Foucarmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Foucarmont
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Blangy-sur-Bresle
Intercommunalité Communauté de communes de Blangy-sur-Bresle
Maire
Mandat
Dominique Vallée
2014-2020
Code postal 76340
Code commune 76278
Démographie
Population
municipale
945 hab. (2011)
Densité 130 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 51″ N 1° 34′ 10″ E / 49.8475, 1.5694444444449° 50′ 51″ Nord 1° 34′ 10″ Est / 49.8475, 1.56944444444  
Altitude Min. 103 m – Max. 203 m
Superficie 7,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Foucarmont

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Foucarmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Foucarmont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Foucarmont

Foucarmont est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Foucarmont est une localité de la vallée de l'Yères.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

La commune constitue un pôle d'emploi important avec ses 834 salariés recensés pour les élections prud'hommales de décembre 2008. Avec les cadres, ce sont 858 électeurs recensés, chiffre à comparer avec les 1 017 habitants du bourg (dont 449 actifs).

La principale entreprise est Alliance élaborés, avec plus de 420 salariés (plats surgelés)[1]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Fulcardi montem 1059. Toponyme mérovingien composé du nom d'homme Foucard (germanique Folkhard) dont dérivent les noms de famille Foucard (normanno-picard), Fouquart et Fouchard[2]. Post-position du déterminé mons indice de l'influence germanique, génitif sans [s].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jean Moreau    
mars 2008[5] mars 2014 Monique Pinoli    
mars 2014[6] en cours
(au 17 octobre 2014)
M. Dominique Vallée[7]   Enseignant et secrétaire de mairie retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 945 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 423 483 549 631 604 667 696 717
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
691 717 715 727 732 714 725 710 693
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653 682 714 654 674 683 742 624 713
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
924 955 926 954 993 1 045 1 019 1 017 945
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église, qui a dû être rebâtie entre 1959 et 1963, par l'architecte Othello Zavaroni, est originale de par sa modernité.
  • Ruines de l'abbaye cistercienne de Foucarmont, fondée en 1130 par le comte Henri d'Eu, qui s'y fit moine. Elle fut détruite et reconstruite trois fois avant d'être définitivement démolie après la Révolution.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louise Claeysen, artiste peintre née à Foucarmont en 1903, morte à Semoy (Loiret) en 1997. Elle est répertoriée dans des ouvrages de référence comme le "BENEZIT" (Dictionnaire des peintres, dessinateurs, graveurs et sculpteurs de tous les pays et de tous les temps). Elle a peint quelques portraits, plus encore des paysages de France (Normandie, Loiret, Bretagne, Provence), d'Italie, d'Espagne, de Grèce (Delphes, Corinthe, Olympie, Hydra, Rhodes). Ayant vécu dans le Loiret, elle est présente dans la collection de tableaux du XXe Siècle du Musée des Beaux-Arts d'Orléans. On retient ses expositions à Orléans et Paris, mais aussi aux États-Unis, à Wichita et à New-York où elle a reçu un Prix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. D.Q., « Sur la commune, 858 salariés concernés », Le Réveil,‎ 9 octobre 2008
  2. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, OCLC 6403150, LCCN 80100776)
  3. Isabelle Rogeret, Carte archéologique de la Gaule: La Seine-Maritime 76, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 1997.
  4. Norbert Dufour et Christian Doré (préf. Daniel Pégisse), L'Enfer des V1 en Seine-Maritime durant la Seconde Guerre mondiale, Luneray, Bertout,‎ 1993, 295 p. (ISBN 978-2-86743-179-1), p. 108-111
  5. Le Réveil du 27 mars 2008
  6. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 5 avril 2014, p. 16.
  7. Isabelle Desbordes, « Dans la vallée, c'est Vallée contre Vallée ! : Duel fratricide dans ce bourg de la Bresle, où deux sortants, mais surtout deux frères, s'affrontent dans la conquête de la succession de Monique Pinoli. Ambiance. », Le Courrier picard, édition d'Abbeville,‎ 20 février 2014 (lire en ligne).
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :