Rue Henry-Farman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
15e arrt
Rue Henry-Farman
Siège de la DGAC
Siège de la DGAC
Situation
Arrondissement 15e
Quartier Javel
Début 22, avenue de la Porte-de-Sèvres
Fin Rue Henri-Farman à Issy-les-Moulineaux
Morphologie
Longueur 140 m
Largeur 14 m
Historique
Création 1995
Dénomination 23 août 1995
Ancien(s) nom(s) voie BO/15
Géocodification
Ville de Paris 4534
DGI 4605

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Henry-Farman
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 50′ 03″ N 2° 16′ 20″ E / 48.8341605, 2.2721723

La rue Henry-Farman[1] est une voie située dans le quartier de Javel du 15e arrondissement de Paris, à la limite de la commune d'Issy-les-Moulineaux où elle se prolonge sous la dénomination de rue Henri-Farman. En 2007, la rue devient le site d'un important chantier archéologique où furent retrouvés les plus anciens restes d'activités humaines, datant du Mésolithique, sur le territoire parisien.

Historique[modifier | modifier le code]

Ancienne voie BO/15 créée lors du réaménagement de la zone de la plaine de Vaugirard et de la rue Camille-Desmoulins sur la commune d'Issy-les-Moulineaux, cette rue parisienne prend en 1995 le nom de l'aviateur et constructeur aéronautique Henri Farman, un des pionniers de l'aviation en France. Ce dernier avait réalisé sur ce site le premier vol sur 1 km en 1 minute et 28 secondes le 13 janvier 1908 à bord d'un biplan des frères Voisin[2].

Fouilles archéologiques dans la rue en juin 2008.

En 2007 à l'occasion de travaux, les premières traces[3] de vestiges d'occupation humaine du site datant du Néolithique et du Mésolithique ont été mises au jour, entraînant une importante campagne de fouilles menées par l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) au no 62 de la rue de février à septembre 2008 sous la direction de l'archéologue Bénédicte Souffi[4],[5]. Sur 5 000 m2 et six zones différentes[6] ont été dégagés de nombreux objets, os, macrolithes en grès (provenant des buttes entourant Paris), et silex taillés — ainsi, qu'épars, une mandibule et un fragment de fémur humain adulte[7] — datant de -9000/-5000 av. J.-C. marquant la fréquentation du site par des populations de chasseurs-cueilleurs nomades comme halte de chasse à une époque où le bras nord de la Seine devait passer à cet endroit, constitué d'une prairie en proximité de forêts[5],[7]. Il s'agit du premier site de ce type et du plus ancien mis au jour le long du fleuve[4],[7].

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La rue Henry-Farman est desservie par la ligne de tramway T2 à la station Henri Farman ainsi qu'à proximité par ligne 8 du métro à la station Balard et par les lignes de bus 39 et 169.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bien que le nom soit Henri Farman, en raison de la nationalité française pour laquelle il avait opté, la mairie de Paris utilise l'orthographe avec un « y », signe de ses origines familiales britanniques (voir article dédié). La rue parisienne se prolonge sur le territoire de la commune d'Issy-les-Moulineaux par la rue Henri-Farman qui, elle, est orthographiée avec un « i ».
  2. D'après la plaque commémorative de la stèle présente dans la rue.
  3. Un autre site situé à proximité avait déjà été fouillé en 1995 lors des premières grandes restructuration de la zone.
  4. a et b 62 rue Henry-Farman sur le site de l'Institut national de recherches archéologiques préventives.
  5. a et b Sur la trace des premiers parisiens vidéo INRAP/Cité des sciences et de l'industrie dans Le Monde du 2 juillet 2010.
  6. Situés dans le périmètre autour de la rue, dans une zone de constructions
  7. a, b et c Le plus vieux Parisien enfin découvert dans l'émission Le Salon noir sur France Culture le 10 septembre 2013.
  8. SYSTRA emménage dans de nouveaux locaux à Paris communiqué sur le site de Systra le 7 novembre 2012.