Aéroport international Félix Éboué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cayenne-Félix Eboué
Image illustrative de l'article Aéroport international Félix Éboué
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Guyane
Ville Matoury agglomération de Cayenne
Coordonnées 4° 49′ 13″ N 52° 21′ 37″ O / 4.820199, -52.360153 ()4° 49′ 13″ Nord 52° 21′ 37″ Ouest / 4.820199, -52.360153 ()  

Géolocalisation sur la carte : Guyane

(Voir situation sur carte : Guyane)
Cayenne-Félix Eboué
Pistes
Direction Longueur Surface
08/26 3 800 m (12 467 ft) Bitume
Informations aéronautiques
Code AITA CAY
Code OACI SOCA
Nom cartographique Ile de Cayenne CAY
Type d'aéroport mixte
Gestionnaire Chambre de commerce et d'industrie de la Guyane
Cartes SIA VAC

L'aéroport international de Cayenne - Félix Eboué est un aéroport situé dans le département français de la Guyane. Il est d'une capacité de 600 000 passagers par an. Il est situé sur le territoire de la ville de Matoury à 13,5 km au Sud-Ouest de Cayenne. Il possède une piste et s'étend sur 1 300 hectares.

Historique[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Cayenne a été construit en 1943 en 10 mois par l'armée américaine qui voulait pouvoir rallier l'Afrique en y faisant escale avec ses bombardiers.

Le nom de Rochambeau lui est premièrement attribué en référence à Jean-Baptiste Donatien de Vimeur de Rochambeau, commandant des troupes françaises qui participèrent à la guerre d'indépendance des États-Unis[1]. Il a été racheté par la France en 1949.

Le nom de Rochambeau crée polémique en raison de la mauvaise réputation du fils du dédicataire de l'aéroport, Donatien-Marie-Joseph de Rochambeau, qui pendant l'expédition de Saint-Domingue avait durement réprimé l'insurrection haïtienne[2]. La députée de Guyane Christiane Taubira demande un changement de nom en 1999. Après la proposition de Cépérou (chef amérindien du XVIIe siècle)[2], c'est finalement en 2012 que le nom de Félix Éboué qui est retenu et le changement devient officiel en janvier 2012[3]. Le code IATA de l'aéroport reste CAY[4].

Infrastructures et trafic[modifier | modifier le code]

Plateforme d'embarquement de l'aéroport international de Rochambeau
Nouvelle tour de contrôle en construction

L'aéroport possède une seule piste, longue de 3 800 m et large de 45 m. Son orientation est 08/26 et son revêtement est fait en bitume. L'aéroport n'a qu'un terminal, contenant 2 postes avec passerelle et 3 hors passerelle. L'aérogare a une surface de 12 000 m2 et a comme aire de stationnement 42 000 m2 (4,2 ha) permettant d'accueillir des gros porteurs comme le Boeing 747, Boeing 777, Airbus A340 et même l'Airbus A380. Il est équipé de systèmes de radionavigation VOR et ILS (atterrissage aux instruments).

Il est ouvert à la circulation aérienne publique, au trafic international et classé en catégorie A de l’article D. 222-2 du code de l’aviation civile.

Très proche de cet aérodrome, on peut trouver l'ancien aérodrome du "Gallion", utilisé en 1943 puis rapidement abandonné lors de l'utilisation du nouvel aéroport.

Il est classé SSLIA en catégorie 7 (classement A).

En 2009, le trafic de passagers s'élevait à 400 025 passagers (+3,9 %) par rapport à 2008 avec 385 142 passagers.

Sa gestion est assurée par la Chambre de commerce et d'industrie de la Guyane.

Évolution du nombre de passagers de 2000 à 2011

2000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
457 168 375 844 374 394 386 979 385 142 400 025 423 849 435 440
en augmentation+ 3,6 % en diminution - 17,8 % en diminution- 0,4 % en augmentation+ 3,3 % en diminution- 0,5 % en augmentation + 3,8 % en augmentation+ 5,7 % en augmentation+ 2,7 %
Sources : Les aéroport français

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.guyane.cci.fr/fr/aeroport
  2. a et b lemonde.fr, 21 janvier 2012 La Guyane retrouve la mémoire en changeant le nom de l'aéroport
  3. Arrêté du 4 janvier 2012, J.O. 8 janvier 2012, NOR TRAA1200009A, http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025114748
  4. quotidien france-guyane du 17 janvier 2012 Rochambeau est déjà devenu Félix-Éboué

Voir aussi[modifier | modifier le code]