civile

La Gendarmerie des transports aériens (GTA) est une formation spécialisée de la Gendarmerie nationale française.

Formation spécialisée de plus 1 000 personnels qualifiés en aéronautique et en sûreté aéroportuaire, elle est placée pour emploi auprès de la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) par arrêté du 28 avril 2006[3].

Implantée sur les grands aéroports, elle demeure compétente sur l'ensemble du territoire national pour les missions traditionnelles de la gendarmerie (police judiciaire, administrative et militaire) mais plus particulièrement pour une mission de police de la navigation aérienne : contrôle des aéronefs, constatations des infractions à la législation aéronautique, enquêtes judiciaires consécutives aux accidents et incidents d’aéronefs, et pour une mission de sûreté de la zone sensible des aéroports (ZSAR) dont l'accès est règlementé.

Ces professionnels de l'aéronautique, formés par l'École nationale de l'aviation civile, ont une connaissance parfaite de ce secteur aux multiples activités et concourent à la mise en application du concept intelligence économique territoriale dans sa composante de protection des entreprises.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1946, une section est créée en métropole. C'est le précurseur de la GTA actuelle[1]. La gendarmerie des transports aériens a été créée par décret ministériel en mars 1953[4],[5]. En 1966, les compétences de la GTA sont étendues aux DOM-TOM.

Missions[modifier | modifier le code]

Trois grandes missions relèvent de la GTA : la sûreté aéroportuaire, la police judiciaire et le renseignement aéronautique[1].

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandée par un officier Général, assisté d'un état-major implanté à Paris, la gendarmerie des transports aériens est articulée en deux groupements, quarante brigades en métropole et sept en Outre-Mer et de sections de recherche.

Groupements Métropole[modifier | modifier le code]

Groupement Nord à Paris-Charles-de-Gaulle[modifier | modifier le code]

Groupement Sud à Aix-en-Provence[modifier | modifier le code]

Outre-mer[modifier | modifier le code]

89 militaires servent dans les sept brigades de GTA outre-mer[1].

Sections de recherche[modifier | modifier le code]

La GTA dispose d'une section de recherche à compétence nationale, et de deux brigades de recherche (Nord et Sud).

Personnels[modifier | modifier le code]

Spécialités au sein de la gendarmerie des transports aériens[modifier | modifier le code]

  • Gendarme en brigade de gendarmerie des transports aériens (Formation Aéronautique de Base obligatoire pour tous les personnels, assurée par l'École nationale de l'aviation civile - E.N.A.C)
  • Gendarme en peloton de surveillance et d’intervention
  • Gendarme en unité de recherches (Brigade de recherches et Section de Recherches Gendarmerie France)
  • Gendarme contrôleur sûreté - Formation assurée par l'E.N.A.C
  • Gendarme contrôleur sûreté du fret aérien - Formation assurée par l'E.N.A.C
  • Gendarme inspecteur sûreté du fret aérien - Formation assurée par l'E.N.A.C
  • Gendarme inspecteur sûreté ciblé du fret aérien - Formation assurée par l'E.N.A.C
  • Auditeur sûreté - Formation assurée par l'E.N.A.C
  • Formation aéronautique (stage E.N.A.C) - Formation assurée à TOULOUSE (31) par l'E.N.A.C. But : Approfondir ses connaissances dans le domaine aéronautique pour la conduite des enquêtes techniques lors d'accidents aériens.
  • Gendarme maître de chien (41 équipes cynophiles de recherche d'explosifs)
  • Référent Atteintes à l'Environnement et à la Santé Publique.
  • Observateur-Contre-tireur - Formation assurée au camps de Beynes et sur la base de Montdésir par le Centre d'Instruction et d'Entrainement du Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (voir ci-dessous)


Observateurs-Contre-tireurs[modifier | modifier le code]

  • La gendarmerie des transports aériens possède une équipe d'observateurs-Tireurs (OT) plus connue sous l'appellation "Observateur-Contre-Tireurs". Ces gendarmes, issus d'un peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie des Transports Aériens, sont dotés d'un fusil de précision TIKKA T3.
  • Formée par le Centre de Formation et d'Entrainement du Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (ex-GSIGN), cette équipe est chargée de la protection des hautes autorités françaises et étrangères, en transit sur les plates-formes aéroportuaires françaises, et plus particulièrement sur les aéroports parisiens. Ces contre-tireurs sont, chaque année, testés par des éléments du GIGN en vue d'une reconduction pour l'année suivante.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]